Sécurité et santé au travail

L'OIT salue les nouvelles mesures mondiales concernant les produits chimiques dangereux sur le lieu de travail

En vertu d'un nouveau cadre mondial, certains des produits chimiques les plus nocifs utilisés dans l'environnement de travail seront progressivement éliminés.

Actualité | 5 octobre 2023
© Sunan Wongsa-nga
GENÈVE (OIT Infos) – L'Organisation internationale du Travail (OIT) a salué l'adoption d'un nouveau cadre mondial, créé pour réduire les risques pour l'environnement et la santé liés aux produits chimiques et aux déchets.

Le cadre mondial sur les produits chimiques, soutenu par une Déclaration de haut niveau, fixe des objectifs concrets et des lignes directrices sur l'ensemble du cycle de vie des produits chimiques, y compris l'élimination progressive de certains des produits les plus nocifs.

Depuis 2006, l'OIT et ses mandants – les organisations de travailleurs et d'employeurs ainsi que les gouvernements – ont joué un rôle dans l'élaboration du cadre mondial et se sont efforcés de gérer l'utilisation de produits chimiques dangereux dans l'environnement de travail. Vingt-deux normes internationales du travail couvrent la gestion de ces risques.

Le texte du cadre mondial souligne que la transition juste est un «principe et une approche» de l'accord. «Une transition juste vers une économie durable sur le plan environnemental, avec une gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets, contribue aux objectifs de travail décent pour tous, d'inclusion sociale, de protection des droits de l'homme et d'éradication de la pauvreté», peut-on lire dans le texte.

«Il s'agit d'une avancée importante. L'utilisation généralisée de produits chimiques dangereux a un impact sur la sécurité et la santé des travailleurs, du public et de l'environnement, et menace les objectifs plus larges du travail décent et de la justice sociale pour tous», a déclaré le Directeur général de l'OIT, Gilbert F. Houngbo. «En donnant la priorité à la gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets, dans le contexte d'une transition juste, nous pouvons protéger les travailleurs et rendre notre économie plus verte, tout en soutenant les opportunités de travail décent.»

Chaque année, les substances dangereuses tuent environ 1,1 million de travailleurs dans le monde, soit près de 2 900 par jour, tandis que l'exposition aux produits chimiques toxiques est responsable de dizaines de millions de journées de travail perdues pour cause d'invalidité, de mauvaise santé ou de décès prématuré. L'impact économique est estimé à 2,1 pour cent du PIB mondial annuel. L'ampleur et le coût de cet impact devraient augmenter, compte tenu de l'utilisation croissante des substances chimiques et de l'allongement de l'espérance de vie.

En plus de codifier la bonne gestion des produits chimiques et des déchets, les 28 objectifs du cadre visent à renforcer les liens avec d'autres programmes de développement mondiaux, notamment le changement climatique, la biodiversité, les droits de l'homme et la sécurité et la santé au travail. «Un environnement de travail sûr et sain est un principe fondamental et un droit au travail; par conséquent, tous les travailleurs devraient être protégés», souligne le document. «Les mesures et politiques en vigueur sur le lieu de travail, y compris la ratification et la mise en œuvre des normes internationales du travail pertinentes, devraient être intégrées dans les efforts de gestion des produits chimiques et des déchets.»

Le cadre a été adopté lors de la cinquième Conférence internationale sur la gestion des produits chimiques (ICCM5), organisée par les Nations Unies, qui s'est tenue à Bonn, en Allemagne.