Intégration du travail décent dans le développement des chaînes de valeur agroalimentaires

Lors d'une réunion d'évaluation organisée par la Coopération belge au développement, l'OIT a partagé ses connaissances sur la promotion du travail décent dans les chaînes de valeur agricoles dans les pays à faible revenu.

Actualité | 27 octobre 2023
BRUXELLES (OIT Infos) - Une conférence à Bruxelles a présenté les conclusions d'une évaluation de haut niveau sur le travail décent dans les interventions de développement des chaînes de valeur agricoles de la Coopération belge au développement. Cette évaluation comprenait un travail de terrain dans six pays partenaires de la Belgique.

Dans son discours d'ouverture, El'vis Beytullayev, spécialiste de l'OIT de l'économie rurale et les secteurs connexes, a déclaré que les emplois agricoles sont parmi les plus dangereux, les moins protégés et les plus mal payés. La pauvreté reste un phénomène essentiellement rural, et 25 % de tous les travailleurs du secteur agroalimentaire vivent dans l'extrême pauvreté. La prévalence de l'informalité, les lacunes en matière de gouvernance ainsi que la faible productivité et la discrimination figurent parmi les causes profondes.

Dans de nombreux pays, les travailleurs agricoles sont exclus de la législation qui protège les travailleurs d'autres secteurs. Même lorsqu'ils sont inclus dans le champ d'application de législations visant à protéger les travailleurs, les lois peuvent ne pas être appliquées en pratique en raison d'inspections du travail inadéquates ou de la nature du statut de l'emploi. Par exemple, les travailleurs occasionnels, que l'on trouve fréquemment dans les plantations et qui sont souvent engagés de manière informelle, peuvent ne pas bénéficier des mêmes conditions d'emploi que les travailleurs réguliers, et leurs salaires sont souvent considérablement inférieurs au salaire minimum.

Les travailleurs agricoles se heurtent aussi souvent à des obstacles dans l'exercice de leurs droits, y compris les principes et droits fondamentaux au travail. Les chaînes d'approvisionnement mondiales complexes et le recours accru aux travailleurs migrants et externalisés, en particulier pour le travail saisonnier, constituent d'autres défis à relever.

Pour assurer la durabilité et la résilience de nos systèmes alimentaires, il faut agir pour promouvoir des emplois de qualité et des entreprises durables, garantir les droits au travail, étendre la protection sociale et promouvoir le dialogue social"

a déclaré M. Beytullayev

Les principes directeurs de l'OIT pour la promotion du travail décent dans l’industrie agroalimentaire, qui ont été adoptés en mai, s'appuient sur tous les instruments pertinents de l'OIT et fournissent des recommandations concrètes aux mandants de l'OIT ainsi qu’aux autres parties prenantes.

La création d'emplois de qualité doit aller de pair avec la promotion des droits au travail "

a déclaré le spécialiste de l'OIT

La mise en œuvre des normes du travail doit être une priorité. Pour cela, il faut renforcer le droit du travail et l'inspection du travail. Une attention particulière doit être accordée au respect des droits fondamentaux, à commencer par le droit d'organisation, qui est un droit dont la jouissance permet de garantir l'accès à d'autres droits.

Les récents projets de l'OIT qui se sont concentrés sur la capacité des organisations d'employeurs et de travailleurs, y compris le renforcement de leurs connaissances sur les questions d'emploi et de travail, l'augmentation du nombre de leurs membres, et l'engagement dans le dialogue et les négociations pour faire progresser le travail décent dans le secteur, ont montré l'efficacité de telles interventions. Certains de ces projets ont été financés par la Belgique.

Compte tenu de l'ampleur des défis à relever, il convient de mettre davantage l'accent sur la promotion du travail décent dans le secteur agroalimentaire dans le cadre d’initiatives de coopération au développement, ainsi que sur les partenariats et les collaborations reflétant les avantages comparatifs des différents partenaires.

L'OIT, le FIDA et CARE International ont lancé la Coalition un travail décent pour des systèmes alimentaires équitables, qui vise à garantir la justice économique et sociale et le droit à une alimentation adéquate et nutritive par l'accès à un travail décent dans l’ensemble des systèmes alimentaires. Il a appelé le gouvernement belge et les partenaires sociaux à unir leurs forces dans cette initiative.