Lutte contre le travail des enfants

Les projets CLEAR Cotton et ACCEL Africa intensifient la sensibilisation au travail des enfants au Mali lors de la célébration de la Journée Mondiale contre le travail des enfants

Les projets CLEAR Cotton et ACCEL Africa intensifient la sensibilisation au travail des enfants au Mali lors de la célébration de la Journée Mondiale contre le travail des enfants

Actualité | 7 juillet 2021
La chanson gagnante de Virginie Dembélé, « Espoir », lauréate du concours « La Musique contre le travail des enfants » dans la catégorie CLEAR Cotton au Mali, a été officiellement présentée au public le 12 juin 2021 à Sikasso lors de la célébration de la Journée mondiale contre le travail des enfants. A cette occasion, l’artiste a reçu son trophée des mains de Siné Dembélé, gouverneur de la région de Sikasso.

Au programme de cette cérémonie, des scènes de théâtre et des chants exécutés magistralement par les enfants des centres SSA/P (Stratégie de Scolarisation Accélérée à Passerelle) ainsi que des allocutions des représentants des autorités locales, des partenaires sociaux invitant à agir maintenant pour mettre fin au travail des enfants.

Participants des évènements marquant la Journée mondiale contre le travail des enfants 2021 à Sikasso, Mali (©ILO)

Des mots pour panser des maux

Devant 40 enfants des centres SSA/P venus pour la circonstance, Virginie Dembélé est montée sur scène pour un spectacle de sensibilisation contre le travail des enfants. Lorsqu’elle commence par « Les mots bonheur, espoir, et espérance n’ont pas de sens pour ces enfants qui vivent dans l'effort physique », premier refrain de sa chanson primée au concours, les enfants interagissent avec elle en reprenant en chœur ce refrain.

Ces enfants, directement concernés par le travail des enfants faut-il le rappeler, étaient anciennement astreints au travail des enfants ou à risque, qui en ont été retirés pour bénéficier de cette scolarisation accélérée dans des centres SSA/P mis en place grâce aux deux projets de CLEAR Cotton et ACCEL Africa.

Tour à tour, Boubacar Gouem et Oumou Koulsoum Diarra, deux autres finalistes de ce concours dans la catégorie CLEAR Cotton, ont eux aussi joint leurs voix à celle de Virginie en reprenant des morceaux de leurs répertoires bâtis autour des thèmes de la lutte contre le travail des enfants.

Virginie Dembélé, vainqueur du concours de Musique contre le travail des enfants au Mali, entourés de Oumou Koulsoum Diarra et Boubacar Gouem, finalistes, JMTE 2021 (©ILO)

Le spectacle haut en couleurs, ne laisse transparaitre sur la scène, qu’élégance et prestance de l’orchestre et des lauréats qui font corps avec le public composé d’enfants. La situation de ces enfants est très préoccupante en Afrique subsaharienne selon les dernières estimations mondiales du travail des enfants publiées récemment par l’Organisation internationale du Travail et l’UNICEF.

Le rapport s’inquiète de ce que l’Afrique n'est pas sur la bonne voie pour atteindre la cible 8.7 de l'ODD. « Il y a aujourd’hui plus d’enfants astreints au travail des enfants en Afrique subsaharienne que dans tout le reste du monde. Sans une avancée décisive dans cette région, les objectifs mondiaux relatifs au travail des enfants ne seront pas atteints », souligne le rapport.

Conjuguer les efforts pour mieux lutter contre le travail des enfants

Dans son allocution, Siné Dembélé, gouverneur de la région de Sikasso a rappelé le sens de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants, indiquant « qu’elle a été instituée par l’OIT en 2002 avec pour but de mettre en lumière le calvaire des enfants travailleurs et de servir de catalyseur au mouvement mondial contre le travail des enfants ».

Au Mali, la volonté politique pour lutter contre le travail des enfants est réelle. « Cette volonté s’est concrétisée, par la ratification des conventions fondamentales de l’OIT, notamment la Convention n° 182 (en juillet 2000) et la Convention n°138 (en mars 2002), respectivement, sur l’élimination des pires formes de travail des enfants et l’âge minimum d’admission à l’emploi ainsi que la mise en œuvre de projets de coopération technique dans le cadre de cette lutte et l’adoption en juin 2011 d’un Plan d’Action National pour l’Elimination du Travail des Enfants au Mali (PANETEM) » déclare le gouverneur de la région de Sikasso.

Pour Siné Dembélé « la lutte contre ce fléau exige, des efforts conjugués et par conséquent la constitution d’une large coalition associant à la fois les pouvoirs publics, les organisations internationales, les ONG, les populations, les collectivités décentralisées, les organisations d’employeurs et de travailleurs et tous les autres acteurs de la société civile ».

Les lauréats du concours s’engagent aux côtés des enfants

Le Gouverneur de la région de Sikasso peut compter sur les lauréats de la catégorie CLEAR Cotton du concours « La musique contre le travail des enfants ». Virginie Dembélé, Boubacar Gouem et Oumou Koulsoum Diarra se sont engagés à poursuivre la lutte contre le travail des enfants en continuant à véhiculer des messages dans ce sens tout au long de leur carrière d’artistes. Le promoteur de l’école de Kirina s’est lui également engagé pour les enfants qui le souhaitent et avec l’accord de leurs parents, à favoriser leur accès à l’éducation musicale, notamment grâce à des cours dispensés par l’école.

Prestation des enfants des centres SSA/P, JMTE 2021, Sikasso, Mali (©ILO)

Cofinancé par l’Union européenne et l’OIT, et mis en œuvre par l’OIT en collaboration avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le projet CLEAR Cotton vise à combattre le travail des enfants et le travail forcé au Burkina Faso, au Mali, au Pakistan et au Pérou dans les chaînes de valeurs du coton, du textile et de l’habillement.

L'objectif global du projet "Accélération de l'action pour l'élimination du travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en Afrique (ACCEL Africa)", financé par le gouvernement néerlandais, est d'accélérer l'élimination du travail des enfants en Côte d'Ivoire, en Égypte, au Malawi, au Mali, au Nigeria et en Ouganda, par des actions ciblées dans les chaînes d'approvisionnement du cacao, du coton, de l'or, du café et du thé.