Travail forcé, traite des êtres humains et esclavage

© AFP
Quelle que soit sa forme, servitude, traite ou esclavage, le travail forcé touche souvent les plus vulnérables: femmes et enfants contraints à la prostitution, migrants pris au piège de la servitude pour dette, ouvriers clandestins, tous retenus par des moyens illégaux.

Faits et chiffres sur le travail forcé

  • Près de 21 millions de personnes sont victimes du travail forcé – 11,4 millions de femmes et de filles et 9,5 millions d’hommes et de garçons.
  • Près de 19 millions d’entre elles sont exploitées par des particuliers ou des entreprises privées et plus de 2 millions par un Etat ou des groupes rebelles.
  • Parmi celles qui sont exploitées par des particuliers ou des entreprises, 4,5 millions subissent une exploitation sexuelle forcée.
  • Dans l’économie privée, le travail forcé génère 150 milliards de dollars de profits illégaux par an.
  • Le travail domestique, l’agriculture, la construction, la production manufacturée et le spectacle figurent parmi les secteurs les plus concernés.
  • Les travailleurs migrants et les populations indigènes sont particulièrement vulnérables au travail forcé.
Source ILO

Zoom sur

  1. Nouvelle norme internationale

    Protocole de 2014 relatif à la convention sur le travail forcé, 1930

    Le nouveau protocole de l’OIT sur le travail forcé est un instrument juridiquement contraignant qui vise à faire avancer la prévention, la protection et les mesures d’indemnisation, ainsi qu’à redoubler d’efforts pour éliminer les formes contemporaines d’esclavage.