Assemblées annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale

OIT: Le monde a besoin d'un accélérateur mondial pour l'emploi et la protection sociale

Dans une déclaration aux assemblées annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale, le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder, a mis en garde contre une reprise à deux vitesses et a souligné la nécessité d'accroître les investissements dans la protection sociale universelle, le travail décent et une transition verte juste.

Actualité | 14 octobre 2021
© Mark Chaves / Unsplash
GENÈVE (OIT Infos) – Pour assurer une reprise centrée sur l'humain et donner aux gens les moyens de relever les défis d'un monde du travail en mutation rapide, le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a appelé les pays à soutenir l'Accélérateur mondial pour l'emploi et la protection sociale lancé par le Secrétaire général des Nations Unies, conjointement avec l'OIT, lors de l'Assemblée générale du mois dernier. Cet accélérateur permettrait d'accroître les investissements dans la protection sociale universelle, le travail décent et une transition verte et juste.

Dans une déclaration aux assemblées annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale, M. Ryder a rappelé combien la pandémie a été particulièrement dévastatrice pour les plus vulnérables, notamment les femmes, les travailleurs de l'économie informelle et les enfants, et a souligné qu'ils sont confrontés à un avenir très différent selon l'endroit où ils vivent.

«La reprise est profondément inégale, stimulée par de grandes différences entre les économies avancées et les économies en développement en ce qui concerne l'accès aux vaccins, la capacité fiscale et l'aptitude des gouvernements à réagir, une fracture numérique croissante et la menace d'une crise imminente de la dette. Cela crée une grande divergence, qui met en danger la reprise elle-même et ébranle la confiance et la solidarité», a déclaré M. Ryder.

On estime que 8,8 pour cent du nombre total d'heures de travail ont été perdues dans le monde en 2020, a-t-il ajouté. Cela équivaut aux heures travaillées en un an par 255 millions de travailleurs à temps plein.

Les gouvernements du monde entier ont mis en œuvre une réponse sans précédent en matière d'emploi et de protection sociale pour protéger la santé, l'emploi et les revenus des personnes, mais ces mesures sont insuffisantes pour atténuer tout l'impact de la crise et ont laissé 53,1 pour cent de la population mondiale sans protection – soit quelque 4,14 milliards de personnes, a déclaré M. Ryder.

Il est temps de faire preuve de solidarité et d'accroître les investissements dans la protection sociale universelle, le travail décent et les sociétés égalitaires en matière de genre."

Guy Ryder, Directeur général de l'OIT
Le Directeur général de l'OIT a encouragé les pays à emprunter la «voie royale» de la protection sociale en investissant dans des systèmes de protection sociale universels, complets, adéquats et durables, conformément aux principes des droits de l'homme et aux normes internationales de sécurité sociale. Sans financement adéquat et sans volonté politique, les gouvernements pourraient se rabattre sur une «voie basse», marquée par des prestations minimales et de larges écarts de couverture, a souligné M. Ryder.

«Il est temps de faire preuve de solidarité et d'accroître les investissements dans la protection sociale universelle, le travail décent et les sociétés égalitaires en matière de genre.»

Les avancées réalisées grâce à l'initiative de financement du développement doivent être poursuivies et mises à l'échelle, non seulement pour faire face à la crise imminente de la dette, mais aussi pour libérer les investissements dans une reprise inclusive, durable et résiliente, en réacheminant l'allocation sans précédent de droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI de 650 milliards de dollars US vers les pays et les objectifs qui en ont le plus besoin, a déclaré Ryder.

Il a également évoqué la lutte contre le changement climatique en créant des emplois décents: «Une transition verte et juste recèle un potentiel énorme pour tous les pays, notamment en investissant dans des économies plus durables et diversifiées, ainsi que dans la création de nouvelles opportunités d'emplois productifs.»

M. Ryder a rappelé les principales initiatives prises par l'OIT pour mener une reprise qui ne laisse personne de côté:
  • Lors de la 109e Conférence internationale du travail en juin 2021, les représentants des gouvernements, des organisations d'employeurs et de travailleurs des 187 États Membres de l'OIT ont adopté un Appel mondial à l'action pour une reprise centrée sur l'humain après la crise du COVID-19 qui soit inclusive, durable et résiliente.
  • Durant l'Assemblée générale, le Secrétaire général des Nations Unies a lancé, conjointement avec l'OIT, un Accélérateur mondial pour l'emploi et la protection sociale dans le but de créer au moins 400 millions d'emplois d'ici 2030, principalement dans les économies vertes et de soins, et d'étendre les socles de protection sociale à plus de 4 milliards de personnes actuellement non couvertes.
  • Au cours du premier semestre 2022, l'OIT organisera un forum multilatéral en vue d'examiner les progrès accomplis et d'intensifier les engagements à l'appui des stratégies de redressement axées sur l'être humain des États Membres, notamment par le biais d'initiatives conjointes et d'arrangements institutionnels renforcés entre les institutions internationales et régionales.