Directives de l’OIT sur le travail décent et le tourisme socialement responsable

Directives adoptées pendant la réunion d’experts chargée d’adopter des directives sur le travail décent et le tourisme socialement responsable (Genève, 20-24 février 2017)

Guidelines | 17 November 2017
Le tourisme occupe une place éminente dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Son importance en tant que moteur de création d’emplois et de promotion du développement économique local, de la culture et des produits locaux est reflétée dans les objectifs de développement durable (ODD) 8, 12 et 14, qui comprennent des cibles spécifiques au tourisme. Le rôle du tourisme en tant que «vecteur de création d’emplois, de croissance économique et de développement» a aussi été reconnu par le G20. Les déclarations faites par les ministres du Tourisme du G20 depuis 2010 réaffirment la volonté des pays du G20 de soutenir des initiatives favorables à la création d’emplois de qualité dans le secteur du tourisme.

Qui plus est, le tourisme a été cité par l’Assemblée générale des Nations Unies dans le document final L’avenir que nous voulons comme un secteur susceptible d’apporter une contribution importante au développement durable, et par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) comme l’un des secteurs qui peuvent guider la transition vers l’économie verte.

Les présentes directives ont pour objet de seconder les mandants de l’OIT et les autres parties prenantes qui participent à la conception et à la mise en oeuvre d’interventions consacrées à la promotion du travail décent et du plein emploi productif dans le secteur du tourisme, avec pour objectif de renforcer sa pérennité et de contribuer à la réalisation des ODD. Elles sont destinées à être utilisées par tous les acteurs engagés dans la promotion du plein emploi productif et du travail décent dans le secteur du tourisme, aux échelons international, national, régional, local et au niveau des entreprises, notamment les gouvernements, les décideurs politiques, les organisations d’employeurs et de travailleurs, les organisations intergouvernementales et les organisations non gouvernementales (ONG).