La Coordonnatrice Résidente des Nations Unies en Haïti, Ulrika Richardson, a visité les réalisations du projet PROFIT mis en œuvre par l’OIT dans la Grande Anse

Valorisation des filières agricoles du cacao et du fruit à pain, création d’emplois verts & décents, promotion de l’entreprenariat féminin : tels ont été les sujets de la visite conjointe menée par Ulrika Richardson, Coordonnatrice résidente, Coordonnatrice humanitaire et Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, ce 27 septembre 2023 dans la Grand Anse.

Actualité | 27 septembre 2023

PORT AU PRINCE, Haïti (OIT).
Cette visite inter-agence et multipartenaires organisée à l’initiative du Bureau de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en Haïti a permis de visiter les réalisations du projet de « Renforcement des Opportunités agricoles par la Formation et l’Investissement technologique (communément appelé PROFIT), financé par le Ministère des Affaires Étrangères de la Norvège. Plusieurs représentants de différentes agences des Nations Unies ont pris part à cette mission, dont le Programme Alimentaire Mondial (PAM), l’UNOPS, la Banque Mondiale, ainsi que des représentants d’organisations non gouvernementales et d’associations de productrices et de producteurs.

Le projet PROFIT est implémenté dans cinq communes du Département (Moron, Chambellan, Dame Marie, Anse-d’Hainault et Les Irois). Il vise notamment à développer des chaînes de valeur agricoles prometteuses en termes de marché, telles que le cacao et le fruit à pain, en maximisant la valeur ajoutée en Haïti et en privilégiant les marchés rémunérateurs Haïtiens et internationaux. Le projet compte ainsi améliorer les conditions de vie des petits producteurs de cacao et de fruit à pain dans la Grande Anse, créer des emplois verts et décents, et promouvoir l’entreprenariat dans les filières susmentionnées, avec une attention particulière portée sur le rôle essentiel des femmes.


Cette visite dans la Grande Anse démontre l’importance accordée par les Nations Unies en Haïti aux interventions de proximité touchant des communautés reculées du pays, y compris les femmes et les jeunes, et des populations vivant dans des conditions extrêmes de vulnérabilité. Elle illustre également le choix des Nations Unies et de ses agences d’accompagner les populations dans leurs propres activités, en vue de les renforcer pour qu’elles deviennent plus rentables et bénéfiques pour l’amélioration des conditions de vie des familles, et le développement socio-économique.

Il est essentiel de collaborer davantage dans les domaines qui valorisent la production, l’engagement communautaire et l’engagement des coopératives pour impulser un meilleur développement socioéconomique, et valoriser les richesses d’Haïti. La situation sécuritaire et humanitaire critique à Port-au-Prince et dans l’Artibonite ne doit pas nous faire oublier le reste d’Haïti. L’urgence est sécuritaire avant tout mais il faut en parallèle poursuivre nos efforts pour le développement socio-économique des Haïtiens, notamment dans les zones les plus éloignées et auprès des populations les plus vulnérables. Ulrika Richardson, Coordonnatrice résidente.

Lors de cette mission, Madame Richardson et la délégation ont visité le centre de fermentation du cacao à Anse d’Hainault construit dans le cadre du projet PROFIT, une unité pilote de transformation du fruit à pain en farine à Dame Marie, le centre de formation agricole de Lesson ainsi que le marché public de Chambellan où des interventions de réhabilitation et de modernisation vont avoir lieu en vue d’améliorer les conditions de transport et la commercialisation des produits de la zone en général, en particulier le cacao et fruit à pain.

Ces interventions de réhabilitation des marchés publics et de certaines portions de routes publiques agricoles répondent aux besoins identifiés après le tremblement de terre du 14 août 2021 qui a durement touché plusieurs communes du Département de la Grande Anse. Elles démontrent également l’engagement des agences des Nations Unies, notamment l’OIT, à accompagner les acteurs nationaux et locaux dans la restauration de meilleures conditions de vie et de bien-être des populations après des périodes de grande crise et des situations d’urgence causées par les catastrophes naturelles.


Les Nations Unies ont renforcé leur présence dans les départements. Nous pouvons ainsi appuyer plus d’initiatives de développement durable, notamment dans les filières agricoles, et encourager les jeunes à rester dans leurs régions et contribuer au développement de leurs communautés
. Ulrika Richardson RCO.

La Coordonnatrice Résidente des Nations Unies a également pu échanger avec différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet PROFIT, notamment des groupes de mutuelles de solidarité et des micro-entreprises agricoles, incluant des fournisseurs de services agricoles (FOSAG), gérées par des femmes. Les échanges ont porté notamment sur le rôle des femmes dans la gestion d’activités génératrices de revenus, contribuant à l’économie locale et au développement des filières du cacao et du fruit à pain.


Ce projet de développement de chaînes de valeur prometteuses a pour objectif de créer des emplois verts et décents et de générer des revenus plus importants et soutenus pour les petits producteurs de cacao et de fruit à pain. Cela permettra aux enfants de toutes ces familles d’aller à l’école, d’aider les habitants de ces communautés à améliorer leurs conditions de vie, et ainsi contribuer à la réalisation de la justice sociale, élément clé de la mission de l’OIT.
Fabrice Leclercq, Conseiller technique principal- projet PROFIT.


Par ce type de réalisation de l’OIT et d’autres agences présentes dans le pays, les Nations Unies s’engagent, et continueront à s’engager, auprès des autorités nationales et locales pour la mise en place d’un climat propice et favorable à l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.