1/7
S’attaquer à la discrimination entre hommes et femmes par l’égalité salariale

S’attaquer à la discrimination entre hommes et femmes par l’égalité salariale

Les discriminations au travail sont une violation des droits fondamentaux des travailleurs. La discrimination peut avoir divers motifs, dont le sexe. Les femmes en sont tout particulièrement victimes en matière de rémunération.

Une rémunération équitable est l’un des premiers moyens pour rétablir la situation et établir l’égalité entre femmes et hommes. Explorez cette info Story pour en savoir plus sur l’égalité salariale et la façon d’y parvenir.

L’égalité salariale est une affaire d’équité dans la rémunération.

Femmes et hommes doivent percevoir une rémunération égale pour un travail identique ou de valeur égale.

Les concepts de l’égalité salariale

À travail égal, salaire égal

Les femmes et les hommes doivent percevoir une rémunération égale lorsqu’ils effectuent le même travail ou un travail similaire.

Un salaire égal pour un travail de valeur égale

Les femmes et les hommes doivent percevoir une rémunération égale lorsqu’ils effectuent un travail qui diffère à bien des égards mais dont la valeur est égale.

Sommes-nous loin de l’égalité salariale ?

Les écarts de rémunération entre hommes et femmes existent dans tous les pays. Cet écart, exprimé en pourcentage des gains des hommes, est estimée à 23 pour cent à l’échelle mondiale. Autrement dit, une femme gagne en moyenne 77 pour cent de ce que gagne un homme. C’est ce qu’on appelle l’écart salarial entre hommes et femmes.

Cet écart se réduit lentement, mais au rythme actuel il faudrait attendre 2086 pour que l’égalité salariale soit réalisée dans le monde

Pourquoi un écart salarial hommes-femmes ?

Éducation et formation

Globalement, l’écart de scolarisation s’est réduit, mais dans certains pays les filles ont encore une scolarité plus courte que celle des garçons, car leur instruction est considérée comme moins utile ou moins profitable pour l’économie.

Cette discrimination dans l’éducation se traduit par de moins bonnes possibilités d’emploi.

Interruptions de carrière

Au moment d’une naissance, les mères doivent interrompre leur activité professionnelle.

Les hommes aussi connaissent des interruptions de carrière, mais les femmes sont plus pénalisées: les femmes qui ont des enfants sont moins payées que les hommes, mais aussi que les femmes sans enfants.

Les femmes réalisent aussi une part disproportionnée des tâches familiales, ce qui prend du temps qu’elles ne peuvent consacrer à leur travail et entrave la progression de leur carrière.

Ségrégation professionnelle entre hommes et femmes

Tandis que les hommes prédominent dans les emplois les mieux payés et les plus hauts placés, ainsi que dans l’encadrement, les femmes sont concentrées dans les emplois les moins bien rémunérés et les moins prestigieux, sans pouvoir de décision.

Cela découle souvent de préjugés sur le type d’emploi qui «convient» à une femme ou à un homme.

Temps partiel ou plein temps

La majorité des travailleurs à temps partiel sont des femmes ce qui contribue à l’inégalité des rémunérations.

Les femmes peuvent travailler à temps partiel par choix, mais bon nombre d’entre elles le font parce qu’elles assument aussi une plus grosse part des responsabilités familiales.

Dans certains pays, les préjugés sexistes font que les femmes ne peuvent travailler qu’à temps partiel.

Syndicalisation et négociation collective

Les entreprises qui emploient essentiellement des femmes sont en général petites, et dans les petites entreprises il existe moins souvent des syndicats pour représenter les travailleurs.

Dans ces petits établissements, où les femmes ne sont ni syndiquées ni représentées dans la négociation collective, elles perçoivent en général des salaires inférieurs.

Discrimination salariale

La discrimination salariale peut prendre plusieurs formes, directes et indirectes.

Dans certains cas, le taux de salaire est spécifiquement fixé en fonction du fait que le travailleur est un homme ou une femme, ce qui est une forme de discrimination claire et directe.

Plus souvent, la discrimination est masquée et indirecte, comme le fait que les salaires soient inférieurs dans les activités à dominante féminine.

1/4

Pourquoi l’égalité salariale est-elle importante ?

Pour accroître l’indépendance financière des femmes, renforcer leur position et leur pouvoir de décision, dans la famille comme dans la société

Pour diminuer le risque de voir les femmes et leurs familles basculer dans la pauvreté ou y rester

Pour garantir aux femmes un niveau de vie convenable durant leur retraite 

Pour réduire le risque de voir les familles dépendre du travail des enfants ou être prisonnières du travail forcé

Pour encourager les investissements dans les services, publics et privés, de garde et de soins à l’intention des enfants et des personnes âgées

Pour remettre en question les idées reçues sur les aspirations et les capacités des femmes, ou leurs aptitudes à occuper certains emplois

Pour accroître la capacité des entreprises à attirer et à conserver les travailleurs les plus qualifiés et les plus compétents

Pour améliorer la compétitivité des entreprises et renforcer le développement national

Pour réduire les risques de poursuites judiciaires, de frais de justice et de dédommagement pour cause de discrimination

Comment l’égalité salariale est-elle promue ?

Australie

En Australie, la plus haute juridiction du travail a considéré comme discriminatoires les rémunérations inférieures dans les services sociaux, de soins et à l’intention des personnes handicapées, dont 80% des salariés sont des femmes. Les syndicats et les pouvoirs publics ont négocié un accord sur l’égalité de rémunération impliquant des augmentations de salaires allant jusqu’à 45% pour les salariées.

Canada

Au Canada, la commission chargée de l’égalité au Québec a mis en ligne un dispositif gratuit d’évaluation non sexiste des emplois.

El Salvador

En El Salvador, l’inspection du travail s’est dotée d’une unité spécialisée en matière de discriminations fondées sur le sexe pour permettre aux inspecteurs du travail de traiter les problèmes d’égalité salariale.

France

En France, le Code du travail prévoit que la négociation collective traite des questions d’égalité entre hommes et femmes, notamment en vue de déterminer les mesures à prendre pour éliminer l’écart salarial. Chaque année, les employeurs doivent mettre à la disposition des représentants du personnel des informations relatives aux emplois occupés par les femmes et les hommes, avec les rémunérations correspondantes.

Indonésie

En Indonésie, un arrêté ministériel demande aux entreprises d’établir des échelles de salaire sur la base d’une analyse des emplois assortie de leur description et de leur évaluation.

Kenya

Au Kenya, la loi sur l’emploi prévoit qu’en cas d’allégation de discrimination, y compris à propos de l’égalité de rémunération pour un travail de valeur égale, il revient à l’employeur de prouver qu’il n’existe pas de discrimination.

Pakistan

Au Pakistan, la politique du travail prévoit que "Les salaires minima et situés au-dessus du minimum, des hommes et des femmes, doivent être fixés sur la base de l’égalité de rémunération pour un travail égal ou de valeur égale, entre hommes et femmes, conformément aux obligations du Pakistan en vertu des conventions 100 et 111 de l’OIT, respectivement relatives à l’égalité et à la non-discrimination".

Afrique du Sud

En Afrique du Sud, la loi sur l’égalité dans l’emploi demande aux employeurs d’inclure des éléments sur les différences de rémunération entre hommes et femmes dans leur rapport sur l’égalité dans l’emploi. On dispose ainsi de données sur les rémunérations dans chaque catégorie professionnelle, ventilées par sexe et par race. En cas d’«écarts disproportionnés», les employeurs doivent prendre des mesures pour réduire progressivement ces écarts, y compris par la négociation collective.

Suisse

En Suisse, la loi fédérale sur les marchés publics stipule que l’autorité publique n’adjuge le marché qu’à un soumissionnaire garantissant à ses salariés l’égalité de traitement entre femmes et hommes et s’assure de l’existence d’un système de contrôle à cet effet.

Togo

Au Togo, le Code du travail dispose que "tout employeur est tenu d’assurer, pour un même travail ou un travail de valeur égale, l’égalité de rémunération entre les salariés, quels que soient leur nationalité, leur sexe, leur âge ou leur statut".

1/4

Évaluer et valoriser les emplois

Au Portugal, la coopération des organisations d’employeurs et de travailleurs avec le gouvernement a débouché sur la mise en place d’une méthode neutre d’évaluation des emplois afin de réaliser l’égalité de rémunération entre hommes et femmes dans l’hôtellerie-restauration et le tourisme.

La méthode d’évaluation met en regard: les profils de qualification des travailleurs, les  exigences de l’emploi en termes d’efforts et de responsabilités, et les conditions de travail. Ces profils sont utilisés lors des négociations salariales de sorte que les hommes et les femmes soient rémunérés de façon égale.

Garantir l’égalité salariale

S’attaquer aux facteurs qui sont à l’origine des différences de rémunération a des effets qui vont bien au-delà de l’augmentation du salaire des femmes: c’est l’un des moyens les plus importants de lutter contre les discriminations sexuelles au travail et de réaliser l’égalité entre hommes et femmes.

L’égalité salariale va dans le sens du bien-être des familles, de la compétitivité des entreprises et du développement national. L’engagement de rémunérer les travailleurs de façon équitable est un engagement en faveur du travail décent et de la justice sociale, ainsi que la réussite économique.

Ce site web utilise des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.