1/7
Le pouvoir des petits: libérer le potentiel des PME

LE POUVOIR DES PETITS: LIBERER LE POTENTIEL DES PME

Les microentreprises ainsi que les petites et moyennes entreprises (communément appelées PME) représentent plus des deux tiers des emplois à l’échelle mondiale. On leur doit également l’essentiel de la création d’emplois.

Bien qu’elles soient à l’origine d’une immense part de l’emploi mondial, les PME continuent de se heurter à d’importantes difficultés, liées aux conditions de travail, à la productivité et à l’informalité.

Découvrez dans cette InfoStory comment l’OIT aide les PME à tirer pleinement parti de leur potentiel, garantissant ainsi à tous un avenir meilleur dans le monde du travail.

Les atouts des petites structures

Les petites et moyennes entreprises – ou PME – comptent généralement moins de 250 salariés. Dans de nombreux pays, plus de 90% des entreprises peuvent être considérées comme des PME, et une grande partie d’entre elles peuvent être classées dans la catégorie des microentreprises, celles qui emploient moins de dix personnes.

De nouvelles données du BIT montrent que, malgré la taille modeste de chaque entité, les microentreprises, les petites entreprises et les travailleurs indépendants absorbent, à eux tous, 70% de l’emploi mondial.

A l’heure où nous œuvrons à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies et de l’Agenda du travail décent de l’OIT, nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer le potentiel des PME ni les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Des moteurs du développement

Dans tous les pays, les PME ne sont pas uniquement des créatrices d’emplois, mais aussi des moteurs de la croissance économique et du développement social. Dans la plupart des pays de l’OCDE, elles contribuent pour plus de 50% au PIB, chiffre qui pourrait atteindre 70% selon certaines estimations. Cette contribution, qui varie selon les secteurs, est particulièrement élevée dans celui des services, où les PME représentent 60% du PIB, voire davantage, dans presque tous les pays de l’OCDE.

Les PME ont en outre davantage tendance à recruter des travailleurs qui rencontrent plus de difficultés à trouver un emploi, comme les jeunes, les travailleurs âgés et les travailleurs peu qualifiés.

Comprendre les enjeux

Les PME sont cruciales pour l’avenir du travail, car elles peuvent non seulement créer des emplois et soutenir la croissance économique, mais aussi stimuler l’innovation et la concurrence sur les marchés. Les grandes entreprises sont toutefois en mesure d’investir davantage dans la formation et les équipements, d’offrir des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail, et peuvent ainsi surpasser les PME en termes de productivité et de qualité de l’emploi

Dans les pays en développement, cet écart de productivité étouffe la création de revenu, est source d’informalité et pèse sur la croissance. Pour combler cet écart, il importe en premier lieu de comprendre les problèmes auxquels se heurtent les PME, en tenant compte du point de vue des employeurs et de celui des salariés ainsi que des grands enjeux que le monde du travail doit relever.

Point de vue de l’employeur

Il peut être difficile de diriger une petite entreprise, même lorsque les conditions sont favorables. Lorsque l’environnement dans lequel évolue l’entreprise est trop contraignant, la productivité et l’innovation s’en ressentent. Il ressort de nos recherches que, pour les employeurs, les plus grandes difficultés sont liées aux aspects suivants:

L’environnement réglementaire

Des règles inutilement complexes, des réglementations imprévisibles et des structures d’appui inefficaces entravent le fonctionnement des petites entreprises et freinent leur croissance.

L’accès au financement

Les PME doivent fréquemment supporter des coûts de transaction et des taux d’intérêt plus élevés que ceux des grandes entreprises, ce qui limite leur capacité à se financer à l’extérieur.

Les pénuries de compétences

Les PME souffrent de pénuries de compétences, qu’il s’agisse des chefs d’entreprise ou des salariés. Le manque de ressources et de connaissances et la crainte de voir leurs salariés débauchés par un concurrent n’incitent guère les PME à investir dans la formation de la main-d’œuvre.

L’accès aux infrastructures

Il arrive souvent que les petites entreprises n’aient pas accès aux infrastructures de base (eau potable, routes et électricité, par exemple), qu’elles soient exclues des réseaux d’entreprises et d’employeurs, et qu’elles ne disposent pas des ressources nécessaires pour utiliser les nouvelles technologies numériques.

Point de vue du travailleur

Pour la plupart des aspects de la qualité de l’emploi, les PME font moins bien que les grandes entreprises. Pour leurs salariés, les principales difficultés sont les suivantes:

Des salaires inférieurs

Dans les pays européens, les salaires offerts par les PME sont inférieurs de 20 à 30% à la moyenne nationale. Les chiffres sont du même ordre au Japon et aux Etats-Unis. Par ailleurs, au niveau mondial, les inégalités salariales entre hommes et femmes persistent entre les PME détenues par des hommes et celles détenues par des femmes.

L’absence de sécurité sociale

Dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, les petites entreprises ne sont pas tenues de cotiser aux régimes de sécurité sociale en raison de leurs effectifs restreints. Par ailleurs, de nombreuses PME exercent leurs activités dans l’économie informelle et n’offrent aucune sécurité sociale à leur personnel.

Des conditions insatisfaisantes sur le plan de la sécurité et de la santé au travail

Les recherches montrent que les environnements de travail sont plus dangereux dans les petites entreprises que dans les grandes. En Europe, 82% des accidents du travail et 90% des accidents mortels surviennent dans les PME.

Des relations professionnelles moins dynamiques

Les relations professionnelles et la négociation collective sont importantes pour améliorer la sécurité de l’emploi et les conditions de travail. Les PME affichent cependant un faible taux de syndicalisation et la négociation collective est souvent inexistante au niveau de l’entreprise.

Vue d’ensemble

Le monde du travail traverse une phase de bouleversements majeurs et bien des difficultés, nouvelles ou non, mettent particulièrement à rude épreuve les PME. Replacé dans une perspective appropriée, un défi peut toutefois se muer en opportunité.

L’approche de l’avenir du travail centrée sur l’humain, que l’OIT propose, nous offre les clefs nécessaires pour mettre le dynamisme des bouleversements en cours au service d’une évolution positive.

Le tournant écologique

Il ne saurait y avoir de durabilité environnementale sans le concours des PME. Elles ont une incidence sur l’environnement et ce sont également elles qui vont permettre la mise au point de solutions locales pour faire face au changement climatique. Cependant, pour de nombreuses petites entreprises, « l’écologisation » de leurs activités est limitée en raison des coûts supplémentaires qui en résultent ainsi que d’une moindre sensibilisation à cette problématique.

En sensibilisant aux avantages à attendre du tournant écologique et en dotant les petites entreprises des compétences nécessaires, nous pouvons assurer une transition juste vers un avenir pérenne sur le plan environnemental.

L’entrepreneuriat féminin

Ce sont des femmes qui détiennent et dirigent un tiers des entreprises de l’économie formelle dans le monde, et des millions d’autres femmes sont à la tête de petites entreprises informelles dans les économies en développement.

Les femmes continuent de faire le choix de l’entrepreneuriat et de réussir dans le monde des affaires malgré les obstacles auxquels elles sont confrontées, notamment la discrimination et le harcèlement au travail, la prise en charge de l’essentiel des responsabilités domestiques et, bien entendu, les inégalités salariales persistantes entre hommes et femmes. On peut dès lors imaginer ce qu’elles pourraient accomplir si les règles du jeu étaient équitables.

L’économie informelle

La majorité des PME sont également des entreprises informelles qui fournissent un moyen de subsistance à 60% des travailleurs du monde. Malheureusement, elles se caractérisent généralement par de bas salaires, de mauvaises conditions de travail, l’absence de sécurité sociale et une faible productivité. Elles n’ont souvent pas accès aux moyens de financement ni aux marchés, ce qui accentue encore leur informalité.

En instaurant des passerelles vers la formalité et une croissance soutenue de la productivité, nous pouvons créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, améliorer le fonctionnement des services publics moyennant l’élargissement de l’assiette fiscale et promouvoir une culture généralisée de la responsabilité citoyenne et du respect de la législation du travail

L’économie numérique

La rapidité de l’évolution numérique engendre de fortes distorsions dans tous les secteurs et toutes les branches d’activité. Pour les PME, les technologies numériques sont potentiellement synonymes d’une amélioration des pratiques de gestion et de la connaissance du marché. Elles peuvent également leur offrir un accès virtuel aux chaînes d’approvisionnement régionales et mondiales.

Or de nombreuses PME ne disposent pas des compétences ni des ressources nécessaires pour tirer parti de cette opportunité. En soutenant les PME dans leur transition vers le numérique, nous pouvons faire en sorte que les petites entreprises bénéficient pleinement des nouvelles technologies, tout en veillant à ce que leur passage au numérique ne compromette pas le travail décent.

1/4

Favoriser l’essor des PME

Depuis longtemps, l’OIT participe à l’essor des PME en leur proposant des formations de tous types, en soutenant l’entrepreneuriat, en favorisant la mise en place d’un environnement favorable et en ouvrant un accès au marché aux populations vulnérables.

Découvrez nos programmes:

Renforcer les chaînes d’approvisionnement

Aucune entreprise ne fonctionne en vase clos. Une chaîne d’approvisionnement, c’est-à-dire le parcours au cours duquel les entreprises créent de la valeur, englobe toutes les activités et tous les acteurs appelés à intervenir depuis la conception initiale du produit jusqu’à sa mise sur le marché.

L’OIT adopte une approche systémique pour améliorer les chaînes d’approvisionnement, et s’emploie à cet effet à recenser et à supprimer les éléments responsables des défaillances du marché, afin d’améliorer la situation des acteurs à chaque étape de la chaîne.

Le renforcement des chaînes d’approvisionnement augmente les profits et la productivité des PME, ce qui leur permet de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans leur collectivité, et ouvre ainsi la voie à une croissance durable comportant des retombées positives pour les plus démunis.

L’effet domino

La vision de l’avenir du travail défendue par l’OIT est centrée sur l’humain. Il s’agit donc de réaffirmer que le travail n’est pas une marchandise et de faire en sorte que les droits, les besoins et les aspirations de l’être humain soient au cœur de chaque programme et de chaque stratégie.

En aidant les PME à relever les défis auxquels elles sont confrontées, l’OIT améliore les moyens de subsistance de ceux qui les dirigent, de ceux qui travaillent pour elles et de tous ceux qui sont tributaires des produits et services qu’elles fournissent. Le soutien apporté aux PME a donc des répercussions positives de grande portée sur les familles, les communautés et les pays.

Avec les petites entreprises, l’avenir est prometteur

Il n’est pas question de laisser les PME de côté. Sans elles, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 restera lettre morte. Compte tenu de leur importance partout dans le monde et de leur un rôle capital dans le développement social, économique et environnemental, l’avenir du travail sera bien sombre si nous ne les aidons pas à tirer pleinement parti de leur potentiel.

Mais, dès lors que nous nous engageons à soutenir les petites entreprises, l’avenir s’éclaircit et apparaît prometteur.

Ce site web utilise des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.