Jour 3: 108e Conférence internationale du travail

Les dirigeants, les travailleurs et les employeurs du monde entier plaident pour la justice sociale à la Conférence du centenaire de l’OIT

Les dirigeants mondiaux ont exprimé leur soutien massif à l’OIT qui célèbre son centième anniversaire à la Conférence internationale du Travail du centenaire. La Conférence – la 108e session de la CIT – est particulièrement consacrée à l’avenir du travail et traite aussi la question de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.

Actualité | 12 juin 2019
GENÈVE (OIT infos) – Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Jamaïque, du Burkina Faso et de la Serbie, ainsi que le Premier ministre de l’Autorité palestinienne et les représentants des employeurs et des travailleurs se sont adressés à la Conférence internationale du Travail (CIT) lors de la troisième journée de la session du centenaire.

Ces dirigeants mondiaux ont tour à tour exprimé leur soutien au mandat de l’OIT pour la justice sociale. D’autres visites de haut niveau sont attendues au cours des derniers jours de la Conférence qui se déroule du 10 au 21 juin.

S’adressant aux délégués, le Premier ministre de la Jamaïque, Michel Holness, a déclaré: «La dimension humaine du monde du travail diminue quand l’automatisation englobe le facteur travail». Il a parlé d’un «engagement fondamental qui lie le passé au futur» et «qui impose aux gouvernements l’obligation morale et philosophique de veiller à ce que tous leurs citoyens prennent part au progrès et à la prospérité de leur pays».

«Nous, dirigeants caribéens, restons conscients que l’avenir – et nos obligations envers la prochaine génération – nous enjoint de «saisir le moment» et de nous appuyer sur l’imagination créatrice pour toujours inscrite dans le dynamisme d’une tradition caribéenne qui place l’humain d’abord», a-t-il déclaré.

Le Premier ministre du Burkina Faso, Christophe Joseph Marie Dabire, a souligné que «s'interroger sur l'avenir du travail revient à s'interroger sur l'avenir de l’humanité… dont la majorité vit dans les pays du Sud et la moitié sur le continent africain.»

«Il est impérieux d’élargir le champ du contrat social en intégrant dans les politiques publiques les mesures qui visent à prendre en compte à travers des cadres juridiques toutes les formes de travail formelles ou informelles, visibles et invisibles.»

La Première ministre de la République de Serbie, Ana Brnabic, a dit aux délégués: «Il y a deux domaines dans lesquels nous devons investir pour préparer l’avenir qui est déjà une réalité: le premier, c’est l’éducation et le second, la créativité.»

«La créativité va jouer un rôle crucial dans le nouveau monde créé par la Quatrième révolution industrielle, tout simplement parce qu’elle ne peut pas être sous-traitée, qu’elle ne peut pas être automatisée, qu’elle n’est pas concernée par la course au moins-disant … La créativité est une caractéristique fondamentale de l’homme.»

S’exprimant au nom du Groupe des travailleurs, la Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, Sharon Burrow, a parlé du «défi urgent de garantir un socle de dignité à tous les travailleurs», «qu’il nous appartient à tous de relever», a-t-elle ajouté.

«Nous sommes, je le crains, au bord d’une période de colère. Elle vient du désespoir, d’un manque d’espoir et, alors que le contrat social continue de se déliter, l’enjeu consiste pour nous à réaffirmer, à développer et à renouveler le contrat social.»

Pour le Groupe des employeurs, Roberto Suarez Santos, Secrétaire général de l’Organisation internationale des employeurs a rappelé aux délégués que: «L’avenir nous offre plus de possibilités que jamais auparavant. Des millions de travailleurs, d’individus et d’entreprises auront un accès inédit à l’éducation, aux compétences et aux relations d’affaires.»

«Si nous maximisons les bénéfices de ces nouvelles opportunités, davantage de personnes encore pourront sortir de la pauvreté. Nous ne devons pas freiner l’avenir et apporter des réponses nourries par la peur. Soyez conscients qu’en bridant l’esprit d’entreprise, vous ne porterez pas seulement préjudice aux futurs emplois mais également à la créativité, à l’innovation et à la prospérité.»

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohamed Shtayyeh, a félicité la Commission mondiale sur l’avenir du travail, qui a présenté son rapport historique en janvier. «Les recommendations pour l'avenir du travail sont importantes pour nous. Investir dans le potentiel humain et dans les institutions est important pour les Palestiniens, qui s’efforcent de construire un État palestinien indépendant, capable de servir ses citoyens et de répondre à leurs besoins ».

La CIT de cette année s’efforce de répondre aux défis qui naissent des profondes transformations en cours dans le monde du travail; elle pourrait adopter une importante Déclaration du centenaire de l’OIT, portant sur une approche de l’avenir du travail centrée sur l’humain. Plus de 5 700 délégués – représentant les gouvernements, les travailleurs et les employeurs – discuteront aussi d’une éventuelle norme sur la prévention de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.