Contactez-nous

L’équipe GOALI
B
ibliothèque du BIT

4 route des Morillons
CH - 1211 Genève 22
Suisse


Courriel : goali@ilo.org

Information juridique en ligne

L’OIT lance un programme d’accès en ligne à la recherche et à la formation juridiques pour les pays en développement

Les chercheurs, les étudiants en droit, les décideurs politiques, les juges et les experts juridiques des pays à revenu faible et intermédiaire auront désormais un accès en ligne, gratuit ou à faible coût, à l’information et à la formation des principaux éditeurs universitaires mondiaux dans le domaine juridique.

Communiqué de presse | 6 mars 2018
© G.J. Norman / Cultura Creative
GENÈVE (OIT Infos) – L’OIT et un groupe de partenaires universitaires ont lancé un programme pour offrir un accès gratuit ou peu coûteux à l’information et à la formation juridiques afin de promouvoir la recherche dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire et pour renforcer l’Etat de droit.

Ce programme, intitulé GOALI (acronyme anglais pour Accès mondial en ligne à l’information juridique) va donner aux usagers de plus de 115 pays en développement accès à un large éventail d’informations juridiques indispensables pour leur travail et leurs études qu’ils ne seraient pas en mesure d’obtenir dans cela.

Les institutions éligibles comprennent les gouvernements, les universités, les facultés de droit, les instituts de recherche et les institutions à but non lucratif, ainsi que les secrétariats des organisations nationales de travailleurs et d’employeurs.

Parmi les principaux sujets couverts par le programme, on trouve le droit international, les droits de l’homme, le droit humanitaire et le droit du travail – des domaines qui peuvent contribuer à renforcer les cadres et les institutions juridiques dans de nombreux pays en développement. Le programme va aussi contribuer à l’Objectif de développement durable 16 des Nations Uniespaix, justice et institutions responsables et efficaces.

Découvrez comment GOALI aidera ces deux avocats du Salvador et du Zimbabwe.2
«GOALI a pour objectif d’améliorer la qualité de la recherche, de l’enseignement et de la formation juridiques dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et, partant, de renforcer les cadres et les institutions juridiques, ainsi que l’Etat de droit», a déclaré la Directrice générale adjointe de l’OIT, Déborah Greenfield.

«Cette initiative va mettre cette information vitale à la portée de ceux qui, jusqu’à présent, n’y avaient pas accès. Cela pourra aussi contribuer à promouvoir la justice sociale et des sociétés inclusives qui sont au cœur du mandat de l’OIT», a-t-elle ajouté.

GOALI a été mis au point grâce à la participation d’éditeurs, d’organisations de l’ONU et d’universités, dans le cadre de Research4Life1, un partenariat visant à stimuler la recherche scientifique, les soins de santé, la formulation des politiques et la justice dans le monde.

Le programme a été présenté au siège de l’OIT à Genève, en présence de représentants de la société d’éditions universitaires Brill Nijhoff, de la bibliothèque de droit Lillian Goldman de la Faculté de droit de Yale, de celle de la Faculté de droit de Cornell et du Centre international de formation de l’OIT. Liesbeth Kanis, Directrice générale de Brill Asia a déclaré que GOALI allait «clairement combler un manque dans le domaine de l’accès à l’information juridique dans les pays en développement. Brill Nijhoff a fourni près de 160 revues et livres numériques, principalement dans le domaine du droit, y compris une collection d’ouvrages sur les politiques de développement international et une revue à but non lucratif, Journal of Interrupted Studies».

La bibliothèque de droit Lillian Goldman de la Faculté de droit de Yale, pour sa part, «intègre des centaines de revues juridiques et de livres numériques chaque jour, ainsi que des métadonnées connexes pour faciliter la recherche de contenus par les usagers de GOALI», a expliqué sa bibliothécaire, Teresa Miguel-Stearns. «A ce jour, nous avons plus de 10 000 titres juridiques en provenance d’une soixantaine d’éditeurs. La plupart de ces éditeurs contribuent déjà au contenu d’autres programmes de Research4Life depuis des années», a-t-elle ajouté.

Un troisième partenaire, la bibliothèque de droit de Cornell «va apporter son expertise dans les domaines de la recherche, de l’enseignement et de la formation en fournissant un soutien à l’apprentissage aux participants du programme, tant physique que virtuel», a déclaré Femi Cadmus, bibliothécaire de la faculté de droit d’Edward Cornell, Doyen associé et Professeur invité à la Faculté de droit de Cornell.

Les institutions inscrites auprès des autres programmes de Research4Life bénéficieront d’un accès automatique à GOALI. Les autres sont invitées à s’inscrire sur ce site web.

Pour tout renseignement, merci de contacter Edith Horvàth, goali@ilo.org.

1 A propos de Research4Life: Research4Life est un partenariat public-privé associant l'OMS, la FAO, le PNUE, l'OMPI, l'OIT, les universités de Cornell et de Yale, l'Association internationale des éditeurs scientifiques, techniques et médicaux, et plus de 185 éditeurs internationaux. L'objectif de Research4Life est de réduire les disparités de connaissances entre les pays à haut revenu et les pays à revenu faible ou intermédiaire en leur fournissant un accès abordable à l'information scientifique et professionnelle. Les autres programmes de recherche concernent l’agriculture, la santé, l’environnement, la science et l’innovation.



 2
Ana Mercedes Reyes Landaverde est juriste et travaille comme Coordinatrice de l’Unité pour l’égalité hommes-femmes à la Cour suprême d’El Salvador.
«A mon poste, on donne la priorité aux droits humains des femmes et on œuvre pour l’institutionnalisation d’une approche tenant compte de l’égalité hommes-femmes au sein du pouvoir judiciaire.»
«Je prépare actuellement ma thèse de doctorat en Droits de l’homme et Education pour la paix à l’université d’El Salvador.»
«Il est plutôt difficile d’effectuer des recherches d’information en ligne. Souvent, quand vous trouvez le texte idéal pour votre recherche, vous devez l’acheter et certaines informations s’avèrent peu fiables.»
Elle explique qu’ici la recherche s’intéresse aux licenciements abusifs des femmes dans le secteur privé, au manque de soutien de la part des autorités compétentes en matière d’accès à la justice et à l’incapacité à faire respecter les normes nationales et internationales sur les droits au travail des femmes. «Le site (GOALI) me sera très utile pour m’informer.»
«En consultant le site GOALI, j’ai constaté qu’il y avait beaucoup d’informations sur l’égalité hommes-femmes qui seront une aide précieuse non seulement pour ma thèse mais aussi pour les articles, les études et les analyses que nous réalisons au bureau. Je pense que ce sera un site très utile pour les étudiants ainsi que pour les juristes qui travaillent sur les questions de droits au travail et d’égalité hommes-femmes. J’ai parlé du site à mes collègues et à la bibliothèque de droit et leur ai dit qu’ils devraient l’avoir dans leur base de donnés.»


Brian Penduka est un juriste zimbabwéen, consultant juridique auprès de la Commission internationale de juristes, une ONG basée à Genève.
Dans le cadre de sa mission visant à renforcer l’Etat de droit au Zimbabwe, il apporte son appui aux juges, en les aidant à se procurer la littérature juridique appropriée. Il cherche aussi à promouvoir la rédaction d’articles juridiques et universitaires.
«Ils essaient de développer la jurisprudence de leur pays, veillant à ce que les praticiens du droit aient accès à autant d’informations que possible.»
Le GOALI (Accès mondial en ligne à l’information juridique) serait très utile à cet égard. Avoir accès à des sources d’information permettrait aux étudiants et aux juristes de produire une recherche de meilleure qualité et «d’améliorer leurs mémoires et par là-même la jurisprudence», a précisé M. Penduka.
«La qualité des mémoires est encore très insuffisante et la jurisprudence reflète le manque d’accès à l’information. Cet accès est primordial pour renforcer la protection des droits de l’homme et le respect de l’Etat de droit.»