L’OIT lance le concours mondial de presse 2018 sur la migration de main d’œuvre et le recrutement équitable

Ce concours international vise à promouvoir le reportage de qualité en matière de migration de main-d’œuvre et de recrutement équitable des travailleurs migrants.

Note aux journalistes | Monde | 14 septembre 2018
GENEVE (OIT Infos) – L’Organisation Internationale du Travail lance la quatrième édition du concours mondial de presse afin de récompenser des couvertures médiatiques exemplaires sur la migration de main d’œuvre. Cette année, le concours se concentre sur la migration de main d’œuvre et le recrutement équitable des travailleurs migrants.

L’objectif de ce concours est d’encourager les reportages de qualité sur la migration de main-d’œuvre et les enjeux liés au recrutement. Cela est d’autant plus important que les médias font souvent le lit de récits publics toxiques fondés sur de mauvaises perceptions en ce qui concerne la nationalité, l’origine nationale, le genre ou le statut migratoire qui renforcent les préjugés, l’intolérance et la stigmatisation à l’endroit des travailleurs migrants et de leur famille.

Sans ignorer les aspects négatifs (par exemple, la réalité est souvent dure du fait de l’exploitation et des atteintes aux droits de l’homme et aux droits au travail), les candidats sont également invités à mettre en lumière la contribution positive que les travailleurs migrants apportent aux pays d’origine, de transit et de destination, et comment des pratiques de recrutement équitables et transparentes peuvent contribuer à faire de la migration une expérience positive pour tous.

Le concours mondial de presse 2018 contribuera à la campagne des Nations Unies TOGETHER (https://together.un.org/) qui vise à encourager les actions mondiales de promotion de la non-discrimination et de la lutte contre le problème que constitue la hausse de la xénophobie à l’égard des réfugiés et des migrants. Les 193 Etats membres de l’ONU se sont engagés à mener la campagne TOGETHER, qui s’achèvera fin 2018, au moment où l’Assemblée générale des Nations Unies devrait adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et le Pacte mondial sur les réfugiés.

Le concours de presse mondial 2017 sur la migration de main-d’œuvre est organisé par l’Organisation internationale du Travail, en collaboration avec la Confédération syndicale internationale, l’Organisation internationale des employeurs, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, la Fédération internationale des journalistes, Equal Times, Solidarity Center, Human Rights Watch et Migrant Forum in Asia, ainsi que le Centre international de formation de l’OIT. Le concours de cette année est organisé avec l'appui du projet d'action mondiale en faveur de l'amélioration du cadre de recrutement de travailleurs migrants (REFRAME), financé par l'Union européenne, et du programme intégré sur le recrutement équitable (FAIR), financé par la DDC.

Le concours débute le 14 septembre 2018 et s’achève le 31 octobre 2018. Les journalistes professionnels et les photographes sont invités à envoyer deux œuvres maximum dans l’une des deux catégories suivantes:
  • reportage dans les médias (articles dans la presse écrite, en ligne ou radio)
  • reportage photo/multimédia
Les articles ne doivent pas dépasser 8’000 mots et les productions audio et visuelles 10 minutes. Seules les œuvres publiées entre le 1er juin 2017 et le 31 octobre 2018 seront admises pour ce concours. Pour la catégorie reportage photo/multimédia, les photographes ou journalistes peuvent envoyer jusqu’à 3 photos avec une légende. Celles-ci doivent avoir été publiées entre le 1er juin 2016 et le 31 octobre 2018 pour être acceptées.

Les œuvres soumises doivent porter sur l’un des deux domaines thématiques suivants: i) aspects relatifs à la migration de main-d’œuvre (la contribution des travailleurs migrants au développement économique et social des pays d’origine et de destination, la protection de leurs droits au travail, la reconnaissance de leurs compétences, leur intégration sur le marché du travail, leur protection sociale, les travailleurs migrants en situation irrégulière, leurs conditions de travail – en particulier leur salaire, la durée du travail, la santé et la sécurité au travail, les travailleurs migrants dans l’économie informelle, leurs droits syndicaux, le travail forcé, le travail des enfants et les situations de traite); ii) le recrutement équitable des travailleurs migrants (inspiré par les Principes généraux et directives opérationnelles concernant le recrutement équitable). Les journalistes sont fortement encouragés à produire des œuvres qui mettent en lumière les réalités des processus de recrutement des travailleurs migrants ainsi que les aspects positifs des pratiques de recrutement équitables et transparentes.

Les réfugiés et les personnes déplacés, lorsqu’ils sont employés comme travailleurs dans un autre pays que le leur, sont considérés comme des travailleurs migrants. De ce fait, les soumissions couvrant les travailleurs migrants internationaux et les réfugiés (qui font partie d’un marché du travail autre que celui de leur pays d’origine) seront acceptées.

Prix

Les quatre lauréats (un par catégorie et par domaine thématique) recevront 1000 dollars chacun. Les œuvres récompensées seront présentées sur le site Web de l’OIT et largement diffusées comme exemples de journalisme de qualité

Conditions

Pour participer au concours, veuillez remplir le formulaire électronique avant le 31 octobre 2018 (23h59 CET au plus tard). Les œuvres sont acceptées dans trois langues: l’anglais, le français et l’espagnol. Les œuvres présentées dans d’autres langues ne seront acceptées que si le candidat présente une traduction fidèle dans l’une de ces trois langues. Le nom des lauréats sera officiellement annoncé le 18 décembre, à l’occasion de la Journée internationale des migrants. Pour plus de renseignements, veuillez écrire à l’adresse suivante: Labour-Migration-Media-Competition@ilo.org 
 

Critères de jugement

Un groupe de 4 à 5 juges éminents, avec le BIT, évaluera les dix meilleures œuvres de chacune des deux catégories. La décision de l’OIT et des juges sur tous les aspects du concours est définitive et aucune correspondance  ne sera engagée à quelque stade que ce soit. L’OIT encourage les journalistes à soumettre des œuvres couvrant divers aspects de la migration de main-d’œuvre et, dans la mesure du possible, à refléter les différentes parties concernées: autorités, employeurs, organisations syndicales et travailleurs migrants.

En plus de vérifier que les soumissions au concours sont conformes à l’éthique fondamentale du journalisme, toutes les œuvres seront jugées selon les critères suivants:

Créativité:
  • Contribue à une meilleure compréhension des questions relatives à la migration de main-d’œuvre et à la situation des migrants et des réfugiés sur le marché du travail, ainsi que des questions relatives au recrutement équitable de travailleurs migrants;
  • Reflète les points de vue de différents acteurs (travailleurs migrants, gouvernements, employeurs et travailleurs);
  • Présente des solutions créatives pour relever les défis en matière de protection de la main-d’œuvre et d’intégration sur le marché du travail (par exemple, en comparant si possible la situation avant et après l’introduction d’une nouvelle législation, d’une nouvelle politique migratoire, d’un accord bilatéral, etc.);
  • Contribue à lutter contre les stéréotypes, la xénophobie ou la discrimination sur le marché du travail;
  • En particulier, ce qui concerne le premier domaine thématique:
    • Dépeint la contribution des travailleurs et travailleuses migrant(e)s au développement économique et social des pays d’origine et de destination (par exemple, en répondant aux besoins de main-d’œuvre et de compétences à tous les niveaux de compétence, en contribuant à la durabilité des systèmes de sécurité sociale, en élargissant les échanges de connaissances, de technologies, de compétences et de liens commerciaux, et en participant à la création d’emplois non seulement en tant que consommateurs de biens et de services et que contribuables, mais également en tant qu’entrepreneurs de micro entreprises);
    • Met en avant des réussites et des pratiques positives en présentant autant que possible les résultats positifs d’une gouvernance équitable de la migration de main-d’œuvre (par exemple, en promouvant les principes de la non-discrimination et de l’égalité de chances/de traitement fondés sur les normes de l’OIT, ainsi que l’intégration sur le marché du travail, la reconnaissance des compétences et la protection au travail de tous les travailleurs migrants et membres de leur famille);
    • Montre les problèmes en matière de migration de main-d’œuvre en ce qui concerne le manque de travail décent et l’absence de protection sociale, la situation des travailleurs migrants en situation irrégulière, leurs conditions de travail (en particulier les questions liées à leur salaire, à la durée du travail et à la santé et la sécurité au travail), les travailleurs migrants dans l’économie informelle, l’absence de droits syndicaux, les migrants astreints au travail forcé, le travail des enfants, et les situations de traite, ainsi que les travailleurs migrants victimes de discrimination, de racisme et de xénophobie;
  • En ce qui concerne en particulier le deuxième domaine thématique, les participants sont encouragés à:
    • Faire référence aux normes internationales du travail relatives au recrutement équitable, conformément à l’initiative de l’OIT pour un recrutement équitable et aux Principes généraux et directives opérationnelles concernant le recrutement équitable;
    • Réfléchir sur les effets du recrutement équitable sur les conditions de travail et de vie des travailleurs et travailleuses migrant(e)s;
    • Envisager le recrutement équitable comme un élément important de l'engagement de la communauté internationale pour réduire les coûts de la migration de la main-d'œuvre ;
    • Les entrées devront de préférence contribuer à la contribution d’une impression positive de la migration de main d’œuvre ou contribuer à corriger les impressions négatives et fausses idées autour de la migration de main d’œuvre.
Exactitude:
  • Recueille des éléments de première main;
  • Comprend une traduction en anglais, en français ou en espagnol qui doit être fidèle à l’original si une partie ou la totalité de l’entrée présentée est dans une autre langue;
Protection:
  • Protège les groupes vulnérables, les sources et autres éléments sensibles du récit en ne livrant pas d’informations inutiles, susceptibles de porter préjudice (y compris des éléments d’identification visuelle, des noms, des lieux, etc.);
  • Utilise une terminologie fondée sur les droits;
  • Les participants qui utilisent l’expression « migrant illégal » dans leurs travaux seront disqualifiés car il est considéré que cette expression « stigmatise » les migrants et leur famille. Les participants sont priés d’utiliser les expressions suivantes « sans-papiers », « travailleurs migrants en situation irrégulière », « statut irrégulier » ou « migrants en situation irrégulière ». Veuillez-vous reporter au glossaire qui figure sur le site Web de l’OIT pour en savoir plus sur les termes fondés sur les droits et la terminologie que les Nations Unies soutiennent: http://www.ilo.ch/global/topics/labour-migration/publications/WCMS_310235/lang--en/index.htm (en anglais seulement).