Séminaire

Le dialogue social pour la transformation économique, la paix et la résilience en Haïti

Cet article présente les résultats du séminaire organisé par l'Organisation internationale du Travail avec le Centre International de Formation à Turin, sur l'importance du dialogue national pour une économie inclusive et porteuse de paix.

Article | 29 septembre 2023
Participants au séminaire sur la promotion du dialogue social en Haiti © ILO
PORT AU PRINCE (Haïti) - L'Organisation internationale du Travail (OIT), en partenariat avec son Centre International de Formation à Turin, a organisé du 26 au 28 septembre une formation intitulée "La promotion du dialogue social pour la transformation économique, la paix et la résilience en Haïti".

Cette initiative s'inscrit dans le cadre du projet "Dialogue national pour une économie inclusive et porteuse de paix", appuyé par le Fonds pour la Consolidation de la Paix, conjointement mis en œuvre par l'OIT et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

La formation, salué par une participation active de plus de quarante participant(e)s (30% de femmes) a été inaugurée par le Ministre des Affaires Sociales et du Travail, M. Pierre Odney, qui a souligné l'importance cruciale de cette formation pour renforcer les capacités des mandants tripartites en Haïti. Il a mis en avant le rôle central du dialogue social en tant qu'élément clé de la politique de protection sociale, ainsi qu'en tant qu'instrument essentiel pour des négociations constructives et une bonne gouvernance entre les employeurs et les travailleurs concernant les conditions de travail. M. Odney a reconnu l’appui de l’OIT à ses mandants en Haïti.

M. Ariel Pino, coordinateur de l'OIT en Haïti, a insisté sur l'importance de donner une substance au dialogue social, mettant en avant sa contribution à la paix, à la résilience, à la transformation économique et à la réforme de la protection sociale.

La formation a été animée par M. Sylvain Baffi, spécialiste du dialogue social au Centre International de Formation de l'OIT. Il a mis l'accent sur le rôle essentiel du dialogue social dans l'agenda du travail décent. Cette formation a permis aux représentants du gouvernement, des employeurs, des travailleurs, du Haut Conseil de Transition (HCT), de la société civile et des partenaires de l’ONU de mieux comprendre le dialogue social en tant que vecteur de bonne gouvernance institutionnelle et élément fondamental du nexus humanitaire, développement et paix et des processus de réforme sociale et économique.

Mme Nieves Thomet, spécialiste de la paix au sein du Programme d'Action Prioritaire de l’OIT à Genève sur le travail décent dans les crises et les post-crises, a élaboré sur la nécessité de promouvoir le dialogue social comme condition fondamentale pour la prévention des conflits, la justice sociale et la paix dans des contextes fragiles. Son intervention avait pour objectif de préparer les parties prenantes à s'impliquer activement dans les forums de dialogue national orchestré par le projet et existants dans le pays.

L'atelier a été marqué par la participation de Mme Innocence Ntap Ndiaye, Présidente du Haut Conseil National du Dialogue Social du Sénégal. Mme Ntap Ndiaye a mis en avant l'importance cruciale de la concertation, du consensus et du dialogue dans la prévention des conflits et la gestion des impacts sociaux et économiques des crises. Elle a souligné que la représentativité syndicale est un facteur clé pour la réussite du dialogue social, quel que soit le gouvernement en place. Elle a également souligné l’importance des avoirs des institutions de dialogue social fortes et reconnues.

L'expérience du Conseil économique et social du Honduras a également été partagée lors de cet atelier par M. Jaime Escobar, Secrétaire Technique Exécutif. Il a mis en avant le rôle essentiel de la confiance dans le processus de dialogue, qui se construit par le respect des différentes positions et par des échanges transparents d'informations entre les partenaires tripartites. M. Escobar a rappelé que de nombreux conseils économiques et sociaux naissent d'un manque de dialogue et d'investissement de la part du gouvernement, mais que la construction d'un dialogue efficace est essentielle pour garantir la paix sociale. Il a insisté sur l'importance de faire le premier pas vers la résolution des conflits.

Ces exemples inspirants de dialogue social et de prévention des conflits démontrent que, quelle que soit la situation politique ou économique, le dialogue et la concertation restent des outils puissants pour promouvoir la paix sociale. Les leçons tirées de l'expérience du Sénégal et du Honduras nous rappellent que l’institutionnalisation, la confiance, le respect mutuel et la transparence sont les piliers de tout processus de dialogue réussi.

En conclusion, la formation a renforcé l'idée que le dialogue social ne doit pas être considéré comme un simple exercice, mais comme un impératif pour garantir la stabilité sociale et économique. Il a également souligné que chaque acteur, qu'il s'agisse du gouvernement, des syndicats ou du secteur privé, a un rôle crucial à jouer dans la promotion de la paix sociale.

À travers ces exemples concrets, l'atelier a offert des perspectives précieuses pour un avenir où le dialogue et la concertation seront au cœur de la prévention des conflits et de la construction d'un avenir meilleur pour tous.