14. Systèmes d'information sur le marché du travail

Développement durable

Travail décent

Economie Social Environnement Emploi Protection Droits Dialogue
Cibles ODD pertinentes
8, 8.8, 1.3, 5.5, 17.18, 17.19
Résultats stratégiques pertinents
1, 3, 4, 5, 6, 7 2, 8, 9, 10

Sur cette page : Relation ATD-ODD | Eléments transversaux pour l’élaboration des politiques | Partenariats | Capacités de l’OIT | Ressources

L’identification des problématiques relatives au marché du travail est tributaire de la disponibilité de données, d’informations et d’analyses. Les Systèmes d'information sur le marché du travail (LMIS) fournissent une base essentielle aux politiques de l’emploi et du travail en orientant la conception, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques qui sont ainsi mieux ciblées. Ces systèmes contribuent également à réduire les coûts de transaction des marchés du travail, car ils aident à combler les déficits d’information des acteurs du marché du travail.

La plupart des pays s’engagent à développer des systèmes d'information sur le marché du travail. Cependant, en particulier dans les pays en développement, le fonctionnement de ces derniers, lorsqu’ils existent, est entravé par de nombreux obstacles, dont l’insuffisance de données. Or, celle-ci ne concerne pas uniquement les questions complexes comme l’informalité et la protection de l’emploi, mais aussi les indicateurs du marché du travail publiés dans la plupart des économies développées à un rythme mensuel ou trimestriel, tels que les indicateurs de l’emploi et du chômage. Dans les pays en développement, l’insuffisance des données est due, par exemple, à la rareté des ressources, à des capacités d’analyse insuffisantes et à des facteurs structurels. De plus, les institutions du marché du travail, comme les organisations de travailleurs et d'employeurs, sont faibles dans de nombreux pays, ce qui freine le développement et l’utilisation de mécanismes pour transposer les informations et les analyses en décisions. Ces difficultés peuvent conduire à formuler des politiques sur de mauvaises bases ou empêchent d’avoir un suivi adéquat, ce qui porte atteinte aux efforts déployés pour atteindre les objectifs de développement et du marché du travail (49).

On distingue trois fonctions principales des Systèmes d'information sur le marché du travail :
  • Les LMIS facilitent l’analyse du marché du travail;
  • Les LMIS servent de base au suivi et à l’information sur les politiques de l’emploi et du travail; et
  • Les LMIS constituent un mécanisme d’échange d’informations ou coordonnent différents acteurs et institutions produisant et utilisant des informations et des analyses sur le marché du travail.
Enfin, les LMIS servent surtout à produire des informations et des analyses à l’attention des décideurs et d’autres acteurs du marché du travail. Les fonctions de l’Observatoire européen de l’emploi sont, par exemple, les suivantes: «L’Observatoire européen de l’emploi contribue au développement de la Stratégie européenne pour l’emploi par la fourniture d’informations, d’études comparatives et d’évaluations des politiques de l’emploi et des tendances sur le marché du travail». Il est important de disposer d’accords institutionnels afin d’assurer une large diffusion des informations et des analyses, et d’offrir la possibilité aux acteurs du marché d’influer sur le programme des LMIS.

Les Systèmes d'information sur le marché du travail peuvent également être directement engagés dans le suivi et l’information sur les politiques de l’emploi et du travail. Le rôle institutionnel des LMIS peut être élargi, à la fois sur le plan international et national, afin d’inclure l’échange d’informations ou de coordination des activités des acteurs du marché, ce qui comprend les agences nationales de statistique, les instituts de recherche et les institutions chargées de la formulation et de la mise en œuvre des politiques, comme les organisations de travailleurs et d'employeurs. Cette fonction peut aller de la diffusion d’informations sur des notions, des définitions et des normes, à l’affectation de ressources pour la collecte de données ou des activités analytiques spécifiques.

Les systèmes d'information sur le marché du travail comprennent quatre composantes principales :
  • la collecte et la compilation de données et d’informations;
  • le dépôt central d’informations;
  • la capacité et les outils d’analyse; et
  • les accords et réseaux institutionnels.
Concernant la première composante, et compte tenu du fait que les LMIS doivent fournir des analyses des marchés du travail dans leur contexte économique, la collecte ou la compilation des données ne se limite pas aux données sur les marchés du travail, mais englobe aussi des informations sur l’économie en général. Par exemple, des données sur les flux commerciaux et les transferts de fonds sont indispensables pour analyser les impacts du marché du travail sur les crises économiques.

Des enquêtes sur la main-d'œuvre peuvent être conçues pour couvrir la totalité de la population d’un pays, des secteurs de l’économie et des catégories de travailleurs, y compris les travailleurs indépendants, les travailleurs familiaux collaborant à l'entreprise familiale et les personnes exerçant des travaux occasionnels ou une activité économique marginale. C’est la raison pour laquelle les enquêtes sur la main-d'œuvre auprès des ménages offrent l’avantage unique de fournir des informations sur le marché du travail d’un pays et sur la structure de ce dernier. D’autres sources, telles que les recensements, les enquêtes auprès des ménages à finalités multiples, les enquêtes auprès des établissements, ou des registres administratifs (p. ex. dossiers des services de l'emploi), diffèrent dans la portée, la couverture, les unités de mesure ou les méthodes de collecte des données.

Chacune de ces sources possède des avantages et des inconvénients en termes de coûts, de qualité et de type d’informations recueillies. Les enquêtes auprès des établissements, par exemple, ont généralement une faible couverture de très petites entreprises ou d'entreprises non déclarées, mais sont une source plus fiable s’agissant des rémunérations et des gains. De même, les registres administratifs sont une source peu chère d’informations sur le marché du travail mais ces informations sont limitées par l’objectif même des dossiers, qui peut être différent de celui poursuivi par un analyste ou un décideur. Par conséquent, pour être efficaces, les LMIS doivent s’appuyer sur toutes les sources.

Les LMIS permettent, au minimum, de suivre une série d’indicateurs, qui sert de base à l’élaboration de systèmes plus sophistiqués. Les indicateurs du travail décent sont un ensemble d’indicateurs largement utilisés; ils figurent sur le portail ILOSTAT, le système d’information statistique central de l’OIT. Les indicateurs du travail décent couvrent les quatre dimensions de l’Agenda du travail décent, plus les indicateurs du contexte économique et social du travail décent.

Parmi les plus de 400 indicateurs et classifications répertoriés dans ILOSTAT, les Indicateurs clés du marché du travail (ICMT) constituent un sous-ensemble des indicateurs du marché du travail utilisés pour suivre les nouvelles tendances en matière d’emploi. Le premier ensemble d’indicateurs avait été sélectionné en consultation avec l’OCDE et les représentants nationaux des Ministères du travail et des bureaux de la statistique. La sélection et la conception des indicateurs clés ont évolué depuis la première édition des ICMT, et continuent de le faire, et comprennent de nouveaux indicateurs basés sur la demande et la disponibilité. La dernière version des indicateurs ICMT est maintenant entièrement intégrée à ILOSTAT et peut être directement consultée sur ce portail.

Un instrument recommandé pour stocker et diffuser les indicateurs LMIS est OECD.Stat (mis à jour par l’OCDE), car :
  • Cette puissante plateforme est accessible aux pays utilisant les LMIS grâce à un accord entre l’OIT et l’OCDE et la communauté de collaboration sur les systèmes d’information statistique (SIS-CC).
  • OECD.Stat est l’une des plateformes d’information statistique les plus perfectionnées actuellement utilisées par les services officiels de statistiques.
  • L’OIT et l'OECD/SIS-CC ont signé un protocole d’accord permettant à l’OIT de mettre OECD.Stat gratuitement à la disposition de tous les pays utilisant un LMIS conformément aux recommandations de l’OIT. En outre, l’OIT fournit une assistance de premier niveau et des mises à jour gratuites.
  • La SIS-CC promeut des valeurs en accord avec les principes de l’OIT, telles que le partenariat (collaboration plutôt que relation vendeur/client), la transparence, et la cohérence avec les normes statistiques admises à l’échelle internationale.
  • OECD.Stat comprend quatre fonctions principales (saisie de données, stockage de données, extraction de données et analyse de données).
Les travaux de l’OIT sur les LMIS font l’objet d’une convention spécifique: la convention (n° 160) sur les statistiques du travail, 1985, ratifiée par 50 pays. Labour Statistics Convention, 1985 (No. 160), which has been ratified by 50 countries.

Relation ATD–ODD

A son paragraphe 48, la Déclaration du Programme 2030 souligne qu’il «faudra disposer en temps utile de données ventilées de qualité, qui soient facilement accessibles et fiables, pour mesurer les progrès accomplis et garantir qu’il n’y aura pas de laissés-pour-compte du développement durable. Ces données sont essentielles pour la prise de décisions. Il faudra, chaque fois que possible, utiliser des informations et des données produites par des dispositifs déjà en place. Nous entendons renforcer les moyens statistiques des pays en développement, en particulier des pays d’Afrique, des pays les moins avancés, des pays en développement sans littoral, des petits Etats insulaires en développement et des pays à revenu intermédiaire». En conséquence, le cadre des ODD intègre deux cibles spécifiques sur les statistiques: la cible 17.18 et la cible 17.19. En outre, les statistiques, et plus particulièrement les LMIS, seront indispensables pour permettre aux Etats membres de l’OIT de faire rapport sur les nombreux indicateurs ODD, surtout ceux pour lesquels l’OIT a été nommée dépositaire.

De même, les dix résultats stratégiques de l’OIT et leurs indicateurs ont besoin d’informations statistiques pour mesurer leurs progrès. Les LMIS sont un instrument indispensable pour obtenir des données et des statistiques relatives au travail décent. Le projet de programme et de budget 2018-2019 souligne que : « Tous les résultats stratégiques soulignent le rôle clé de la recherche et des statistiques. Le résultat facilitateur A (gestion efficace des connaissances au service de la promotion du travail décent) permettra à l’OIT de produire et de diffuser en temps utile des travaux de recherche et des statistiques de qualité et pertinents à l’appui de ses recommandations politiques, afin que les Etats membres et les mandants disposent des outils nécessaires, en termes de connaissances, pour faire progresser l’Agenda du travail décent ». Par conséquent, les LMIS touchent à quasiment tous les résultats stratégiques.

Eléments déterminants pour l’élaboration des politiques

Ici encore, les quatre éléments déterminants pour l’élaboration des politiques dépendent d’une manière ou d’une autre de données et de statistiques pour établir des références et mesurer les progrès. Il n’est possible d’assurer le suivi des normes du travail se rapportant à la couverture de protection sociale, à l’économie informelle, au travail des enfants et au travail forcé, et à bien d’autres sujets que si les données pertinentes sont disponibles. Les mesures de l’égalité entre hommes et femmes dépendent de l’existence de données ventilées par sexe. Le dialogue social peut considérablement bénéficier de LMIS à jour et complets. Et dans le domaine de la durabilité environnementale, « l’OIT concentrera ses efforts sur le développement de son travail de recherche et d’analyse afin de pouvoir fonder ses activités de conseil sur des données probantes, de manière à ce que les mandants puissent élaborer des politiques de l’emploi et des politiques sociales cohérentes et efficaces pour promouvoir une transition juste pour tous ». (P&B 2018-2019).

Partenariats

L’OIT est membre de la communauté de collaboration sur les systèmes d’information statistique (SIS-CC) qui est hébergée par l’OCDE, et définie comme « une communauté d’utilisateurs de OECD.Stat qui a été créée afin que ses membres puissent bénéficier d’une large collaboration, partager des expériences, des connaissances et des meilleures pratiques et pour permettre des innovations rapides et économiquement performantes » (50). L’OIT collabore étroitement avec la Division de statistique des Nations Unies qui, entre autres, est responsable du développement des indicateurs relatifs aux ODD. Par ailleurs, l’OIT héberge la Conférence internationale des statisticiens du travail (CIST), qui se réunit tous les cinq ans. Par son travail d’assistance technique, l’OIT a noué d’étroits partenariats avec des services nationaux de statistiques dans le monde entier.

Capacités de l’OIT

Les travaux de l’OIT sur les systèmes d'information sur le marché du travail réalisés sous l’égide du Département de statistique visent à «fournir aux utilisateurs, tant au sein du BIT qu'à l'extérieur, des statistiques du travail pertinentes, fiables et à jour, pour développer des normes internationales dont l'objectif est de mieux mesurer les thèmes propres au travail et d'améliorer la comparabilité internationale, et pour aider les États membres à développer et améliorer leurs statistiques du travail». Le Département de statistique emploie une équipe de professionnels au siège et est représenté à l’extérieur par des statisticiens du travail rattachés aux équipes techniques de promotion du travail décent ou aux bureaux régionaux. De nombreux autres services techniques du BIT élaborent et tiennent à jour des statistiques intéressantes pour les LMIS.

Ressources

Le Département de statistique gère le portail du BIT sur les statistiques du travail qui fournit des données sur les Indicateurs clés du marché du travail (ICMT) et sur de nombreux autres thèmes. Des publications, des rapports et des ouvrages relatifs aux LMIS sont accessibles sur la page du département des Publication. Le CIF-OIT de Turin mentionne les statistiques et analyses sur le marché du travail comme l’un de ses domaines de compétences, et propose plusieurs cours sur le sujet, et notamment une académie sur les statistiques et analyses du marché du travail qui, en 2017, était consacrée à la mesure du travail décent au sein du système de suivi des indicateurs relatifs aux ODD.

49. Sparreboom, Theo. Labour Market Information and Analysis System. [auteur du livre] Sandrine Cazes et Sher (Ed.) Verick. Perspectives on Labour Economic for Development. Genève : BIT, 2013.

50. SIS-CC. The Foundations of the SIS-CC. Statistical Information System Collaboration Community. [En ligne] 19 mai 2017. [Citation : 19 mai 2017.] http://siscc.oecd.org/Home/About?Length=4.