Rapport conjoint OIT CEPALC

Les indicateurs du travail en Amérique latine et dans les Caraïbes ont retrouvé leur niveau d'avant la pandémie, mais les disparités de genre et l'informalité demeurent

Les deux agences de l’ONU, l’Organisation internationale du Travail (OIT) et la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), ont publié une nouvelle édition de leur rapport conjoint sur la situation de l'emploi en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Actualité | 11 juillet 2023
© OIT
LIMA (OIT Infos) – La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) et l'Organisation internationale du Travail (OIT) ont publié aujourd'hui une nouvelle édition de leur rapport conjoint, Situation du travail en Amérique latine et dans les Caraïbes (n° 28): Vers la création de meilleurs emplois après la pandémie (Coyuntura Laboral en América Latina y el Caribe (nº 28): Hacia la creación de mejor empleo en la pospandemia), qui analyse l'évolution des marchés du travail en Amérique latine et dans les Caraïbes en 2022.

Le rapport souligne que trois ans après la crise du COVID-19, les principaux indicateurs du marché du travail ont retrouvé les valeurs qui prévalaient en 2019. L'amélioration de variables telles que le taux d'activité, le taux de chômage et le nombre d'actifs occupés, amorcée en 2021, s'est poursuivie en 2022, bien que le nombre d'actifs occupés ait augmenté à un rythme plus lent qu'en 2021. La reprise a été hétérogène dans la région et, dans certains pays, certains indicateurs n'ont pas encore atteint les niveaux d'avant la pandémie. De même, la reprise a eu tendance à être plus forte chez les femmes que chez les hommes, et plus forte chez les jeunes que chez les adultes, souligne le document.

La publication souligne que, malgré l'amélioration, d'importants écarts entre les sexes et les âges persistent en termes de taux de participation au marché du travail et de taux de chômage. La productivité moyenne du travail dans la région a chuté en 2022, soulignant la contraction de la productivité dans des secteurs tels que l'industrie, la construction et le commerce. Les salaires réels moyens ont stagné en 2022, contrairement à la hausse observée en 2021, reflétant l'impact d'une inflation plus élevée.

Les progrès observés sur les marchés du travail entre 2020 et 2022 reflètent une reprise cyclique de la croissance économique qui n'est pas durable dans le temps. En effet, la CEPALC prévoit une croissance économique régionale de 1,2 pour cent pour 2023, ce qui se traduira sans aucun doute par une création d'emplois moins dynamique, et l'augmentation estimée du nombre de personnes employées est inférieure à 2 pour cent, ce qui contraste avec la croissance de 5,9 pour cent enregistrée en 2022.

Le rapport souligne que le fait que les principaux indicateurs et la composition du marché du travail reviennent aux niveaux d'avant la pandémie n'est pas suffisant, étant donné que les problèmes structurels qui caractérisent les marchés du travail de la région sont toujours présents. L'emploi informel reste élevé et, malgré des améliorations en 2022, des écarts significatifs entre les hommes et les femmes persistent dans les taux de participation et de chômage. Les salaires et la productivité sont également revenus à leur trajectoire d'avant la crise, ce qui signifie au mieux une stagnation, prévient-il.

Selon la CEPALC et l'OIT, pour inverser cette situation, la région a besoin de politiques du travail actives qui favorisent une plus grande création d'emplois, une plus grande formalisation et une plus grande (et meilleure) inclusion des femmes et des jeunes sur le marché du travail. Pour ce faire, il faut élargir les instruments de la politique du travail et améliorer l'articulation entre eux, afin d'éviter les contractions de l'emploi. Il faut également mettre davantage l'accent sur la réactivation économique en incluant les secteurs qui sont des moteurs et des dynamiseurs de la croissance économique et de l'emploi.

Pour les demandes de renseignements et d'interviews, veuillez contacter: