This story was written by the ILO Newsroom For official ILO statements and speeches, please visit our “Statements and Speeches” section.

Rapport conjoint OIT - UNICEF

Le nombre d’enfants privés d’une protection sociale essentielle augmente dans le monde

La multiplication des crises va plonger un plus grand nombre d’enfants dans la pauvreté, ce qui entraîne un besoin urgent d’aboutir à des avancées dans le domaine de la protection sociale, avertit un nouveau rapport conjoint de l'OIT et l'UNICEF.

Press release | 01 March 2023
© Prachatai
GENÈVE / NEW YORK (OIT Infos) – Selon un nouveau rapport publié par l’Organisation internationale du Travail (OIT) et l’UNICEF, le nombre d’enfants privés d’accès à la protection sociale augmente d’année en année, les rendant vulnérables à la pauvreté, aux famines et aux discriminations.

Intitulé Plus d'un milliard de raisons: Le besoin urgent de mettre en place une protection sociale universelle pour les enfants, le rapport souligne avec inquiétude qu’entre 2016 et 2020, 50 millions d’enfants supplémentaires âgés de 0 à 15 ans ont été privés de mesures de protection sociale pourtant indispensables, plus particulièrement des prestations à l’enfance (en espèces ou en crédits d’impôt), ce qui porte à 1,46 milliard le nombre total d’enfants de moins de 15 ans concernés par cette situation dans le monde.

«De manière fondamentale, le renforcement des efforts afin de garantir des investissements adéquats en matière de protection sociale des enfants, idéalement via des prestations universelles à l’enfance permettant de venir en aide aux familles de manière constante, constitue un choix à la fois éthique et rationnel, celui qui conduit au développement durable et à la justice sociale», affirme Shahra Razavi, Directrice du Département de la protection sociale de l’OIT.

Selon le rapport, les taux de couverture des prestations à l’enfance et aux familles ont baissé ou stagné dans toutes les régions du monde entre 2016 et 2020, ne permettant à aucun pays d’être en bonne voie pour réaliser l’objectif de développement durable visant à atteindre une couverture de protection sociale significative d’ici à 2030. Ainsi, en Amérique latine et dans les Caraïbes, le taux de couverture a nettement baissé, passant d’environ 51% à 42%, alors que dans beaucoup d’autres régions du monde, la couverture stagne et reste faible. En Asie centrale et en Asie du Sud, en Asie orientale et en Asie du Sud-Est, en Afrique subsaharienne, en Asie occidentale et en Afrique du Nord, les taux de couverture tournent respectivement autour de 21%, 14%, 11% et 28% depuis 2016.

Le fait de ne pas fournir aux enfants une protection sociale adéquate les expose à la pauvreté, à la maladie, à l’échec scolaire et à une mauvaise alimentation, en plus d’augmenter les risques en matière de mariage d’enfants et de travail des enfants.

Dans le monde, les enfants courent deux fois plus de risques que les adultes de vivre dans l’extrême pauvreté – soit de survivre avec moins de 1,90 dollar des É.-U. (PPP *) par jour – une situation qui concerne environ 356 millions d’enfants. Un milliard d’enfants vivent également dans une pauvreté multidimensionnelle – c’est-à-dire sans accès à l’éducation, à la santé, au logement, à la nutrition, à l’assainissement ou à l’eau. Le nombre d’enfants touchés par la pauvreté multidimensionnelle a ainsi augmenté de 15% pendant la pandémie de COVID-19, annulant les progrès précédemment réalisés pour réduire la pauvreté touchant les enfants et renforçant le besoin urgent de protection sociale.

De plus, la pandémie a mis en avant le fait que la protection sociale constituait une réponse primordiale en temps de crise. En effet, la quasi-totalité des gouvernements dans le monde ont soit mis en œuvre de nouveaux programmes de protection sociale soit rapidement adapté les systèmes déjà en place afin de venir en aide aux enfants et à leurs familles. Cependant, selon le rapport, la plupart d’entre eux ne sont pas allés jusqu’à entreprendre des réformes à caractère permanent afin d’assurer une protection contre les chocs à venir.

«Alors que les familles doivent faire face à des difficultés économiques grandissantes, à l’insécurité alimentaire, à des conflits et aux catastrophes liées au climat, les prestations universelles à l’enfance peuvent constituer une bouée de sauvetage», explique Natalia Winder-Rossi, Directrice de la politique sociale et de la protection sociale à l’UNICEF. «Il est urgent de renforcer et d’étendre les mécanismes de protection sociale ainsi que d’investir dans des systèmes capables de répondre aux chocs et favorables aux enfants, afin de protéger ces derniers de la pauvreté et d’améliorer la résilience au sein des foyers les plus vulnérables.»

Le rapport souligne que tous les pays, quel que soit leur niveau de développement, font face à un choix : suivre une stratégie « ambitieuse » d’investissement pour renforcer les systèmes de protection sociale ou suivre une stratégie «facile» qui ignore les investissements nécessaires et qui laissera des millions d’enfants de côté.

Afin d’inverser cette tendance négative, l’OIT et l’UNICEF demandent aux décideurs de prendre des mesures décisives pour aboutir à la protection sociale universelle de tous les enfants, notamment:
  • Investir dans les prestations à l’enfance qui constituent un moyen éprouvé et rentable de combattre la pauvreté touchant les enfants et de veiller à leur épanouissement;
  • Proposer une gamme complète de prestations à l’enfance au moyen de systèmes nationaux de protection sociale qui permettent aux familles d’accéder à des services de santé et à des services sociaux essentiels, tels que les services de garde d’enfants de qualité gratuits ou abordables;
  • Bâtir des systèmes de protection sociale fondés sur les droits, tenant compte des questions de genre, inclusifs et à même de faire face aux chocs pour lutter contre les inégalités et obtenir de meilleurs résultats pour les filles et les femmes, les enfants migrants et les enfants contraints de travailler;
  • Assurer le financement durable des systèmes de protection sociale en mobilisant des ressources au niveau national et en augmentant l’allocation budgétaire destinée aux enfants;
  • Renforcer la protection sociale des parents et des personnes qui ont la charge d’enfants en leur garantissant l’accès à un emploi décent et à des prestations adéquates, notamment en matière de chômage, de maladie, de maternité, de handicap et de retraite.

Notes aux rédactions

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

À propos de l’OIT

Faire avancer la justice sociale, promouvoir le travail décent
L’Organisation internationale du Travail est l’institution des Nations Unies spécialisée dans les questions liées au monde du travail. Elle rassemble gouvernements, travailleurs et employeurs autour d’une approche de l’avenir du travail centrée sur l’humain, en soutenant la création d’emplois, les droits au travail, la protection sociale et le dialogue social.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir davantage sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site www.unicef.org.

Suivez l’UNICEF sur Twitter, Facebook, Instagram et YouTube.



* PPA fait référence à la parité de pouvoir d’achat. La parité de pouvoir d’achat est une mesure du prix de biens spécifiques dans différents pays et est utilisée pour comparer le pouvoir d’achat absolu entre les pays.