Coopération multilatérale

Communiqué de presse conjoint de la troisième Table ronde “1+6”

Le gouvernement chinois et des organisations internationales, dont l’OIT, publient une déclaration conjointe appelant à un développement mondial durable et inclusif lors de la troisième «Table ronde 1+6» à Beijing.

Communiqué de presse | 6 novembre 2018
"1+6" Table ronde à Beijing - 6 novembre 2018
Le Premier ministre chinois Li Keqiang, ainsi que le Président du Groupe de la Banque mondiale Jim yong Kim, la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, le Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) Robert Azevêdo, le Secrétaire général de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) Angel Gurria, le Président du Conseil de la stabilité financière (FSB) Mark Carney et la Directrice générale adjointe de l’Organisation internationale du Travail (OIT) Deborah Greenfield (ci-après dénommés «nous»), ont organisé la Table ronde 1+6 à Beijing, et sont parvenus au consensus suivant:

1. L’expansion mondiale demeure forte mais la croissance plafonne et des risques de ralentissement se concrétisent. Globalement, les risques sont de plus en plus orientés à la baisse. Nous sommes inquiets d’une nouvelle escalade des tensions commerciales et des effets en chaîne sur les marchés émergents vulnérables de la normalisation progressive de la politique monétaire dans les économies avancées. Nous suivons de près les possibles impacts de cette évolution économique sur l’emploi. Nous appelons tous les pays à se doter de cadres macropolitiques solides, à établir des amortisseurs politiques pour absorber d’éventuels chocs, à travailler ensemble pour calmer et surmonter les tensions commerciales actuelles et à poursuivre les réformes nationales en vue de renforcer les fondamentaux économiques et la résilience financière.

2. Nous sommes très fortement préoccupés par le protectionnisme commercial. Nous appelons toutes les parties à défendre conjointement le multilatéralisme, à soutenir le libre-échange, à appuyer le rôle positif des institutions multilatérales dans la gouvernance de l’économie mondiale, à soutenir un système commercial multilatéral basé sur des règles, transparent, inclusif et non discriminatoire, à collaborer pour construire une économie mondiale ouverte, et à favoriser un développement harmonieux de la mondialisation. Nous pensons que les pays doivent œuvrer pour optimiser les bénéfices du commerce et mieux les distribuer, et pour renforcer le système commercial multilatéral, y compris en améliorant l’efficacité du mécanisme de résolution des litiges de l’OMC et en résolvant l’impasse de la sélection des membres de l’Organe d’appel de l’OMC dès que possible. Nous exhortons les pays à s’abstenir de recourir au protectionnisme des échanges commerciaux et des investissements et à des mesures unilatérales, à améliorer les règles du commerce, à renforcer la transparence, et à promouvoir la libéralisation et la facilitation des échanges et des investissements.

3. Nous plaidons pour une meilleure gouvernance de l’économie mondiale, basée sur les principes de consultation et de coopération, et bénéfique pour tous. Nous soutenons les réformes pertinentes qui permettent d’assurer l’efficacité des institutions internationales, afin de consolider les fondements du multilatéralisme. A cette fin, nous attendons avec impatience d’avancer dans la 15e révision générale des quotes-parts du FMI; nous nous saluons l’approbation des résolutions d’augmentation du capital de la BIRD qui est un premier pas crucial en vue de la mise en œuvre effective du remaniement de l’actionnariat de la Banque mondiale; nous soutenons les efforts visant à améliorer et à renforcer le rôle de l’OMC; nous soutenons également l’amélioration constante du filet de sécurité financière mondial autour d’un FMI fort, reposant sur un système de quotes-parts et disposant de ressources suffisantes et invitons les pays à continuer de promouvoir la réforme du secteur financier et à renforcer leurs capacités de résistance face aux risques financiers. Nous rappelons qu’il convient de finaliser et d’appliquer un programme de réforme complet et cohérent du secteur financier mondial dans les meilleurs délais, et encourageons le FSB à poursuivre son évaluation des effets des réformes et sa surveillance des faiblesses financières et des risques émergents et à promouvoir un système financier mondial ouvert et résistant grâce à une coopération réglementaire constante.

4. La communauté internationale doit continuer à placer le développement en tête de ses priorités dans le cadre macropolitique mondial et à mettre en œuvre le programme de développement durable pour 2030 ensemble. Les institutions multilatérales du développement devraient promouvoir activement l’interconnexion des infrastructures et faciliter la coopération internationale pour le développement. Dans les réformes des règles internationales concernées, les problèmes liés au traitement spécial et différencié doivent être gérés de manière équilibrée afin de prendre en compte les intérêts de tous les membres, en particulier ceux des pays en développement. Les efforts visant à renforcer les capacités des pays en développement à participer à l’économie mondiale et à en tirer profit doivent être amplifiés.

5. L’économie chinoise, avec ses performances positives et stables, va continuer d’être l’un des principaux moteurs de la croissance mondiale. Nous soutenons les efforts de la Chine dans la mise en œuvre du nouveau concept de développement, la poursuite des réformes structurelles de l’offre, la rationalisation de ses procédures administratives, la réduction des impôts et des taxes, l’optimisation du climat des affaires, l’établissement de règles de jeu uniformes pour toutes les entreprises, une nouvelle stimulation de la vitalité des acteurs du marché, l’amélioration des institutions et des systèmes qui favorisent l’emploi et la consommation, et la promotion d’un développement de grande qualité, dans lequel le marché joue un rôle décisif pour l’allocation des ressources et où le gouvernement exerce mieux ses responsabilités.

6. Nous saluons l’ouverture de la première International Import Expo (Salon international des produits d’importation) par la Chine et louons les efforts déployés pour enclencher un nouveau cycle d’ouverture vers le monde extérieur. La Chine va continuer à mettre en œuvre des politiques de soutien à la libéralisation des échanges commerciaux et à la facilitation des investissements de haut niveau, de recours accru aux investissements étrangers, et continuer à améliorer le climat des échanges et de l’investissement.

7. Nous constatons qu’une nouvelle révolution industrielle est en cours. Il est primordial de saisir les opportunités offertes par l’ère numérique pour libérer les nouveaux facteurs de croissance de l’économie mondiale. Nous invitons les gouvernements à renforcer la R&D et à promouvoir la coopération dans le domaine des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, les mégadonnées, l’internet des objets et l’informatique en nuage. Nous les appelons aussi à prendre de nouvelles mesures pour aborder correctement les défis liés à la transformation numérique, et notamment les effets possibles sur l’emploi et la distribution des revenus, pour développer une éducation, un apprentissage et une formation professionnelle adaptés pour assurer le développement des compétences nécessaires et donner aux travailleurs les moyens de s’adapter au cours de leur vie professionnelle, pour renforcer la protection sociale, et faire de la création d’emploi et du travail décent un des principaux objectifs des nouveaux facteurs de croissance. Nous attendons avec intérêt les résultats de l’Initiative du centenaire de l’OIT sur l’avenir du travail et notons les progrès de l’initiative de l’OCDE sur l’avenir du travail.

8. Nous soutenons les objectifs de l’initiative « Belt and road « et sa synergie avec d’autres initiatives de connectivité régionales en vue de favoriser une coopération économique ouverte et inclusive, de garantir des infrastructures abordables, accessibles, inclusives et globalement bénéfiques pour améliorer la connectivité, la libéralisation des échanges commerciaux et la facilitation des investissements des pays participants. Nous rappelons l’importance d’assurer la durabilité sociale, fiscale et environnementale des projets, tout en réalisant un bon équilibre entre croissance économique, progrès social et protection de l’environnement. Nous encourageons la création de plates-formes de coopération économique, industrielle et commerciale avec un intérêt particulier pour les projets d’infrastructures et la coopération industrielle, tout en nous appuyant sur les normes internationales, en respectant la situation spécifique de chaque pays et en observant les règles du marché. Nous sommes prêts à renforcer encore les échanges en matière de politique, le développement des capacités, la coopération financière, la gestion des risques, la transparence, et à promouvoir un développement mondial durable et partagé.

9. Nous sommes impatients de poursuivre notre dialogue l’an prochain.