Le tout premier examen par les pairs sur le travail des enfants dans la Communauté des Etats indépendants va débuter au Kirghizistan

Le nombre d’enfants victimes du travail des enfants au Kirghizistan a reculé de 32,9 pour cent en 2007 à 27,8 pour cent en 2014.

Actualité | 11 novembre 2016
Un contrôleur du travail des enfants sur un marché local au Kirghizistan
OIT Infos – Avec le soutien de l’OIT, le Kirghizistan et le Tadjikistan vont commencer les premiers examens par les pairs sur le travail des enfants dans la Communauté des Etats indépendants (CEI). Lors de réunions conjointes en novembre, les pays vont évaluer mutuellement leurs politiques dans ce domaine, partager leurs bonnes pratiques et formuler des recommandations.

En plus de l’apprentissage par les pairs, l’examen est censé améliorer les réformes politiques et institutionnelles, identifier les besoins de renforcement des capacités pour les pouvoirs publics et les partenaires sociaux, promouvoir les échanges de connaissances et faciliter la mobilisation des ressources pour lutter contre le travail des enfants sur la base des recommandations faites par les pairs d’autres pays.

L’examen par les pairs sera entrepris dans le cadre du projet pour «L’élimination du travail des enfants en Asie centrale» (Elimination of child labour in Central Asia) qui a été mis en place dans les deux pays depuis 2005 et qui est financé par le gouvernement allemand.

Le Kirghizistan est le premier pays à accueillir des pairs venus du Tadjikistan et de Turquie. Le gouvernement kirghize a déployé beaucoup d’énergie pour intégrer les problèmes liés au travail des enfants dans le cadre de l’élaboration des politiques et pour appliquer une approche systémique dans ce domaine. Les efforts du gouvernement sont destinés à élaborer et conforter un système global de protection de l’enfance, jetant ainsi les bases d’une réponse intégrée et globale aux questions de travail des enfants. Le Plan d’action interinstitutions sur l’élimination des pires formes de travail des enfants pour 2016-2018 a été adopté le 6 avril 2016. Selon la seconde enquête nationale sur le travail des enfants, la tendance du nombre d’enfants touchés par le travail des enfants est orientée à la baisse, passant de 32,9 pour cent en 2007 à 27,8 pour cent en 2014.

L’examen par les pairs se composera de trois phases: préparatifs, consultations et évaluation. L’exercice de trois jours débutera le 24 novembre à Bichkek avec la participation des partenaires tripartites du Kirghizistan, du Tadjikistan et de Turquie. Après une discussion détaillée avec les autorités kirghizes, les partenaires sociaux et les autres acteurs concernés, les pairs effectueront des visites de terrain dans les régions pilotes. Puis, les équipes chargées de l’examen prépareront des projets de rapport, comprenant des conclusions et des recommandations, qui seront partagés avec le gouvernement kirghize afin de recueillir des commentaires factuels et des corrections. Les rapports devraient être finalisés début 2017.

Du 1er au 3 décembre, l’examen par les pairs passera au Tadjikistan. Les principaux domaines à passer en revue sont la mise en œuvre du Programme national d’action pour éliminer les pires formes de travail des enfants pour 2015-2020, le système national de suivi du travail des enfants et l’emploi des jeunes.

«Nous attendons beaucoup de l’examen par les pairs à venir sur les questions de travail des enfants. Maintenant que les problèmes sont pris en compte dans la politique nationale de développement et sont abordés de manière systémique, l’examen par les pairs va nous aider à hisser le pays à un nouveau palier dans la lutte contre le travail des enfants. Nous sommes reconnaissants à l’OIT pour son soutien dans la mise en place de cet examen dans notre région», a déclaré Jyldyz Polotova, ministre délégué au Travail et au Développement social de la République kirghize.

«Nous collaborons avec les partenaires du Kirghizistan, du Tadjikistan et de Turquie depuis plusieurs années et nous sommes satisfaits de constater les progrès importants accomplis par les trois pays pour résoudre les problèmes du travail des enfants au niveau national», a déclaré Snezhi Bedalli, administre principale pour l’Europe, l’Asie centrale et les Etats arabes au Service des Principes et droits fondamentaux au travail, au siège de l’OIT. «L’exercice d’examen par les pairs actuellement en cours est une étape essentielle dans cet important processus. Nous sommes extrêmement reconnaissants au gouvernement de la République fédérale d’Allemagne pour son soutien constant aux projets de l’OIT en Asie centrale