«Construire une culture de prévention en matière de SST est un engagement conjoint des gouvernements, des employeurs et des travailleurs»

La Directrice générale adjointe de l’OIT chargée des politiques, Sandra Polaski, a participé à la première Semaine panrusse de la SST où elle a rappelé la nécessité de garantir des lieux de travail sûrs et sains dans le monde entier.

Actualité | 14 avril 2015
La Directrice générale adjointe de l’OIT chargée des politiques, Sandra Polaski
SOCHI, FÉDÉRATION DE RUSSIE (OIT Info) – Nous devons prendre des mesures d’urgence pour renforcer notre action et redoubler d’efforts pour créer des lieux de travail sûrs et sains pour tous les travailleurs, a déclaré la Directrice générale adjointe de l’OIT chargée des politiques, Sandra Polaski, en ouverture de la première Semaine panrusse consacrée à la SST.

La première Semaine panrusse de la SST rassemble près de 3000 spécialistes de la santé et la sécurité au travail, des praticiens, des scientifiques et des représentants du secteur privé, de Russie et d’ailleurs. Du 14 au 17 avril, la réunion aborde les nouvelles tendances et perspectives de promotion des activités relatives à la santé et la sécurité au travail, en vue de garantir des conditions de travail sures et de protéger la santé des travailleurs.

«En dépit des efforts constants déployés par l’Organisation internationale du Travail et par bon nombre de nos mandants gouvernementaux, employeurs et travailleurs, le défi de créer des lieux de travail sûrs et sains pour tous demeure immense», a déclaré Mme Polaski.

L’OIT estime que les accidents du travail et les maladies professionnelles provoquent la mort de 6300 personnes chaque jour, soit 2,3 millions de décès par an. Sur ces immenses pertes, environ 350 000 morts sont causées par des accidents du travail et près de 2 millions résultent de maladies liées au travail.

Les accidents non mortels touchent un plus grand nombre de victimes encore – plus de 313 millions de travailleurs sont blessés chaque année – tandis que les maladies liées au travail non mortelles affectent 160 millions de personnes chaque année.

«Les travailleurs touchés, leurs familles, leurs communautés, les employeurs et les économies paient un très lourd tribu», a déclaré Mme Polaski. «Les accidents et les maladies ne se limitent pas aux bas revenus ni aux économies émergentes – les catastrophes minières et autres, les maladies professionnelles anciennes ou nouvelles, continuent de sévir, même dans les pays à haut revenu».

Mme Polaski a appelé les travailleurs, les employeurs et les gouvernements à coopérer en vue de créer des stratégies de SST efficaces au niveau national.

Pour bien fonctionner, un système de gestion de la SST suppose que la direction s’engage en faveur d’une culture de prévention, y compris par l’allocation de ressources suffisantes. Mais tout aussi importante est la participation des travailleurs qui jouent un rôle déterminant pour reconnaître et identifier les dangers; contribuer à une évaluation des risques bien documentée et adaptée au contexte; planifier des mesures préventives efficaces; et appliquer des mesures de prévention et de réduction des risques.

«Des systèmes efficaces de gestion de la santé et la sécurité au travail dans les entreprises et la pleine participation des travailleurs contribuent aussi en grande partie à un meilleur respect de la législation nationale. Ainsi, la promotion par les gouvernements des systèmes de gestion de la SST et de la participation des travailleurs pourrait être une partie importante de leur stratégie nationale de SST pour en garantir la conformité», a ajouté Mme Polaski.

«Nous savons que les cadres juridiques de référence et les réglementations fixant des exigences minimales sont un fondement essentiel pour réaliser des lieux de travail sûrs et sains», a-t-elle ajouté.

Un des derniers ingrédients indispensables à la réussite d’une stratégie nationale en matière de SST est le lien effectif entre les systèmes de prévention et d’assurance accident des employés.

«Le but d’une stratégie de SST est de prévenir les décès, les blessures et les maladies au travail. Mais quand ils surviennent, les travailleurs et leurs ayant-droits doivent être soutenus et l’OIT plaide pour la pleine extension de la couverture d’assurance accident à tous les travailleurs», a-t-elle dit.

Selon Sandra Polaski, l’importance de garantir des lieux de travail sûrs et sains progresse parmi les priorités politiques mondiales mais il faut redoubler d’efforts pour faire de la culture de prévention sur la SST une réalité pour les travailleurs du monde entier.

«Nous disposons des connaissances et des outils d’organisation et de gestion pour réussir. Le succès dépend beaucoup de l’engagement et des efforts des individus de chaque pays, sur chaque lieu de travail», a-t-elle conclu.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Olga Bogdanova, Chargée de la communication au Bureau de l’OIT à Moscou (langues : russe, anglais): bogdanova@ilo.org