La 101e Conférence annuelle de l’OIT s’achève par un appel en faveur de la démocratie au Myanmar

La Conférence internationale du Travail a adopté une nouvelle norme internationale sur la protection sociale et a appelé à des mesures urgentes en faveur de l’emploi des jeunes.

Actualité | 15 juin 2012
GENÈVE (Nouvelles de l’OIT) – La Conférence annuelle de l’Organisation internationale du Travail (OIT) a terminé sa 101e session par un appel de Aung San Suu Kyi visant à aider à la promotion de la démocratie dans son pays.

Son intervention a eu lieu après la décision de la Conférence internationale du Travail de lever les restrictions sur la participation pleine et entière du Myanmar dans ses activités et sa décision de passer en revue l’an prochain les progrès réalisés en matière d’élimination du travail forcé dans le pays.

Plusieurs invités de marque ont pris la parole devant la Conférence, notamment les présidents du Costa Rica, de l’Italie, du Panama, du Pérou, de la Tunisie et de la Zambie, ainsi que le président du Forum économique mondiale et le Prince d’Espagne.

Les chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que plus de 4 000 délégués représentant les gouvernements, les employeurs et les travailleurs des 185 Etats membres de l’OIT ont apporté un soutien massif à l’agenda de l’OIT sur le travail décent et au renforcement du rôle de l’Organisation dans le système international.