La croissance doit ouvrir la voie à l’inclusion sociale, a déclaré le Président du Pérou

S’exprimant devant les délégués à la CIT, le Président du Pérou, Ollanta Humala, a déclaré que la croissance économique devait conduire au développement social, tandis que le dirigeant du BIT, Juan Somavia, notait que le Pérou avait démontré que les deux pouvaient aller de pair.

Actualité | 11 juin 2012
GENÈVE (Nouvelles de l’OIT) – Le Président du Pérou, Ollanta Humala, a dit aux délégués réunis pour la Conférence internationale du Travail que la croissance économique que connaît actuellement ce pays sud-américain devait conduire au développement social.

«Il ne sert à rien d’avoir des résultats macroéconomiques dans le vert s’ils ne se traduisent pas par des réussites tangibles – les enfants qui n’ont pas à travailler mais qui peuvent étudier et jouer, des centres de santé offrant à tous l’accès aux soins médicaux, des visages heureux, des perspectives d’avenir concrètes...», a déclaré M. Humala.
Il ne sert à rien d’avoir de bons résultats macroéconomiques s’ils ne se traduisent pas par des réussites humaines."
Ollanta Humala
Il a souligné que l’économie péruvienne était devenue «l’une des plus dynamiques et stables de la région, avec une croissance annuelle de six pour cent».

Le Pérou est devenu attractif pour les investisseurs, «ce qui signifie que nous devons instaurer des mécanismes qui favorisent la création d’emplois décents, la sécurité sociale et de meilleurs revenus pour tour les Péruviens», a ajouté M. Humala devant les délégués.

Le Directeur général de l’OIT, Juan Somavia, quant à lui, a salué le Pérou pour ce qu’il a décrit comme «un effort majeur pour démontrer que la croissance économique et le développement social ne sont pas incompatibles mais qu’ils sont en réalité complémentaires».