Conférence mondiale sur le travail des enfants, La Haye, 10-11 mai 2010

Appel à redoubler d’efforts pour éliminer les pires formes de travail des enfants

Alors que, globalement, les efforts de lutte contre le travail des enfants semblent s’essouffler, plus de 450 délégués venus de 80 pays se réunissent aujourd’hui pour appeler à une campagne mondiale redynamisée afin d’éliminer les pires formes de travail des enfants d’ici à 2016.

Actualité | 10 mai 2010

LA HAYE (Nouvelles du BIT) – Alors que, globalement, les efforts de lutte contre le travail des enfants semblent s’essouffler, plus de 450 délégués venus de 80 pays se réunissent aujourd’hui pour appeler à une campagne mondiale redynamisée afin d’éliminer les pires formes de travail des enfants d’ici à 2016.

Cette conférence de deux jours, organisée par le gouvernement des Pays-Bas en coopération avec l’Organisation internationale du Travail (OIT), va débattre des progrès accomplis depuis l’adoption de la convention de l’OIT (n° 182) sur les pires formes de travail des enfants, 1999, et envisage une «feuille de route» pour s’assurer que l’objectif de 2016 sera atteint.

Dans son allocution d’ouverture de la conférence, le ministre néerlandais des Affaires sociales et de l’Emploi, Piet Hein Donner, a déclaré: «J’espère que cette conférence va nous insuffler une nouvelle énergie pour affronter cette injustice qu’est le travail des enfants. La crise économique dans laquelle le monde s’est empêtré ne doit absolument pas servir de prétexte pour minimiser l’enjeu de la lutte contre le travail des enfants».

«Il est non seulement impératif de signer les conventions contre le travail des enfants à l’échelle mondiale, mais aussi de protéger les familles vulnérables et de leur donner accès à la santé et à la protection sociale. Pour les adultes, la création d’emplois décents assortis de revenus convenables est également une nécessité. Les enfants doivent avoir accès à l’éducation», a ajouté M. Donner.

S’exprimant au nom de l’Organisation internationale du Travail, le Directeur exécutif du BIT, Kari Tapiola, a remarqué: «La feuille de route dont nous devons débattre pendant cette conférence nous montre la voie à suivre: d’une part, elle nous redonne l’espoir de concrétiser notre objectif de 2016 et, plus encore, elle propose un ensemble de mesures favorisant un développement équilibré et bénéfique de nos sociétés et de leur avenir qui, après tout, appartient à leurs enfants».

Lors de l’ouverture de la conférence, ont également pris la parole M. Nitte Manjappa Adyanthaya, au nom des travailleurs, et M. Dagoberto Lima Godoy, au nom des employeurs.

Le Rapport global du BIT sur le travail des enfants, publié à la veille de la conférence, indique que la campagne mondiale qui vise à mettre fin au travail des enfants est à un moment charnière. Il montre que le travail des enfants continue de reculer, mais à un rythme plus modeste – une baisse de trois pour cent au cours de la période de quatre ans couverte par les nouvelles statistiques (2004-2008).

Les nouvelles tendances révèlent que la lutte mondiale contre le travail des enfants a pris un tournant majeur. Le précédent rapport (qui couvrait la période 2000-2004) indiquait une réduction de dix pour cent et suggérait que la fin du travail des enfants était à notre portée. Ces tendances encourageantes avaient conduit l’OIT à fixer l’échéance de 2016 pour l’élimination des pires formes de travail des enfants.

«Le triste bilan est qu’environ 215 millions d’enfants de par le monde sont toujours pris au piège du travail des enfants et 115 millions d’entre eux contraints à ses pires formes», a déploré M. Tapiola.

«Si l’on examine la situation actuelle, on se rend compte que les progrès ne sont ni assez rapides ni suffisamment étendus pour atteindre l’objectif de 2016. Nous devons sérieusement nous demander ce que nous pouvons faire pour intensifier l’action contre le travail des enfants», a-t-il ajouté.

La conférence va analyser les dernières tendances et les derniers chiffres du rapport concernant le travail des enfants, ainsi que des mesures efficaces pour amplifier et accélérer l’action en vue de l’objectif de 2016, en particulier la ratification universelle des conventions de l’OIT sur le travail des enfants et leur application.

Les participants vont aussi discuter d’un rapport inter-agences préparé par l’OIT, la Banque mondiale et l’UNICEF, intitulé «Tous unis dans la lutte contre le travail des enfants». Le rapport analyse les situations et les tendances propres à chaque pays, ainsi que les types de politiques qui offrent le plus grand potentiel pour combattre le travail des enfants en vue de l’objectif de 2016.

Pour plus d’informations sur la réunion de La Haye, veuillez visiter: Conférence mondiale sur le travail des enfants 2010

Pour organiser des interviews avec les participants du BIT à la conférence, merci de contacter M. Thomas Netter au +41/79593-1366 ou M. Martin Murphy au +41/79593-1376.