Réunion des ministres de l'Emploi et du Travail du G20

21 millions d’emplois ont été sauvés dans les pays du G20 grâce aux stratégies de réponse à la crise mais le marché du travail demeure atone, selon le BIT

Les stratégies adoptées par les gouvernements du G20 face à la crise économique ont permis de préserver ou de créer 21 millions d’emplois en 2009 et 2010, selon le Bureau international du Travail (BIT) dans une étude préparée pour la réunion des ministres de l’Emploi et du Travail du G20 qui doit se tenir à Washington les 20 et 21 avril.

Communiqué de presse | 19 avril 2010

GENEVE (Nouvelles du BIT) – Les stratégies adoptées par les gouvernements du G20 face à la crise économique ont permis de préserver ou de créer 21 millions d’emplois en 2009 et 2010, selon le Bureau international du Travail (BIT) dans une étude préparée pour la réunion des ministres de l’Emploi et du Travail du G20 qui doit se tenir à Washington les 20 et 21 avril.

«Accélérer une reprise riche en emplois dans les pays du G20: Leçons de l’expérience», une étude du BIT intégrant de substantives contributions de l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE), doit être présentée mardi à la réunion du G20 par le Directeur général du BIT, Juan Somavia.

«Cette réunion, annoncée par le Président Obama lors du Sommet de Pittsburgh, souligne l’importance de mettre des emplois de qualité au cœur de la reprise pour les dirigeants des pays du G20», a déclaré M. Somavia. «A l’avenir, nous aurons besoin d’un cadre orienté vers l’emploi au service d’une croissance soutenue, durable et équilibrée.»

L’étude du BIT souligne que l’affaiblissement du marché du travail survenu au milieu de 2008 persiste en ce premier trimestre 2010, malgré les prémices d’une reprise économique. Faiblesse à laquelle s’ajoute l’essor de l’emploi informel et de la pauvreté dans certaines économies émergentes ou pays en développement, et la croissance généralement faible des salaires réels dans l’ensemble des pays, quel que soit leur niveau de revenu.

Le rapport indique également que le rythme d’intégration des hommes et des femmes en recherche de travail dans des emplois productifs dépend de la vigueur de la reprise de l’économie et de l’emploi. Reprise qui elle-même dépend de la combinaison des stratégies adoptées par les pays à titre individuel ou collectif.

L’étude, tout en reconnaissant la nécessité d’une consolidation budgétaire, conclut que les mesures de relance extraordinaires lancées en 2009 ne devraient pas être arrêtées prématurément. La croissance demeure fragile et la demande du secteur privé faible dans de nombreux pays. Les mesures de soutien à l’emploi et à la protection sociale devraient être maintenues jusqu’à ce que la croissance de l’emploi se raffermisse.

L’étude du BIT démontre aussi que:

  • Les mesures de relance budgétaire discrétionnaires pourraient avoir créé ou préservé 8 millions d’emplois en 2009 et 6,7 millions en 2010.
  • Les stabilisateurs automatiques – tels que les allocations chômage et la fiscalité – pourraient avoir sauvé ou généré 6,2 millions d’emplois dans les pays du G20 en 2009.
  • Quelque 21 millions d’emplois auraient par conséquent été sauvés ou créés, ce qui équivaut à 1 pour cent de l’emploi total au sein du G20.
  • Plus de 6 millions d’emplois ont été perdus dans le secteur manufacturier, 2,8 millions dans le bâtiment et 2,3 millions dans le commerce de gros et de détail au cours des deux années qui ont précédé le troisième trimestre 2009, parmi les 15 pays du G20 pour lesquels nous disposons de données. Au cours de la même période, les services publics, l’éducation, l’administration publique et la santé ont enregistré une hausse de l’emploi.
  • Les suppressions d’emplois ont touché plus d’hommes que de femmes dans la plupart des pays.
  • Pendant les deux années qui ont précédé le second semestre 2009, le taux de chômage des jeunes a augmenté dans 12 des 14 pays du G20 pour lesquels des données sont disponibles.

La réponse politique des pays du G20 à la crise mondiale fut rapide, décisive et de grande ampleur, selon le rapport du BIT qui indique qu’à partir de la fin 2008 les mesures budgétaires destinées à soutenir l’emploi, à générer de nouvelles activités et à protéger les travailleurs et les ménages ont rapidement pris le relais des mesures de politique monétaire prises pour stabiliser les économies affaiblies.

Le rapport montre que tout en s’efforçant de trouver un équilibre entre la réduction des déficits publics et la nécessité de ne pas abandonner prématurément les mesures de relance budgétaire, les pays continuent d’adapter et de mettre en place des mesures pour surmonter la crise.

Prenant en considération la spécificité des contextes nationaux, le BIT a analysé toute une série de mesures de réponse à la crise et en a tiré les premières leçons quant aux moyens de stimuler la demande de main-d’œuvre, d’étendre la protection sociale et de promouvoir emploi et qualifications. Forte de ces enseignements, l’étude du BIT identifie six défis stratégiques à relever pour inscrire la reprise de l’emploi dans la durée:

  • Eviter un abandon prématuré des mesures de relance exceptionnelles tout en reconnaissant la nécessité d’une consolidation des finances publiques.
  • Soutenir la reprise et tracer la voie vers une mondialisation qui n’exclut personne grâce à une meilleure articulation des politiques macroéconomiques, en matière d’emploi et de protection sociale; fonder une croissance équilibrée de l’économie mondiale sur la croissance équilibrée des économies nationales.
  • Reconnaître que les politiques d’emploi et de protection sociale sont liées et explorer les avantages que procurerait la poursuite d’une approche intégrée qui regroupe les initiatives afin d’en exploiter les synergies potentielles.
  • Consolider progressivement un seuil minimum de protection sociale dans tous les pays afin de conforter un développement économique et social plus équilibré.
  • Concrétiser les possibilités d’emplois verts et d’énergies propres pourrait générer des bénéfices substantiels en termes d’emploi et d’environnement.
  • Et maintenir la coordination politique internationale.

Les ministres de l’Emploi et du Travail se réunissent pour mesurer l’évolution de la situation de l’emploi dans le contexte de la crise financière mondiale. Dans le cadre de la préparation de la réunion qu’accueille le ministère du Travail des Etats-Unis, l’OIT a produit une série de rapports, dont l’étude intitulée «Accélérer une reprise riche en emplois dans les pays du G20: Leçons de l’expérience». Le rapport est accompagné d’une étude statistique d'ensemble, d’une série de notes par pays et d’une revue des politiques en matière d’emploi et de protection sociale appliquées par les pays.

Pour plus d’informations concernant les rapports du BIT qui doivent être présentés au G20, veuillez consulter www.ilo.org/crisis ou contacter le Département de la communication et de l’information publique du BIT: communication@ilo.org ou + 4122/799-7912, ou le Bureau de l’OIT à Washington: washington@ilo.org, +1 202 617 3952, Fax: +1 202 617 3960.

Des interviews peuvent être organisées avec:

M. Stephen Pursey, Directeur du département de l’intégration des politiques du BIT: pursey@ilo.org,+ 4179/593-6114.

M. Philippe Egger, Directeur adjoint du cabinet du Directeur Général du BIT : egger@ilo.org, mobile +4179/593-15-26

Ms. Nancy Donaldson, Directrice du bureau de l'OIT à Washington: donaldson@ilo.org, mobile +1 202 365 8355