Environnement

Le BIT, première organisation internationale de Genève à utiliser un système de climatisation "naturelle"

À partir du 26 mai 2009, le Bureau international du Travail (BIT) sera la première organisation internationale à climatiser écologiquement ses bâtiments en utilisant l’eau naturellement froide du lac Léman, dans le cadre du projet Genève Lac Nations.

Actualité | 25 mai 2009

GENÈVE – À partir du 26 mai 2009, le Bureau international du Travail (BIT) sera la première organisation internationale à climatiser écologiquement ses bâtiments en utilisant l’eau naturellement froide du lac Léman, dans le cadre du projet Genève Lac Nations.

Le projet, signé en 2007 avec les Services industriels de Genève (SIG), consiste à raccorder le BIT à un réseau de transport et distribution d’eau profonde du Lac Léman. L’eau utilisée pour refroidir les bâtiments de l’organisation internationale et arroser son parc, est directement pompée à 37 mètres de profondeur, à une température relativement stable située entre 6°C et 8°C degrés en fonction des saisons.

Ce système permettra au BIT non seulement d’économiser environ 25’000 m3 d’eau potable par an mais également l’électricité utilisée pour climatiser plus de 100’000 m2 de bureaux, salles de conférences, et locaux annexes occupés par 1 400 employés et plusieurs milliers de visiteurs chaque année.

En réduisant sa consommation d’énergie et les émissions de CO2 qui en découlent, le siège de l’OIT à Genève allégera son empreinte carbone dans l’environnement.

De surcroît, cette méthode de climatisation naturelle évite d’avoir recours à des systèmes classiques de climatisation qui sont gourmands en énergie et qui nécessitent une vigilance sanitaire permanente.

«En adhérant dès la première heure au projet Genève Lac Nations, le Bureau international du Travail avait conscience de participer à la valorisation d’une ressource naturelle locale et renouvelable, de manière saine et durable. Ces aspects d’exemplarité, de durabilité et de potentiel de duplication sont des critères essentiels pour notre institution», a indiqué Juan Somavia, le Directeur général du BIT.

Cette opération menée en parallèle avec les travaux de maintenance du bâtiment construit en 1974 fait partie d’une série de projets initiés par le BIT pour réduire sa consommation d’énergies fossiles et d’émissions de CO2. Une récupération groupée et systématique des déchets et des équipements techniques et informatiques obsolètes a été mise en place, les chaudières sont en cours de transformation pour utiliser le gaz naturel, un nouveau concept énergétique est mené de concert avec les autorités genevoises, et un projet d’installation de capteurs solaires sur le toit nouvellement rénové est à l’étude.