Journée mondiale contre le SIDA

VIH/sida: le monde du travail apporte des solutions

La Conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA 2008) se tient cette année au Sénégal du 3 au 8 décembre 2008. Questions-réponses avec M. Assane Diop, Directeur exécutif du secteur de la Protection sociale au BIT.

Article | 1 décembre 2008

BIT en ligne: En quoi le BIT est concerné par cette conférence?

M. Assane Diop: A l’occasion d’ICASA 2008 à Dakar au Sénégal, nous souhaitons transmettre notre expérience et dialoguer avec les acteurs de la riposte au VIH/sida en Afrique. En effet, le Recueil de directives pratiques du BIT sur le VIH/sida et le monde du travail a été adopté en 2001 par le Conseil d’administration du BIT. Il établit dix principes fondamentaux et fixe un cadre pour la riposte au VIH/sida en milieu de travail. Et maintenant plus de 7 ans après l’adoption du Recueil, qui a été traduit en 63 langues, nous savons qu’il a été mis en œuvre dans plus de 1000 lieux de travail à travers le monde, avec l’appui de notre coopération technique. L’OIT et ses mandants ont beaucoup travaillé et beaucoup appris. C’est un sujet qui me tient à cœur tout particulièrement. En tant qu’ancien ministre de la Santé et ministre du Travail du Sénégal, en tant qu’actuel Directeur exécutif du BIT, j’ai tenu à ce que le monde du travail soit placé au centre des préoccupations, pas en tant que problème mais comme solution, dans la lutte contre le VIH/sida.

BIT en ligne: Le lien entre VIH/sida-travail est désormais reconnu. Mais quel est l’impact du VIH/sida dans le monde du travail en Afrique aujourd’hui?

M. Assane Diop: Des millions de personnes dans le monde, vivant avec le VIH/sida, sont en âge de travailler. Selon les estimations de l’ONUSIDA en 2008, plus des deux tiers (67 pour cent) du total mondial de 32,9 millions de personnes vivant avec le VIH se trouvent en Afrique subsaharienne. Ces personnes, en même temps que d’être dans la tranche d’âge la plus exposée et affectée par le VIH, sont dans la période la plus productive de leur vie. Et cette situation a de sérieuses implications pour l’objectif du travail décent pour tous, le thème moteur de notre Organisation. Parmi les entraves au travail décent figurent les discriminations subies par les personnes vivant avec le VIH. Celles-ci sont de plus en plus nombreuses à avoir accès aux antirétroviraux et à être donc parfaitement aptes au travail. Cependant, elles font parfois l’objet de discrimination à l’embauche et à des renvois injustifiés. Par conséquent, les enfants dont les parents vivent avec le VIH ou meurent du sida sont souvent dans l’obligation de travailler et d’arrêter leurs études pour subvenir à leurs besoins et ceux de la famille. C’est pour toutes ces raisons que l’OIT a adhéré au programme conjoint des Nations Unies sur le VIH/Sida (ONUSIDA) et en est devenu l’une des organisations coparrainantes.

BIT en ligne: Croyez-vous que la récession actuelle aura un effet sur les questions liées au VIH en Afrique?

M. Assane Diop: Les retombées de la crise financière affectent déjà un nombre important de familles parmi les plus pauvres ou à revenu moyen partout dans le monde. Le ralentissement économique est particulièrement préoccupant en raison de son impact à long terme sur l’emploi des jeunes Africains. La précarité et les conditions sociales difficiles peuvent mener à des comportements à risques, y compris en ce qui concerne le VIH/sida. De plus, certaines personnes vivant avec le VIH pourraient se trouver privées d’accès aux antirétroviraux en raison de la perte de leur emploi et de leur revenu.

BIT en ligne: Quels sont les prochains défis pour l’OIT en qui concerne la riposte au VIH/sida dans le monde du travail?

M. Assane Diop: La Conférence internationale du Travail de 2009 sera un événement important. Une nouvelle norme internationale du travail sur le VIH/sida sera examinée par la Conférence internationale du Travail en juin. Un rapport a été rédigé afin de faire état des lois, politiques et programmes sur le VIH/sida dans le monde du travail. De vastes consultations ont également été organisées. La Conférence internationale du Travail va tenir une première discussion tripartite sur ce nouvel instrument normatif international qui prendra la forme d’une recommandation. Elle visera à étendre et à renforcer la riposte au VIH/sida dans le monde du travail. Cette recommandation devrait être adoptée à l’issue d’une seconde discussion en juin 2010. Bien que les recommandations ne soient pas juridiquement contraignantes, les Etats Membres de l’OIT sont obligés de fournir des rapports sur leur application. Cela permettra à l’OIT de disposer d’une base de données importante sur le traitement des questions liées au VIH/sida dans le monde du travail. L’OIT organise une réunion satellite dans le cadre d’ICASA pour présenter le processus d’adoption de la recommandation et avoir un échange de vues et d’informations. L’OIT organise également de nombreuses réunions satellites dans le cadre d’ICASA sur des sujets d’importance pour l’Afrique et la riposte au VIH. Parmi eux: la migration des travailleurs et travailleuses du secteur de la santé, la prescription d’antirétroviraux en prophylaxie suite à une exposition au VIH dans le cadre d’activités professionnelles, l’impact du VIH sur les travailleurs du secteur public et bien d’autres.