Archives OIT Info

Mai 2005

  1. Article

    Rapport global sur le travail forcé La servitude pour dettes, le trafic de main-d'œuvre et le travail forcé imposé par l'Etat dans les pays d'Asie

    18 mai 2005

    Sur les 12,3 millions de victimes du travail forcé que l'on dénombre dans le monde ( Note 1), la grande majorité, soit environ 9,5 millions de personnes, vivent en Asie. Les pays asiatiques sont en effet confrontés à la fois aux formes traditionnelles et aux formes modernes de ce fléau. Ainsi, 8,1 millions d'asiatiques sont piégés dans des situations de travail forcé qui n'ont rien à voir avec les réseaux de trafic de main-d'œuvre, puisqu'il s'agit principalement de personnes maintenues en état de servitude pour dettes. Il existe également en Asie des pays comme le Myanmar où c'est l'Etat lui-même qui impose le travail forcé aux habitants. "BIT en ligne" se penche sur la tragique réalité du travail forcé dans les pays asiatiques.

  2. Article

    Travail forcé en Afrique: Entre pauvreté et tradition

    13 mai 2005

    Le BIT estime que 660 000 personnes sont victimes du travail forcé en Afrique subsaharienne. Dans cette région, les données statistiques mettent en relief la persistance de formes traditionnelles de servitude mais soulignent également l'incidence critique de l'extrême pauvreté sur le travail des enfants et l'existence d'un contexte de grave violence politique. Là où les conflits armés et les tensions ethniques ont émergé, les nations ont été confrontées au recrutement forcé d'enfants soldats, aux enlèvements et à la réduction à l'esclavage de pans entiers de la population. Le site Web du BIT trace les contours du travail forcé en Afrique.

  3. Article

    Travail forcé: exploitation au travail et trafic d'êtres humains en Europe

    12 mai 2005

    Selon un nouveau rapport du BIT, 2,4 millions de personnes dans le monde sont aujourd'hui victimes de la traite. Alors qu'en Asie, en Amérique latine et en Afrique subsaharienne, les personnes victimes de la traite représentent moins de 20 pour cent de la population active, la traite des êtres humains concerne plus de 75 pour cent de la population active totale dans les pays en transition économique. Selon le rapport, les incitations économiques à la traite sont puissantes: dans les pays industrialisés, le total des gains illicites généré en une année par une seule travailleuse sexuelle s'élève en moyenne à 67 200 dollars. BIT en ligne esquisse le portrait de la traite des êtres humains en Europe.

  4. Article

    Les formes modernes d'esclavage dans les pays industrialisés

    11 mai 2005

    Selon un nouveau rapport du BIT, plus de 12 millions de personnes dans le monde sont victimes du travail forcé. Cette forme d'esclavage des temps modernes n'est pas cantonnée aux pays en développement, puisqu'on l'observe aussi dans le monde industrialisé, où 360 000 personnes travaillent actuellement sous la contrainte. Voici deux exemples parmi tant d'autres de ce phénomène: les travailleurs migrants employés à la récolte des tomates en Floride, aux Etats-Unis, et ceux employés dans l'industrie de la viande en Allemagne.

  5. Article

    Afrique: l'insécurité aggrave la pauvreté

    11 mai 2005

    JOHANNESBOURG - Au cours des quinze dernières années, l'Afrique a été la région du monde où l'insécurité et l'instabilité économique ont été les plus marquées. Selon un récent rapport du BIT présenté à la réunion annuelle, tenue le mois dernier, de la Commission du travail et des affaires sociales de l'Union africaine, sur les 23 pays africains pour lesquels des données pertinentes sont disponibles, 19 ont été classés dans la catégorie des "pays à la traîne". Il s'agit de pays qui sont confrontés à d'énormes défis sur le plan des réformes politiques, du renforcement des capacités nationales et des résultats économiques. Guy Standing, directeur du Programme focal du BIT sur la sécurité socio-économique, répond à nos questions sur ce sujet.

Avril 2005

  1. Article

    Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail 2005 Le projet de l'OIT: faire en sorte que la vie des paysans vietnamiens soit un peu moins durer

    29 avril 2005

    La Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail 2005 Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail a lieu chaque année le 28 avril. Cette année, le thème choisi est la prévention des accidents et affections liés au travail. Sam Taylor, un journaliste installé à Bangkok, nous écrit depuis le Viet Nam, où l'OIT vient de tester un projet qui s'efforce d'apporter aux travailleurs agricoles les compétences dont ils ont besoin pour améliorer la sécurité dans les exploitations agricoles de ce pays.

  2. Article

    Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail 2005 Promotion de la sécurité dans la construction au Cambodge: prévenir, beaucoup mieux que guérir

    26 avril 2005

    On dénombre au moins 60 000 accidents mortels chaque année sur des chantiers de construction dans le monde, selon un rapport publié par le BIT à l'occasion de la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail 2005. Cette journée qui a lieu cette année le 28 avril est consacrée à la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, tout particulièrement dans le secteur de la construction. Bronwyn Sloan, journaliste basé à Phnom Penh a mené une enquête dans les chantiers de construction au Cambodge.

  3. Article

    Fiducie sociale mondiale: une assurance maladie au Ghana

    25 avril 2005

    Dans le cadre de sa campagne visant à améliorer la sécurité sociale et à l'étendre à tous, l'OIT a lancé l'idée d'une Fiducie sociale mondiale réunissant des pays développés et des pays en développement pour instituer des régimes de protection sociale dans ces derniers. Au Luxembourg, la Confédération Syndicale Indépendante, l'OGB_L, le gouvernement et l'OIT ont mis sur pied un projet pilote destiné à organiser la collecte de contributions volontaires auprès de la population active de ce pays. Les fonds récoltés serviront à soutenir un nouveau système national d'assurance maladie au Ghana.

  4. Article

    Après le tsunami Prévention de l'exploitation des enfants à Aceh

    15 avril 2005

    La province indonésienne de Banda Aceh a été la région la plus touchée par le tremblement de terre et le tsunami du 26 décembre 2004. Parmi les victimes se trouvent de nombreux enfants âgés de 15 à 17 ans qui ont survécu au désastre mais vivent à présent dans des camps pour les personnes déplacées. Afin de prévenir le travail des enfants et l'exploitation de ces victimes, le BIT a lancé en mars un nouveau programme de formation dans la province de Banda Aceh.

  5. Article

    Après le tsunami En Thaïlande, l'industrie du tourisme se relève peu à peu du désastre

    11 avril 2005

    En décembre dernier, le tsunami a touché gravement les complexes touristiques et les plages, à la fois en pertes humaines et en pertes de revenus. A présent, l'industrie touristique se remet peu à peu. Le journaliste Clifford Coonan s'est intéressé à la situation de l'emploi et à ce que font les autorités thaï en lien avec l'OIT.