Video

Afrique du Sud : Les emplois de la Coupe du monde

Lorsque la fièvre de la Coupe du monde s’emparera de l’Afrique du Sud, ce pays attirera l’attention du monde entier, et beaucoup d’argent. On estime que les 500 000 fans qui visiteront l’Afrique du Sud injecteront plus de deux milliards et demi de dollars dans l’économie de ce pays, et plus de 150 000 emplois seront créés. Mais combien de ces emplois subsisteront après la fin de la Coupe du monde ? C’est une préoccupation majeure pour l’Afrique du Sud.

Date de parution: 24 mai 2010 | Taille/durée: 00:02:10 (7.14 MB)

Transcription:

Dans toute l’Afrique du Sud, chacun s’efforce de faire en sorte que ce soit la meilleure Coupe du monde que le monde ait jamais vue. Il ne s’agit pas simplement de construire de nouveaux stades à la pointe de la modernité ; les projets de routes et d’infrastructures abondent. Ce qui signifie des milliers de nouveaux emplois dans l’ensemble du pays.

Le secteur des voyages est l’un des plus grands bénéficiaires du boom de la Coupe du monde. Ce qui est une bonne chose pour ce secteur touché de plein fouet par la crise économique mondiale.

Jenny Baylis, agent de voyage

Ma première préoccupation est de garder mon personnel. Vous savez, tout le monde doit avoir un emploi. On ne cherche pas à faire fortune. Nous voulons simplement continuer à vivre.

Ce qui se passera lorsque la Coupe du monde sera terminée est une préoccupation majeure pour l’organisation internationale du Travail : comment utiliser la chance unique de la Coupe du monde pour créer des emplois durables pour les Sud-africains à l’avenir.

Tout près de Pretoria, le BIT organise un séminaire de trois jours pour les femmes entrepreneurs. Des représentants des ministères du gouvernement de l’Afrique du Sud expliquent comment les entreprises locales peuvent se créer une base de clientèle mondiale en saisissant les opportunités offertes par la Coupe du monde.

Pour les agents de voyage comme Jenny Baylis et Barbara Walsh, les partenariats comme ceux que propose le BIT sont essentiels pour bâtir leur entreprise, et même créer de nouveaux emplois.

Barbara Walsh, agent de voyage

Le BIT est une organisation avec laquelle nous venons de commencer de travailler. Je pense qu’ils vont nous être très utiles en nous apportant une couverture médiatique pour 2010.

Vic van Vuuren, Directeur du BIT de Pretoria

Nous avons un public passionné dans ce pays et sur le continent. L’idée est que si on peut modifier ces stades, on pourra les utiliser pour d’autres évènements sportifs qui rapporteront de nombreux investissements étrangers qui créeront des emplois, et c’est ce que nous recherchons.

Beaucoup espèrent que cet énorme investissement dans de nouvelles installations et infrastructures en Afrique du Sud se révèlera payant à l’avenir… en créant des emplois qui continueront d’exister bien après la fin de la Coupe du monde.