Video

Inde: Combattre le travail des enfants grâce aux déjeuners à l’école

Ces dix dernières années, plus de 30 millions d’enfants ont été retirés du circuit du travail des enfants. Cependant, selon les estimations du Rapport global sur le travail des enfants du BIT, aujourd’hui 215 millions d’enfants travailleraient encore dans les rues, dans les champs, et dans les pires et les plus dangereuses formes de travail. Les politiques nationales intégrées en vue de protéger les enfants et de les retirer du monde du travail pour les envoyer à l’école ont eu un impact ; elles rapprochent la communauté internationale de son objectif d’éradiquer les pires formes de travail des enfants d’ici 2016. L’Inde peut être citée en exemple avec son programme de distribution de repas scolaires à midi qui constitue le plus vaste du genre au monde.

Date de parution: 11 juin 2010 | Taille/durée: 00:01:46 (6.08 MB)

    Transcription:

    Pauvreté rurale plus population extrêmement nombreuse = des millions d’enfants continuent de travailler en Inde. Et beaucoup d’entre eux ont le ventre vide. Voilà la toile de fond et en même temps la réalité brutale sur laquelle se déploie une des plus importantes tentatives pour sortir les enfants du travail des enfants, et les envoyer à l’école.

    Le programme de repas scolaires à midi constitue, dans le monde, le plus vaste programme entrepris sur le plan national pour distribuer des repas scolaires à midi. Ses effets se font sentir dans tout le pays. Désormais, des millions de familles, lorsqu’elles se retrouvent en situation de sous-alimentation, peuvent nourrir leurs enfants en les envoyant à l’école, et préserver ces derniers du travail des enfants.

Une ancienne victime du travail des enfants (langue Kannada)

    Je raconterais aux autres qui travaillent que, nous aussi, nous perdions notre temps à aller travailler. Qu’à présent, nous allons à l’école tous les jours. L’école nous a rendus plus intelligents.

    L’Inde s’efforce aussi de coordonner ses politiques nationales en matière de santé publique, d’emploi rural et de scolarité obligatoire en plaçant la famille au centre de la lutte contre le travail des enfants.

Mme Sudhamani, professeur de mathématiques (langue Kannada)

    Beaucoup de parents n’envoient pas leurs enfants à l’école par méconnaissance de l’importance de l’instruction et de ses avantages. Parce qu’eux-mêmes ne sont jamais allés à l’école.

    Grâce à cet effort, la nation contribue à changer ces perceptions, soutenue en cela par une société civile enthousiaste. Des groupes d’entraide vont à la rencontre des familles à risque et encadrent celles-ci ; ces groupes proposent aux adultes des programmes destinés à leur faire acquérir des compétences et à leur permettre d’accéder à l’autonomie économique et encouragent les activités qui sensibilisent au travail des enfants.

    Le programme indien de garantie de l’emploi rural constitue un chantier public ambitieux qui vise à procurer un filet de sécurité élémentaire aux personnes pauvres qui vivent en milieu rural.

    Des politiques saines peuvent changer beaucoup de choses. Chaque fois que la volonté politique a été là, les choses ont bougé. Lorsque les autorités publiques, les employeurs, les syndicats et les réseaux de la société civile s’unissent pour mettre en place de bonnes politiques, alors les choses bougent vraiment.