Gender equality

Argentine : Des techniques ancestrales font le succès commercial

L’association de techniques traditionnelles et de méthodes modernes peut permettre de changer des vies, même là où l’espoir fait défaut. Dans l’une des régions les plus reculées du monde, en Argentine, un groupe de femmes a réussi à se forger un avenir en renouant avec un savoir-faire ancestral.

Date de parution: 12 décembre 2008 | Taille/durée: 00:03:26 (8.6 MB)

Transcription:

Nous voici dans l’une des plus belles régions du monde: le désert d’altitude situé au nord-ouest de l’Argentine. Dans ce lieu magnifique, qui semble avoir résisté au temps, une tradition ancestrale a refait son apparition.

Pendant des siècles, la population autochtone de cette région ventée et aride, les Kolla, a élevé des lamas comme animaux domestiques appréciés pour leur viande et leur laine.

Aujourd’hui, grâce à des techniques traditionnelles comme la tondaison des lamas aux ciseaux et le filage à la main pour produire une laine de première qualité, l’espoir est revenu dans cette région touchée par le chômage chronique. Filer à la main est une activité naturelle pour les femmes comme Eugenia Gutierrez, une passionnée de cette technique artisanale.

Interview d’Eugenia Gutierrez, fileuse de laine (en espagnol):

Je file la laine depuis l’âge de six ans. Toute ma vie j’ai filé et j’adore ce travail. Je suis une artisane spécialisée dans la filature de la laine.

Voici la Coopérative Punha, où les femmes filent la laine selon la vieille méthode traditionnelle. Grâce au programme FORMUJER, mis en œuvre par le Centre interaméricain de recherche et de documentation sur la formation professionnelle (CINTERFOR), cette technique ancestrale leur a permis de remporter un succès commercial. En Bolivie, au Costa Rica et en Argentine, le programme FORMUJER aide des femmes, autochtones et migrantes, à combiner des techniques traditionnelles avec des méthodes modernes d’organisation, de production et de distribution.

Grâce au programme FORMUJER, les fileuses d’Abra Pampa se sont rendues compte que la laine de qualité qu’elles produisent est appréciée en dehors du village. La laine produite par la coopérative, ainsi que les articles confectionnés avec cette laine, sont désormais vendus dans toute la région à travers un réseau d’écoles et de commerces et même sur Internet. Pour Eugenia, le programme FORMUJER a marqué le début d’une vie nouvelle, puisqu’elle fait désormais partie de la direction de la coopérative et en est sa première présidente.

Interview d’Eugenia Gutierrez, fileuse de laine (en espagnol):

Ma vision du monde a changé: avant, j’étais une simple artisane et maintenant je suis une dirigeante communautaire qui s’intéresse aux besoins des gens et les comprend.

Sara Silviera a été la coordinatrice régionale du programme FORMUJER.

Interview de Sara Silviera, Programme FORMUJER (en espagnol):

Eugenia a été un exemple pour tous. Elle a montré dans toute la région comment une femme peut évoluer et progresser dans la vie si on la soutient, la forme et l’encourage.

La coopérative Punha effectue actuellement des démarches pour être reconnue comme centre de formation professionnelle par le ministère du Travail, ce qui lui donnerait accès à de nouvelles ressources. Pendant ce temps, Eugenia parcourt toute l’Argentine pour expliquer que la formation axée sur la mise en valeur des compétences mène au professionnalisme, au savoir-faire commercial, à la hausse de la productivité et à de meilleurs revenus. Avec cette expérience, la propre vie d’Eugenia a pris un nouveau tournant: elle est désormais plus forte, résiliente, et elle sait qu’elle a le pouvoir de changer sa vie et d’être un exemple pour d’autres femmes.

Interview d’Eugenia Gutierrez, fileuse de laine (en espagnol):

J’ai besoin d’apprendre quelque chose de nouveau tous les jours. Je ne peux me contenter de ce que je sais. Jour après jour, j’en apprends un peu plus. On ne finit jamais d’apprendre.