Egalité des genres

Entre travail et responsabilités familiales: le partage des tâches au Paraguay

Conjuguer vie professionnelle et vie familiale n’est pas chose facile, mais lorsque les hommes et les femmes se partagent équitablement les tâches liées à l’éducation des enfants ou à la prise en charge d’autres membres de la famille, il leur devient plus facile de trouver un équilibre entre ces deux responsabilités. Et lorsque les gouvernements ou les employeurs adoptent des politiques ou des mesures favorables à la famille, les conditions de travail des salariés ayant des responsabilités familiales s’en trouvent améliorées. (en anglais)

Date de parution: 14 avril 2009 | Taille/durée: 00:05:45 (18.9 MB)

Transcription:

Chez Claudio et Alicia, chaque journée commence tôt. Ils préparent le petit déjeuner pour leurs filles, Marcela et Anna Laura, avant d’aller travailler.

Alicia travaille dans un supermarché; Claudio est employé de bureau. Bien qu’Alicia puisse adapter son emploi du temps pour travailler en journée ou de nuit, concilier travail et responsabilités familiales n’est pas aisé.

Alicia Bedoya, mère et femme active

Je suis presque tout le temps au travail. Le système fonctionne comme ça, en particulier dans le secteur de la distribution. Cela me coûte beaucoup, je n’ai presque pas de temps pour ma famille, mon mari, et je suis vraiment fatiguée. Je ne veux pas passer ma vie entière au supermarché, c’est pourquoi j’essaie d’acquérir de nouvelles compétences pour avoir un jour un vrai travail.

Claudio Bedoya, mari d’Alicia

Tout mon temps libre je l’ai passé avec mes filles, à aller au zoo, à jouer ou tout simplement à être là pour elles. Ce serait quand même bien d’avoir davantage de temps pour suivre de près l’éducation de nos filles.

Maria Elena Valenzuela, Spécialiste principale sur les questions de genre, OIT Santiago

Dans beaucoup de familles avec des enfants en bas âge, la mère et le père ont tous les deux un emploi rémunéré, et c’est également le cas des foyers dirigés par des mères célibataires. Ces situations créent souvent des tensions entre les responsabilités familiales et le travail. Jouer ce double rôle n’est pas simple.

En 2007, le Paraguay a ratifié la Convention n°156 de l’OIT sur les travailleurs ayant des responsabilités familiales, un instrument souple qui donne des orientations sur l’élaboration de politiques nationales qui permettront aux hommes et aux femmes de travailler à l’abri de discriminations liées à leurs responsabilités familiales.

Des politiques et mesures variées aideront les hommes et les femmes à mieux s’acquitter de leurs obligations professionnelles et familiales. Cela suppose notamment des structures de prise en charge des enfants, des personnes âgées, des malades ou des personnes handicapées, ainsi que des congés maternité, patermité et parentaux pour les travailleuses et les travailleurs.

Carlos Carmona est membre de la Commission tripartite composée de représentants du gouvernement, des employeurs et des organisations de travailleurs qui ont participé activement au processus de ratification de la Convention n° 156 au Paraguay.

Carlos Carmona, Membre, Commission tripartite

Il était urgent que le Paraguay ratifie la Convention n°156. Je pense que tous les pays qui n’ont pas encore ratifié cette Convention ont une dette importante vis à vis de la société, en particulier à l’égard des femmes qui représentent 50% de la population. L’idée est de réconcilier travail, vie professionnelle et familiale pour donner aux femmes la possibilité d’accéder à des fonctions plus importantes. Le simple accès à l’emploi est déjà important car beaucoup de femmes en sont encore privées.

“L’ANDE” - Administration nationale de l’électricité - l’un des plus gros employeurs du Paraguay, a déjà compris l’importance d’un juste équilibre entre la vie professionnelle et familiale. L’entreprise a créé une garderie de jour qui accueille 110 enfants d’employés et peut en accueillir davantage.

Irineo Zarate, ANDE, Département des ressources humaines

Ce service bénéficie à tous les employés, hommes et femmes. A présent que davantage de femmes travaillent, les pères sont naturellement plus concernés par les responsabilités familiales et mis à contribution. Ce sont souvent les pères qui amènent leurs enfants à la garderie de jour. Autant d’hommes que de femmes accompagnent leurs enfants.

L’entreprise dit que la garderie a rendu les travailleurs plus productifs et heureux, et que toute l’entreprise en tire parti.

Irineo Zarate

Il y a des effets positifs pour l’entreprise et les employés. Les employés se sentent vraiment plus impliqués en se voyant offrir ces services. C’est comme faire partie d’une grande famille, car nous avons tous un objectif commun.

Sur le long terme, le véritable apport de la Convention n°156 de l’OIT est sans doute de modifier les comportements et de favoriser une meilleure répartition des responsabilités familiales.

Maria Elena Valenzuela

Les mères et les pères peuvent concilier travail et tâches familiales en reconnaissant que ces responsabilités sont partagées. Les responsabilités familiales, comme élever les enfants ou s’occuper des personnes âgées, ne devraient pas être considérées comme une tâche uniquement féminine mais également comme l’affaire des hommes et de toute la société.

Alicia comprend qu’un partenaire coopératif peut changer les choses. Elle sait que tout ne dépend pas d’elle : Claudio prend sa part de responsabilité dans l’éducation des enfants.

Alicia Bedoya

Mon mari m’aide et je l’aide, même si je n’ai que très peu de temps. Il fait tout ce qu’il peut pour m’aider dans mes études, mon travail, avec mes filles et à la maison.

Et avec la récente ratification de la Convention n°156, qui privilégie le double rôle de travailleur et de membre de la famille, les travailleurs et les travailleuses seront en meilleure position pour concilier travail et responsabilités familiales. Et cela permettra aussi d’ouvrir la voie à la promotion d’une culture de partage, d’attention et d’égalité renforcés entre les hommes et les femmes.