Zambie: la lutte contre le sida dans les fermes commerciales

Que ce soit en organisant un match de foot ou en défilant dans les rues, l’infirmière Janet et l’équipe d’ouvriers agricoles formés comme éducateurs de pairs font tout leur possible pour que leur action de sensibilisation au sida dépasse le cadre de leur lieu de travail à York Farms pour atteindre la population locale.

Date de parution: 29 novembre 2007 | Taille/durée: 00:02:14 (3.5 MB)

En Zambie, la lutte contre le sida passe par des actions dans la rue. Cette marche contre le sida est conduite par Janet Mvula, l’infirmière responsable du service médical de York Farms, une grande ferme commerciale située près de Lusaka. La mission quotidienne de Janet consiste à informer les huit cents travailleurs de la ferme sur les risques liés au sida.

Janet Mvula, infirmière, York Farms Ltd

Parler du VIH n’est pas chose facile. C’est très difficile, surtout parce que les gens ne s’intéressent même pas au problème.

En Zambie, 70 pour cent de la population active travaille dans le secteur agricole. Avec l’essor des grandes fermes commerciales, les programmes de sensibilisation au sida comme celui-ci permettent d’atteindre des personnes, notamment des femmes, qui n’avaient jamais entendu parler des modes de transmission du VIH. Une femme sur cinq en âge de travailler est séropositive dans ce pays.

Nigel Mumbi, directeur, York Farms Ltd

L’épidémie de sida nous inquiète réellement parce qu’elle va avoir des conséquences à long terme. Elle va réduire l’offre de main d’œuvre, mais, ce qui est plus grave encore, elle va réduire l’offre de main d’œuvre qualifiée.

Pour faire passer son message, Janet utilise divers supports, mais elle compte surtout sur le soutien d’une centaine d’éducateurs de pairs, qui font partie du personnel de la ferme et réalisent un travail de sensibilisation sur le sida auprès de leurs collègues. Ces éducateurs ont été formés dans le cadre d’un projet de prévention du sida mis en œuvre par l’Organisation internationale du Travail en collaboration avec le gouvernement italien.

Mpala Nkonkomalimba, Coordinatrice nationale du projet de l’OIT

Il s’agit là d’une solution très économique pour éduquer les travailleurs d’une entreprise spécifique. Les éducateurs jouent un rôle de modèle pour leurs pairs et, de cette façon, ils ont une influence très positive en faveur du changement de comportement.

D’autres activités sont destinées à sensibiliser les travailleurs dans leurs villages. Par exemple, un match de foot joué par les membres les plus âgés de la communauté attire beaucoup de monde et permet de répondre aux questions que certains se posent sur le VIH. Les joueurs ne paraissent pas forcément âgés, car l’espérance de vie moyenne d’un adulte est actuellement de 38 ans en Zambie.

Ngosa Chisupa, Secrétaire permanent, Ministère zambien du Travail

Grâce aux programmes de sensibilisation et à l’introduction des traitements antirétroviraux, nous constatons une certaine amélioration en ce sens que l’espérance de vie augmente et que tout le monde comprend maintenant que nous devons agir et prendre des décisions au niveau national.

Chez York Farms, Janet ne ménage pas ses efforts pour que les employés de la ferme et la population locale soient informés sur le VIH/sida et aient accès aux meilleurs traitements qu’elle puisse leur offrir.