Genre et inclusion financière

Dans de nombreuses sociétés, les femmes sont victimes de discrimination et sont disproportionnellement vulnérables. Les inégalités liées aux rôles différents attribués aux deux sexes ont des implications sur les aspects les plus fondamentaux de l'autodétermination, de la dignité et de la liberté, qui à leur tour influencent l'inclusion financière - ou son absence.

Cependant, la dynamique de genre peut changer avec le temps. L'industrie des services financiers peut être à la fois un catalyseur et un baromètre de l'égalité des sexes. À elle seule, l'inclusion financière n'entraîne pas l'égalité des sexes. Cependant, seulement avec un accès égal à toute la gamme des services financiers basés sur les besoins - épargne, crédit, assurance, paiements - et l'éducation financière qui les accompagne, les femmes ont une chance d'autonomisation sociale et économique.

Qu'elles travaillent à la maison ou à l'extérieur, qu'elles soient employées ou indépendantes, l'inclusion financière fournit aux femmes les outils pour accumuler des biens, générer des revenus, gérer les risques financiers et participer pleinement à l'économie.

L'industrie des services financiers peut être à la fois un catalyseur et un baromètre de l'égalité des sexes

Les femmes, le monde du travail et le déficit d'inclusion financière

À l'échelle mondiale, les femmes ont moins d'opportunités économiques. Moins de la moitié des femmes éligibles participent à la population active, contre 75% des hommes. Les femmes sont également plus susceptibles de travailler dans des emplois informels et dans des emplois vulnérables, mal payés ou sous-évalués. Ils n'ont pas non plus le même accès aux services financiers que les hommes. Cinquante-six pour cent des personnes sans compte bancaire sont des femmes – ce qui signifie que près d'un milliard de femmes sont écartées de tout service bancaire. Ceux qui ont des comptes bancaires n'ont pas nécessairement le contrôle de leurs finances, ni beaucoup de richesse, mais c'est un point de départ pour l'inclusion financière.

Pourquoi cibler les femmes par l’inclusion financière?

Des études récentes ont montré que les femmes et les filles sont plus prédisposées à la pauvreté que les hommes et les garçons à cause d’une série de facteurs qui les prédisposent à la pauvreté. Les résultats d'une étude réalisée par ONU Femmes et la Banque mondiale montrent qu'entre 20 et 34 ans, les femmes sont plus susceptibles d'être pauvres que les hommes. Le divorce, la séparation et le veuvage affectent plus négativement les femmes que les hommes. Dans la tranche d'âge 18-49 ans, les femmes divorcées sont deux fois plus susceptibles d'être pauvres que les hommes divorcés.

Alors que l'inclusion économique peut conduire à l'inclusion financière et vice versa, la dynamique de genre freine les femmes sur ces deux aspects. Cela doit changer. Les banques commerciales se concentrent souvent sur les hommes et les entreprises formelles, négligeant les femmes qui constituent un segment important et croissant de l'économie informelle. De nombreuses institutions de microfinance (IMF) ont relevé le défi, en se concentrant principalement sur les femmes, mais pour changer le statu quo, beaucoup plus est nécessaire, de la formalisation des IMF à l’offre de connaissances financières aux femmes.

En outre, notre recherche montre que les femmes ont tendance à réserver une plus grande partie de leur revenu à la consommation du ménage que leurs homologues masculins. Cibler les femmes par l'inclusion financière peut également bénéficier les ménages, les communautés et la société.

Le travail de Finance Solidaire sur le genre

L'autonomisation des femmes par l'inclusion financière est un élément essentiel de la promotion de l'Agenda du travail décent de l'OIT. Alors que nous intégrons le genre dans tous nos travaux, voici quelques exemples où nous nous concentrons explicitement sur les femmes:
  • L’éducation financière: L'éducation financière fournit des compétences de base liées à la rémunération, aux dépenses, à la budgétisation, à l'emprunt, à l'épargne et à l'utilisation d'autres services financiers tels que l'assurance et les transferts d'argent. Il est essentiel pour accroître les connaissances financière de base et aide les femmes à obtenir de meilleurs résultats commerciaux, une meilleure égalité et une plus grande autonomie. L'OIT a développé un certain nombre de matériaux de formations adaptés à différents groupes cibles, parmi lesquels figurent des femmes dans plusieurs pays, dont l'Argentine (voir la vidéo), l'Égypte, le Maroc et la Tunisie.
  • Microfinance pour un travail décent: cette recherche-action a aidé 16 IMF dans le monde à développer des produits et services pour réduire les déficits de travail décent.
  • Faire fonctionner la microfinance - Gérer la diversification des produits: il s'agit d'un programme de formation destiné aux institutions financières développant des produits ou des efforts de distribution pour atteindre de nouveaux segments de marché. Le genre est intégré dans le programme, mais il existe un module de formation spécifique sur la «Microfinance pour les femmes».
  • Guide de vérification FAMOS pour les institutions financières: en collaboration avec le programme de développement de l'entreprenariat féminin de l'OIT (WED), Social Finance encourage l'utilisation du contrôle de qualité des services basé sur le genre pour les entreprises d'exploitation féminines et masculines (FAMOS). Le guide aide les agences de soutien aux entreprises, les institutions financières et les ministères à avoir un nouveau regard – et à conduire une évaluation systématique - sur la mesure dans laquelle ils fournissent aux femmes entrepreneurs des produits et services appropriés.

Femmes et assurance inclusive

En plus d'examiner comment les femmes gèrent leur argent et profitent des opportunités commerciales, l'OIT examine également comment elles gèrent les risques:
  • Pionnier de la «politique des soignants» avec MicroFund for Women (MFW): MFW vise à exploiter la capacité de production des micro-entrepreneurs en Jordanie, en particulier les femmes, en leur fournissant des services financiers et non financiers. Son travail contribue à l'autonomisation des femmes défavorisées qui deviennent des sources de revenus et des décideurs dans leurs communautés, et il contribue à réduire le chômage en améliorant les opportunités économiques et en soutenant les entreprises. En collaboration avec Women’s World Banking, l’OIT a aidé MFW à développer un produit d’assurance-maladie hospitalière en espèces conçu pour ses clients.
  • Étude d’impact VimoSEWA: Cette étude a porté sur l’impact de l’éducation sanitaire préventive sur l’utilisation de l’assurance pour les membres de l’Association des femmes indépendantes (SEWA).
  • Développer des communautés de pratique qui favorisent l’accès des femmes à une assurance de meilleure qualité: nous travaillons avec des partenaires afin que les acteurs de l’industrie puissent se réunir, partager leurs connaissances et apprendre comment améliorer l'accès des femmes à une assurance de meilleure qualité à travers le monde.
  • La recherche sur les produits d’assurance sensibles au genre fournit des indications claires sur la manière de concevoir et de fournir des produits d’assurance, en tenant compte des préférences et des priorités des femmes.
  • Promouvoir l’égalité d’accès aux services d’assurance pour les femmes, comme lors du Forum sur l’assurance impact de l’OIT à la 15e Conférence internationale sur l’assurance inclusive. Lisez ce blog pour plus d'informations.

Genre et l'OIT

Au sein de l'OIT, il existe un programme plus large de lutte contre les inégalités entre les sexes. Le Service du genre, de l’égalité et de la diversité et de l’OIT sur le sida (GED/ILOAIDS) soutient des politiques et des programmes dans l’ensemble de l’organisation qui promeuvent l’égalité de genre et conduisent à l’autonomisation des femmes. Le programme de développement de l’entreprenariat féminin de l’OIT (WED) s’emploie à améliorer les opportunités économiques pour les femmes en développant des outils et des stratégies spécifiques aux besoins des femmes entrepreneurs.