L'OIT est une institution spécialisée des Nations-Unies
ILO-fr-strap
Plan du site | Contact English
> Page d'accueil > Triblex: base de données sur la jurisprudence > Par mots-clés du thésaurus

Suspension sans traitement (942,-666)

Votre recherche:
Mots-clés: Suspension sans traitement
Jugements trouvés: 4

  • Jugement 4586


    135e session, 2023
    Organisation internationale pour les migrations
    Extraits: EN, FR
    Texte Intégral Du Jugement: EN, FR
    Synthèse: The complainant contests the decision to convert his suspension with pay into a suspension without pay pending an investigation for misconduct against him, as well as the overall length of his suspension.

    Mots-clés du jugement

    Mots-clés:

    Requête admise; Suspension sans traitement;

    Considérant 11

    Extrait:

    In assessing whether the decisions to suspend without pay were unlawful having regard to the terms of Rule 10.3, three matters should be noted at the outset. The first is that there was not one decision to suspend without pay but, as the complainant contends, multiple decisions. They were made on 26 March 2019, 26 June 2019, 23 July 2019, 26 September 2019, 16 December 2019, 18 March 2020 and 18 May 2020. Whether each, some or none of these decisions were legally flawed having regard to the principles discussed in consideration 8 [of this judgment] can be assessed by reference to the circumstances existing at the time each decision was made.

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement;

    Considérant 14

    Extrait:

    The reasons given for the suspension without pay from 26 March 2019, and in effect the reason for transforming the suspension as one with pay to one without pay, was, as noted earlier, that: “[t]he various interviews that have been conducted by OIG, including with you, and the strong evidence gathered thus far in the course of the investigation have reinforced the credibility of the allegations raised against you” and later: “the elements gathered by OIG [...] reinforce[d] the credibility of the allegations raised against you”. The letter of 26 March 2019 does not refer to the requirement in the rules that suspension without pay can only occur if the Director General (or a person acting on delegation) considers there are exceptional circumstances. But it can reasonably be inferred that the additional elements just quoted were viewed as constituting exceptional circumstances. The legal question which then arises is whether it was reasonably open to the decision-maker to form that opinion. The word “exceptional”, in this context, denotes circumstances which are beyond, and probably well beyond, circumstances which might simply justify suspension with pay. But apart from that, the expression “exceptional circumstances” is an expression of great width. It must be borne in mind that the power to suspend does not simply arise in circumstances where allegations of serious misconduct are being investigated or pursued in disciplinary proceedings (as it does in some other organisations’ rules). The power to suspend as expressly conferred by IOM’s rules can be exercised in relation to any conduct which might lead to a disciplinary sanction which could include alleged minor transgressions. But, of course, questions of proportionality can arise as discussed in consideration 8 [...]. Moreover, under Rule 10.3(d) a person suspended without pay is entitled to receive pay withheld if the allegations against the staff member were not substantiated or later found not to warrant summary dismissal. In this respect, the Rule itself ameliorates what otherwise might be viewed as the severe effect of suspension without pay. What, in substance, the letter of 26 March 2019 was saying was that the case against the complainant involving the receipt of corrupt payments of approximately 600,000 United States dollars (and solicited by him) was one where there was a much-increased measure of certainty, in the eyes of the Organization, that in fact corrupt payments in this amount had been received. If proved it would be a gross misconduct of the most egregious kind and almost certainly criminal behaviour. The decision-maker was entitled, in the Tribunal’s view, to treat the highly likely fact that the complainant had received corrupt payments in this amount solicited by him, as giving rise to exceptional circumstances in all the circumstances.

    Mots-clés:

    Motivation; Suspension sans traitement;

    Considérant 15

    Extrait:

    However, as time passed, other considerations bore upon the issue of whether the complainant could reasonably be suspended without pay. It should be noted that all subsequent letters suspending the complainant without pay for a further period do not add to, or alter, the reasons given in the letter of 26 March 2019. One such consideration was that the suspension without pay was made in circumstances where, as required by the original decision of 4 October 2018, the complainant could not leave his duty station. He says in his pleas, and this is not really challenged, this limited his capacity to obtain income from other sources. Whether he could engage in other employment as a member of staff of IOM (albeit suspended), is problematic. Nonetheless, what is undoubtedly true is that having no income as a staff member diminished the complainant’s capacity to support his family even allowing for the possibility that he had retained some or all the money alleged to have been received as bribes. Another consideration is that the investigation by the OIG finally concluded, by the issuing of a report, in April 2020. Its report suggests that its active pursuit of the investigation concluded sometime shortly after mid-March 2020 when the complainant responded to the OIG’s draft investigation report of January 2020. At least, by that point, there could be no suggestion of the complainant interfering with the investigation, thus removing one of the foundational elements of the initial decision to suspend as well as the initial decision to suspend without pay. The Organization’s failure to take into account the ongoing economic impact on the complainant together with, more importantly, the matter discussed in the preceding sentence, tainted its decisions to suspend the complainant without pay made on 18 March 2020 and 18 May 2020 and they should be set aside to the extent that they suspended the complainant without pay.

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement;



  • Jugement 4519


    134e session, 2022
    Union internationale des télécommunications
    Extraits: EN, FR
    Texte Intégral Du Jugement: EN, FR
    Synthèse: La requérante conteste la décision de la suspendre de ses fonctions sans traitement.

    Considérant 14

    Extrait:

    Le Tribunal relève certes que la conversion de la suspension avec traitement initialement prononcée – qui, au vu du dossier, était en soi tout à fait légitime – en suspension sans traitement n’a pas eu pour effet d’aggraver sensiblement l’atteinte déjà inévitablement portée à la réputation professionnelle de la requérante car, lorsqu’un agent est suspendu, cette atteinte tient avant tout au fait même que celui-ci se voie retirer ses fonctions. Mais il est évident, en revanche, que la privation brutale et prolongée de toute rémunération résultant de cette mesure ne pouvait que provoquer chez la requérante un vif sentiment d’anxiété et lui occasionner de graves troubles dans les conditions d’existence. De surcroît, la durée déraisonnable de la période de suspension, prise dans son ensemble, a eu pour effet de maintenir longtemps l’intéressée dans une situation d’incertitude sur son avenir professionnel qui était d’autant moins supportable que celle-ci a la charge d’un enfant.

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement; Tort moral;

    Mots-clés du jugement

    Mots-clés:

    Requête admise; Suspension sans traitement;

    Considérant 9

    Extrait:

    [L]e Tribunal constate qu’il s’est écoulé, au total, un délai de quinze mois entre le début de la suspension de la requérante […] et le terme de cette suspension, correspondant en l’espèce à la date d’effet de sa révocation […], ce qui représente une durée déraisonnable. Cette durée a en effet non seulement méconnu, de façon grossière, le délai indicatif de trois mois ci-dessus évoqué, mais même, en vérité, le caractère par essence provisoire d’une telle suspension (voir, pour des cas comparables, le jugement 2698 précité, au considérant 14, ou le jugement 3035, au considérant 18). S’expliquant, en grande partie, par une lenteur elle-même anormale de la procédure disciplinaire, cette durée apparaît en outre d’autant plus choquante, en l’espèce, que l’intéressée s’est trouvée privée, à compter du 10 novembre 2020, soit pendant l’essentiel de la période en cause, de tout revenu professionnel.

    Référence(s)

    Jugement(s) TAOIT: 2698, 3035

    Mots-clés:

    Préjudice; Suspension sans traitement;

    Considérant 8

    Extrait:

    [L]a requérante fait valoir que la conversion de sa suspension initiale en suspension sans traitement a été prononcée en méconnaissance de l’exigence, posée par l’alinéa b) de la disposition 10.1.3, selon laquelle une suspension «ne doit pas en règle générale dépasser trois mois».
    […]
    Il est certes exact que, comme le souligne la défenderesse, la limite de durée de trois mois ainsi prévue présente un caractère seulement indicatif, et non impératif, puisqu’elle ne vaut qu’«en règle générale», et qu’une suspension peut donc fort bien, dans certains cas, être plus longue. Mais, sauf à ôter toute portée utile au texte en cause, on ne saurait pour autant considérer que l’organisation puisse s’affranchir sans aucune restriction ni justification de l’objectif de respect de cette durée maximale de référence.

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement;

    Considérant 11

    Extrait:

    [L]e fait que le rapport d’enquête ait confirmé le bien-fondé des allégations formulées à l’égard de la requérante ne constituait pas, en soi, un élément nouveau pertinent. En effet, cette confirmation était sans incidence sur la nature des manquements reprochés à l’intéressée et ne pouvait donc permettre de considérer comme présentant un caractère exceptionnel des circonstances de l’affaire qui n’avaient pas été initialement regardées comme telles. Au demeurant, il y a lieu d’observer que les conclusions de l’enquête en cause ne faisaient en réalité que corroborer l’opinion que les autorités de l’UIT doivent être réputées avoir eue dès la prise de la décision initiale de suspension avec traitement puisque, en vertu de l’alinéa a) de la disposition 10.1.3, le Secrétaire général ne peut prononcer la suspension d’un fonctionnaire que «si [lui-même] ou le directeur du bureau intéressé considère que l’accusation est fondée» et qu’il s’agit là d’une exigence conditionnant la légalité d’une mesure de ce type (voir, par exemple, le jugement 2892, au considérant 14).
    En estimant qu’il lui était loisible […] de convertir la suspension initiale avec traitement en suspension sans traitement au vu des résultats de l’enquête, le Secrétaire général a donc commis une erreur de droit, qui se surajoute à celles déjà censurées […].

    Référence(s)

    Jugement(s) TAOIT: 2892

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement;



  • Jugement 4515


    134e session, 2022
    Union internationale des télécommunications
    Extraits: EN, FR
    Texte Intégral Du Jugement: EN, FR
    Synthèse: Le requérant conteste la conversion de sa suspension avec traitement en suspension sans traitement jusqu’à la fin d’une enquête pour harcèlement sur les allégations formulées contre lui.

    Mots-clés du jugement

    Mots-clés:

    Patere legem; Requête admise; Suspension sans traitement;



  • Jugement 4452


    133e session, 2022
    Organisation mondiale du tourisme
    Extraits: EN, FR
    Texte Intégral Du Jugement: EN, FR
    Synthèse: Le requérant conteste les décisions de le suspendre avec traitement, puis sans traitement, pendant la procédure disciplinaire pour faute, ainsi que la nomination d’un collègue à ce qu’il décrit comme son «poste et [ses] fonctions».

    Considérants 6-7

    Extrait:

    Le pouvoir de suspendre un fonctionnaire est mis en œuvre lorsque le Secrétaire général considère, dans des circonstances précises, que le maintien en fonctions de l’intéressé pourrait être préjudiciable au service. Ce pouvoir repose sur l’opinion du Secrétaire général sur la question du préjudice. Il est clair qu’une décision de suspendre sans traitement un fonctionnaire susceptible d’être renvoyé sans préavis est liée au pouvoir de conférer au renvoi sans préavis un effet rétroactif à la date de la suspension. La logique de ce dispositif semble être d’éviter de créer une situation dans laquelle, si la procédure se terminait par un renvoi sans préavis avec effet rétroactif, le fonctionnaire suspendu aurait été payé pour une période où il n’était pas en service, du moins en théorie, ou dans laquelle le recouvrement de ce paiement pourrait être problématique.
    Lorsque le requérant a été suspendu avec traitement [...], l’approche suivie par le Secrétaire général était, à première vue, tout à fait normale et conforme à la disposition 29 du Règlement du personnel. Premièrement, le Secrétaire général a déclaré qu’une sanction était envisagée et qu’elle consisterait en un renvoi sans préavis. Toutefois, aucune décision tendant à suspendre le requérant sans traitement n’avait alors été prise, même si cela aurait pu être le cas. Deuxièmement, le Secrétaire général a abordé la question du préjudice et expliqué de manière rationnelle pourquoi le maintien en fonctions du requérant pouvait être préjudiciable aux intérêts du service.

    Mots-clés:

    Pouvoir d'appréciation; Suspension; Suspension sans traitement;

    Considérants 9 et 11

    Extrait:

    Il convient à ce stade de déterminer si la décision [...] de suspendre le requérant sans traitement était légale. Or tel n’était pas le cas. [...]

    Il ressort à tout le moins [des arguments invoqués par le Secrétaire général] que la conduite du requérant a suscité une profonde irritation. Maisla question de savoir si cela était justifié ou non est sans incidence aux fins de l’espèce. [L]e pouvoir discrétionnaire d’infliger une suspension dépend de l’opinion selon laquelle le maintien en fonctions du fonctionnaire pourrait être préjudiciable au service. Une telle appréciation avait déjà été effectuée le 4 mai 2018. En outre, à ce moment-là et en sachant parfaitement que la sanction finalement prononcée pouvait être le renvoi sans préavis, le Secrétaire général a manifestement choisi de ne pas suspendre l’intéressé sans traitement. La seule chose qui se soit produite entre-temps est que le requérant s’est conduit d’une manière qui lui a valu de vives critiques de la part du Secrétaire général. L’expression «[a]u vu de ce qui précède» renvoyait essentiellement aux critiques de la conduite du requérant et recensait le ou les motifs de la décision portant suspension sans traitement. Il est clair que les modalités de la suspension ont été modifiées dans le seul but de sanctionner la conduite reprochée. Or cela ne pouvait constituer le fondement légal d’une telle décision. La décision portant suspension sans traitement doit donc être annulée.

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement;

    Considérant 15

    Extrait:

    Normalement, le requérant aurait droit à des dommages-intérêts pour tort matériel d’un montant correspondant au revenu qu’il aurait perçu entre la date de la suspension sans traitement et la date de son renvoi, si celui-ci était légal.

    Mots-clés:

    Suspension sans traitement; Tort matériel;

    Mots-clés du jugement

    Mots-clés:

    Faute; Procédure disciplinaire; Requête admise; Suspension sans traitement;

    Considérant 16

    Extrait:

    Le requérant réclame également des dommages-intérêts supplémentaires pour tort moral et des dommages-intérêts exemplaires. À l’appui de ces conclusions, il invoque «le stress émotionnel et la perte financière que [lui] et sa famille ont subis [...] et le fait que [les décisions illégales] ont gravement porté atteinte à sa réputation professionnelle et à sa dignité». Il n’y a pas de lien évident, ni prouvé, entre ces éléments d’argumentation et la suspension illégale sans traitement qui a duré environ deux mois et demi, soit entre la décision portant suspension sans traitement et la décision de renvoi. Il ne se justifie donc pas d’accorder des dommages-intérêts pour tort moral ni des dommages-intérêts exemplaires.

    Mots-clés:

    Dommages-intérêts exemplaires; Suspension sans traitement; Tort moral;


 
Dernière mise à jour: 07.02.2023 ^ haut