ILO Home
Go to the home page
Site map | Contact us English | Español
view in a printer-friendly format »

Maladies de la peau - 1,481 saisies trouvées

Vos critères de recherche sont

  • Maladies de la peau

2003

CIS 03-762 Geier J., Lessmann H., Uter W., Schnuch A.
Allergies d'origine professionnelle aux gants en caoutchouc: résultats du réseau d'information des départements de dermatologie (IVDK), 1995-2001
Occupational rubber glove allergy: Results of the Information Network of Departments of Dermatology (IVDK), 1995-2001 [en anglais]
Parmi les patients souffrant de dermites de contact d'origine professionnelle enregistrés dans la base de données du réseau des départements de dermatologie (connue sous l'acronyme allemand IVDK) entre 1995 et 2001, 2 047 ont subi des tests cutanés pour dépister une éventuelle allergie aux gants en caoutchouc. Les fréquences de réaction aux thiurames, aux dithiocarbamates, au mercaptobenzothiazole (MBT) et ses dérivés, aux thiourées et à la diphényl-1,3 guanidine (1,3-DPG) ont été analysées. On a observé que les thiurames étaient, de loin, les allergènes les plus fréquents chez ces patients (16,2% de réactions positives). Malgré le fait que les fabricants aient augmenté les quantités de dithiocarbamates et de dérivés du MBT utilisés dans la production de gants ces dernières années, ces allergènes n'ont donné lieu à des réactions positives que chez 3% des patients testés. Les thiourées et la 1,3-DPG ne sont que peu utilisés dans la production de gants et ne jouent qu'un rôle mineur dans l'allergie de contact aux gants en caoutchouc. La plupart des réactions à la 1,3-DPG sont probablement des faux positifs dus à des réactions d'irritation.
Contact Dermatitis, janv. 2003, vol.48, n°1, p.39-44. Illus. 23 réf.

CIS 03-674 Meding B., Wrangsjö K., Brisman J., Järvholm B.
Eczéma des mains chez 45 boulangers - Etude clinique
Hand eczema in 45 bakers - A clinical study [en anglais]
La peau des boulangers est fortement exposée à la pâte, aux épices, à l'eau et aux détergents. Des études antérieures montrent que les boulangers présentent un risque élevé d'eczéma des mains. Dans une enquête par questionnaire, environ 21% des boulangers ont déclaré souffrir d'un eczéma des mains. Un échantillon de 60 boulangers a été sélectionné au hasard parmi ceux-ci, dont 52 ont été retenus pour un entretien normalisé, une recherche des symptômes cliniques, des tests cutanés (patch tests et prick tests) avec les séries standards et les séries spécifiques de la boulangerie, ainsi que des analyses de sérum. 45 participants avaient une anamnèse confirmée d'eczéma des mains ayant donné lieu, pour 11 d'entre eux, à un absentéisme maladie d'une durée moyenne de 14 semaines. 13 sujets avaient dû changer de profession. Des patch tests positifs aux allergènes de contact standards ont été observés chez 19 sujets et cinq sujets présentaient des patch tests positifs aux allergènes de contact spécifiques à la boulangerie. S'agissant des prick tests, des réactions positives aux allergènes standards ont été observées chez 16 boulangers et des réactions positives aux allergènes spécifiques à la boulangerie chez 10 boulangers, dont neuf ont réagi à la farine.
Contact Dermatitis, janv. 2003, vol.48, n°1, p.7-11. 20 réf.

CIS 03-774 Gruvberger B., Isaksson M., Frick M., Pontén A.N.N., Bruze M.
Dermatoses d'origine professionnelle dans un atelier de travail des métaux
Occupational dermatoses in a metalworking plant [en anglais]
Une étude des dermatoses d'origine professionnelle a été menée chez des travailleurs d'une usine produisant des pièces pour moteurs et transmissions, par voie de questionnaire, ainsi que grâce à des examens cliniques et à des patch tests avec des séries standards et des séries d'échantillons spécifiques à l'environnement de travail. Au total, 382 travailleurs ont répondu au questionnaire. 214 ont déclaré des symptômes cutanés passés ou présents pour lesquels ils suspectaient une origine professionnelle. 183 salariés (164 travailleurs de l'atelier de travail des métaux et 19 employés de bureau) ont été soumis à des examens cliniques et à des tests cutanés. Des dermatoses d'origine professionnelle ont été diagnostiquées chez 23 préposés au travail des métaux (14,1%) et chez un employé de bureau (5,3%). Des dermites irritatives de contact ont été diagnostiquées chez 11 travailleurs (10 employés du travail des métaux et un employé de bureau), et une folliculite chez un préposé au travail des métaux. Parmi ces 11 sujets, quatre cas étaient dus aux huiles pures, trois à des fluides de coupe à base aqueuse et quatre à divers biocides.
Contact Dermatitis, fév. 2003, vol.48, n°2, p.80-86. 17 réf.

CIS 03-785 Devantier Jensen C., Thormann J., Ejner Andersen K.
Dermite de contact allergique due à l'iodo-3 propynyl-2 butylcarbamate présent dans l'air d'une usine de peinture
Airborne allergic contact dermatitis from 3-iodo-2-propynyl-butylcarbamate at a paint factory [en anglais]
L'iodo-3 propynyl-2 butylcarbamate (IPBC) est un fongicide utilisé à la fois dans les produits industriels et les cosmétiques. Cet article présente le premier cas rapporté de dermite de contact allergique consécutive à une exposition à cet agent de conservation dans l'air. Une salariée de 34 ans travaillant dans les ateliers de production d'une usine de peinture présentait une dermatite sur les territoires cutanés exposés. Des patch tests ont mis en évidence une réaction positive à l'IPBC à 0,01% dans la vaseline. Cette substance entrait dans la composition de xyloprotecteurs que le sujet préparait. Selon les études sur l'animal, l'IPBC est considéré comme sûr lorsqu'il est utilisé comme agent de conservation dans les cosmétiques. Toutefois, l'utilisation répandue de cette substance pourrait donner lieu à une augmentation des allergies de contact; il est donc recommandé d'en suivre étroitement l'utilisation.
Contact Dermatitis, mars 2003, vol.48, n°3, p.155-157. 19 réf.

CIS 03-758 Frick M., Isaksson M., Björkner B., Hindsén M., Pontén A., Bruze M.
Dermite de contact allergique d'origine professionnelle dans une usine de lames de parquet enduites de laque à base d'isocyanates
Occupational allergic contact dermatitis in a company manufacturing boards coated with isocyanate lacquer [en anglais]
Suite à l'introduction d'une laque à base de diisosocyanate-4,4 de diphénylméthane (MDI) dans une usine de revêtement de sol laminé, on a assisté à une épidémie de lésions cutanées d'origine professionnelle chez les travailleurs. Cinq d'entre eux ont été soumis à des patch tests avec une série standard et une série d'isocyanates, ainsi qu'avec des substances présentes sur le lieu de travail. Chez les travailleurs ayant subi le test avec de la laque, on a observé une allergie de contact, ainsi que des réactions simultanées au diamino-4,4' diphénylméthane (MDA). Cette étude démontre que, en cas de contact professionnel avec des isocyanates, on ne doit pas se concentrer uniquement sur les risques d'atteinte respiratoire, et qu'une contamination de la peau augmente selon toute vraisemblance le risque de développer une allergie de contact aux isocyanates ou aux substances en contenant. Lorsqu'on cherche à établir un diagnostic d'allergie de contact aux isocyanates, il est souhaitable de procéder à une lecture différée, les réactions positives mettant un certain temps à apparaître. Le MDA semble être un bon indicateur d'hypersensibilité aux isocyanates.
Contact Dermatitis, mai 2003, vol.48, n°5, p.255-260. 16 réf.

2002

CIS 03-1647 Naumann C., Aue H.D.
Médecine du travail préventive dans les entreprises effectuant des travaux humides - Résultats d'un projet de prévention
Medizinischer Arbeitsschutz in Betrieben mit Feuchtarbeit - Ergebnisse eines gewerbeärztlichen Präventionsprojektes [en allemand]
Les dermatoses figurent parmi les maladies professionnelles les plus fréquentes; elles posent particulièrement problème lorsque les travailleurs doivent fréquemment accomplir des tâches avec les mains mouillées. Le service de médecine préventive du Land de Saxe, Allemagne, a donc réalisé, dans le cadre des contrôles qu'il effectue, une enquête sur les dermatoses et les mesures prises dans 292 petites entreprises et prodigué des conseils de prévention aux travailleurs. L'enquête a mis en évidence des dermatoses dans 26 entreprises. Les groupes professionnels les plus touchés sont, dans l'ordre décroissant, les coiffeuses, les fleuristes, les fraiseurs, les esthéticiennes, les assistantes médicales et dentaires et les émailleurs. Une action préventive a été menée auprès des travailleurs présentant des dermatoses, la première mesure étant d'organiser le travail de manière à limiter les tâches ayant des effets nocifs sur la peau. Le port de gants imperméables à l'humidité est également conseillé. Dans certains cas, il est indiqué de porter des gants en coton sous les gants imperméables.
Sächsisches Landesinstitut für Arbeitsschutz und Arbeitsmedizin, Reichsstrasse 39, 09112 Chemnitz, Allemagne, 2002. 26p. Illus. 21 réf.

CIS 03-552
Health and Safety Commission
Problèmes cutanés dans le secteur de l'imprimerie
Skin problems in the printing industry [en anglais]
Les dermites représentent un problème grave dans le secteur de l'imprimerie. Une étude récente portant sur 1 189 travailleurs de ce secteur a montré que 41% avaient souffert d'un problème cutané à un moment donné et que 10% étaient atteints au moment de l'enquête. Par ailleurs, des facteurs professionnels ont été mis en cause dans 58% des diagnostics. Cette brochure propose des conseils pratiques pour la prévention des troubles cutanés et, notamment, des dermites, dans le secteur de l'imprimerie. Au sommaire: mécanismes de développement des dermites; symptômes; substances pouvant aggraver une affection cutanée; procédés où l'incidence des dermites est élevée; législation; responsabilités de la direction; prévention; gants de protection; crèmes de protection; examens de la peau; archives de santé; surveillance des affections cutanées.
HSE Books, P.O.Box 1999, Sudbury, Suffolk CO10 2WA, Royaume-Uni, éd. rév., mars 2002. 11p. Illus. 9 réf.
http://www.hse.gov.uk/pubns/ipex11.pdf [en anglais]

CIS 03-321 Ling T.C., Coulson I.H.
Que savent les apprentis coiffeurs au sujet de la dermite des mains?
What do trainee hairdressers know about hand dermatitis? [en anglais]
La dermite des mains est une cause importante de morbidité chez les coiffeurs. Une enquête par questionnaire a été menée auprès de 121 apprentis coiffeurs de deux écoles de coiffure en Grande Bretagne, les questions portant notamment sur le nombre et le type de procédures de coiffure réalisés, l'anamnèse et les antécédents médicaux, la conscience des risques que présente la coiffure pour la peau et les connaissances en ce qui concerne la dermite des mains. 17% apprentis souffraient de dermite aux mains, probablement en raison de l'importance du travail qu'ils étaient obligés d'accomplir avec les mains mouillées. Les trois quarts des apprentis ne savaient pas que l'eczéma atopique prédisposait aux dermites aux mains. Le plus souvent, ils ne transposaient pas dans la pratique les connaissances qu'ils avaient des soins à apporter aux mains: seuls 9% portaient des gants pour shampooiner et 58% pour faire une permanente. La prévention de la dermite des mains passe par la formation et la sensibilisation des apprentis coiffeurs à cette question dans les écoles de coiffure.
Contact Dermatitis, oct. 2002, vol.47, n°4, p.227-231. Illus. 18 réf.

CIS 03-314 Conde-Salazar L., Gatica M.E., Barco L., Iglesias C., Cuevas M., Valks R.
Allergie au latex chez les ouvriers du bâtiment
Latex allergy among construction workers [en anglais]
Cette étude porte sur 230 ouvriers du bâtiment ayant été suivis entre 1996 et 2000 par la consultation de dermatologie d'une clinique universitaire. 54 patients (23,5%) ont rapporté une intolérance aux gants ou aux bottes en caoutchouc et ont subi des tests cutanés. Les taux d'IgE spécifiques du latex ont été mesurés lorsque les prick tests étaient positifs. 16 patients (7%) présentaient des prick tests positifs au latex, et 14 d'entre eux (6,1%) souffraient d'une urticaire de contact allergique due au latex. Le taux d'IgE spécifiques du latex dépassait 0,35kU/L chez 15 des 16 patients. L'incidence de l'urticaire de contact allergique au latex peut donc être aussi élevée chez les ouvriers du bâtiment que chez ceux du secteur de la santé. Il est également observé que la plupart des travailleurs présentant une hypersensibilité au latex de type I ont une hypersensibilité concourante de type IV au chromate ou aux produits chimiques du caoutchouc qui pourrait avoir facilité la sensibilité au latex.
Contact Dermatitis, sept. 2002, vol.47, n°3, p.154-156. 9 réf.

CIS 03-317 Minamoto K., Nagano M., Inaoka T., Futatsuka M.
Dermatoses d'origine professionnelle chez des travailleurs de l'industrie de fabrication de plastique renforcé en fibres de verre
Occupational dermatoses among fibreglass-reinforced plastics factory workers [en anglais]
29 travailleurs affectés à la fabrication de plastique renforcé en fibres de verre ont été soumis à des patch tests afin de déterminer la cause de leurs affections cutanées. Parmi les 22 travailleurs déclarant des problèmes cutanés, 16 présentaient une réaction positive à au moins une substance chimique, dont six avaient une sensibilité multiple. Deux sujets présentaient des réactions positives à la résine polyester insaturée de base, six au chlorure de cobalt, cinq au peroxyde de benzoyle, quatre à la méthyléthylcétone, deux au para t-butylcatéchol, un au styrène et un au formaldéhyde. En tenant compte des expositions, des causes rapportées dans les questionnaires et des patch tests, sept cas ont été diagnostiqués comme étant des dermites de contact allergiques dues à des substances chimiques, trois comme étant des dermites de contact irritatives dues à des substances chimiques et trois comme étant des dermites dues à l'irritation mécanique provoquées par les fibres de verre ou les poussières. 19 des 29 sujets, y compris deux travailleurs sans antécédents d'affections cutanées, étaient sensibilisés à au moins une substance chimique.
Contact Dermatitis, juin 2002, vol.46, n°6, p.339-347. 29 réf.

CIS 03-357 Crépy M.N.
Les dermatoses professionnelles aux résines époxy
Les résines époxy constituent un vaste groupe chimique avec l'apparition fréquente de nouveaux composés potentiellement allergisants. Elles appartiennent au groupe des matières plastiques thermodurcissables et sont devenues l'une des causes les plus fréquentes d'eczéma de contact allergique d'origine professionnelle. Au sommaire de cet article de synthèse consacré aux dermatoses professionnelles dues aux résines époxy: chimie des résines époxy; sources et utilisations; toxicité cutanée; épidémiologie; diagnostic en milieu de travail; diagnostic en milieu spécialisé; pronostic; prévention; réparation.
Documents pour le médecin du travail, 3e trimestre 2002, n°91, p.297-306. Illus. 75 réf.

CIS 03-393 Guenel P., Laforest L., Cyr D., Fevotte J., Sabroe S., Dufour C., Lutz J.M., Lynge E.
Facteurs de risque professionnels, rayonnements ultraviolets et mélanome oculaire: une étude cas-témoin réalisée en France
Cette étude cas-témoin examine le rôle de l'exposition professionnelle aux rayonnements ultraviolets (UV) dans la survenue de mélanomes oculaires. Parmi les cas, au nombre de 50, un mélanome avait été diagnostiqué en 1995-1996. Les sujets ont été sélectionnés au hasard et appariés par âge, sexe et lieu de résidence. Chez les 630 personnes sélectionnées, 76% ont répondu à un questionnaire standardisé lors d'un entretien. Des estimations de l'exposition professionnelle aux rayonnements UV ont été réalisées à l'aide d'une matrice emploi-exposition. Les résultats font apparaître un risque élevé chez les sujets aux yeux clairs ou à la peau claire et ceux ayant subi plusieurs brûlures oculaires, de même que dans les groupes professionnels exposés aux rayonnements UV artificiels. En revanche, aucun excès de risque n'a été observé pour les métiers de plein air exposés aux rayons solaires. Un excès de risque a été observé chez les soudeurs de sexe masculin (OR=7,3), pour lesquels on a par ailleurs mis en évidence une relation dose- effet en fonction de la durée de l'emploi. Les cuisiniers de sexe masculin présentaient également un risque élevé. Chez les femmes, le risque était élevé dans le travail du métal et la manutention.
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail, 4e trimestre 2002, n°189, p.7-14. 34 réf.
http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/inrs01_search_view_view/771D523815C5B64DC1256CB10059080A/$FILE/visu.html?OpenElement [en français]

CIS 03-299 Giusti F., Mantovani L., Martella A., Seidenari S.
Dermites aux mains en tant que tableau clinique inattendu d'une sensibilisation de contact aux colorants textiles
Hand dermatitis as an unsuspected presentation of textile dye contact sensitivity [en anglais]
Entre 1996 et 2000, on a identifié 130 patients ayant présenté une dermite aux mains et réagissant à l'un des sept colorants de dispersion de la série standard. Chez 82 sujets, la dermite était localisée uniquement au niveau des mains, alors que 48 autres sujets présentaient des lésions sur les mains, ainsi que sur d'autres sites cutanés. Parmi les 13 sujets allergiques aux seuls colorants figuraient trois cas de dermite de contact allergique d'origine professionnelle, un enfant présentant une dermite atopique aggravée par le port de vêtements synthétiques, quatre sujets atteints de dermite due aux vêtements et cinq sujets exposés professionnellement aux irritants présentant une dermite limitée aux mains. Chez ces derniers, les mains pourraient représenter le lieu de moindre résistance, et tant l'induction que l'apparition de la sensibilisation par contact pourraient être dues à une défaillance de la fonction de barrière de la peau aux endroits exposés de façon répétée aux vêtements sensibilisants.
Contact Dermatitis, août 2002, vol.47, n°2, p.91-95. Illus. 16 réf.

CIS 03-202 Livesley E.J., Rushton L., English J.S., Williams H.C.
Prévalence des dermatoses professionnelles dans le secteur de l'imprimerie au Royaume-Uni
The prevalence of occupational dermatitis in the UK printing industry [en anglais]
Cette étude visait à quantifier les maladies professionnelles associées aux dermatoses dans le secteur de l'imprimerie et d'explorer les liens avec des procédés ou activités particulières. Un questionnaire a été diffusé auprès des membres du syndicat des arts graphiques, du papier et des média (Graphical, Paper and Media Union), résidant dans le comté de Nottinghamshire. Parmi les personnes ayant répondu, 1189 travaillaient directement dans le secteur de l'imprimerie. Elles ont été réparties en fonction de leur type d'activité: pré-presse (25%), imprimerie proprement dite (46%) et finissage (42%). 490 participants (41%) ont déclaré avoir souffert d'un problème cutané à un moment donné. La prévalence était la plus fréquente chez les hommes (43%) et chez les travailleurs de l'imprimerie (49%), notamment ceux affectés au nettoyage des rouleaux et des cylindres ou qui étaient en contact quotidien avec des isocyanates. Les sites les plus fréquemment atteints étaient les doigts et la palmature entre les doigts. 26% des sujets ont déclaré présenter un problème aux mains au moment de l'enquête. Les symptômes comprenaient des démangeaisons (61%), des rougeurs (58%) et une sécheresse cutanée (56%). Selon les déclarations des travailleurs, le port d'équipements de protection et l'emploi de produits nettoyants était généralement élevés. Un certain nombre de participants ont été invités à se soumettre à un examen dermatologique, qui a confirmé la forte prévalence auto-déclarée et mis en évidence une proportion élevée d'atteintes légères non déclarées.
Occupational and Environmental Medicine, juil. 2002, vol.59, n°7, p.487-492. 15 réf.

CIS 03-318 Bauer A., Geier J., Elsner P.
Allergie de type IV dans l'industrie agroalimentaire: profils de sensibilisation chez les boulangers, les cuisiniers et les bouchers
Type IV allergy in the food processing industry: Sensitization profiles in bakers, cooks and butchers [en anglais]
Afin d'identifier les allergènes et les profils de sensibilisation les plus fréquemment rencontrés dans l'industrie agroalimentaire, des tests cutanés ont été pratiqués chez 873 boulangers, cuisiniers et bouchers soupçonnés de présenter une dermite de contact allergique entre 1992 et 1999. Un diagnostic final de dermite de contact allergique a été posé pour 213 sujets (24,4%). Des différences qualitatives et quantitatives des profils des allergènes ont pu être mises en évidence. On a observé des taux de sensibilisation nettement plus élevés chez les travailleurs des industries agroalimentaires que dans l'ensemble de la population, soit 22,4% contre17,2% pour le sulfate de nickel, 4,9% contre 2,6% pour le mélange thiuram, 3,5% contre 2,1% pour le formaldéhyde et 6,2% contre 2,4% pour le mélange de composacées. Un taux nettement plus bas a en revanche été observé pour le thimersal (4,5% contre 6,9%). Dans l'industrie agroalimentaire, les tests cutanés devraient comprendre le mélange standard, le caoutchouc et la série des composacées, ainsi que les produits spécifiques auxquels les travailleurs sont exposés.
Contact Dermatitis, avr. 2002, vol.46, n°4, p.228-235. 50 réf.

CIS 02-1806 Daftarian H.S., Lushniak B.D., Reh C.M., Lewis D.M.
Evaluation des problèmes cutanés rapportés spontanément par les travailleurs exposés au diisocyanate de toluène (TDI) dans une usine de fabrication de mousse de polyuréthane
Evaluation of self-reported skin problems among workers exposed to toluene diisocyanate (TDI) at a foam manufacturing facility [en anglais]
Le diisocyanate de toluène (TDI) est bien connu pour induire des asthmes et comme irritant respiratoire. Il est également connu pour sa capacité à irriter la peau et les muqueuses. Afin d'évaluer les effets cutanés du diisocyanate de toluène (TDI), les chercheurs du NIOSH (National Institute of Occupational Safety and Health) ont mené une étude transversale dans une usine de production de mousse de polyuréthane souple. Au total, 114 travailleurs ont rempli un questionnaire médical et fourni des échantillons de sang pour les tests d'anticorps contre le TDI ou d'autres allergènes. Une sous-ensemble de travailleurs déclarant des problèmes cutanés a été soumis à des tests cutanés avec la batterie standard des diisocyanates. Les travailleurs de la chaîne de production étaient deux fois plus nombreux que prévu à rapporter des problèmes cutanés que ceux travaillant dans d'autres secteurs (OR 2,66). L'âge, le sexe et la durée du travail au poste étaient comparables chez les participants travaillant à la production et chez les autres. On a décelé des anticorps IgG spécifiques du TDI chez deux sujets, alors qu'aucun échantillon ne présentait d'anticorps IgE spécifiques du TDI. Aucun des 26 travailleurs ayant subi des tests cutanés n'a développé des réactions aux allergènes des diisocyanates. Ces résultats tendent à démontrer que les symptômes cutanés seraient plutôt dus à une réaction d'irritation qu'immunologique au TDI ou à un allergène non identifié présent dans les mousses.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, déc. 2002, vol.44, n°12, p.1197-1202. 30 réf.

CIS 02-1679 Dickel H., Kuss O., Schmidt A., Diepgen T.L.
Pertinence professionnelle des résultats de patch-tests positifs à une batterie standard chez les salariés lors d'une première déclaration d'affection cutanée d'origine professionnelle
Occupational relevance of positive standard patch-test results in employed persons with an initial report of an occupational skin disease [en anglais]
Les résultats de patch-tests effectués avec une batterie standards d'allergènes chez des salariés lors d'une première déclaration d'affection cutanée d'origine professionnelle ont été analysés au sein de 24 groupes professionnels. L'évaluation portait sur les personnes figurant dans le registre des affections cutanées d'origine professionnelle du nord de la Bavière au cours de la période allant de 1990 à 1999 et les allergènes de la batterie standard testés au cours de ces 10 ans. L'agent sensibilisateur le plus fréquent était le sulfate de nickel (29,5%), mais l'étiologie professionnelle n'a été démontrée que dans 11% des cas. Les autres agents sensibilisants fréquemment rencontrés étaient le chlorure de cobalt (13,5%), la p-phénylènediamine sous forme de base libre (10,7%), le dichromate de potassium (9,8%), le fragrance mix (5,4%) et le thiuram mix (4,2%). Les agents sensibilisateurs dont l'étiologie professionnelle était la plus marquée étaient le thiuram mix (71%), les résines époxy (67%) et la p-phénylènediamine sous forme de base libre (59%). Les groupes professionnels présentant un risque de manifester une sensibilisation de type retardé étaient notamment les travailleurs de l'électrodéposition, les poseurs de carrelage, les travailleurs de la construction et de l'industrie du ciment, les soudeurs, ainsi que les travailleurs de l'industrie du bois, du cuir et de la fourrure.
International Archives of Occupational and Environmental Health, août 2002, vol.75, n°6, p.423-434. Illus. 128 réf.

CIS 02-1810 Sánchez-Pérez J., Pascual López M., García-Díez A.
Dermite de contact allergique chez un éleveur de lapins provoquée par l'olaquindox présent dans l'air
Airborne allergic contact dermatitis from olaquindox in a rabbit breeder [en anglais]
Etude de cas d'un éleveur de lapins de 47 ans sans antécédents de dermite atopique ou de psoriasis et ne prenant pas de médicaments, ayant développé une dermite de contact sur les mains et les doigts, puis progressivement sur tout le corps. Le patient avait travaillé pendant de nombreuses années dans un élevage de lapins où il avait été en contact avec de nombreux types de nutriments secs, et plus récemment avec des poudres d'olaquindox à 10% dans le carbonate de calcium. Il avait l'habitude de verser à la main quelques grammes d'aquindox dans l'eau des lapins pour les traiter contre l'entérite. Il n'utilisait pas ce produit régulièrement, mais le manipulait sans porter de vêtements ou de gants de protection. Les patch tests à l'olaquindox à 1% étaient positifs alors que cette même concentration donnait des résultats négatifs chez 20 témoins. En évitant le contact avec l'olaquindox, l'état du patient s'est amélioré, et aucune nouvelle lésion n'a été observée au cours des examens ultérieurs.
Contact Dermatitis, mars 2002, vol.46, n°3, p.185. 6 réf.

CIS 02-1937 Schärer L., Hafner J., Wüthrich B., Bucher C.
Dermite de contact aux protéines d'origine professionnelle due aux crevettes - Nouvelle manifestation du syndrome crustacé-acarien
Occupational protein contact dermatitis from shrimps - A new presentation of the crustacean-mite syndrome [en anglais]
Etude de cas d'un cuisiner chinois âgé de 45 ans sans antécédents familiaux ou personnels d'atopie ayant développé de l'eczéma sur les mains depuis qu'il a commencé à travailler. Le patient se plaignait de démangeaisons aiguës, de brûlures et d'enflure érythémateuse environ 20min après un contact avec des crevettes, suivies, quelques 2 jours plus tard, de l'apparition d'un érythème et de petites vésicules prenant l'aspect typique d'un eczéma aux mains au bout de quelques jours, avec des lésions cutanées érythémateuses sur les paumes uniquement. De plus, lorsqu'il mangeait des crevettes, il avait des démangeaisons au bout des doigts. Il ne présentait aucun symptôme respiratoire. Les lésions cutanées disparaissaient complètement au cours de ses vacances. On a mis en évidence une sensibilisation de type immédiat aux crustacés et aux acariens de la poussière par des tests cutanés et par une recherche des IgE spécifiques. Les patch tests ont démontré une sensibilisation de type retardé aux crevettes. Un prélèvement effectué au niveau du site où le patch test était positif a montré une réaction eczémateuse aiguë. Des tests d'inhibition CAP-FEIA ont démontré une réactivité croisée complète entre D. pteronyssinus et les crevettes.
Contact Dermatitis, mars 2002, vol.46, n°3, p.181-182. Illus. 10 réf.

CIS 02-1692 Nettis E., Colanardi M.C., Soccio A.L., Ferrannini A., Tursi A.
Dermites de contact allergiques et par irritation chez les travailleurs des services de santé
Occupational irritant and allergic contact dermatitis among healthcare workers [en anglais]
Les dermites de contact sont les dermites d'origine professionnelle les plus fréquentes. Cette étude porte sur 360 travailleurs des services de santé ayant eu des dermites de contact aux mains, avant-bras et poignets. L'étude a montré que les dermites de contact allergiques et par irritation étaient respectivement à 16,5% et 44,4% d'origine professionnelle. Les dermites de contact par irritation étaient provoquées par l'exposition à une grande variété de produits irritants, comme les savons, solvants, démaquillants et gants de protection. Les principaux agents étiologiques étaient le sulfate de nickel, des substances entrant dans la composition des désinfectants (glutaraldéhyde et chlorure de benzalkonium) et des constituants du caoutchouc (mélange thiurame, carba, sulfure de tétraméthylthiurame).
Contact Dermatitis, fév. 2002, vol.46, n°2, p.101-107. Illus. 32 réf.

CIS 02-1826 Anliker M.D., Borelli S., Wüthrich B.
Dermite de contact d'origine professionnelle provoquée par des protéines d'épices chez un boucher: une nouvelle présentation du syndrome de l'armoise
Occupational protein contact dermatitis from spices in a butcher: A new presentation of the mugwort-spice syndrome [en anglais]
Parallèlement aux dermites de contact dues à la viande, bien connues chez les bouchers, les épices constituent aussi une source potentielle d'allergies de contact. Cet article décrit un cas de dermite de contact due à un mélange d'épices chez un boucher de 39 ans. Le patient a subi un prick-test cutané avec les allergènes classiques et différents extraits de viande et d'épices ainsi qu'un scratch-test avec un mélange d'épices contenant du glutamate, du paprika et d'autres épices. Les tests ont montré une allergie de contact (hypersensibilité immédiate IgE) aux épices, mais aussi une réaction allergiques retardée, causée par le mélange d'épices (syndrome de l'armoise). L'étude a conclu que, lors des tests des dermites d'origine professionnelle chez les bouchers, il convient de ne pas omettre de prendre en compte l'allergie de contact aux protéines des épices, en complément de l'allergie de contact de la viande, plus connue.
Contact Dermatitis, fév. 2002, vol.46, n°2, p.72-74. Illus. 15 réf.

CIS 02-1687 Baur X., Gahnz G.
Alllergie aux graines de courge sous la forme d'une intolérance alimentaire et d'une urticaire de contact d'origine professionnelle
Kürbiskernallergie in Form einer Nahrungsmittelunverträglichkeit und einer berufsbedingten Kontakturtikaria [en allemand]
Le cas d'un boulanger de 21 ans qui présentait régulièrement une urticaire de contact lorsqu'il manipulait des graines de courges est décrit. Trois ans auparavant, ce patient avait développé une allergie provoquant un gonflement du pharynx et des difficultés de déglutition après avoir mangé des petits pains aux graines de courge. Des prick tests ont mis en évidence une sensibilisation de type immédiat aux graines de courge crues et rôties. Aucun cas similaire d'allergie aux graines de courge sous la forme d'une intolérance alimentaire et d'une urticaire de contact d'origine professionnelle n'a été répertorié dans la littérature.
Dermatologie in Beruf und Umwelt, sept.-oct. 2002, vol.50, n°5, p.178-179. 7 réf.

CIS 02-1355 Crépy M.N.
Dermatoses professionnelles à la colophane
La colophane est une résine provenant de conifères présente dans de nombreux produits industriels. Elle est constituée d'une centaine de produits, dont certains sont allergisants. La colophane est intégrée aux tests épicutanés de la batterie standard européenne. Au sommaire de cette note de synthèse sur les dermatoses professionnelles dues à la colophane: composition et production de la colophane; étiologies (allergénicité, sources d'exposition); épidémiologie (prévalence, incidence, populations exposées); diagnostic en milieu de travail; diagnostic en milieu spécialisé; pronostic; prévention; réparation.
Documents pour le médecin du travail, 1er trimestre 2002, n°89, p.75-82. Illus. 66 réf.

CIS 02-1401 Courtois B., Lafon D., Moineau J.P., Dornier G.
Le point des connaissances sur les ciments
Bien que les chiffres soient en régression au cours des 40 dernières années, le ciment reste la première cause de dermatites de contact d'origine professionnelle chez les travailleurs de secteur du BTP. Au sommaire de cette notice d'information: procédés de fabrication des ciments; risques pour l'homme (atteintes cutanées, atteintes oculaires, autres pathologies); prévention (gants; crèmes protectrices; ajout de sulfate ferreux pour réduire le chrome VI contenu dans le ciment, principal responsable des dermites de contact); réglementation.
Institut national de recherche et de sécurité, 30 rue Olivier-Noyer, 75680 Paris Cedex 14, France, 2002. 4p. Illus. 4 réf.

CIS 02-668 Minamoto K., Nagano M., Inaoka T., Kitano T., Ushijima K., Fukuda Y., Futatsuka M.
Problèmes cutanés chez les travailleurs des usines de plastiques renforcés à la fibre de verre au Japon
Skin problems among fiber-glass reinforced plastics factory workers in Japan [en anglais]
Les problèmes cutanés que présentaient 148 travailleurs de 11 fabriques de plastiques renforcés à la fibre de verre (PFV) ont été étudiés sur la base des réponses à un questionnaire et d'un examen dermatologique. 87 travailleurs (58,8%) ont déclaré souffrir de problèmes cutanés (principalement de démangeaisons ou de dermite) depuis qu'ils avaient commencé à travailler dans la production de PFV et 15 avaient consulté un médecin à ce sujet. Un travailleur avait dû prendre un congé maladie en raison d'une dermite sévère. Un historique d'affections allergiques et des durées d'emploi plus courtes dans une fabrique de PFV étaient associées à une probabilité accrue d'anamnèse de symptômes cutanés d'origine professionnelle. Chez les travailleurs des fabriques dans lesquelles les opérations générant de la poussière et le laminage s'effectuaient dans des bâtiments différents, la probabilité d'un historique de troubles cutanés était significativement plus faible que chez ceux travaillant dans des fabriques où les deux sites se trouvaient dans le même bâtiment. Chez les 67 travailleurs examinés en été et en hiver, la prévalence de dermite était deux fois plus élevée en été qu'en hiver (23,3% contre 13,4%).
Industrial Health, janv. 2002, vol.40, n°1, p.42-50. 23 réf.

CIS 02-822 Jia X., Xiao P., Shen G., Wang X., Jin T., Nordberg G.
Effets nocifs de l'essence sur la peau des travailleurs exposés
Adverse effects of gasoline on the skin of exposed workers [en anglais]
L'essence est souvent utilisée comme solvant de nettoyage dans l'industrie. Ses effets sur la peau ont été étudiés chez 52 travailleuses exposées et un groupe de 52 témoins de sexe féminin de l'industrie de l'habillement. Les informations concernant l'état général, l'anamnèse de dermatose et les modifications cutanées après une exposition à l'essence ont été recueillies lors d'entrevues. Des échantillons de céramides, d'acides gras et de cholestérol ont été prélevés au dos des mains, le dernier jour de travail avant une fin de semaine, et analysés par chromatographie sur couche mince haute performance. Les résultats indiquent une prévalence nettement plus élevée d'hyperkératose, de sécheresse, d'onychose et de dermites chez les travailleuses exposées, avec des taux de prévalence respectivement de 3,33, 3,00, 11,25 et 5,00. Les crevasses et l'onychorrhexis étaient des symptômes fréquents chez les travailleuses exposées. Dans le groupe exposé, les taux de lipides de la couche cornée (céramides, acides gras et cholestérol) étaient significativement plus faibles que dans le groupe témoin.
Contact Dermatitis, janv. 2002, vol.46, n°1, p.44-47. 27 réf.

CIS 02-667 Akasya-Hillenbrand E., Özkaya-Bayazit E.
Résultats des tests cutanés de 542 patients en Turquie chez lesquels une dermite de contact était suspectée
Patch test results in 542 patients with suspected contact dermatitis in Turkey [en anglais]
Dans cette étude rétrospective, on a examiné les résultats des patch tests de 542 patients (303 femmes et 239 hommes) traités dans une clinique de dermatologie entre juin 1996 et juillet 1999. Tous avaient subi des patch tests avec 32 allergènes d'une série standard européenne élargie et 246 patients avec les substances qu'ils employaient. Au total, 280 patients (51,7%) présentaient au moins un résultat positif, une dermite de contact allergique n'ayant toutefois été diagnostiquée que chez 190 (67,9%) de ces derniers. Le sulfate de nickel était l'agent de sensibilisation le plus fréquent (19,1%), suivi par le dichromate de potassium (11,8%), le chlorure de palladium (9,4%), le chlore de cobalt (8,5%) et le mélange de thiurames (7,7%). Le diagnostic de dermite de contact a été posé chez 77 des patients présentant des réactions positives (27,5%), dont la plupart étaient des travailleurs de la construction et des peintres en bâtiment présentant une sensibilisation significative au dichromate de potassium, au chlorure de cobalt, au mélange de thuirames et au mélange de carbamates.
Contact Dermatitis, janv. 2002, vol.46, n°1, p.17-23. 22 réf.

CIS 02-666 Schliemann-Willers S., Wigger-Alberti W., Kleesz P., Grieshaber R., Elsner P.
Graisses végétales naturelles dans la prévention des dermites de contact irritatives
Natural vegetable fats in the prevention of irritant contact dermatitis [en anglais]
Les dermites de contact irritatives (DCI) sont des affections fréquentes dans l'industrie agro-alimentaire. Il n'existait jusqu'à présent pas de crèmes protectrices qui satisfassent aux exigences particulières de cette industrie. La présente étude évalue l'efficacité de l'application de graisses végétales naturelles avant l'exposition pour prévenir l'apparition d'une DCI provoquée de manière expérimentale. Vingt volontaires sains ont été soumis à des tests répétés d'irritation à l'aide de lauryl sulfate de sodium appliqué sur la peau paravertébrale au milieu du dos. Une évaluation clinique et des mesures biophysiques ont été effectuées un jour avant et cinq jours après l'application des substances testées. Les graisses de colza et de palme ont présenté un potentiel protecteur significatif. Une teneur plus élevée en acide linoléique et plus faible en acide oléique était associée à des effets bénéfiques. Les résultats obtenus sont prometteurs tant pour la prévention de la DCI que pour le développement de nouvelles préparations protectrices adaptées aux besoins de l'industrie agro-alimentaire.
Contact Dermatitis, janv. 2002, vol.46, n°1, p.6-12. Illus. 30 réf.

2001

CIS 03-833 Crépy M.N.
Dermatoses professionnelles aux antiseptiques et désinfectants
Les antiseptiques et les désinfectants sont des formulations chimiques comprenant des agents antimicrobiens, des excipients, des agents nettoyants et des adjuvants. Leur emploi massif, notamment dans les services de soins, est source de nombreuses dermatoses professionnelles. Au sommaire de cet article de synthèse sur l'allergologie et la dermatologie des antiseptiques et des désinfectants: classification par familles chimiques; épidémiologie (professions exposées, répartition des allergènes professionnels, facteurs de risque); diagnostic en milieu de travail; confirmation du diagnostic en milieu spécialisé; pronostic; prévention (technique et individuelle); réparation en France.
Documents pour le médecin du travail, 1er trimestre 2001, n°85, p.83-90. Illus. 62 réf.
http://www.inrs.fr/htm/dermatoses_professionnelles_antiseptiques.html [en français]

CIS 03-689 Meyer V.P., Brehler.R., Castro W.H.M., Nentwig C.G.
Contrainte et astreinte liées au travail chez les dentistes exerçant en cabinet privé
Arbeitsbelastungen bei Zahnärzten in niedergelassener Praxis [en allemand]
Cette étude par questionnaire visait à déterminer l'astreinte et la contrainte spécifiques aux dentistes exerçant en cabinet privé et à examiner la prévalence des dermatoses, des rachialgies, ainsi que des facteurs de stress mental d'origine professionnelle. Le questionnaire a été conçu de manière à permettre une comparaison avec les résultats d'une étude sur le stress datant de 1984. Le surmenage était passé de 25 à 57% entre 1984 et 1999, l'exigence perçue en ce qui concernait le degré de concentration de 61 à 81% et le stress lié à la responsabilité professionnelle de 6 à 14%. Quelque 87% des dentistes ont rapporté avoir souffert d'épisodes de dorsalgies et de cervicalgies et 45% indiquaient souffrir d'affections atopiques, l'eczéma étant le trouble le plus fréquent, suivi des dermites atopiques et des rhino-conjonctivites.
Institut der Deutschen Zahnärzte, Universitätsstrasse 73, 50931 Köln, Allemagne, 2001. 167p. Illus. 95 réf. Prix: EUR 29,95.

CIS 03-223 Burnett C.A., Lalich N.R., MacDonald L., Alterman T.
Interprétation, par le NIOSH, des données du Bureau des statistiques du travail - Santé des travailleurs par branche et par profession
A NIOSH look at data from the Bureau of Labor Statistics - Worker health by industry and occupation [en anglais]
Ce rapport présente des données détaillées sur les maladies professionnelles les plus fréquentes aux Etats-Unis, à savoir: troubles musculosquelettiques du dos, des extrémités supérieures et inférieures; hernies; dermites; stress, anxiété et troubles névrotiques. Les données sont extraites des enquêtes annuelles sur les accidents du travail et les maladies professionnelles du Bureau américain des statistiques du travail (Bureau of Labor Statistics). Les données sur le nombre de cas, l'incidence par 10.000 travailleurs et le nombre moyen de jours d'arrêt de travail sont ventilées par code d'activité selon le classement industriel américain standardisé (Standard Industrial Classification - SIC). Sont également présentés les résultats concernant l'incidence par sexe, race et années d'ancienneté.
Publications Dissemination, National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH), 4676 Columbia Parkway, Cincinnati, OH 45226-1998, USA, janv. 2001. iii, 104p. Illus. 16 réf.
http://www.cdc.gov/niosh/pdfs/2001-120.pdf [en anglais]

CIS 02-1354 Yokota K., Johyama Y., Miyaue H., Matsumoto N., Yamaguchi K.
Urticaire de contact d'origine professionnelle due à l'anhydride méthyle hexahydrophtalique en suspension dans l'air
Occupational contact urticaria caused by airborne methyhexahydrophthalic anhydride [en anglais]
Trois sujets professionnellement exposés à l'anhydride méthyle hexahydrophtalique (MHHPA) et à l'anhydride hexahydrophtalique (HHPA) contenu dans un système de résine époxyde ont été étudiés afin d'évaluer la nature des plaintes cutanées et nasales qu'ils rapportaient. On a décelé des IgE spécifiques dans le sérum de l'un des trois travailleurs. Un travailleur non sensibilisé présentait des douleurs nasales et une rhinorrhée uniquement lorsqu'il chargeait les résines époxyde liquides dans la machine à couler, probablement en raison d'une réaction d'irritation. Deux des sujets présentaient des symptômes d'origine professionnelle à des niveaux d'exposition relativement bas; l'un se plaignait uniquement de rhinite, et l'autre était sensibilisé au HHPA et souffrait à la fois de rhinite et d'urticaire de contact (au visage et au cou). Les symptômes cutanés étaient de toute évidence dus au contact avec des particules en suspension dans l'air, la travailleuse en question n'ayant pas été en contact avec des résines époxydes liquides ou des mélanges de MHHPA et de HHPA. Les symptômes d'urticaire ont été confirmés pour le MHHPA, mais pas pour le HHPA, par un test cutané fermé de 20min. On a considéré que l'agent causal était le MHHPA, bien qu'aucune recherche des IgE spécifiques n'ait été effectuée.
Industrial Health, oct. 2001, vol.39, n°4, p.347-352. Illus. 20 réf.

CIS 02-1250 Saary M.J., House R.A., Holness D.L.
Dermites dans une fabrique de panneaux de particules
Dermatitis in a particleboard manufacturing facility [en anglais]
Afin de déterminer la prévalence et la nature des problèmes cutanés dans le département d'affinage et de séchage d'une usine de panneaux de particules, les travailleurs ont été examinés par un médecin en utilisant un questionnaire standardisé concernant les symptômes, l'anamnèse, l'historique familial, l'exposition au poste de travail et le port d'équipements de protection individuelle. Un examen de la peau ainsi que des patch tests ont également été effectués. Les résultats du questionnaire indiquent que les travailleurs se plaignent de rougeurs, d'irritation du nez et des yeux ainsi que de toux et d'odeurs désagréables. L'examen de la peau a mis en évidence des problèmes cutanés hétérogènes, les dermites par irritation étant plus fréquentes que les dermites allergiques. Le quaternium-15 était le seul allergène auquel plus d'un travailleur a réagi. Outre les odeurs, l'exposition à la poussière de bois pourrait être responsable des autres symptômes mentionnés. On a noté peu de réactions allergiques aux patch tests, et la plupart des réactions cutanées était de nature irritante. Une limitation des poussières grâce à un système de ventilation, une meilleure hygiène individuelle et le port de vêtements de protection constituent les mesures de prévention les plus efficaces.
Contact Dermatitis, juin 2001, vol.44, n°6, p.325-330. 11 réf.

CIS 02-1254 Strauss R.M., Gawkrodger D.J.
Dermite de contact d'origine professionnelle chez le personnel infirmier présentant un eczéma des mains
Occupational contact dermatitis in nurses with hand eczema [en anglais]
Les dermites d'origine professionnelle sont fréquentes chez le personnel infirmier qui est exposé à une large gamme de substances allergènes et irritantes. Parmi un groupe de 44 patients souffrant d'une dermite des mains (40 femmes et 4 hommes), 18 présentaient une dermite de contact allergique, 15 une dermite par irritation, 7 d'autres formes d'eczéma, 3 une dermite atopique et l'un d'entre eux un pompholyx. Dix des 15 cas de dermite irritante ont été diagnostiqués comme étant d'origine professionnelle. Chez 8 des 18 patients souffrant de dermite de contact allergique, les allergènes étaient d'origine professionnelle. Parmi ceux-ci, on a relevé 3 cas de dermite due au caoutchouc de latex naturel et 3 cas de dermite due à d'autres additifs du caoutchouc. Deux patients présentaient en outre une hypersensibilité de type immédiat au latex (l'un était allergique au latex, l'autre à un mélange de thiurames lors d'un patch test). L'allergie au caoutchouc de latex naturel, tant retardée qu'immédiate, constituent un problème important, et le personnel infirmier présentant un risque devrait être soumis à des tests pour les deux types d'hypersensibilité et à des patch tests avec des séries standard, de caoutchoucs et de médicaments.
Contact Dermatitis, mai 2001, vol.44, n°5, p.293-296. Illus. 19 réf.

CIS 02-1353 Spiewak R., Skorska C., Dutkiewicz J.
Dermites de contact d'origine professionnelle dues aux poussières de thym dans l'air
Occupational airborne contact dermatitis caused by thyme dust [en anglais]
Quarante-six agriculteurs ont bénéficié d'un suivi lors de l'opération de battage du thym séché afin de déterminer les effets cutanés d'une exposition professionnelle au thym (Thymus vulgaris L.). Les sujets ont répondu à un questionnaire portant sur les problèmes cutanés d'origine professionnelle et ont été examinés avant et après le travail; on a également déterminé le taux d'IgE sériques spécifiques du thym. Des prick tests cutanés, le test d'Ouchterlony et le test d'inhibition de la migration des leucocytes ont été réalisés avec les allergènes des bactéries et des champignons de l'environnement de travail. 4 des 46 agriculteurs suivis présentaient des symptômes cutanés après 530min d'exposition à la poussière de thym. On a mis en évidence des IgE spécifiques du thym chez une personne présentant des symptômes d'origine professionnelle, mais également chez 2 agriculteurs asymptomatiques, c'est pourquoi l'importance des IgE dans l'eczéma dû aux poussières de thym semble discutable. Les tests cutanés et sanguins avec des allergènes microbiens n'ont pas non plus montré de différence significative entre les agriculteurs symptomatiques et ceux ne présentant pas de symptômes. L'étiologie des symptômes cutanés dus au thym reste inconnue, bien qu'il semble qu'un mécanisme d'irritation soit en jeu.
Contact Dermatitis, avr. 2001, vol.44, n°4, p.235-239. 16 réf.

CIS 02-1235 Salinas M.L., Ogura T., Soffchi L.
Dermite de contact par irritation due à des cristaux aciculaires ou raphides d'oxalate de calcium d'Agave tequilana chez les travailleurs des distilleries de tequila et des plantations d'agaves
Irritant contact dermatitis caused by needle-like calcium oxalate crystals, raphides, in Agave tequilana among workers in tequila distilleries and agave plantations [en anglais]
On trouve dans les tissus des Agave tequilana des quantités importantes de cristaux aciculaires - ou raphides - d'oxalate de calcium: 1 gouttelette (0,03mL) du jus extrait en pressant les feuilles contient 100 à 150 cristaux de 30 à 500µm de longueur, acérés aux deux extrémités. Cinq sixièmes des travailleurs des distilleries de tequila qui manipulent des tiges d'agave ont présenté une irritation caractéristique, alors qu'un tiers seulement des travailleurs des plantations d'agave se plaignait d'irritation. Cette étude par questionnaire confirme que l'irritation dont souffrent les travailleurs des distilleries et ceux des plantations touche des parties du corps où la peau est directement en contact avec les plantes.
Contact Dermatitis, fév. 2001, vol.44, n°2, p.94-96. Illus. 15 réf.

CIS 02-1253 Goon A.T.J., Goh C.L.
Affections cutanées d'origine professionnelle chez les conscrits et le personnel militaire à Singapour, 1989-1999
Occupational skin diseases in national servicemen and military personnel in Singapore, 1989-1999 [en anglais]
Une étude rétrospective des affections cutanées dans les forces armées de Singapore a été effectuée en examinant les dossiers du personnel militaire et des conscrits chez lesquels une dermite d'origine professionnelle avait été diagnostiquée entre 1989 et 1999 au Centre dermatologique de Singapour. Les conscrits et les militaires de carrière correspondaient à 7,3% de l'ensemble des patients présentant des dermatoses d'origine professionnelle. Tous étaient des hommes; l'âge moyen était de 23 ans. Les dermites de contact par irritation étaient plus fréquentes que les dermites de contact allergiques usuelles (4,4:1). Les travaux les plus souvent associés aux dermatoses d'origine professionnelle étaient la réparation et l'entretien de véhicules (48%) et la manipulation des denrées alimentaires (19%). Les agents irritants les plus fréquemment en cause étaient l'huile ou la graisse (66%) ainsi que le travail impliquant un contact avec l'eau (23%) et les solvants (18%). Les allergènes les plus fréquents étaient les aliments (40%) et les chromates (20%). On observe que le personnel militaire et les conscrits constituent une proportion significative des patients présentant des affections cutanées d'origine professionnelle soignés à Singapore.
Contact Dermatitis, fév. 2001, vol.44, n°2, p.89-90. 1 réf.

CIS 02-1249 Bauer A., Kelterer D., Stadeler M., Schneider W., Kleesz P., Wollina U., Elsner P.
Prévention des dermites des mains chez les boulangers, les pâtissiers et les travailleurs de la restauration - Résultats préliminaires d'un programme de prévention des affections cutanées
The prevention of occupational hand dermatitis in bakers, confectioners and employees in the catering trades - Preliminary results of a skin prevention program [en anglais]
Les boulangers, les pâtissiers et les travailleurs de la restauration présentent un risque élevé d'affections cutanées d'origine professionnelle. Un programme de prévention de ces affections a été mis sur pied dans les secteurs de la boulangerie, de la restauration et de l'hôtellerie, comprenant une analyse détaillée de l'exposition et de l'anamnèse professionnelle des travailleurs. Le diagnostic et le traitement du patient ont en outre réévalués périodiquement et complétés si nécessaire. On a expliqué aux participants quels étaient les soins cutanés et les mesures de protection à adopter, et des produits pour le soin et la protection de la peau ont été fournis à ceux qui le désiraient. 29 travailleurs ont été examinés entre janvier et décembre 1999, dont 22 présentaient une dermite de contact par irritation. Chez 8 des 11 employés ayant bénéficié d'un suivi, on a noté une amélioration de l'affection cutanée ou une guérison. De plus, une personne a vu son état se stabiliser bien que n'ayant pas changé d'emploi. On a observé une péjoration dans 2 cas seulement. Ces résultats préliminaires indiquent que la plupart des affections cutanées d'origine professionnelle étaient dues à l'absence de soins et de protection de la peau ou à des mesures inappropriées.
Contact Dermatitis, fév. 2001, vol.44, n°2, p.85-88. Illus. 24 réf.

CIS 02-1264 Crépy M.N.
Dermatoses professionnelles au ciment (alumino-silicates de calcium)
Le BTP représente un secteur à risque élevé de dermatoses professionnelles. Elles sont principalement dues au ciment, qui peut entraîner des brûlures graves et des eczémas de contact allergique. L'enquête "Sumer 94" (voir CIS 95-161) a montré qu'environ 310.000 travailleurs sont exposés au ciment en France. L'allergène du ciment le plus fréquent est le chrome VI. Dans certains pays, on a observé une diminution de l'incidence des dermatoses chez les personnes exposées au ciment après l'adoption d'une législation limitant la teneur en chrome VI du ciment. Au sommaire de ce dossier sur les dermatoses professionnelles dues au ciment: composition du ciment; toxicité cutanée; épidémiologie; diagnostic en milieu de travail; diagnostic en milieu spécialisé; pronostic; prévention; réparation.
Documents pour le médecin du travail, 4e trimestre 2001, n°88, p.419-429. Illus. 60 réf.

CIS 02-1263 Crépy M.N.
Dermatoses professionnelles aux résines polyacrylates et polyméthacrylates
Les résines polyacrylates et polyméthacrylates sont utilisées dans les soins dentaires, les encres, les peintures, les revêtements, les adhésifs et les matières plastiques. Elles sont peu ou pas allergisantes; elles sont toutefois obtenues par polymérisation de monomères (acrylates et méthacrylates) qui sont eux de forts sensibilisants. Les résines contiennent souvent de faibles quantités résiduelles de monomères, provoquant des dermatoses professionnelles chez les personnes impliquées dans leur mise en œuvre. Au sommaire de ce dossier sur les dermatoses professionnelles aux résines polyacrylates et polyméthacrylates: étiologies; épidémiologie; diagnostic en milieu de travail; diagnostic en milieu spécialisé; pronostic; prévention; réparation.
Documents pour le médecin du travail, 3e trimestre 2001, n°87, p.345-354. Illus. 69 réf.

CIS 02-1234 Brasseur G.
Dermatoses professionnelles: le ciment fait toujours des victimes
D'après l'enquête SUMER 94 (voir CIS 95-161), plus de 300.000 salariés seraient exposés au ciment en France. Le ciment est à la fois corrosif et allergène, l'effet allergène étant notamment dû à la présence de chrome. Plusieurs pays ont entrepris d'abaisser le taux de chrome dans le ciment. Ainsi, les dermatoses dues au ciment, qui représentaient 3,1% des maladies professionnelles indemnisées en France en 1994, n'en représentaient plus que 1,37% en 1998. Thèmes traités dans ce dossier sur les dermatoses dues au ciment: effets corrosifs et allergènes du ciment; effets allergènes des composés du chrome VI; chimie des chromates; conditionnement du ciment (en vrac et en sac); importance de la protection individuelle; tendances des 30 dernières années mettant en évidence une diminution de 90% des affections cutanées dues au ciment.
Travail et sécurité, juil.-août 2001, n°609, p.22-28. Illus. 6 réf.

CIS 02-1260 Frimat P., Grascha P., Yeboué-Kouamé Y.
Les dermatoses en milieu professionnel - Dispositifs de protection
Dans la majorité des pays développés, les dermatoses professionnelles viennent en second lieu, après les troubles musculosquelettiques, dans le classement des maladies professionnelles. L'exposition aux produits chimiques est le principal facteur causal. Les maladies les plus fréquentes sont les dermites de contact d'origine irritative ou caustique, suivies des dermites de contact allergiques. Au sommaire: généralités et définitions; épidémiologie; notions de base de biologie cutanée et de physiopathologie; diagnostic des dermatoses professionnelles; catégories socioprofessionnelles (professions à risque); réparation; prévention; réglementation des produits d'hygiène et de protection cutanée.
Les Editions d'Ergonomie, BP 138, 13267 Marseille cedex 08, France, 2001. 118p. 24 réf. Prix: EUR 31,00.

CIS 02-1421 Skulberg K.R., Skyberg K., Eduard W., Goffeng L.O., Vistnes A.I., Levy F., Kjuus H.
Effets de la réduction des champs électriques provenant d'écrans de visualisation sur les troubles cutanés
Effects of electric field reduction in visual display units on skin symptoms [en anglais]
Cet article rend compte d'une étude menée dans le but d'estimer les troubles cutanés au niveau de la face rapportés chez des employés de bureau, avant et après la réduction des champs électrostatiques provenant de leurs écrans de visualisation. Les mesures, effectuées sur 4.556 employés travaillant dans 11 compagnies différentes, ont concerné les champs électriques, la concentration en poussière, les plaintes concernant la santé, et des tests de comportement psychologique ont été réalisés avant et après l'intervention. Les résultats ont montré que le retrait des champs électromagnétiques des écrans de visualisation contribuait à diminuer les plaintes concernant des troubles cutanés des employés travaillant dans des bureaux à de fortes concentrations en poussière.
Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, avr. 2001, vol.27, n°2, p.140-145. 21 réf.

CIS 02-793 Moffit D.L., Sansom J.E.
Dermite de contact allergique d'origine professionnelle due à une exposition à l'acrylate de tétrahydrofurfuryl présent dans un adhésif utilisé dans un appareil médical
Occupational allergic contact dermatitis from tetrahydrofurfuryl acrylate in a medical-device adhesive [en anglais]
Etude de cas de 2 dermites de contact allergiques d'origine professionnelle dues à une exposition à l'acrylate de tétrahydrofurfuryl présent dans un adhésif utilisé dans un appareil médical, où il avait été introduit 2 à 3 mois avant la manifestation allergique. Les tests cutanés ont confirmé la réaction positive à ce composant de l'adhésif.
Contact Dermatitis, juil. 2001, vol.45, n°1, p.54. 3 réf.

CIS 02-821 Dibo M., Brasch J.
Dermite de contact due au N,N-bis(3-aminopropyl)dodécylamine et au chlorure de diméthyldidécylammonium chez 2 travailleurs d'un hôpital
Occupational allergic contact dermatitis from N,N-bis(3-aminopropyl)dodecylamine and dimethyldidecylammonium chloride in 2 hospital staff [en anglais]
Etude de cas de 2 infirmières ayant eu une réaction allergique à un nouveau stérilisant contenant des composés de l'ammonium quaternaire, se manifestant par une dermite de contact. Après un changement de poste de travail, la dermite a disparu.
Contact Dermatitis, juil. 2001, vol.45, n°1, p.40. 3 réf.

CIS 02-665 Hutchings C.V., Shum K.W., Gawkrodger D.J.
La dermite de contact a une influence non négligeable sur la qualité de vie
Occupational contact dermatitis has an appreciable impact on quality of life [en anglais]
Rapport sur les réponses à une enquête par questionnaire adressée à 181 sujets au diagnostic confirmé de dermite de contact professionnelle (70 réponses reçues soit un taux de réponse de 39%). Soixante des sujets (32%) travaillaient dans l'industrie et 27 (14%) dans le secteur de la santé. Le questionnaire était basé sur le "Dermatology Life Quality Index" (DLQI). Le score médian sur cet index était de 5, avec une moyenne de 6,6. On ne notait aucune différence significative hommes-femmes entre les scores des répondants. Celui des répondants de sexe masculin était le plus élevé dans les domaines du travail, des rapports sociaux et du traitement médical; pour ceux de sexe féminin, le score était, par contre, élevé dans les domaines des problèmes associés aux symptômes et sentiments ainsi que dans celui des activités quotidiennes et des loisirs. Les résultats montrent un impact significatif des dermites sur la qualité de vie.
Contact Dermatitis, juil. 2001, vol.45, n°1, p.17-20. Illus. 20 réf.

CIS 02-820 Lee J.Y., Yoo J.M., Cho B.K., Kim H.O.
Dermite de contact chez les techniciens dentaires en Corée
Contact dermatitis in Korean dental technicians [en anglais]
Cette étude examinait la fréquence, les caractéristiques et les facteurs causals de la dermite de contact chez 49 techniciens dentaires en Corée du sud. Vingt-deux sujets (44,9%) présentaient une dermite de contact ou avaient des antécédents de dermite de contact, dans les deux cas au niveau des mains. Les tests épicutanés ont donné des résultats positifs pour les métaux suivants: dichromate de potassium (24,5%), sulfate de nickel (18,4%), chlorure d'ammonium et de mercure (16,3%), chlorure de cobalt (12,2%) et chlorure de palladium (10,2%). En plus, 7 réactions positives à divers polyacrylates ont été notées chez 3 sujets.
Contact Dermatitis, juil. 2001, vol.45, n°1, p.13-16. Illus. 13 réf.

CIS 02-792 Kanerva L., Leino T., Estlander T.
Dermite de contact allergique d'origine professionnelle chez les menuisiers
Occupational allergic contact dermatitis in carpenters [en anglais]
Etude de cas d'une dermite de contact allergique qui s'est développée chez un menuisier en Finlande, et commentaires de cas similaires. Dans le cas précis, les tests cutanés ont montré une réaction positive aux résines époxydes.
Contact Dermatitis, juil. 2001, vol.45, n°1, p.61-62. 22 réf.

CIS 02-791 Álvarez-Cuesta C.C., Vázquez López F., Raya Aguado C., González López M.A., Pérez Oliva N.
Dermite de contact due à l'exposition à la colophane dans la sciure de bois d'un bar à cidre en Asturie
Allergic contact dermatitis from colophonium in the sawdust of Asturian cider-bars [en anglais]
Etude de cas d'une dermite de contact allergique constatée chez un jeune travailleur à temps partiel d'un bar à cidre en Espagne, dont le travail consistait notamment à épandre par terre de la sciure de bois afin de garder le sol du local sec. Les tests cutanés ont montré une réaction positive aux poussières de bois de pin, qui est une source connue de sensibilisation à la colophane.
Contact Dermatitis, juil. 2001, vol.45, n°1, p.57. 7 réf.

CIS 02-850 Gielen K., Goossens A.
Dermites de contact allergique d'origine professionnelle dues à des produits pharmaceutiques chez les travailleurs des services de santé
Occupational allergic contact dermatitis from drugs in healthcare workers [en anglais]
La sensibilisation par contact avec des produits pharmaceutiques est très fréquente chez les travailleurs des services de santé et de l'industrie pharmaceutique, ainsi que chez les vétérinaires. Parmi les 14.689 patients examinés dans le département de dermatologie d'un hôpital universitaire entre 1978 et 2001, pour lesquels il existait une suspicion d'allergie de contact, 33 cas d'allergie de contact d'origine professionnelle due à des produits pharmaceutiques ont été diagnostiqués. Les agents de sensibilisation les plus fréquents étaient les antibiotiques, notamment les pénicillines, les céphalosporines et les aminoglycosides. Ils ont donné des résultats positifs aux tests cutanés dans 35 cas; venaient ensuite le chlorhydrate de propacétamol et le chlorhydrate de ranitidine, avec respectivement 10 et 7 réactions positives. Les professions présentant le nombre le plus élevé de patients sensibilisés étaient les infirmiers (26), suivis par les vétérinaires (4), les pharmaciens (2) et les médecins (1).
Contact Dermatitis, nov. 2001, vol.45, n°5, p.273-279. Illus. 41 réf.

CIS 02-660 Saad A., Besher S., Ammar N., Emam H.
Effets thérapeutiques de Nigella sativa sur les dermites de contact d'origine professionnelle
Therapeutic effects of Nigella sativa on occupational contact dermatitis [en anglais]
En médecine traditionnelle, les graines de nigelle sont connues pour leurs propriétés antiallergiques. Les effets thérapeutiques de Nigella sativa en poudre dans des capsules, ainsi que de deux types d'onguent, un extrait lipidique et un extrait alcoolique et aqueux de graines de nigelle, ont été étudiés chez 50 volontaires de sexe masculin âgés de 25 à 55, souffrant de façon chronique de dermites de contact d'origine professionnelle. La coloration hématologique, les IgE et les cellules NK (natural killer) ont été déterminées avant traitement, puis deux semaines après. Les trois traitements (onguents d'extrait lipidique et alcoolique et capsules de poudre) ont entraîné une guérison complète des lésions eczémateuses respectivement dans 89%, 46%, et 63% des cas. Les améliorations cliniques obtenues grâce à ces traitements étaient statistiquement significatives, aucune amélioration n'ayant été observée avec les placebos. La fraction des cellules NK était sensiblement plus élevée chez les sujets traités. Aucun effet hépatique ou rénal nocif n'a été observé.
Central European Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2001, vol.7, n°1, p.26-38. Illus. 42 réf.

< précédent | 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 ...30 | suivant >