ILO Home
Go to the home page
Site map | Contact us English | Español
view in a printer-friendly format »

Maladies de la peau - 1,481 saisies trouvées

Vos critères de recherche sont

  • Maladies de la peau

1987

CIS 89-1304 Van der Willigen A.H., Van Joost T., Stolz E., Van der Hoek J.C.S.
Dermite de contact due au carthame
Contact dermatitis to safflower [en anglais]
Premier rapport sur une dermite de contact allergique due au carthame (Carthamus tinctorius). La victime était employée comme inspectrice dans une vente de fleurs à la criée.
Contact Dermatitis, sept. 1987, vol.17, n°3, p.184-186. Illus. 7 réf.

CIS 89-1305 Farli M., Ginanneschi M., Francalanci S., Martinelli C., Sertoli A.
Dermite de contact professionnelle due à la N-méthylol-chloracétamide
Occupational contact dermatitis to N-methylol-chloracetamide [en anglais]
Description du cas d'un travailleur de 50 ans affecté à la conduite d'une mélangeuse de plasticine (pâte à modeler) dans une fabrique. L'agent responsable, un produit de conservation, a été identifié par des tests épicutanés. Le problème a été résolu par le transfert du travailleur à un autre poste.
Contact Dermatitis, sept. 1987, vol.17, n°3, p.182-184. 11 réf.

CIS 89-1284 Rivers J.K., Rycroft R.J.G.
Urticaire de contact allergique causée par une exposition professionnelle à la colophane
Occupational allergic contact urticaria from colophony [en anglais]
Premier cas signalé d'urticaire de contact allergique due à la colophane (alors que l'asthme d'origine professionnelle est bien connu). La victime était un homme de 34 ans préposé à l'inspection des cartes de circuits imprimés.
Contact Dermatitis, sept. 1987, vol.17, n°3, p.181. 1 réf.

CIS 89-1303 Kavli G., Angell E., Moseng D.
Personnel hospitalier et problèmes cutanés
Hospital employees and skin problems [en anglais]
1.481 travailleurs hospitaliers ont été invités à répondre à un questionnaire sur l'atopie, sur l'eczéma des mains et sur les gerçures et la sécheresse des mains. Sur 864 personnes (58,7%) qui ont répondu, 17% se plaignaient d'un eczéma des mains. La proportion de cas n'était pas significativement plus élevée chez les femmes (17,6%) que chez les hommes (15,7%). Un terrain atopique existait chez 17,5% des répondants au questionnaire qui étaient sensiblement plus nombreux (36,4%) à présenter un eczéma des mains. Un problème de mains sèches et gercées se posait dans 33,1% des cas, notamment chez les infirmier(e)s, aides soignantes et laborantin(e)s. Les techniciens et assistants de radiologie (38%) et les préposés aux cuisines (35,7%) étaient sensiblement plus nombreux à se plaindre d'eczéma des mains que les autres membres du personnel. Leurs conditions de travail ont été contrôlées. Un examen dermatologique a permis de diagnostiquer un eczéma de contact par irritation chez 11 d'entre eux sur 17 et un eczéma professionnel chez 3 personnes. Aucun technicien ni membre du personnel de nettoyage (tous des hommes) ne présentait d'eczéma des mains.
Contact Dermatitis, sept. 1987, vol.17, n°3, p.156-158. 6 réf.

CIS 89-1300 Kavil G., Moseng D.
Urticaire de contact due à la moutarde dans la production de bâtonnets de poisson
Contact urticaria from mustard in fish-stick production [en anglais]
Enquête sur les maladies de peau conduite auprès des travailleurs employés à la production de bâtonnets et de filets de poisson dans une grande conserverie de la Norvège septentrionale. Sur 150 travailleurs employés à la production de bâtonnets, 122 (80,1%) ont répondu au questionnaire qui leur avait été adressé, alors que 60,7% seulement de réponses étaient enregistrées dans l'atelier de production des filets. Des examens cliniques et des tests épicutanés ont révélé 16 cas de dermite professionnelle dans le premier groupe dont 3 d'urticaire de contact due à la moutarde et 8 résultant du contact avec les poissons. Chez les travailleurs employés à la production de filets, 6 cas seulement de dermite professionnelle ont été observés; 3 réagissaient aux poissons et 3 présentaient une dermite de contact par irritation. Les conditions de travail dans les 2 ateliers sont décrites. Une exposition plus intense aux agents irritants peut expliquer en partie les 10,7% de dermites de contact dans l'atelier de production de bâtonnets de poisson comparés aux 3,5% seulement dans l'atelier de production des filets.
Contact Dermatitis, sept. 1987, vol.17, n°3, p.153-155. 5 réf.

CIS 89-1283 Olumide Y.
Dermite de contact au Nigéria - II. Dermite des mains chez les sujets de sexe masculin
Contact dermatitis in Nigeria - II. Hand dermatitis in men [en anglais]
Sur 545 malades venus en consultation pour une dermite de contact dans un hôpital de Lagos (Nigéria), 274 (50,3%) étaient de sexe masculin. Sur ces 274 sujets, 56 (20,4%) souffraient uniquement d'une dermite des mains, de nature allergique chez 40 d'entre eux (71,4%). Les agents sensibilisants les plus courants étaient le dichromate présent dans le ciment, le nickel déposé sur les grilles métalliques, la colophane, les résines époxydes et les additifs du caoutchouc. 48 cas de dermite des mains (85,7%) avaient une origine professionnelle. La moitié des hommes qui avaient réagi négativement aux tests épicutanés étaient affectés à des emplois humides. Au Nigéria, les mains des hommes paraissent moins bien tolérer les travaux irritants humides que les mains des femmes nigériennes durcies depuis l'enfance.
Contact Dermatitis, sept. 1987, vol.17, n°3, p.136-138. 6 réf.

CIS 89-1228 Watt A.D.
Coiffeurs et hépatite B - un risque d'infection parentérale non apparent
Hairdressers and hepatitis B - A risk of inapparent parenternal infection [en anglais]
D'après les statistiques écossaises portant sur 1981-1984, on a relevé que 14 cas d'hépatite B sur 1.774 s'étaient manifestés chez des coiffeurs. Ce chiffre représente un taux d'incidence annuel de 41 pour 100.000 dans cette profession, soit une augmentation importante par rapport au taux d'incidence annuel de 7,79/100.000 pour la période 1973-1980. Examen du rôle éventuel d'une infection parentérale par la peau souffrant de dermatose.
Journal of the Society of Occupational Medicine, hiver 1987, vol.37, n°4, p.124-125. 8 réf.

CIS 89-910 Cyrkunov L.P.
Dermite allergique toxique causée par l'éthylènediamine lors de la production de l'herbicide zinèbe
Toksiko-allergičeskij dermatit ot vozdejstvija ėtilendiamina v proizvodstve gerbicida cineba [en russe]
Des examens médicaux auxquels a été soumis un travailleur comptant 3 années d'exposition à l'éthylènediamine ont révélé un début d'allergie dès la première année. L'éthylènediamine possède des propriétés irritantes et allergisantes et un contact avec elle peut conduire à l'apparition d'une dermite et d'un eczéma allergiques, combinés parfois avec de la bronchite et de l'asthme allergiques. Un diagnostic tardif et un contact prolongé avec l'éthylènediamine peuvent déterminer une extension de la dermite et l'apparition de sérieuses complications.
Gigiena truda i professional'nye zabolevanija, août 1987, n°8, p.45-46. 3 réf.

CIS 88-1877 Dimitrov M.
Rôle des champignons microscopiques et des mycotoxines en pathologie professionnelle
Rolja na mikroskopičnite găbi i mikotoksinite v profesionalnata patologija [en bulgare]
Les dermatotoxicoses et les mycotoxicoses sont le plus souvent d'origine professionnelle. Cette étude bibliographique rappelle le rôle des moisissures dans l'étiologie des pneumopathies chroniques, en soulignant la grande importance de la réaction allergique durable sous l'effet d'une action toxique additionnelle des champignons. Elle contient des indications sur la morbidité professionnelle dans un milieu renfermant des mycotoxines.
Higiena i zdraveopazvane, 1987, vol.30, n°3, p.89-94. 53 réf.

CIS 88-1997 Bojs G., Nicklasson B., Svensson A.
Dermite allergique de contact due au gallate de propyle
Allergic contact dermatitis to propyl gallate [en anglais]
Le gallate de propyle, antioxydant contenu dans une crème hydratante, a provoqué l'apparition d'une dermite de contact chez une femme antérieurement sensibilisée aux gallates alors qu'elle était employée dans une boulangerie.
Contact Dermatitis, nov. 1987, vol.17, n°5, p.294-298. Illus. 17 réf.

CIS 88-1996 Cronin E.
Dermite des mains chez le personnel de la restauration
Dermatitis of the hands in caterers [en anglais]
Sur 50 cas d'eczéma des mains diagnostiqués chez des sujets appartenant au secteur de la restauration, 47 étaient d'origine professionnelle et 3 d'origine endogène. La sensibilisation à des allergènes de type I était liée à l'existence d'un terrain atopique, à la différence de l'allergie de type IV. L'agent sensibilisant de type I le plus courant était le poisson. Dans l'allergie de type IV, cette place était occupée par l'ail. Des dilutions de 50% d'ail et de 50% d'oignon dans de l'huile d'arachide n'avaient pas d'action irritante et semblaient donner de bons résultats pour les tests épicutanés. Dans les cas examinés, le pronostic n'a pas été bon et l'eczéma des mains a persisté même chez des sujets qui avaient changé d'emploi.
Contact Dermatitis, nov. 1987, vol.17, n°5, p.265-269. 5 réf.

CIS 88-1995 Bajnova A., Muhtarova M., Mihajlova A., Hristeva V.
Données nouvelles concernant les risques professionnels associés à la reprographie
Novi danni za professionalnija risk pri fotokopirane [en bulgare]
Treize opérateurs ont été examinés pour une dermatose professionnelle nécessitant un changement d'affectation. La concentration d'ozone en suspension dans l'air 60min après la mise en service des machines était de 0,15-0,17mg/m3. Les tentatives pour détecter du sélénium dans l'air se sont révélées infructueuses. Diverses manifestations, (prurit, éruptions papulo-vésiculeuses et eczéma de contact professionnel) ont été observées de 4 à 6 mois après le début du travail. Chez 6 des opérateurs, la responsabilité du toner, du liquide de nettoyage du tambour et de l'huile silicone dans les allergies de contact a été établie et confirmée. Des tests épicutanés au mercure, au cobalt, au chrome, au mercaptobenzothiazole, à la colophane et au baume du Pérou ont donné des résultats positifs. Des mesures ont été prises pour réduire l'exposition aux allergènes.
Higiena i zdraveopazvane, 1987, vol.30, n°6, p.32-36. 20 réf.

CIS 88-1563 Foussereau J., Cavelier C.
La dermite par irritation au carbonate de diallylglycol monomère
Fiche pratique destinée aux médecins du travail. Les monomères allyliques, largement employés dans l'industrie optique, engendrent, dans certains cas, des phénomènes d'intolérance cutanée et oculaire, notamment le carbonate de diallylglycol (CDAG) à l'état monomère. Rappel toxicologique du CDAG et de l'IPP (percarbonate d'isopropyle). Etude clinique: propriétés irritantes de type collectif du mélange CDAG + IPP, répartition des risques de contact en fonction des postes de travail (avant et après polymérisation), fréquence de l'intolérance aux postes exposés, description clinique des lésions. Etude des tests à l'IPP et au CDAG monomère chez l'homme. Investigations analytiques. Tests effectués chez l'homme avec des impuretés du CDAG. Etudes de tolérance chez l'animal. Diagnostic. Prévention. Réparation.
Documents pour le médecin du travail, 3e trimestre 1987, n°31, p.223-226.

CIS 88-1600 Zina A.M., Bedello P.G., Cane D., Bunding S., Benedetto A.
Dermatose dans une fabrique de pneus
Dermatitis in a rubber tyre factory [en anglais]
Rapport concernant un début de dermatose d'origine professionnelle dans une fabrique de pneus. Des aspects cliniques inhabituels ont été observés. Des tests cutanés avaient montré un degré élevé de sensibilisation au dérivé du mercaptobenzothiazole (MBT) employé, le 2-(2-4'dinitrophénylthio) benzothiazole. Comme les tests avec un mélange au MBT et le dinitrophénol étaient négatifs, on a suspecté que la sensibilisation était due à un agent contaminant. La substance responsable est le dinitrochlorobenzène, matière de base pour la fabrication du dinitrophénylthiobenzothiazole.
Contact Dermatitis, juil. 1987, vol.17, n°1, p.17-20. 4 réf.

CIS 88-1553 Richards T.B., Gamble J.F., Castellan R.M., Tory Mathias C.G.
Callosités des jointures chez les travailleurs accrochant des poulets vivants
Knuckle pads in live-chicken hangers [en anglais]
Une étude sur les travailleurs accrochant des poulets vivants dans une exploitation de volailles a démontré une fréquence élevée de callosités sur les jointures des deux mains. Ces callosités ont été observées chez 56% (23/41) des travailleurs accrochant des poulets, mais les travailleurs (0/41) dans les autres départements ne présentaient pas ces mêmes callosités. La cause probable était le frottement et le glissement répétés des jointures contre les chaînes en métal sur lesquelles sont placés les oiseaux vivants. Une évaluation médicale et ergonomique supplémentaire pourrait confirmer la cause probable et déterminer si les altérations des tissus sont présentes dans les doigts des volailleurs qui développent des callosités et également permettre de suggérer des mesures préventives.
Contact Dermatitis, juil. 1987, vol.17, n°1, p.13-16. 11 réf.

CIS 88-1599 Mathias C.G.T.
Dermite allergique de contact due à de l'époxy non-bisphénol A dans un laminé d'époxy renforcé aux fibres de graphite
Allergic contact dermatitis from a nonbisphenol A epoxy in a graphite fiber reinforced epoxy laminate [en anglais]
Un travailleur d'une société de fabrication de moteurs d'avions a été victime d'une dermite après avoir manipulé des laminés d'époxy renforcés à la fibre de graphite (epoxy prepreg). Des tests épicutanés ont fait apparaître que cette dermite était due au liant de l'époxy, un non-bisphénol A, la 4-glycidyloxy-N, N-diglycidylaniline. Un test épicutané effectué avec de l'époxy au bisphénol A a donné des résultats négatifs. Des entretiens menés avec d'autres travailleurs ont fait apparaître qu'un manque de prise de conscience des risques cutanés liés aux laminés renforcés aux fibres de graphite, par rapport aux résines époxy liquides, peut constituer un facteur de risque pour la sensibilisation allergique à ces matériaux composés.
Journal of Occupational Medicine, sept. 1987, vol.29, n°9, p.754-755. 4 réf.

CIS 88-1538 Redmond S.F., Schappert K.R.
Dermites d'origine professionnelle associées aux vêtements
Occupational dermatitis associated with garments [en anglais]
L'apparition de nombreux cas de dermite de contact irritante associée aux résidus de tétrachloréthylène dans les vêtements nettoyés à sec a été étudiée dans une importante installation de fabrication de semi-conducteurs. Une nouvelle méthode développée pour mesurer les niveaux de tétrachloréthylène a fait apparaître des concentrations allant de 0,83 à 32,01ppm dans le vêtement.
Journal of Occupational Medicine, mars 1987, vol.29, n°3, p.243-244. 4 réf.

CIS 88-1246 Duncan Saunders L., Ames R.G., Knaak J.B., Jackson R.J.
Flambée de dermites induites par l'Omite-CR chez des cueilleurs d'oranges dans le comté de Tulare en Californie
Outbreak of Omite-CR-induced dermatitis among orange pickers in Tulare County, California [en anglais]
Enquête sur une flambée de dermite observée chez 198 cueilleurs d'oranges employés dans une entreprise de conditionnement. La dermite, que 114 (58%) des 198 travailleurs avaient contractée lors des opérations de cueillette dans des orangeries traitées à l'Omite-CR, affectait principalement les régions exposées du cou et du thorax. Une association dose-réponse a été suggérée pour l'exposition à l'Omite-CR (propargite), mais non pas pour le Carzol, pour la combinaison Omite-CR + Carzol ou pour d'autres pesticides. Aucune infraction n'ayant été constatée en ce qui concerne les règlements relatifs aux délais à respecter entre l'application des pesticides et la cueillette ou en ce qui concerne les rythmes d'application, il apparaît qu'on n'a pas accordé une attention suffisante à la question de la dégradation des résidus lors de l'enregistrement de l'Omite-CR, et ce au détriment de la santé des travailleurs.
Journal of Occupational Medicine, mai 1987, vol.29, n°5, p.409-413. Illus. 6 réf.

CIS 88-1366 Gan S.L., Goh C.L., Lee C.S., Hui K.H.
Dermatoses professionnelles chez les ponceurs dans l'industrie de l'ameublement
Occupational dermatosis among sanders in the furniture industry [en anglais]
Une enquête conduite auprès de 479 ponceurs de l'industrie du meuble à Singapour (industrie qui utilisait 17 variétés de bois importées de l'Asie du Sud-Est) a révélé la présence de 3,8% de cas de dermatoses professionnelles. Les formes les plus courantes de dermatoses causées par les poussières de bois allaient du simple prurit (1,6%) à la dermite de contact irritante (1,6%) et à la sérose (1,4%). Deux ponceurs étaient atteints de miliaire. Aucun ne souffrait de dermite allergique due aux poussières de bois. Les bras et le buste étaient les zones les plus affectées. Il apparaît que les bois couramment utilisés dans l'industrie de l'ameublement sont de faibles sensibilisants. Des mesures de prévention appropriées telles que la lutte contre les poussières, le port de vêtements de protection et une bonne hygiène individuelle, devraient suffire à écarter le risque de dermite professionnelle chez les ponceurs.
Contact Dermatitis, oct. 1987, vol.17, n°4, p.237-240. 6 réf.

CIS 88-1274 Srinivas C.R., Kulkarni S.B., Menon S.K., Krupashankar D.S., Iyengar M.A., Singh K.K., Sequeira R.F., Halla K.R.
Agents allergènes à l'origine de la dermite de contact causée par Holigarna ferruginea
Allergenic agents in contact dermatitis from Holigarna ferruginea [en anglais]
Des réactions positives à des tests épicutanés pratiqués avec un extrait de l'exsudat résineux de Holigarna ferruginea en solution à 2% en poids/volume d'acétone ont été observées chez 9 malades sur 10 qui avaient contracté une dermite après un contact avec la plante en question et chez 5 volontaires asymptomatiques sur 35. Six rats albinos étaient sensibilisés à la suite de 3 applications hebdomadaires du même extrait. Le principe actif identifié dans l'exsudat était le laccol (heptadecadienyl-3 catéchol). Les plantes du genre Holigarna, qui servent à la production de la laque, peuvent être une source importante de dermites professionnelles en Inde.
Contact Dermatitis, oct. 1987, vol.17, n°4, p.219-222. Illus. 6 réf.

CIS 88-1273 Lisi P., Caraffini S., Assalve D.
Pouvoir d'irritation et de sensibilisation des pesticides
Irritation and sensitization potential of pesticides [en anglais]
Trente six pesticides ont fait l'objet de tests épicutanés pratiqués sur 652 sujets aux fins de détermination des concentrations optimales à utiliser pour les tests futurs et de la fréquence des réactions irritantes et allergiques. Des réactions allergiques ont été observées chez 46 sujets principalement avec des thiophtalimides (captane, folpet et difolatan). Les réactions d'allergie et d'irritation à d'autres pesticides (insecticides, herbicides, etc.) étaient rares. La sensibilité aux pesticides était significative chez les malades qui travaillaient ou avaient travaillé à la campagne. Une sensibilité croisée aux bis-dithiocarbamates et/ou aux thiophtalimides est envisageable.
Contact Dermatitis, oct. 1987, vol.17, n°4, p.212-218. 25 réf.

CIS 88-1034 MacAulay J.C.
Allergie aux orchidées
Orchid allergy [en anglais]
Description du cas d'un cultivateur d'orchidées sensibilisé au pollen de cette variété de fleurs. Le port de gants, de manches longues et d'un masque assurait une protection efficace. Pour traiter les éruptions formées en l'absence d'un équipement de protection, on a utilisé des stéroïdes.
Contact Dermatitis, août 1987, vol.17, n°2, p.112-113. 11 réf.

CIS 88-915 Bedello P.G., Goitre M., Roncarolo G., Bundino S., Cane D.
Dermites de contact dues au rhodium
Contact dermatitis to rhodium [en anglais]
Présentation du cas d'un orfèvre qui avait contracté une dermite des mains à la suite de la déposition de rhodium sur des articles de bijouterie. Ce cas de sensibilisation au rhodium est le premier connu.
Contact Dermatitis, août 1987, vol.17, n°2, p.111-112. 1 réf.

CIS 88-865 Olumide Y.
Dermites de contact au Nigéria - I. Dermites des mains chez des femmes
Contact dermatitis in Nigeria (I). Hand dermatitis in women [en anglais]
Sur 545 malades présentant des manifestations cliniques de dermite de contact, 271 (49,7%) étaient des femmes, dont 29 (10,7%) souffraient uniquement de dermite des mains. 17 (58,6%) de ces cas de dermite des mains avaient un caractère allergique, les principaux agents sensibilisants incriminés étant le nickel et les huiles essentielles contenues dans les oranges. Les couturières étaient surtout sensibles au nickel, alors que les vendeuses et les écorceuses d'oranges réagissaient positivement aux écorces d'oranges, aux mélanges de parfums, au baume du Pérou et au formaldéhyde en combinaisons variées. 8 (27,6%) des cas de dermite des mains étaient dus à des agents irritants, à des travaux humides, voire à des allergènes non testés. 24 cas (83%) de dermite des mains étaient d'origine professionnelle. Une seule nigérienne était manifestement atteinte d'une dermite des mains caractéristique des travaux du ménage. En raison des éléments peu fiables de l'anamnèse, il n'a pas été possible de définir le rôle incombant au terrain atopique. Deux cas de pompholyx et une réaction négative à un test épicutané ont été enregistrés au cours du premier trimestre de la grossesse.
Contact Dermatitis, août 1987, vol.17, n°2, p.85-88. 17 réf.

CIS 88-1030 Bendsöe N., Björnberg A., Löwhagen G.B., Tengberg J.E.
Irritation causée par les fibres de verre et crèmes protectrices
Glass fibre irritation and protective creams [en anglais]
Cinq produits commerciaux, à savoir, une crème commerciale spécifique contre l'irritation due aux fibres de verre, un spray à la silicone, une crème émolliente, un onguent gras et une crème-onguent, ont été soumis à des tests par paire pour permettre d'évaluer leur aptitude à prévenir les démangeaisons et les manifestations d'irritation produites par les fibres de verre. Ces préparations ne se sont pas révélées très efficaces. Certains travailleurs ont même connu une aggravation des symptômes ressentis après traitement avec l'ensemble des crèmes protectrices, y compris avec la crème censée assurer une protection spécifique contre les fibres de verre. 25% seulement des travailleurs souffrant de sévères démangeaisons continuaient à utiliser une crème émolliente après 12 semaines.
Contact Dermatitis, août 1987, vol.17, n°2, p.69-72. 1 réf.

CIS 88-875 Géraut C.
Dermatoses professionnelles
Cette mise au point sur les dermatoses professionnelles passe d'abord en revue les dermatoses dues à des agents d'origine virale, bactérienne ou parasitaire et les mycoses cutanées, puis les dermatoses dues à des agents physiques: traumatismes mécaniques, corps étrangers pénétrant à travers l'épiderme, vibrations, mauvaises ambiances climatiques, rayonnements infra-rouges, ultraviolets ou ionisants. Sont traitées les dermatoses non eczématiformes d'origine chimique ainsi que les dermites eczématiformes d'origine chimique localisées aux doigts, aux mains et aux avant-bras et celles localisées aux autres parties du corps. Prévention médicale et technique de ces dermatoses, prévention des récidives, réparation en France.
Encyclopédie médico-chirurgicale, Intoxications, 1987, 18p. Illus. 17 réf.

CIS 88-980 Conde-Salazar L., González M.A., Guimaranes D., Romero L.
Radiodermites professionnelles
Radiodermitis profesional/Radiodermitis profesional [en espagnol]
10 personnes travaillant dans un service de radiologie et souffrant de radiodermite chronique ont été examinées. Toutes travaillaient depuis plus de 7 ans avec les rayons X, et avec du matériel dépassé. Dans tous les cas à l'exception d'un seul, c'est la main gauche qui était la plus touchée. Le caractère progressif de la dermatose était évident, et dans certains cas, l'affection a nécessité l'amputation des doigts.
Medicina y seguridad del trabajo, janv.-mars 1987, vol.34, n°134, p.26-29. 7 réf.

CIS 88-924 Storetvedt Heldaas S., Andersen A.A., Langård S.
Incidence du cancer parmi les travailleurs exposés au chlorure de vinyle et au chlorure de polyvinyle: indices supplémentaires d'une relation avec un mélanome malin
Incidence of cancer among vinyl chloride and polyvinyl chloride workers: Further evidence for an association with malignant melanoma [en anglais]
Les résultats de cette étude prolongée confirmaient les conclusions précédentes concernant l'augmentation des tumeurs malignes dues au chlorure de vinyle.
British Journal of Industrial Medicine, avr. 1987, vol.44, n°4, p.278-280. 15 réf.

CIS 88-580 Foussereau J.
Les dermites par irritation aux fibres de verre, à la laine de verre et à la laine de roche
Fiche pratique destinée aux médecins du travail. Aspects traités: professions exposées au risque de dermite (fabrication de fibres de verre; calorifugeage, industrie électronique et surtout bâtiment); étude clinique; étiopathogénie des irritations; diagnostic (allergènes responsables d'eczéma: résine époxydique, résine formaldéhyde-p, t-butylphénol, ammoniums quaternaires, divers agents d'ensimage, formaldéhyde, phtalate de dibutyle, résines acryliques, etc.); prévention technique (protection collective et individuelle) et médicale; réparation.
Documents pour le médecin du travail, 1er trimestre 1987, n°29, p.13-16. Illus. 32 réf.

CIS 88-664 Srinivas C.R., Balachandran C., Singh K.K.
Dermatose professionnelle et dermite allergique de contact chez un récolteur de toddy
Occupational dermatosis and allergic contact dermatitis in a toddy tapper [en anglais]
La tâche des récolteurs de toddy consiste à récupérer la sève des cocotiers. Les récolteurs sont appelés de ce fait à grimper sur les arbres. Les affections cutanées de nature diverse sont fréquentes parmi eux, mais le cas signalé dans cette note est le premier exemple de réaction allergique à l'écorce des noix de coco et aux spathes, dont il ait jamais été fait état.
Contact Dermatitis, mai 1987, vol.16, n°5, p.294-295. Illus. 2 réf.

CIS 88-547 Pryce D.W.
Dermite allergique due au contact avec le chlorure de chloro-2 benzoyle azine
Allergic contact dermatitis from 2-chlorobenzoyl chloride azine [en anglais]
Le chlorure de chloro-2 benzoyl azine est un produit intermédiare dans la fabrication d'un nouvel acaricide. En 2 mois d'exposition à ce composé, 10 travailleurs de la production et 2 techniciens d'entretien ont contracté une dermite. Pour réduire l'exposition, des modifications ont été apportées au processus de fabrication.
Contact Dermatitis, mai 1987, vol.16, n°5, p.285-286. 5 réf.

CIS 88-665 Cole G.W.
Infection par Mycobacterium marinum chez un mécanicien
Mycobacterium marinum infection in a mechanic [en anglais]
M. marinum est une cause fréquente de mycobactériose professionnelle. Dans le passé, on ne l'avait détecté que chez les personnes en contact avec l'eau présente sans la nature ou en aquarium. Le cas décrit sans cet article est exceptionnel en ce sens qu'il concerne un mécanicien chargé de la remise en état de pompes à eau. L'infection a été jugulée par des antibiotiques.
Contact Dermatitis, mai 1987, vol.16, n°5, p.283-284. 3 réf.

CIS 88-537 Valsecchi R., Cassina P., Cainelli T.
Epidermolyse toxique bulleuse de contact
Contact toxic epidermal necrolysis [en anglais]
L'épidermolyse toxique bulleuse est une affection qui met en péril la vie de ceux qui en sont atteints. Elle se manifeste par une large desquamation de la peau qui donne l'impression que le sujet a été ébouillanté. Cet article décrit 2 cas d'épidermolyse toxique bulleuse due au contact avec le troisième intermédiaire de la fabrication du tetramisole (médicament anthelmintique). Ce composé est un dérivé 1,2 disubstitué du thiazole.
Contact Dermatitis, mai 1987, vol.16, n°5, p.277. 4 réf.

CIS 88-536 Pigatto P.D., Polenghi M.M., Altomare G.F.
Dermite professionnelle chez les boulangers: une explication du mécanisme de la dermite atopique de contact
Occupational dermatitis in bakers: a clue for atopic contact dermatitis [en anglais]
Description du cas de 6 personnes qui avaient contracté une dermite après 2 à 20 ans de contact d'une peau atopique avec des céreales. Les tests épicutanés pratiqués avec de la farine de froment ont donné des résultats positifs chez 2 malades. Les coupes histologiques pratiquées sur eux présentaient des caractéristiques de dermite de contact. De nombreuses cellules dendritiques fortement positives pour les anticorps monoclonaux anti-IgE ont été identifiés au niveau périvasculaire dans les papilles dermiques et l'épiderme. Chez des témoins atopiques, on a relevé la présence de quelques cellules périvasculaires IgE positives, probablement des mastocytes. Cette étude montre qu'il peut exister une relation entre certains allergènes et l'eczéma atopique chez des malades exposés à ces allergènes pendant leur travail. Dans certains cas, on a pu diagnostiquer une véritable dermite allergique de contact.
Contact Dermatitis, mai 1987, vol.16, n°5, p.263-271. Illus. 14 réf.

CIS 88-535 Conde Salazar L., González M. A., Guimaraens D., Romero L.V.
Dermite due aux thiourées
Dermatosis por tioureas/Dermatosis por tioureas [en espagnol]
Etude des diverses utilisations de thiourées dans l'industrie (fabrication de chaussures, de vêtements en caoutchouc, papier de photocopies, etc.) et des affections cutanées observées à la fois chez les travailleurs et les consommateurs de produits finis. Des cas de dermite de contact due aux thiourées ont été constatés chez des personnes utilisant ces produits. En Espagne, seuls 3 cas de sensibilisation ont été rapportés. Le premier cas était attribuable à l'utilisation de lunettes de natation et le second au port de chaussures de sport. Dans le troisième cas, il s'agit d'un travailleur du bâtiment qui a pu être atteint en utilisant des chaussures ou des gants en caoutchouc.
Medicina y seguridad del trabajo, avr.-juin 1987, vol.34, n°135, p.17-20. 14 réf.

CIS 88-319 Tosti A., Melino M., Veronesi S.
Urticaire de contact due au tabac
Contact urticaria to tobacco [en anglais]
Description du cas d'une femme dont l'urticaire s'est déclarée après 11 années d'exposition au tabac dans une manufacture de cigares et de cigarettes. Aucun autre cas d'urticaire n'a été signalé parmi les 750 autres membres du personnel. Les propriétés irritantes du tabac sont bien connues. Le tabac devrait être ajouté à la liste des agents urticants dont les effets reposent sur un mécanisme immunologique.
Contact Dermatitis, avr. 1987, vol.16, n°4, p.225-226. 5 réf.

CIS 88-244 Fisher A.A.
Urticaire de contact et réaction anaphylactoïde provoquées par la fécule de maïs utilisée dans les gants de chirurgie
Contact urticaria and anaphylactoid reaction due to corn starch surgical glove powder [en anglais]
Si la première mention d'une urticaire de contact due à la farine de maïs remonte à 1986, les communications personnelles entre médecins et entre membres des professions de santé donnent à penser que le problème s'est posé plus d'une fois. Il existe sur le marché mondial une marque au moins de gants de chirurgien qui ne contient pas de fécule de maïs.
Contact Dermatitis, avr. 1987, vol.16, n°4, p.224-225. 5 réf.

CIS 88-318 Dannaker C.J., White I.R.
Allergie cutanée à la moutarde chez une préparatrice de salades
Cutaneous allergy to mustard in a salad maker [en anglais]
Description d'un cas de dermite allergique due au contact avec de la moutarde (Brassica nigra) chez une confectionneuse de salades. Les sources de contact cutané étaient constituées par une mayonnaise, une vinaigrette et divers membres de la famille des moutardes ou Cruciferae. Dans la famille des Cruciferae figurent un grand nombre de plantes herbacées utilisées en salades ou condiments qui renferment des isothiocyanates allergisants. Les contacts cutanés risquent chez les confectionneuses de salades et autres personnes appelées à manipuler des aliments et la sensibilisation aux isothiocyanates issus de cette grande famille de plantes peut être une cause importante d'allergie de contact aux aliments chez cette catégorie de personnes.
Contact Dermatitis, avr. 1987, vol.16, n°4, p.212-214. Illus. 7 réf.

CIS 88-248 Lockey J.D., Kelly C.R., Cannon G.W., Colby T.V., Aldrich V., Livingston G.K.
Sclérose progressive généralisée associée à l'exposition au trichloréthylène
Progressive systemic sclerosis associated with exposure to trichloroethylene [en anglais]
Malgré l'impossibilité d'établir avec certitude l'étiologie ou la pathogénèse de la sclérose progressive généralisée (sclérodermie), cette maladie a été associée à toute une série de solvants. Cet article présente l'exemple d'une femme de 47 ans qui, alors qu'elle jouissait auparavant d'une excellente santé, a contracté une sclérose progressive généralisée aboutissant à la mort, après une unique exposition, principalement cutanée, au trichloréthylène pendant une durée de 2,5h. En l'espace de 10 mois, la malade a présenté successivement une sclérodermie proximale, une ¿sophagite peptique, une anémie hémolytique microangiopathique, un syndrome respiratoire restrictif, un épanchement péricardique et une insuffisance rénale accompagnée d'une grave hypertension. Des biopsies rénales et cutanées ont confirmé le diagnostic de sclérose progressive généralisée.
Journal of Occupational Medicine, juin 1987, vol.29, n°6, p.493-496. Illus. 26 réf.

CIS 88-241 Jolanski R., Estlander T., Kanerva L.
Allergie de contact à un diluant réactif des résines époxydes, l'éther diglycidylique de butanediol-1,4
Contact allergy to an epoxy reactive diluent: 1,4-butanediol diglycidyl ether [en anglais]
Trois femmes employées dans une fabrique de brosses ont contracté une allergie de contact à une colle renfermant 37% en poids de résines époxydes et des diluants réactifs de ces résines dans les proportions suivantes: éther diglycidylique de butanediol-1,4 (EDB) - 3%, éthers glycidyliques d'alcools aliphatiques (Epoxide 8) - 0,05%, éther glycidylique de phényle (EGP) - 0,01% et remplissages inertes. Les 3 malades ont réagi positivement aux résines et à l'EDB, qui s'est révélé le principal allergène. Deux des malades ont réagi à l'EGP et aucun à l'Epoxide 8. Deux malades n'ont pas réagi aux résines époxydes, ce qui montre que l'EDB a peut-être, chez l'homme, un pouvoir sensibilisant supérieur à celui des résines époxydes, et qu'il ne produit pas de réaction croisée avec ces résines. Des expériences de perméabilité ont révélé que l'EDB traversait des gants jetables de PVC et de caoutchouc en moins de 30min, d'où la nécessité de remplacer immédiatement les gants contaminés. En cas de suspicion d'allergie de contact aux composés époxy, il convient d'inclure les diluants réactifs dans la batterie de tests épicutanés.
Contact Dermatitis, fév. 1987, vol.16, n°2, p.87-92. 19 réf.

CIS 88-317 Gonçalo S.
Sensibilité de contact aux lichens et aux composacées dans la dermite par allergie à Frullania
Contact sensitivity to lichens and compositae in Frullania dermatitis [en anglais]
Quarante-huit malades atteints d'une dermite de contact par allergie à Frullania ont été soumis à des tests épicutanés conduits avec un mélange de lichens, ainsi qu'avec des composées (plantes à fleurs) et des acides extraits des lichens. Vingt-sept étaient sensibles à Frullania et aux lichens. Parmelia caperata et Parmelia reticulata ont entraîné des réactions positives chez tous les sujets. Dans un ordre décroissant de positivité, les principaux allergènes responsables étaient Pseudovernia furfuracea, Evernia prunastri, Usnea spp, Ramalina lusitanica, les acides d-usnique et évernique et l'atranorine.
Contact Dermatitis, fév. 1987, vol.16, n°2, p.84-86. 13 réf.

CIS 88-182 Andersen K.E., Benezra C., Burkows D., Camarasa J., Dooms-Goossens A., Ducombs G., Frosch P., Lachapelle J.M., Lahti A., Menné T., Rycroft R., Scheper R., White I., Wilkinson J.
Dermites de contact - Etude bibliographique
Contact dermatitis - A review [en anglais]
Ces dernières années ont été marquées par une amélioration spectaculaire de la compréhension des dermites de contact. Cet article fait le point des connaissances actuelles concernant le mécanisme de ces dermites et des manifestations connexes, rappelle les enquêtes conduites sur la question et évoque les nouveaux allergènes importants mis en évidence au cours de ces 5 dernières années.
Contact Dermatitis, fév. 1987, vol.16, n°2, p.55-78. 256 réf.

CIS 88-240 Fischer T., Fregert S., Thulin I., Trulsson L.
Résines époxydes non durcies entrant dans la composition des manches d'outils
Unhardened epoxy resin in tool handles [en anglais]
Un électricien a contracté un eczéma des mains à la suite de l'utilisation de certains tournevis, puis a réagi positivement à des tests épicutanés faisant intervenir des résines époxydes. Le manche des tournevis était en principe constitué d'acétate de cellulose. En fait, d'après les indications même du fabricant, il renfermait de petites quantités d'huile de soja époxydée, et des résines époxydes de type bisphénol A de faible poids moléculaire étaient incorporées comme stabilisant thermique dans le matériau constitutif du manche. Une enquête sur les manches d'outils en matière plastique a montré qu'un nombre limité d'entre eux seulement contenait des composés époxydes.
Contact Dermatitis, janv. 1987, vol.16, n°1, p.45. 2 réf.

CIS 88-239 Handfield-Jones S., Boyle J., Harman R.R.M.
Allergie de contact causée par des projections métalliques
Contact allergy caused by metal sprays [en anglais]
Description du cas d'un travailleur dont l'activité consistait à enduire des canalisations de caoutchouc synthétique. Les tests épicutanés auxquels ce travailleur a été soumis n'ont révélé de réaction ni au caoutchouc ni aux additifs du caoutchouc. En revanche, des réactions positives très nettes ont été observées avec le nickel et le chrome. Une enquête a montré que l'intéressé travaillait à proximité de 2 zones de métallisation où les concentrations de nickel et de chrome dans l'air étaient respectivement 4 et 18 fois plus élevées que les moyennes pondérées dans le temps recommandées par la Direction britannique de l'hygiène et de la sécurité (Health and Safety Executive). Les poussières, les explosions et la fièvre des fondeurs figuraient déjà parmi les risques reconnus associés à la métallisation. L'allergie au chrome ou au nickel constituent un risque nouveau.
Contact Dermatitis, janv. 1997, vol.16, n°1, p.44.

CIS 88-238 Fowler J.F.
Dermite professionnelle causée par de l'encre de tampon
Occupational dermatitis from stamp pad ink [en anglais]
Rapport sur un cas d'eczéma observé chez une employée de banque qui passait une bonne partie de son temps à appliquer un tampon de caoutchouc sur des chèques et des documents. Des tests épicutanés ont montré qu'elle était allergique à l'encre rouge pour tampon qui renfermait de la p-phénylazoaniline. Comme elle a également réagi à la p-phénylènediamine, substance intermédiaire dans la production de la p-phénylazoaniline qui pourrait être présente dans l'encre, l'identité chimique précise de l'agent causal de l'eczéma demeure incertaine. Il a suffi à la malade de s'abstenir de tout contact avec l'encre pour éviter une récidive de sa dermite.
Contact Dermatitis, janv. 1987, vol.16, n°1, p.38. 2 réf.

CIS 88-237 Aberer W.
Allergie à la colophane acquise dans les coulisses de théâtres
Allergy to colophony acquired backstage [en anglais]
Le masseur d'un célèbre corps de ballet a contracté une grave dermite des mains. Aucune des 23 crèmes de massage utilisées par les membres du corps de ballet n'a produit de réaction positive lors des tests épicutanés pratiqués. Seule la colophane, incluse dans la batterie standard de tests, a provoqué une réaction. La colophane est couramment utilisée sur les chaussons des danseurs et danseuses appelés à évoluer sur des scènes en bois, pour les empêcher de glisser. Le masseur a dû changer de clientèle.
Contact Dermatitis, janv. 1987, vol.16, n°1, p.34-36. 8 réf.

CIS 88-256 Niinimäki A.
Tests de dépistage des causes de dermite par la technique de scarification "open" chez des travailleurs manipulant des denrées alimentaires
Scratch-chamber tests in food handler dermatitis [en anglais]
Les effets réactogènes de diverses denrées alimentaires ont été testés par une technique de scarification "closed" et une technique "open" chez 80 personnes souffrant de dermite des mains, dont 55 manipulaient des denrées alimentaires. Dans la technique "closed", la plupart des réactions immédiates ont été provoquées par des légumes et des épices chez des sujets allergiques au pollen de bouleau, et la majorité des réactions différées par des épices, chez les sujets allergiques au baume du Pérou, et par des oignons et des poireaux. L'évaluation des réactions allergiques et irritantes s'est révélée difficile. Des réactions positives aux tests "open" ont été observées chez 75% environ des malades qui réagissaient immédiatement ou tardivement aux tests "closed". Les réactions immédiates aux légumes, au poisson et à la viande et les réactions différées aux peaux d'oranges et de citrons ainsi qu'aux oignons présentaient le plus grand intérêt clinique. Les dermites des mains constatées chez les personnes manipulant des denrées alimentaires ont été principalement imputées au travail dans l'humidité, aux agents tensio-actifs et à d'autres facteurs irritants, le contact avec les aliments ne jouant à cet égard qu'un rôle accessoire.
Contact Dermatitis, janv. 1987, vol.16, n°1, p.11-20. Illus. 40 réf.

CIS 88-301 Jones R.R.
Diminution de la couche d'ozone et risque de cancer
Ozone depletion and cancer risk [en anglais]
Depuis les années 70, on a noté au printemps une réduction de près de 40% de la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique. L'origine de cette situation serait, pense-t-on, à rechercher dans les importants dégagements dans l'atmosphère de polluants artificiels et particulièrement de chlorofluorocarbones et de protoxyde d'azote. Cette article traite de la chimie de l'ozone et des conséquences biologiques d'une extension éventuelle de la réduction de la couche d'ozone à des régions du globe à forte densité de population. La plus importante de ces conséquences serait une augmentation significative de l'incidence des cancers cutanés (dont le mélanome) chez les personnes longtemps exposées au soleil, et particulièrement chez les personnes travaillant en plein air. Tous les pays du monde devraient faire de gros efforts pour réduire les dégagements de chlorofluorocarbones dans l'atmosphère.
Lancet, 22 août 1987, vol.2, n°8556, p.443-446. Illus. 34 réf.

CIS 87-1355 Foussereau J.
L'eczéma allergique aux médicaments et objets de pansement en médecine du travail
Signes cliniques de l'eczéma allergique médicamenteux. Complexité de l'enquête allergologique. Présentation des différents allergènes de type médicaments topiques responsables: anesthésiques de surface, ammoniums quaternaires, antiseptiques mercuriels, antibiotiques, baume du Pérou, huile de laurier, essences de thym et de niaouli, autres allergènes végétaux (essence de géranium, essence de rose, asiaticoside du Madécassol), corticoïdes. Allergènes responsables d'intolérance au sparadrap: colophane, accélérateurs de vulcanisation, lanoline, etc. Allergie croisée. Rédaction du certificat d'allergie remis au malade, dans lequel sont mentionnées les appellations commerciales des principaux produits renfermant la ou les molécules allergisantes (exemple pour le cas d'allergie au baume du Pérou).
Documents pour le médecin du travail, 2ème trimestre 1987, n°30, p.99-103. Illus. 31 réf.

CIS 87-1346 Clark E.G.
Risques des isothiazolinones
Risk of isothiazolinones [en anglais]
Deux études de cas concernant des travailleurs accidentellement exposés à des biocides concentrés contenant des isothiazolinones utilisées dans des tours de refroidissement ou des climatiseurs. L'exposition aux isothiazolinones s'est traduite par une irritation de la peau.
Journal of the Society of Occupational Medicine, printemps 1987, vol.37, n°1, p.30-31. Illus. 4 réf.

CIS 87-994 Najaël
Affections professionnelles résultant de l'exposition au sélénium et à ses composés minéraux
Notice d'information récapitulative sur l'action nocive des composés du sélénium. Au sommaire: rappel des caractéristiques physico-chimiques du sélénium et de ses principaux composés; utilisation; pathologie et toxicologie; (action irritante pour les muqueuses oculaires et pulmonaires et sur la peau; ces atteintes irritatives sont reconnues en France comme maladies indemnisables); cas du sélénium radioactif; risque d'incendie; réglementation française; moyens de protection.
Sécurité - sciences et techniques, avr. 1987, n°63, p.65-72. Illus. 11 réf.

< précédent | 1... 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22 ...30 | suivant >