ILO Home
Go to the home page
Site map | Contact us English | Español
view in a printer-friendly format »

Maladies de l'appareil respiratoire (sauf pneumoconioses et pathologies similaires) - 2,965 saisies trouvées

Vos critères de recherche sont

  • Maladies de l'appareil respiratoire (sauf pneumoconioses et pathologies similaires)

2001

CIS 02-816 Morinaga K., Kishimoto T., Sakatani M., Akira M., Yokoyama K., Sera Y.
Cancer du poumon et mésothéliomes dus à l'amiante au Japon
Asbestos-related lung cancer and mesothelioma in Japan [en anglais]
Au Japon, le crocidolite a été utilisé pour les tuyaux en amiante-ciment et l'amosite pour la construction navale; les deux types ont été utilisés pour l'application par pulvérisation. L'emploi de ces deux types d'amiante a été abandonné à la fin des années 70. Une augmentation importante des importations d'amiante a été observée entre 1960 (77.000 tonnes) et 1974 (352.316 tonnes). Cette progression des importations peut être mise en relation avec l'augmentation rapide, récente, de la mortalité par mésothéliome pleural malin. Entre 1995 et 1999, la moyenne annuelle estimée de décès dus au mésothéliome pleural était d'environ 500. Le nombre de réparations accordées par an pour des cancers des voies respiratoires d'origine professionnelle a également augmenté. Jusqu'à la fin mars 2000, 162 cas de mésothéliome malin et 197 cas de cancer du poumon avaient reçu réparation. Au Japon, le taux de tabagisme chez les hommes dépasse toujours les 50%. Aussi, il est probable que l'on continuera à observer des décès par cancer du poumon dus à une interaction entre le tabagisme et l'exposition à l'amiante.
Industrial Health, apr. 2001, vol.39, n°2, p.65-74. Illus. 63 réf.

CIS 02-779 Nicholson W.J.
Cancérogénicité de l'amiante chrysotile - Bilan
The carcinogenicity of chrysotile asbestos - A review [en anglais]
La production mondiale d'amiante a accusé une baisse importante ces dernières années, notamment en Europe et aux Etats-Unis. On a toutefois enregistré une hausse dans les pays d'Asie, où le chrysotile est la principale fibre d'amiante utilisée. Parmi les utilisations importantes, on peut citer les produits en ciment, les cloisons, les produits de friction et les textiles. Une analyse d'études réalisées aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne indique que le chrysotile augmente le risque de cancer du poumon et cause des mésothéliomes chez les travailleurs exposés.
Industrial Health, apr. 2001, vol.39, n°2, p.57-64. Illus. 28 réf.

CIS 02-657 Meijer E., Grobbee D.E., Heederik D.J.J.
Surveillance médicale des affections pulmonaires obstructives chroniques d'origine professionnelle
Health surveillance for occupational chronic obstructive pulmonary disease [en anglais]
Le dépistage d'une affection pulmonaire chez tous les travailleurs présentant une faible prévalence d'affections pulmonaires obstructives chroniques (SOC, syndrome obstructif chronique) entraînerait des coûts impossibles à assumer. La surveillance des groupes à haut risque peut constituer une alternative intéressante. Les données concernant 314 travailleurs exposés à la poussière ont été utilisées pour élaborer un modèle prédictif. Les données d'une étude portant sur 96 travailleurs de l'industrie du caoutchouc ont servi à valider le modèle. Le SOC a été défini comme le rapport entre le volume expiratoire maximal seconde et l'expiration maximale forcée en dehors du 5e pourcentile. Le souffle court, une respiration sifflante, une forte consommation de tabac et des symptômes des voies respiratoires inférieures d'origine professionnelle ont été identifiés comme des facteurs indépendants déterminants d'un SOC. Les travailleurs présentant un SOC peuvent être distingués de ceux qui en sont indemnes sur la base d'un questionnaire médical et portant sur les caractéristiques du travail; les médecins disposent là d'une stratégie aux moindres coûts pour déceler les travailleurs présentant un risque de développer un SOC.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, mai 2001, vol.43, n°5, p.444-450. Illus. 17 réf.

CIS 02-678 Park R.M.
Demandes de réparation et surveillance des maladies professionnelles: analyse des affections respiratoires et cardiaques ainsi que des cancers liés aux travaux d'affûtage dans l'industrie automobile
Medical insurance claims and surveillance for occupational disease: Analysis of respiratory, cardiac, and cancer outcomes in auto industry tool grinding operations [en anglais]
Cette étude porte sur une évaluation des demandes de réparation pour des affections chroniques. Les demandes émanant de huit usines d'assemblage ou d'équipement automobile (déposées entre 1984 et 1993) ont été liées à l'historique professionnel (de 1967 à 1993), et on a cherché, dans une étude cas-témoin, des associations avec les affections respiratoires et cardiaques et les cancers. On s'est principalement concentré sur l'affûtage, mais la transformation des métaux, le soudage, l'estampage, le traitement thermique, les essais de moteurs et d'autres activités ont également été examinées. L'incidence de l'asthme augmentait pour l'affûtage (odds ratio (OR) de 3,0 pour une durée cumulée moyenne), de même que pour les affections cardiaques non ischémiques (OR 3,1). Ces tendances ressortaient de modèles avec des déficits (OR <1,0) pour les personnes qui n'avaient jamais été exposées à l'affûtage, à cause d'une spécification exposition-réponse erronée, d'un facteur de confusion démographique ou du fait que les travailleurs à haut risque étaient exclus du groupe exposé. Les taux de cancer apparents mis en évidence à partir des demandes de réparation étaient très supérieurs aux prévisions faites à partir du registre des cancers, ce qui semble souligner le rôle joué par le diagnostic, l'exclusion des travailleurs à risque et la surveillance.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, avr. 2001, vol.43, n°4, p.335-346. 41 réf.

CIS 02-708 Mustajbegovic J., Zuskin E., Schachter E.N., Kern J., Vrcic-Keglevic M., Vitale K., Ebling Z.
Résultats respiratoires chez les éleveurs de bétail
Respiratory findings in livestock farmworkers [en anglais]
La prévalence des symptômes respiratoires aigus et chroniques ainsi que la fonction pulmonaire ont été examinées chez 236 travailleurs d'exploitations de bétail (169 hommes et 67 femmes). La prévalence des symptômes respiratoires aigus et chroniques a été relevée à l'aide d'un questionnaire. La fonction pulmonaire a été mesurée en enregistrant les courbes du débit expiratoire forcé. On a observé une prévalence élevée de presque tous les symptômes respiratoires chez les éleveurs, les plus importants étant la toux chez les hommes (27,2%) et la dyspnée chez les femmes (28,3%). De l'asthme d'origine professionnelle a été diagnostiqué chez 3,6% des hommes et 1,5% des femmes. Un grand nombre de travailleurs des deux sexes se plaignaient de symptômes d'origine professionnelle, les plus importants étant une toux sèche (52,2%) et l'essoufflement (44,9%). Chez ces travailleurs, les résultats des tests de la fonction pulmonaire indiquaient dans l'ensemble une tendance à une baisse de la fonction pulmonaire. L'analyse révèle des effets significatifs de la durée d'emploi et du tabagisme chez les hommes et de la durée d'emploi chez les femmes.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, juin 2001, vol.43, n°6, p.576-584. 51 réf.

CIS 02-732 Chen Y.H., Wu T.N., Liou S.H.
Troubles obstructifs de la fonction respiratoire chez les travailleurs de fabriques de briques réfractaires taiwanais mis en évidence lors d'une étude de suivi sur 2 ans
Obstructive pulmonary function defects among Taiwanese firebrick workers in a 2-year follow-up study [en anglais]
La fonction pulmonaire de 291 travailleurs de fabriques de briques réfractaires a été comparée à celle de 72 témoins au cours d'un étude de suivi sur 2 ans. Les sujets ont été soumis à différentes épreuves fonctionnelles respiratoires, notamment le volume expiratoire maximal seconde (VEMS), l'expiration maximale forcée (EMF) et le débit expiratoire forcé après expiration de 50% ou 75% de la capacité vitale (DEF50%, DEF70%). La plupart des fonctions de base étaient significativement plus faibles chez les travailleurs des fabriques de brique réfractaire que dans le groupe témoin. La baisse du VMES/EMF et du DEF50% après 2 ans était significativement plus grande chez les travailleurs des fabriques de brique réfractaire que dans le groupe témoin. On a également observé une relation dose-réponse en fonction du poste pour le VEMS, le DEF50% et le DEF70%. La détérioration de la fonction pulmonaire était la plus importante pour les travaux de cuisson, suivis du concassage et du moulage. Les travailleurs des fabriques de brique réfractaire exposés à des poussières contenant de la silice peuvent développer des troubles de la fonction respiratoire.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, nov. 2001, vol.43, n°11, p.969-975. 20 réf.

CIS 02-803 Rice F.L., Park R., Stayner L., Smith R., Gilbert S., Checkoway H.
Exposition à la silice cristalline et mortalité par cancer du poumon chez les travailleurs de l'industrie de la terre à diatomées: évaluation quantitative du risque
Crystalline silica exposure and lung cancer mortality in diatomaceous earth industry workers: A quantitative risk assessment [en anglais]
Les données d'une étude de mortalité portant sur une cohorte de 2342 hommes de race blanche, mineurs ou affectés à la transformation dans l'industrie de la terre à diatomées californienne, exposés à de la poussière de silice cristalline (principalement à de la cristobalite) ont été analysés grâce à différents modèles exposition-réponse. L'exposition à la poussière de silice cristalline respirable était un facteur prédictif significatif dans pratiquement tous les modèles évalués et le modèle de taux relatif linéaire avec un intervalle de 10 ans après exposition semble être en meilleure conformité avec l'analyse de régression de Poisson. Pour les travailleurs décédés d'un cancer du poumon, le modèle de taux relatif linéaire prédisait des taux de mortalité d'environ 1,6 pour une exposition moyenne cumulée à la silice respirable, par rapport à des sujets non exposés. Les résultats indiquent qu'un travailleur exposé pendant 45 ans de vie active à 0,05mg/m3 de poussière de silice respirable contenant de la cristobalite présente un risque accru d'environ 2% de développer un cancer du poumon au cours de sa vie. Les prédictions concernant le nombre de décès par cancer suggèrent que la norme actuellement en vigueur ne protège pas suffisamment les travailleurs du risque de cancer du poumon.
Occupational and Environmental Medicine, janv. 2001, vol.58, n°1, p.38-45. Illus. 43 réf.

CIS 02-234 Oliver L.C., Miracle-McMahill H., Littman A.B., Oakes J.M., Gaita R.R.
Symptômes respiratoires et fonction pulmonaire chez les travailleurs du gros œuvre et de la construction de routes: étude transversale
Respiratory symptoms and lung function in workers in heavy and highway construction: A cross-sectional study [en anglais]
On a examiné les symptômes respiratoires et la fonction pulmonaire chez des travailleurs affectés à la construction de routes et de tunnels. Les données recueillies concernent 389 travailleurs syndiqués: 186 manœuvres, 45 travailleurs affectés à la construction des tunnels (TT) et 158 ingénieurs de chantier (IC). La prévalence de l'asthme était respectivement de 13% et de 11,4% chez les manœuvres et les IC, et la prévalence de bronchite chronique symptomatique de 6,5% et de 1,9%. Les odds ratios (OR) pour l'asthme non diagnostiqué étaient significativement élevés chez les TT comparativement aux IC, et légèrement élevés pour la bronchite chronique. Des corrélations inverses ont été observées entre la durée d'affiliation au syndicat et le risque d'asthme et de bronchite chronique. L'asthme était un facteur prédictif d'un VEMS plus faible. Les TT, les manœuvres et les IC affectés à la construction de routes présentent un risque accru de développer de l'asthme. Les TT semblent aussi présenter un risque accru de bronchite chronique. Les résultats indiquent que les travailleurs symptomatiques quittent d'eux-mêmes leur profession. La fonction pulmonaire était réduite chez les sujets asthmatiques.
American Journal of Industrial Medicine, juil. 2001, vol.40, n°1, p.73-86. Illus. 36 réf.

CIS 02-459 Caretti D.M., Scott W.H., Johnson A.T., Coyne K.M., Koh F.
Capacité au travail chez les travailleurs portant des appareils de protection respiratoire à résistance expiratoire variable
Work performance when breathing through different respirator exhalation resistances [en anglais]
Evaluation de la capacité au travail de travailleurs effectuant des tâches fixes et portant des appareils de protection respiratoire à masque complet modifiés pour offrir une résistance expiratoire variable. Quinze sujets volontaires ont participé à un test d'effort sur tapis roulant à des vitesses et à des niveaux fixes. Le temps de performance montrait une baisse linéaire par rapport à la résistance expiratoire. On constatait aussi une réduction de la consommation moyenne d'oxygène et de la ventilation par minute, ce qui pourrait indiquer que des augmentations de résistance expiratoire peuvent amener à une hypoventilation. L'étude donne à penser que la seule limitation pratique du niveau de la résistance expiratoire est celle due à la baisse de la performance acceptable aux travailleurs.
AIHA Journal, juil.-août 2001, vol.62, n°4, p.411-415. Illus. 15 réf.

CIS 02-264 Booth D.W., Guffey S.E.
Evaluation des méthodes de localisation des obstructions dans les gaines secondaires des systèmes d'aspiration localisée
An evaluation of industrial ventilation branch screening methods for obstructions in working exhaust systems [en anglais]
Les méthodes utilisées pour le repérage des gaines de ventilation bloquées sont de deux types: celles qui comparent les pressions et celles qui comparent le taux des pressions. La première consiste à comparer les pressions statiques relevées à la pression théorique prévue lors de la conception du système ou aux mesurages précédents. La seconde compare le rapport de deux pressions mesurées. Des données ont été recueillies dans 6 systèmes de ventilation industriels. Chacun a été évalué pour y rechercher les obstructions naturelles ou artificielles. La méthode de comparaison des rapports de pression a donné des résultats significativement supérieurs pour détecter les obstructions.
AIHA Journal, juil.-août 2001, vol.62, n°4, p.401-410. Illus. 23 réf.

CIS 02-209 Leino T.
Epidémiologie des affections cutanées et respiratoires chez les coiffeuses
Epidemiology of skin and respiratory diseases among hairdressers [en anglais]
Les résultats de cinq études épidémiologiques portant sur les affections cutanées et respiratoires chez les coiffeuses sont présentés. Les études ont examiné les conditions de travail dans les salons de coiffure, la perception, par les coiffeuses, de leur niveau de santé, la prévalence, l'incidence et le risque de symptômes et d'affections cutanées et respiratoires chez les coiffeuses, ainsi que le risque et les causes d'un abandon de la profession. Les conditions physiques, ainsi que la présence de produits chimiques dans l'air ambiant, ont été mesurées dans 20 salons de coiffure. Les données concernant la santé ont été recueillies à l'aide de questionnaires, d'interviews téléphoniques et d'examens médicaux. On a observé que la qualité de l'air des salons de coiffure est conforme aux critères définis en Finlande. Les pics élevés de concentration de certains produits chimiques rencontrés lors des traitements capillaires peuvent être incommodants ou nocifs et ils devraient être limités grâce à une aspiration localisée, par exemple. Les coiffeuses présentent un risque accru de développer de l'asthme ou une bronchite chronique. La plupart des affections cutanées et respiratoires étaient dues au sulfate d'ammonium.
Finnish Institute of Occupational Health, Publication Office, Topeliuksenkatu 41 a A, 00250 Helsinki, Finlande, 2001. 124p. Illus. 287 réf.

CIS 02-188 Hodgson M.J., Bracker A., Yang C., Storey E., Jarvis B.J., Milton D., Lummus Z., Bernstein D., Cole S.
Pneumopathie d'hypersensibilité dans le travail des métaux
Hypersensitivity pneumonitis in a metal-working environment [en anglais]
Une étude a été menée à la suite d'une épidémie de pneumopathies parmi les travailleurs d'une usine de travail des métaux. Elle comprenait un examen clinique des patients, une enquête transversale par questionnaire dans l'usine où l'épidémie s'était déclarée ainsi que dans deux usines témoins (avec et sans exposition aux fluides de coupe), une enquête d'hygiène industrielle destinée à caractériser la flore microbienne et des recherches immunologiques. Au total, 39 (79,6%) patients ont décrit des symptômes correspondant à une pneumopathie d'origine professionnelle alors que, pour 8 patients, le diagnostic était différent. Seize patients présentaient une pneumopathie d'hypersensibilité confirmée par biopsie. La baisse moyenne du volume expiratoire forcé seconde et de la capacité vitale forcée avant et après le travail était similaire chez les 16 cas de pneumopathie d'hypersensibilité confirmés par biopsie et chez 19 patients symptomatiques non biopsiés. Trois sources d'aérosols à base d'eau contenant une flore microbienne similaire ont été identifiées mais une recherche d'anticorps n'a pas permis de mettre en évidence un organisme spécifique unique. Les taux d'endotoxines étaient semblables dans l'usine incriminée et dans l'usine témoin utilisant des fluides de coupe.
American Journal of Industrial Medicine, juin 2001, vol.39, n°6, p.616-628. 53 réf.

CIS 02-229 Douwes J., McLean D., Slater T., Pearce N.
Asthme et autres symptômes respiratoires chez les travailleurs de scieries néo-zélandaises débitant du pin
Asthma and other respiratory symptoms in New Zealand pine processing sawmill workers [en anglais]
Afin d'étudier les symptômes respiratoires chez les travailleurs de scieries débitant du pin, un questionnaire a été administré à 772 sujets et l'association entre les symptômes et l'intitulé du poste a été examinée. Chez les travailleurs exposés, l'asthme était plus fréquent (18%) que dans la population normale (12,1%, OR ajusté = 1,6). L'asthme était aussi plus fréquent dans le groupe faiblement exposé (15,6%) et les groupes très exposés (groupe très exposé aux poussières de bois vert, 20,4%, et groupe très exposé aux poussières de bois sec, 18,8%) que dans le groupe non exposé (9,2%). Les odds ratios ajustés étaient respectivement de 1,9, de 2,7 et de 2,1. Les odds ratios ajustés pour les symptômes de toux étaient de 2,7 pour le groupe faiblement exposé, de 5,2 pour le groupe très exposé aux poussières de bois vert et de 3,3 pour le groupe très exposé aux poussières de bois sec. La prévalence des irritations des yeux et du nez était significativement plus élevée dans les groupes exposés.
American Journal of Industrial Medicine, juin 2001, vol.39, n°6, p.608-615. 30 réf.

CIS 02-238 Ortega H.G., Daroowalla F., Petsonk E.L., Lewis D., Berardinelli S., Jones W., Kreiss K., Wiessman D.N.
Symptômes respiratoires chez les travailleurs de l'industrie de transformation du crabe en Alaska
Respiratory symptoms among crab processing workers in Alaska: Epidemiological and environmental assessment [en anglais]
Afin d'étudier les symptômes respiratoires et les réponses IgE spécifiques chez les travailleurs de l'industrie de transformation du crabe, 107 travailleurs d'une usine de transformation du crabe ont participé à deux enquêtes, l'une au début, l'autre à la fin de la saison de travail. Ces enquêtes comprenaient des questionnaires standardisés concernant les symptômes, des tests spirométriques et des tests sérologiques, ainsi qu'une détermination des allergènes de crabe dans l'air au poste de travail et une analyse microscopique des particules sous forme d'aérosols. Au cours de la saison, 26% des participants ont développé des symptômes asthmatiformes et 19% des symptômes de bronchite. Seuls 9% des travailleurs ayant présenté pour la première fois des symptômes asthmatiformes avaient développé une sensibilisation au crabe médiée par les IgE à la fin de la saison. L'incidence des symptômes respiratoires était la plus élevée chez les travailleurs affectés au découpage et à l'écaillage. Le développement de symptômes respiratoires chez les travailleurs de l'industrie de transformation du crabe semble être causé à la fois par des facteurs personnels et par des facteurs liés au procédé de transformation du crabe.
American Journal of Industrial Medicine, juin 2001, vol.39, n°6, p.598-607. 20 réf.

CIS 02-313 Redlich C.A., Stowe M.H., Wisnewski A.V., Eisen E.A., Karol M.H., Lemus R., Holm C.T., Chung J.S., Sparer J., Liu Y., Woskie S.R., Appiah-Pippim J., Gore R., Cullen M.R.
Réponses immunitaires et physiologiques subcliniques chez des carrossiers exposés au diisocyanate d'hexaméthylène
Subclinical immunologic and physiologic responses in hexamethylene diisocyanate-exposed auto body shop workers [en anglais]
Les diisocyanates sont des agents de sensibilisation puissants et souvent identifiés comme étant la cause d'un asthme professionnel. Afin de caractériser les effets d'une exposition au diisocyanate d'hexaméthylène (HDI) sur des carrossiers, une étude épidémiologique transversale a été réalisée sur le terrain. Pour cela, on a recueilli les données concernant 75 sujets à l'aide d'un questionnaire et de tests physiologiques. Les cas non manifestes d'asthme dû aux diisocyanates ont été mis en évidence par spirométrie, réaction de provocation à la méthacholine, mesure du débit expiratoire de pointe et sur la base des symptômes. Au total, 30% des travailleurs exposés au HDI présentaient une prolifération lymphocytaire spécifique du HDI et 34% des IgG spécifiques, mais on ne notait aucune association entre les deux. Deux travailleurs présentaient des IgE spécifiques du HDI. Chez les peintres, catégorie la plus exposée aux HDI, une prolifération lymphocytaire spécifique du HDI, une réactivité accrue à la méthacholine, des symptômes d'oppression thoracique et un essoufflement étaient plus fréquents. Les résultats démontrent la présence de réactions immunitaires spécifiques aux HDI dans une proportion importante de travailleurs sains exposés au HDI.
American Journal of Industrial Medicine, juin 2001, vol.39, n°6, p.587-597. Illus. 31 réf.

CIS 02-214 Thaon I., Guillemin M., Gonzalez M., Cantineau A.
Risques toxiques et pathologies professionnelles liés au soudage métallique
Un grand nombre de salariés réalisent des activités de soudage à temps plein ou de manière occasionnelle. Les techniques de soudage employées varient énormément, qu'elles soient automatisées ou manuelles. En fonction des techniques utilisées, des métaux à souder et de leurs revêtements éventuels, la composition des fumées de soudage diffère. Les pathologies respiratoires (asthme, syndrome de Brooks, bronchite chronique obstructive, sidérose) représentent une part importante des pathologies observées. Le rôle des fumées de soudage dans la survenue de cancers broncho-pulmonaires reste controversé, le tabagisme et l'exposition à l'amiante constituant des facteurs de confusion. Dans ce contexte, une prévention efficace s'impose. Ainsi, la prévention technique s'attache, entre autres, au choix des techniques de soudage les moins nocives, au captage des fumées à la source et à la limitation des confinements.
Encyclopédie médico-chirurgicale, Toxicologie-Pathologie professionnelle, 3e trimestre 2001, n°132, 9p. Illus. 59 réf.

CIS 02-371 De Vuyst P., Dumortier P., Thimpont J., Gevenois P.A.
Pathologies respiratoires de l'amiante
Les maladies dues à l'exposition aux fibres d'amiante ne concernent pas seulement les médecins du travail, mais aussi les médecins traitants, généralistes et pneumologues. Les risques ont en effet dépassé le cadre des usines pour s'étendre à des milliers de personnes ayant travaillé avec l'amiante (souvent sans le savoir) ou ayant vécu dans des locaux isolés avec ce matériau. L'amélioration des conditions de travail a provoqué une diminution de l'incidence des fibroses pulmonaires sévères au profit des lésions pleurales moins invalidantes associées à des expositions cumulées moins importantes, mais plus fréquentes. Les personnes atteintes de maladies de l'amiante meurent rarement d'insuffisance respiratoire, mais de complications néoplasiques tardives telles que le mésothéliome ou le cancer bronchique, survenant essentiellement en période post-professionnelle. Les progrès réalisés dans l'imagerie par tomodensitométrie, ainsi que dans les approches de l'exposition par des analyses minéralogiques d'échantillons pulmonaires, ont permis d'améliorer l'approche diagnostique des maladies liées à ces fibres.
Encyclopédie médico-chirurgicale, Toxicologie-Pathologie professionnelle, 1er trimestre 2001, n°130, 11p. Illus. 148 réf.

CIS 02-216 Malo J.L., Gautrin D., Lemière C., Cartier A.
Asthme professionnel avec et sans période de latence
On distingue deux formes d'asthme professionnel (AP): l'AP avec période de latence nécessaire à la sensibilisation, la forme la plus fréquente, et l'AP sans période de latence ou le syndrome d'irritation bronchique (SIB) où, à la suite d'un accident inhalatoire unique ou multiple, le travailleur développe des symptômes asthmatiques avec persistance d'hyperréactivité bronchique. L'investigation clinique de l'AP avec période de latence repose sur un organigramme décisionnel de tests. De tous les facteurs prédisposants, seule l'atopie favorise l'apparition d'AP aux agents de haut poids moléculaire (protéines). L'AP peut causer la persistance de manifestations asthmatiques même après la fin de l'exposition, et ce d'autant plus si les travailleurs ont été exposés trop longtemps et ne sont pas retirés assez rapidement de leur milieu de travail après le début des symptômes. L'utilisation d'agents anti-inflammatoires améliore le pronostic. Le SIB est causé par l'inhalation d'une substance à propriétés irritantes, générée à hautes concentrations. Cette exposition cause des symptômes asthmatiques et une hyperréactivité bronchique persistante.
Encyclopédie médico-chirurgicale, Toxicologie-Pathologie professionnelle, 1er trimestre 2001, n°130, 7p. Illus. 78 réf.

CIS 02-206 Cancers ORL (nez et sinus de la face, larynx) - Comment les repérer, les déclarer, les faire reconnaître, les faire indemniser
Au sommaire de cette brochure sur le système de réparation des cancers de la sphère ORL (du nez, des sinus de la face et du larynx) d'origine professionnelle en France: introduction et généralités sur les cancers d'origine professionnelle; procédures de déclaration; activités professionnelles ayant pu entraîner une exposition à des agents reconnus comme responsables de cancers ORL (poussières de bois, vapeurs ou fumées de certains dérivés du nickel, poussières d'amiante, vapeurs ou brouillards d'acide sulfurique), ainsi que les systèmes de réparation correspondants. Elle reproduit la section de la brochure générale sur le système de réparation des cancers d'origine professionnelle en France (voir CIS 02-201) s'appliquant spécifiquement aux cancers ORL.
Ligue nationale contre le cancer, 14 rue Corvisart, 75013 Paris, France, 2001. 13p.

CIS 02-205 Cancers du poumon - Cancers de la plèvre (mésothéliomes) - Comment les repérer, les déclarer, les faire reconnaître, les faire indemniser
Au sommaire de cette brochure sur le système de réparation des cancers du poumon et des mésothéliomes pleuraux d'origine professionnelle en France: introduction et généralités sur les cancers d'origine professionnelle; procédures de déclaration; activités professionnelles ayant pu entraîner une exposition à des agents reconnus comme responsables de cancers du poumon et de mésothéliomes (amiante, arsenic, bis-chlorométhyl éther, brouillards et vapeurs d'acide sulfurique, dérivés du chrome, goudrons, suies, dérivés du charbon, dérivés du nickel, oxyde de fer, poussières ou gaz radioactifs, silice, poussières de cobalt associées au carbure de tungstène), ainsi que les systèmes de réparation correspondants. Elle reproduit la section de la brochure générale sur le système de réparation des cancers d'origine professionnelle en France (voir CIS 02-201) s'appliquant spécifiquement aux cancers du poumon et aux mésothéliomes pleuraux.
Ligue nationale contre le cancer, 14 rue Corvisart, 75013 Paris, France, 2001. 21p.

CIS 01-837 Sunderman F.W.
Toxicité nasale, cancérogénèse et inhalation des métaux
Nasal toxicity, carcinogenicity, and olfactory uptake of metals [en anglais]
Article de synthèse sur l'impact d'une exposition professionnelle aux poussières ou aux aérosols de métaux, pouvant provoquer une perte d'acuité olfactive, une atrophie des muqueuses nasales, des ulcérations des muqueuses, une perforation de la cloison nasale ou un cancer sino-nasal. Des cas d'anosmie et d'hyposmie ont été observés chez des travailleurs exposés aux poussières contenant du nickel ou du cadmium dans des usines de piles alcalines, d'affinage de nickel ou de l'industrie du cadmium. Les ulcérations de la muqueuse nasale et les perforations de cloison nasale ont été signalées chez des travailleurs exposés au Cr(VI) lors de la production de chrome ou lors du chromage, ou à l'As(III) dans les usines d'arsenic. Les cancers du nez et des sinus ont été observés chez des travailleurs exposés aux composés du nickel dans des usines d'affinage du nickel, de coutellerie et de piles alcalines, ou au Cr(VI) lors de la production de chromates ou lors du chromage. Des mécanismes moléculaires pouvant expliquer la perte d'odorat, basés sur les résultats de diverses recherches effectuées sur l'animal, sont proposés.
Annals of Clinical and Laboratory Science, 2001, vol.31, n°1, p.3-34. 169 réf.

CIS 01-832 Lee P.N.
Relation entre l'exposition à l'amiante couplée au tabagisme et le risque de cancer du poumon
Relation between exposure to asbestos and smoking jointly and the risk of lung cancer [en anglais]
Au total, 23 études épidémiologiques ont été analysées afin de mettre en évidence des preuves d'une relation entre l'effet combiné d'une exposition à l'amiante et du tabagisme et le risque de développer un cancer du poumon. On a comparé le risque de cancer du poumon chez des sujets non exposés à l'amiante et non fumeurs, des sujets uniquement fumeurs ou exposés à l'amiante et des sujets cumulant les deux types d'exposition. Les données fournies par huit études n'étaient pas suffisantes. Dans six études, l'exposition à l'amiante était associée à une augmentation significative du risque chez les non-fumeurs, et dans six autres à une augmentation modérée. Dans deux des trois études n'indiquant aucun risque, l'exposition à l'amiante n'était pas suffisante pour induire une augmentation du risque chez les fumeurs. Dans 30 des 31 séries de données analysées, on a mis en évidence, chez les sujets cumulant les deux types d'exposition, un risque supérieur à celui prévisible selon le modèle additif. L'exposition à l'amiante augmente le risque de cancer du poumon d'un facteur similaire chez les non-fumeurs et les fumeurs.
Occupational and Environmental Medicine, mars 2001, vol.58, n°3, p.145-153. 37 réf.

CIS 01-881 Melbostad E., Eduard W.
Irritation des voies respiratoires et des yeux provoquée par les poussières organiques chez les agriculteurs norvégiens
Organic dust-related respiratory and eye irritation in Norwegian farmers [en anglais]
Une enquête a été menée auprès de 8.482 agriculteurs et leurs conjoints afin d'étudier la relation entre l'exposition aux poussières organiques et les symptômes d'origine professionnelle. Les données concernant les symptômes respiratoires et oculaires liés aux tâches ont été recueillies par voie de questionnaire. L'exposition individuelle aux poussières, aux spores fongiques, aux bactéries, aux endotoxines et à l'ammoniaque lors de l'accomplissement de 12 tâches différentes a été mesurée dans un échantillon de 127 exploitations sélectionnées au hasard. La prévalence des symptômes liés au travail se manifestant "souvent" et "rarement" était respectivement de 31% et de 35%. Les niveaux moyens d'exposition par tâche se situaient entre 0,04 et 2mg de poussière/m3, entre 0,02 x 106 et 2 x 106 spores fongiques/m3, entre 0,2 x 106 et 48 x 106 bactéries/m3, entre 0,5 x 103 et 28 x 103 unités d'endotoxines/m3, et entre 0 et 8 ppm d'ammoniaque. On a observé une corrélation positive entre les niveaux moyens d'exposition par tâche et la prévalence des symptômes spécifiques des tâches pour les poussières totales, les spores et les endotoxines, mais pas pour les bactéries ni pour l'ammoniaque.
American Journal of Industrial Medicine, fév. 2001, vol.39, n°2, p.209-217. Illus. 24 réf.

CIS 01-830 Sanderson W.T., Ward E.M., Steenland K., Petersen M.R.
Etude cas-témoin du cancer du poumon chez les travailleurs du béryllium
Lung cancer case-control study of beryllium workers [en anglais]
Dans cette étude cas-témoin du cancer du poumon chez les travailleurs d'une usine de traitement de béryllium à Reading, Pennsylvanie (Etats-Unis), les cas ont été identifiés par un suivi de la mortalité d'une cohorte de travailleurs de sexe masculin jusqu'en 1992. Chacun des 142 cas a été apparié avec cinq témoins. Les facteurs de confusion potentiels dus au tabagisme ont été pris en compte. Les sujets atteints de cancer du poumon avaient travaillé moins longtemps et subi des expositions cumulatives plus faibles que les témoins, mais avaient été exposés à des niveaux moyens et maximaux plus élevés. Toutefois, en appliquant un délai de latence de 10 ou 20 ans, les valeurs d'exposition étaient supérieures pour les cas. Dans les analyses effectuées en appliquant un délai de latence de 20 ans, les odds ratios étaient sensiblement plus élevés pour les cas fortement exposés que chez les sujets ayant subi l'exposition la plus faible. Des relations positives significatives ont été observées avec les logarithmes des mesures d'exposition. Une incidence de cancer du poumon élevée chez les travailleurs ayant des taux d'exposition au béryllium avec un délai de latence important, ainsi que l'absence d'action de facteurs de confusion résultant des habitudes tabagiques constituent des preuves supplémentaires de la nature cancérogène du béryllium pour le poumon humain.
American Journal of Industrial Medicine, fév. 2001, vol.39, n°2, p.133-144. 37 réf.

CIS 01-777 Reinisch F., Harrison R.J., Cussler S., Athanasoulis M., Balmes J., Blanc P., Cone J.
Rapports médicaux sur l'asthme d'origine professionnelle en Californie, 1993-1996
Physician reports of work-related asthma in California, 1993-1996 [en anglais]
L'asthme d'origine professionnelle a été étudié en Californie sur une période de 36 mois. Les cas ont été identifiés à partir des premiers rapports de médecin (PRM), système de déclaration exigé par la réglementation. Des interviews téléphoniques structurées ont été menées auprès de sujets présentant un asthme déclaré selon les PRM afin de recueillir des données sur les antécédents professionnels et l'exposition ainsi que des informations d'ordre médical. En se basant sur 945 cas d'asthme déclarés, le taux annuel moyen de déclaration était de 25 cas par million de travailleurs. Il semble toutefois que le taux réel soit considérablement plus élevé après correction pour sous-déclaration. Les taux de déclaration les plus élevés ont été observés chez les gardiens d'immeuble et les nettoyeurs (625/million) et chez les pompiers (300/million). La moitié des cas d'asthme d'origine professionnelle étaient associés à des substances non reconnues en tant qu'allergènes. Une proportion plus grande de cas d'asthme d'origine professionnelle dus à des substances irritantes a été mise en évidence dans cette étude que dans celles effectuées antérieurement.
American Journal of Industrial Medicine, janv. 2001, vol.39, n°1, p.72-83. Illus. 28 réf.

2000

CIS 04-73 Lee H.S.
Votre travail et l'asthme
Your job and asthma [en anglais]
Une proportion importante des cas d'asthme chez les adultes peut être provoquée ou aggravée par des facteurs professionnels. L'asthme est l'affection respiratoire d'origine professionnelle la plus répandue à Singapour. Cet article définit l'asthme professionnel, examine les agents causaux courants et traite du diagnostic et du traitement de patients atteints de cette pathologie. Dans la gestion globale du traitement des patients asthmatiques, il est important d'identifier les facteurs causaux ou aggravants, et de prodiguer des conseils sur la manière d'éviter une exposition à ces facteurs. Lors de cas d'asthme où l'on soupçonne des causes professionnelles, on devrait effectuer des recherches afin de confirmer le diagnostic et soustraire les patients, dans la mesure du possible, à toute poursuite de l'exposition aux facteurs causaux ou aggravants. Le diagnostic précoce ainsi que la cessation de l'exposition sont susceptibles d'améliorer le pronostic.
Singapore Family Physician, janv.-mars 2000, vol.26, n°1, p.24-28. Illus. 9 réf.

CIS 03-1195 Ferreras de la Fuente A., Antolín García M.T., García Arroyo M.I.
Guide pour la détermination de l'incapacité de travail liée aux affections pulmonaires
Guía para la determinación de la incapacidad laboral en las enfermedades pulmonares [en espagnol]
Ce guide vise à aider les professionnels à évaluer l'incapacité de travail liée aux principales pathologies pulmonaires chroniques. Au sommaire: définitions de l'incapacité; anatomie et physiologie de l'appareil respiratoire; techniques de diagnostic; affections obstructives des voies aériennes; affections pulmonaires interstitielles; syndrome d'apnée obstructive du sommeil; pathologies respiratoires dues à une altération de la ventilation (hypoventilation); tumeurs bronchopulmonaires et pleurales; affections respiratoires professionnelles (asthme, pneumonie d'hypersensibilité, pneumoconiose, silicose, pneumoconiose du charbon, asbestose, talcose, sidérose, bérylliose); hypertension pulmonaire; classification internationale des maladies (codes CIM-9-CM). En annexe: tableaux résumant les critères d'incapacité pour les principales affections respiratoires et les critères pour la détermination du degré d'incapacité.
Instituto Nacional de Medicina y Seguridad del Trabajo, Madrid, Espagne, 2000. viii, 247p. Illus. Réf.bibl. Index.

CIS 03-300 Browne K., Gee B.L.
Exposition à l'amiante et cancer du larynx
Asbestos exposure and laryngeal cancer [en anglais]
Les résultats d'études portant sur des travailleurs exposés à l'amiante ont été analysés. Ces études comprenaient des informations sur les affections du larynx et sur le cancer du larynx ainsi que des données épidémiologiques ou expérimentales indiquant l'existence de liens avec certaines expositions. Les facteurs de confusion (consommation d'alcool et tabagisme par ex.) rendent difficile la mise en cause de l'amiante ou d'autres facteurs d'exposition professionnelle. La consommation d'alcool et le tabagisme sont responsables d'augmentations importantes du risque relatif de cancer du larynx, tant indépendamment que de manière synergique. Or, peu d'études fournissent des informations détaillées concernant l'une ou l'autre de ces habitudes. Sur 24 études prospectives pour lesquelles on disposait de rapports comparatifs de mortalité, l'excès de risque n'était évident que dans un cas. Sur 17 études rétrospectives, un excès de risque n'a été observé que dans deux cas. Les études sur l'animal, les études de l'association avec les plaques pleurales et les observations faites lors d'autopsies étaient soit négatives, soit non concluantes. La preuve d'une augmentation du risque de cancer du larynx consécutive à une exposition à l'amiante n'a donc pas pu être apportée.
Annals of Occupational Hygiene, juin 2000, vol.44, n°4, p.239-250. 101 réf.

CIS 03-296 Cocco P., Rice C.H., Chen J.Q., McCawley M., McLaughlin J.K., Dosemeci M.
Pathologies respiratoires non malignes et cancer du poumon chez des travailleurs chinois exposés à la silice
Non-malignant respiratory diseases and lung cancer among Chinese workers exposed to silica [en anglais]
Afin d'examiner l'association entre maladies respiratoires non malignes et risque de cancer du poumon chez les travailleurs exposés à la silice dans des secteurs d'activité à fort empoussièrement, on a analysé les données d'une étude cas-témoin hiérarchique portant sur 29 lieux de travail en Chine. La population étudiée comprenait 316 cas de cancer du poumon et 1356 témoins appariés par type d'usine et décennie de naissance. Le tabagisme était le principal facteur de risque, tant pour le cancer du poumon que pour la bronchite chronique. Une faible association non influencée par des antécédents de tuberculose pulmonaire a été observée entre le risque de cancer du poumon, la silicose et l'exposition cumulée à la silice. Chez les sujets sans antécédents de bronchite chronique ou d'asthme, le risque de cancer du poumon était associé à la silicose (odds ratio (OR) 1,6). Chez les sujets avec antécédents de bronchite chronique ou d'asthme, le risque de cancer du poumon n'était associé ni à la silicose (bronchite chronique, OR 0,6; asthme, OR 0,4), ni à l'exposition à la silice.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, juin 2000, vol.42, n°6, p.639-644. 19 réf.

CIS 03-183 Caccappolo E., Kipen H., Kelly-McNeil K., Knasko S., Hamer R.M., Natelson B., Fiedler N.
Perception olfactive: hypersensibilité aux produits chimiques, fatigue chronique et asthme
Odor perception: Multiple chemical sensitivities, chronic fatigue and asthma [en anglais]
Les patients ayant une polysensibilité aux substances chimiques (PSC) présentent souvent une hypersensibilité élevée aux odeurs. Les seuils de détection olfactive à l'alcool phényléthylique (APE) et à la pyridine (PYR) ont été déterminés chez 33 sujets atteints de PSC, 13 sujets souffrant du syndrome de fatigue chronique, 16 sujets asthmatiques et 27 témoins en bonne santé. On a également évalué leur capacité à reconnaître les odeurs (basée sur les résultats du test d'identification des odeurs de l'Université de Pennsylvanie) et à les classer dans quatre essais avec des concentrations d'APE et de PYR supra-liminaires. Les seuils de détection de l'APE et de la PYR et la capacité à reconnaître les odeurs étaient équivalentes pour tous les groupes; toutefois, lors de l'exposition à des concentrations d'APE supra-liminaires, les sujets présentant une PSC ont déclaré plus de symptômes trigéminaux et donné à la substance une note esthétique inférieure. Aucune différence dans les réponses aux concentrations supra-liminaires de PYR n'a été observée.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, juin 2000, vol.42, n°6, p.629-638. Illus. 28 réf.

CIS 03-310 Wang X.R., Christiani D.C.
Symptômes respiratoires et bilan fonctionnel chez des travailleurs exposés à la silice, à l'amiante et aux poussières de charbon
Respiratory symptoms and functional status in workers exposed to silica, asbestos and coal mine dusts [en anglais]
Cette étude a abordé trois problèmes: les différences au niveau des troubles et des symptômes respiratoires chez les travailleurs exposés à la silice, à l'amiante et aux poussières de charbon; la relation entre les troubles fonctionnels pulmonaires ou les symptômes respiratoires et les anomalies radiographiques dues à l'exposition aux poussières; la contribution relative du tabagisme aux troubles fonctionnels pulmonaires et aux symptômes respiratoires chez ces travailleurs. Chez les travailleurs atteints de pneumoconiose, on a observé une baisse significative de la fonction pulmonaire et une prévalence plus élevée de dyspnée et de toux chronique, indépendamment du type de poussière. Les travailleurs atteints de silicose de stade II et III présentaient une fonction pulmonaire réduite et plus de symptômes que ceux atteints de pneumoconiose du houilleur ou d'asbestose de stade équivalent. La baisse de la capacité de diffusion pulmonaire du monoxyde de carbone par la méthode de l'apnée (DLCO) et l'incidence des symptômes respiratoires étaient associées au stade d'évolution de la silicose, de l'asbestose et de la pneumoconiose du houilleur. Malgré les différences de degré et de type d'exposition aux poussières fibrogènes, les atteintes respiratoires étaient associées, chez tous les travailleurs, à la progression de la fibrose du parenchyme et au tabagisme.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, nov. 2000, vol.42, n°11, p.1076-1084. Illus. 34 réf.

CIS 03-312 Sobaszek A., Boulenguez C., Frimat P., Robin H., Haguenoer J.M., Edme J.L.
Effets respiratoires aigus dus à l'exposition aux fumées lors du soudage d'acier inoxydable et d'acier doux
Acute respiratory effects of exposure to stainless steel and mild steel welding fumes [en anglais]
Dans cette étude, on a examiné les effets respiratoires aigus des fumées de soudage sur le lieu de travail en mesurant les modifications au cours de la journée de travail d'un groupe de 144 soudeurs d'acier inoxydable (AI) et d'acier doux (AD), et de 223 témoins. Les tests de fonction pulmonaire ont été réalisés au début et en fin de poste. On a mis en évidence une diminution significative du débit expiratoire forcé (DEF) et du volume expiratoire maximal seconde (VEM1) chez les travailleurs AI. Par ailleurs, la baisse du DEF et du VEM1 était plus manifeste pour le procédé de soudage métallique manuel à l'arc que pour les techniques de gaz inertes. On a aussi observé que, pour le soudage AI, les années d'exposition avaient un effet sur les variations de la fonction pulmonaire au cours du poste. Les soudeurs AI ayant plus de 20 ans d'activité présentaient une baisse plus significative au cours du poste que les soudeurs AD ayant subi des expositions de durée similaire.
Journal of Occupational and Environmental Medicine, sept. 2000, vol.42, n°9, p.923-931. 36 réf.

CIS 02-1772
Gruppo di lavoro per la sorveglianza del mesotelioma in Romagna
Analyse de l'exposition professionnelle à l'amiante chez les personnes souffrant de mésothéliome en Romagne (1986-1998)
Analisi dell'esposizione professionale ad asbesto dei casi di mesotelioma registrati in Romagna - 1986-1998 [en italien]
Sur les 125 cas de mésothéliome de la plèvre, du péritoine et du péricarde recensés dans la région de Romagne (Italie) entre 1986 et 1998, on a pu obtenir des informations suffisantes pour 122 des sujets ayant une exposition professionnelle à l'amiante. Le taux homme/femme était de 81/41, l'âge médian de 68 ans. La maladie siégeait dans 96 des cas dans les poumons. Aucun effet indépendant n'a été mis en évidence pour les facteurs suivants: période d'exposition, résidence, type de diagnostic, liens familiaux ou habitudes tabagiques. L'exposition professionnelle a eu lieu dans 22 types de lieu de travail.
Medicina del lavoro, nov.-déc. 2000, vol.91, n°6, p.575-586. 44 réf.

CIS 02-1648 Ascoli V., Fantini F., Carnovale-Scalzo C., Blasetti F., Bruno C., Di Domenicantonio R., Lo Presti E., Pasetto R., Nardi F., Comba P.
Mésothéliome malin dans la zone industrielle de Colleferro
Mesotelioma maligno nel comprensorio industriale di Colleferro [en italien]
La présence de mésothéliome malin pleural et péritonéal a fait l'objet d'une étude chez les travailleurs d'une grande entreprise de l'industrie chimique près de Rome. Cette entreprise produit des substances chimiques organiques, des mélanges d'acides, des insecticides et des explosifs. Elle participe également à la fabrication d'équipements ferroviaires. Par le passé, on y utilisait beaucoup l'amiante. Un dépouillement des dossiers hospitaliers a mis en évidence 18 cas de mésothéliome malin chez les travailleurs de cette usine et les habitants de la ville (rapport pleural/péritonéal: 2,75:1). Dans le périmètre de cette usine, l'incidence (par 100.000) du mésothéliome confirmé s'élève à 10,1 chez les hommes et 4,1 chez les femmes, ce qui correspond aux taux les plus élevés de toute l'Italie. Outre la confirmation du risque du mésothéliome chez les travailleurs du secteur de la fabrication des véhicules ferroviaires et de l'entretien des tubes isolés à l'amiante, cette étude met en évidence une agrégation de cas de mésothéliome malin chez les travailleurs de la fabrication d'explosifs.
Medicina del lavoro, nov.-déc. 2000, vol.91, n°6, p.547-564. 32 réf.

CIS 02-1813 Demers P.A., Teschke K., Davies H.W., Kennedy S.M., Leung V.
Exposition aux poussières, aux acides de résine et aux monoterpènes dans des scieries de conifères
Exposure to dust, resin acids, and monoterpenes in softwood lumber mills [en anglais]
L'objectif de cette étude était d'évaluer l'exposition à des facteurs présentant un risque potentiel d'affections respiratoires dans une grande scierie traitant l'épicéa, le pin et le sapin. Des échantillons de particules inhalables ont été prélevés sur l'individu et analysés en vue de déterminer leur teneur en poussières et en acides de résine (acide abiétique et acide pimarique). Des dosimètres passifs ont été utilisés pour mesurer l'exposition à l'α-pinène, au β-pinene et au Δ3-carène, ainsi qu'à d'autres composés volatils du bois non identifiés, soupçonnés d'être des monoterpènes. La concentration moyenne en particules inhalables était de 1,0µ/m3, alors que les valeurs correspondantes pour l'acide abiétique, l'acide pimarique et les poussières de bois étaient respectivement de 7,2µg/m3, 0,6µg/m3 et 0,5mg/m3. Les valeurs moyennes des monoterpènes étaient de 0,1mg/m3 pour l'α-pinène, de 0,3mg/m3 pour le β-pinène, de 0,1mg/m3 pour le Δ3-carène et de 0,5mg/m3 pour les composés volatils du bois non identifiés. L'exposition aux monoterpènes mise en évidence était très inférieure aux valeurs observées dans d'autres études réalisées en Suède et en Finlande. Ces résultats soulignent l'importance de tenir compte des particules en suspension dans l'air des scieries, ainsi que de l'exposition éventuelle à des substances chimiques contenues dans le bois.
AIHA Journal, juil.-août 2000, vol.61, n°4, p.521-528. Illus. 40 réf.

CIS 02-1247 Moulin J.J., Clavel T., Roy D., Dananché B., Marquis N., Févotte J., Fontana J.M.
Risques de cancers bronchopulmonaires dans une usine sidérurgique produisant des aciers inoxydables et des aciers alliés
Une étude de mortalité portant sur une cohorte de salariés de l'industrie de l'acier inoxydable ou d'aciers alliés entre 1968 et 1992 a été menée en France, ainsi qu'une étude cas-témoins conduite dans la cohorte. Les risques relatifs étaient exprimés par les rapports comparatifs de mortalité (SMR). Les odds ratios (OR) ont été estimés par la méthode de régression logistique conditionnelle. La cohorte était constituée de 4288 hommes et 609 femmes. La mortalité observée, toutes causes confondues, était significativement inférieure à la mortalité attendue (649 décès, SMR = 0,91). Le SMR concernant la mortalité par cancers bronchopulmonaires n'était pas significativement différent de l'unité (54 décès, SMR = 1,19). L'étude cas-témoins a porté sur 54 cas et 162 témoins appariés individuellement. Aucun excès de cancers bronchopulmonaires n'a été observé pour le fer (OR = 0,94), le chrome et/ou nickel (OR = 1,18), le cobalt (OR = 0,64), les brouillards d'acides (OR = 0,43) et l'amiante (OR = 1,00). En revanche, on a observé des excès statistiquement significatifs de cancers bronchopulmonaires pour les hydrocarbures polycycliques aromatiques (HAP) et la silice, souvent présents conjointement sur les lieux de travail, avec des OR respectivement de 1,95 et 2,47.
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail, 3e trimestre 2000, n°180, p.49-59. 49 réf.

CIS 02-1238 Alkhuja S., Miller A., Mastellone A.J., Markowitz S.
Mésothéliomes pleuraux malins se manifestant sous la forme de pneumothorax spontanés: présentation d'une série de cas et discussion
Malignant pleural mesothelioma presenting as spontaneous pneumothorax: A case series and review [en anglais]
On pense que les mésothéliomes pleuraux malins (MPM) se développent à partir des cellules mésothéliales qui tapissent les cavités pleurales. Au début, la plupart des patients ressentent des douleurs thoraciques insidieuses ou ont le souffle court, et les cas de manifestation sous forme de pneumothorax spontané sont rares. Les cas de quatre patients présentant ce type de manifestation sont décrits. Trois de ces patients ont été directement ou indirectement exposés à l'amiante dans les chantiers navals au cours de la seconde guerre mondiale; le quatrième cas, est celui de l'épouse d'un travailleur de l'isolation. Pour deux des cas, le diagnostic de MPM n'a pas pu être établi au cours de l'examen histologique réalisé lors de la première thoracotomie; ces patients sont restés asymptomatiques respectivement durant 12 et 22 mois. Le pneumothorax spontané n'a été la cause du décès chez aucun des cas décrits. Etant donné que de nombreuses personnes ont été exposées à l'amiante au cours de la seconde guerre mondiale et dans les années qui ont suivi, l'apparition d'un pneumothorax spontané chez un patient ayant pu subir une telle exposition devrait susciter une suspicion de mésothéliome pleural malin.
American Journal of Industrial Medicine, août 2000, vol.38, n°2, p.219-223. Illus. 29 réf.

CIS 02-1343 van Kampen V., Merget R., Baur X.
Agents de sensibilisation des voies respiratoires d'origine professionnelle: revue bibliographique
Occupational airway sensitizers: A review on the respective literature [en anglais]
Dans cette bibliographique consacrée à l'asthme allergique d'origine professionnelle, les publications ont été sélectionnées selon des critères prenant en compte la conception des études et les méthodes de diagnostic. Environ 300 publications ont été passées en revue, comprenant à la fois des études épidémiologiques et des descriptions de cas individuels. Des directives techniques concernant les substances dangereuses sont appliquées dans plusieurs pays, et sont constamment mises à jour; l'Union européenne a notamment défini un code qui s'applique à plusieurs substances rencontrées dans le cadre de l'activité professionnelle, le R 42 ("peut entraîner une sensibilisation par inhalation"). Parmi les substances pouvant induire un asthme d'origine professionnelle les plus fréquemment rencontrées, on trouve les poussières de farines de céréales, les enzymes, le latex de caoutchouc naturel, les animaux de laboratoire ainsi que des produits de faible poids moléculaire tels que les isocyanates et les anhydrides d'acide. Un tableau présentant les valeurs-seuils, les consignes d'étiquetage R 42 ainsi qu'un résumé des données cliniques de 250 substances sensibilisantes pour les voies respiratoires est inclus.
American Journal of Industrial Medicine, août 2000, vol.38, n°2, p.164-218. 292 réf.

CIS 02-1237 Henneberger P.K., Metayer C., Layne L.A., Althouse R.
Inhalations non mortelles d'origine professionnelle: données provenant des services d'urgence des hôpitaux
Nonfatal work-related inhalations: Surveillance data from hospital emergency departments, 1995-1996 [en anglais]
Le système national électronique de surveillance des lésions (NEISS), basé sur les données des services d'urgence des hôpitaux, a été utilisé pour évaluer le nombre d'accidents et d'affections non mortels d'origine professionnelle consécutifs à une inhalation survenus entre juillet 1995 et juin 1996. On a recensé environ 44.423 cas à travers le pays, avec une fréquence annuelle de 3,6 cas/104 travailleurs/an. Chez les hommes, le taux était plus élevé (4,4 cas/104) que chez les femmes (2,6 cas/104), avec une tendance à la diminution en fonction de l'âge. On estime à 4,6% les cas ayant nécessité une hospitalisation pour traitement ultérieur. Le taux le plus élevé était observé dans la fonction publique (comprenant les services de police et du feu). Exclusion faite des pompiers, on estime à 6.470 le nombre de cas sur le plan national où on a observé des symptômes ou des atteintes respiratoires, soit un taux annuel de 0,5 cas/104. Les composés du chlore étaient fréquemment à l'origine des cas présentant une issue respiratoire grave. On en conclut que les données du NEISS constituent un outil efficace pour évaluer la fréquence des accidents et des affections liés à une inhalation de substances nocives en milieu de travail.
American Journal of Industrial Medicine, août 2000, vol.38, n°2, p.140-148. 36 réf.

CIS 02-1236 Gibb H.J., Lees P.S.J., Pinsky P.F., Rooney B.C.
Cancer du poumon chez les travailleurs de la production de dérivés chimiques du chrome
Lung cancer among workers in chromium chemical production [en anglais]
Afin d'évaluer le risque de cancer du poumon chez les travailleurs de la production de chromates, une cohorte de 2357 travailleurs embauchés entre 1950 et 1974 dans une usine produisant des chromates a été identifiée. L'anamnèse professionnelle des membres de la cohorte a été établie depuis leur embauche jusqu'en 1985, année de fermeture de l'usine. Le statut vital des travailleurs a été suivi jusqu'en 1992. Des estimations de l'exposition annuelle moyenne, basées sur les mesures d'exposition historiques, ont été faites pour chaque type de travail pour les années 1950 à 1985. Ces estimations ont été utilisées pour calculer l'exposition cumulée au chrome hexavalent de chaque sujet. Après la fermeture de l'usine, des échantillons de poussière ont été prélevés, analysés et utilisés pour estimer l'exposition cumulée au chrome de chaque membre de la cohorte. Les résultats montrent que l'exposition au chrome hexavalent est associée à un risque accru de cancer du poumon, ce qui n'est pas le cas pour le chrome trivalent. Le tabagisme ne constitue pas un facteur de confusion de l'excès de risque de cancer du poumon associé à l'exposition cumulée au chrome hexavalent.
American Journal of Industrial Medicine, août 2000, vol.38, n°2, p.115-126. Illus. 24 réf.

CIS 02-1157 Pneumopathies d'origine professionnelle
Occupational lung diseases [en anglais]
Au sommaire de cette notice d'information sur les pneumopathies d'origine professionnelle: maladies professionnelles dues à l'amiante (asbestose, cancer du poumon, mésothéliome malin); silicose; pneumonie chimique; silicose; pneumoconiose des métaux durs; byssinose; mesures de prévention (substitution de l'amiante, mesures de prévention technique, protection individuelle); législation en vigueur à Singapour.
Ministry of Manpower, Occupational Health Department, 18 Havelock Road #05-01, Singapore 059764, République de Singapour, [c2000]. 8p. Illus.

CIS 02-1450 Hole A.M., Draper A., Jolliffe G., Cullinan P., Jones M., Taylor A.J.N.
Asthme d'origine professionnelle dû à une amylase bactérienne utilisée dans l'industrie des détergents
Occupational asthma caused by bacillary amylase used in the detergent industry [en anglais]
Quatre cas d'asthme professionnel dus à l'exposition à une enzyme (amylase), utilisée dans les détergents. Les quatre victimes (de sexe masculin) travaillaient dans la même usine et présentaient des symptômes qui régressaient au cours des périodes sans exposition aux enzymes. Les quatre sujets ont été soumis à des séries de tests d'allergie et des tests de provocation bronchiques spécifiques. Tous ont développé de l'asthme bien qu'ayant toujours travaillé avec des enzymes encapsulées dans les poudres de détergent.
Occupational and Environmental Medicine, déc. 2000, vol.57, n°12, p.840-842. Illus. 7 réf.

CIS 02-1327 De Zotti R., Muran A., Zambon F.
Deux cas d'asthme d'origine para-professionnelle dû au diisocyanate de toluylène
Two cases of paraoccupational asthma due to toluene diisocyanate (TDI) [en anglais]
Rapport de 2 cas d'asthme d'origine para-professionnelle dû à une exposition au diisocyanate de toluylène (TDI). Le premier patient était un ouvrier du secteur du travail des métaux qui avait travaillé occasionnellement dans une usine de polyuréthanes de la région. Un test d'inhalation spécifique (SIC) a confirmé le diagnostic d'asthme dû au TDI. L'autre cas était celui d'une femme qui travaillait à temps partiel dans les bureaux d'une usine de vernissage de chaises en bois, où le TDI faisait partie des produits utilisés. Un test d'inhalation a de nouveau confirmé le diagnostic d'un asthme dû au TDI, même si le travail de la patiente au moment du test ne comportait pas de risque d'exposition à cette substance. Il est conseillé d'effectuer d'autres études sur le risque d'asthme dans la population générale vivant dans le voisinage d'usines de polyuréthanes ou de celles mettant en œuvre du TDI.
Occupational and Environmental Medicine, déc. 2000, vol.57, n°12, p.837-839. Illus. 9 réf.

CIS 02-1326 Meredith S.K., Bugler J., Clark R.L.
Exposition aux isocyanates et asthme d'origine professionnelle: étude cas-témoin
Isocyanate exposure and occupational asthma: A case-referent study [en anglais]
Etude cas-témoin de 34 travailleurs de 2 entreprises britanniques dans l'industrie manufacturière. L'asthme était plutôt dû, dans une des usines à l'exposition au diisocyanate de toluylène, dans l'autre au diisocyanate de 4,4'- diphénylméthane. Aucune différence dans les expositions maximales entre les cas et les témoins n'a été mise en évidence dans les 2 usines. Cependant, les expositions moyennes pondérées dans le temps (TWA) étaient plus élevées chez les cas au cours de la période du début de l'asthme que chez les témoins. Il ressort de cette étude qu'un asthme peut se développer même en présence d'une exposition à de faibles niveaux d'isocyanates; en tout état de cause, plus l'exposition est élevée plus le risque d'asthme est important. Autres facteurs pouvant accroître le risque d'un asthme dû aux isocyanates: le tabagisme et l'atopie.
Occupational and Environmental Medicine, déc. 2000, vol.57, n°12, p.830-836. 25 réf.

CIS 02-1233 McDonald J.C., Keynes H.L., Meredith S.K.
Incidence déclarée de l'asthme d'origine professionnelle au Royaume-Uni, 1989-97
Reported incidence of occupational asthma in the United Kingdom, 1989-97 [en anglais]
Rapport sur les données recueillies pendant neuf années du projet sur la surveillance des maladies respiratoires d'origine professionnelle ou péri-professionnelle. Les données proviennent des déclarations des médecins spécialistes des maladies thoraciques et des médecin du travail soumises entre 1989-1997. On a estimé que 25.674 nouveaux cas de maladies respiratoires d'origine professionnelle ont été identifiées au cours de cette période au Royaume-Uni, dont 7.387 cas d'asthme. Un tiers des cas soupçonnés d'asthme étaient d'origine organique, un tiers d'origine chimique, 6% étaient dus à une exposition aux métaux et le reste avaient une cause différente ou inconnue. En général, les hommes étaient plus susceptibles que les femmes. Les catégories professionnelles les moins touchées étaient les cadres, les employés de bureau et les travailleurs du secteur des services. Les catégories les plus touchées étaient les peintres des véhicules et les peintres au pistolet. En conclusion, il semble certain qu'il existe un plus grand nombre de cas d'asthme d'origine professionnelle qui ne sont pas vus par les médecins spécialistes; même les estimations présentées ici devraient être considérées comme des sous-estimations.
Occupational and Environmental Medicine, déc. 2000, vol.57, n°12, p.823-829. Illus. 24 réf.

CIS 02-719 Wild P., Perdrix A., Romazini S., Moulin J.J., Pellet F.
Mortalité par cancer du poumon dans un site de production de métaux durs
Lung cancer mortality in a site producing hard metals [en anglais]
Le but de cette étude était d'examiner la mortalité par cancer pulmonaire dû à l'exposition aux poussières de métaux durs dans un site industriel produisant des métaux durs, pseudo-alliages de cobalt et de carbure de tungstène, et d'autres produits métallurgiques dont beaucoup contiennent du cobalt. Une étude rétrospective de cohorte a été menée chez tous les sujets qui avaient travaillé pendant au moins 3 mois sur le site depuis son ouverture à la fin des années 1940. Une histoire professionnelle complète a pu être obtenue pour 95% des sujets. La cohorte a été suivie de janvier 1968 à décembre 1992. L'exposition a été évaluée à l'aide d'une matrice emplois-exposition (MEE) caractérisant l'exposition aux poussières de métaux durs de 1 à 9, et d'autres expositions pouvant être cancérogènes comme présentes ou absentes. Des informations sur le tabagisme ont été obtenues par interview d'anciens travailleurs. En conclusion, un excès de mortalité par cancer du poumon a été observé chez les travailleurs de la production de métaux durs qui ne peut pas être attribué au tabagisme seul. Cet excès est relevé particulièrement chez les sujets exposés aux poussières de métaux durs non frittés.
Occupational and Environmental Medicine, août 2000, vol.57, n°8, p.568-573. 15 réf.

CIS 02-374 Rosenberg N.
Asthme professionnel dû aux désinfectants employés en milieu hospitalier
Au sommaire de cette fiche d'allergologie pneumologie professionnelle sur les désinfectants utilisés en milieu hospitalier: physiopathologie; prévalence; diagnostic en milieu de travail; confirmation diagnostique en milieu spécialisé; évolution; prévention; réparation des maladies professionnelles.
Documents pour le médecin du travail, 4e trimestre 2000, n°84, p.435-443. 50 réf.

CIS 02-180 Benhamou S., Demenais F., Dupret J.M., Haguenoer J.M., Leszkowicz A., Stucker I.
Susceptibilités génétiques et expositions professionnelles
Cette étude bibliographique du rôle des susceptibilités génétiques dans les maladies dues à des expositions d'origine professionnelle, notamment l'asthme et les cancers, s'appuie sur les données scientifiques disponibles au premier semestre 2000. Environ 300 articles ont été étudiés. Au sommaire: enzymes du métabolisme des cancérogènes chimiques et leurs polymorphismes génétiques; métabolisme des principaux cancérogènes chimiques; polymorphismes des enzymes des xénobiotiques et cancers liés au tabac; interactions gènes-environnement dans les cancers professionnels; facteurs de susceptibilité dans l'asthme.
Documents pour le médecin du travail, 3e trimestre 2000, n°83, p.249-258. Illus.

CIS 02-179 Bohadana A.B., Massin N., Wild P., Toamain J.P., Engel S., Goutet P.
Symptômes respiratoires, réactivité bronchique et exposition professionnelle aux poussières de chêne et de hêtre
L'objectif de cette étude est de rechercher la relation entre, d'une part les niveaux d'exposition cumulée aux poussières de bois, et, d'autre part les symptômes respiratoires et la survenue d'une hyperréactivité bronchique (HRB) chez les personnes travaillant le chêne et le hêtre. 114 hommes travaillant à la fabrication de meubles, exposés aux poussières de bois ont été retenus pour participer à l'étude, de même que 14 témoins non exposés et 200 "témoins historiques" pour lesquels les données d'études antérieures étaient disponibles. Les concentrations de poussières dans l'air ont été mesurées par prélèvement individuel. Les fonctions respiratoires et la réactivité bronchique ont été testées, et les données d'anamnèse ont été recueillies par questionnaire. Les résultats montrent que les niveaux d'exposition sont généralement élevés, dépassant de beaucoup la valeur limite de moyenne d'exposition de 1mg/m3 adoptée en France et proposée par l'ACGIH. Chez les sujets exposés aux poussières de chêne et de hêtre, la prévalence d'irritation laryngée et de HRB à la métacholine augmente significativement avec le niveau d'exposition cumulée.
Documents pour le médecin du travail, 3e trimestre 2000, n°83, p.241-248. 33 réf.

CIS 02-403 Wiethege T., Wesch H., Müller K.M.
Le radon - un sujet rayonnant: données et faits présentés par le pathologiste
Radon - ein strahlendes Thema: Daten und Fakten des Pathologen [en allemand]
L'objectif de cette étude était d'évaluer le risque de développement de tumeurs induites par des sources de rayonnements naturels tels que le radon. Les résultats préliminaires obtenus à partir des autopsies de 17.466 mineurs d'uranium de l'ex-RDA révèlent une augmentation significative de la mortalité par cancer du poumon par rapport à la population normale. Chez les mineurs décédés entre 1957 et 1965, on a observé un taux élevé de décès dus à des carcinomes à petites cellules; ce taux diminuait toutefois régulièrement de 1965 à 1990. Des concentrations élevées d'uranium, de silice et d'arsenic ont été mises en évidence dans le tissu pulmonaire. Les données relatives à l'exposition individuelle n'étant pas encore disponibles, l'évaluation de la relation entre l'exposition au radon et la mortalité par cancer du poumon sera présentée dans le rapport final.
Atemwegs- und Lungenkrankheiten, déc. 2000, vol.26, n°12, p.617-624. Illus. 20 réf.

CIS 02-296 Laforest L., Luce D., Goldberg P., Bégin D., Guérin M., Demers P.A., Brugère J., Leclerc A.
Cancers du larynx et de l'hypopharynx et exposition professionnelle au formaldéhyde et à diverses poussières: une étude cas-témoin menée en France
Laryngeal and hypopharyngeal cancers and occupational exposure to formaldehyde and various dusts: A case-control study in France [en anglais]
Une étude cas-témoin portant sur 201 cas présentant un cancer de l'hypopharynx, 296 cas présentant un cancer du larynx et 296 témoins (patients avec d'autres sites de tumeurs) a été menée afin de mettre en évidence d'éventuelles associations entre une exposition professionnelle et des carcinomes de la muqueuse du larynx et de l'hypopharynx. Des informations détaillées concernant le tabagisme, la consommation d'alcool et l'anamnèse professionnelle ont été recueillies. L'exposition au formaldéhyde et aux poussières (cuir, bois, farine, charbon, silice et textiles) a été évaluée à l'aide d'une matrice profession-exposition. Le cancer de l'hypopharynx était associé à une exposition aux poussières de charbon (odds ratio (OR) 2,31), avec une augmentation significative du risque en fonction de la probabilité et du niveau d'exposition. L'exposition aux poussières de charbon était également associée à un risque accru de cancer du larynx (OR 1,67). On a observé une corrélation significative, mais limitée au cancer de l'hypopharynx, avec la probabilité d'une exposition au formaldéhyde, et un risque quatre fois plus grand pour la catégorie la plus élevée (OR 3,78).
Occupational and Environmental Medicine, nov. 2000, vol.57, n°11, p.767-773. 51 réf.

< précédent | 1... 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 ...60 | suivant >