Défis et opportunités pour la Déclaration au Niger

En 2000, avec l’appui financier du PNUD — appui pour lequel l’OIT lui est infiniment reconnaissante —, mes collègues Jean Pierre Delhoménie et Gabriel Djankou ont mis en marche en Afrique un processus d’identification des obstacles à la ratification totale et à la pleine application des huit conventions fondamentales de l’OIT. Il s’agit des conventions nos 29 et 105 sur le travail forcé; nos 87 et 98 sur la liberté d’association et le droit de négociation collective; nos 100 et 111 sur l’égalité de rémunération et de traitement; nos 138 et 182 sur le travail des enfants.

L’identification des obstacles à l’application des conventions fondamentales devrait être opérée sous forme d’étude/enquête par un consultant national du pays considéré. Un atelier national de validation regroupant les représentants de divers ministères, des organisations d’employeurs et de travailleurs ainsi que des membres de la société civile devrait examiner cette étude afin de validation et d’adoption de plan d’action pour remédier aux obstacles ainsi identifiés. Au Niger, l’étude/enquête a été réalisée par M. Moussa Oumarou. Elle a fait l’objet de discussion, d’adoption et de validation par le gouvernement et les partenaires sociaux. Nous la publions ici afin d’informer un public plus large de l’approche adoptée et de la profondeur de l’analyse effectuée. Nous espérons ainsi encourager les chercheurs des autres pays Etats Membres de l’OIT à réaliser des analyses semblables.