Les partenariats public-privé sont essentiels pour lutter contre le VIH, selon l’OIT

La 19e Conférence internationale sur le sida est l’occasion de mettre en évidence le rôle des partenariats public-privé pour lutter contre le VIH-sida sur le lieu de travail.

Actualité | 23 juillet 2012
WASHINGTON (ILO Info) – Lors de la Conférence internationale sur le sida qui se tient actuellement à Washington, la Directrice du Programme de l’OIT sur le VIH/sida et le monde du travail a appelé à “une plus grande implication du secteur privé” pour lutter contre le VIH-sida dans le monde.

L’OIT met également en évidence l’importance d’apporter une réponse au problème du VIH-sida sur le lieu de travail ainsi que la nécessité d’appliquer des programmes visant à réduire la stigmatisation et la discrimination au travail.

«Il apparaît clairement que les actions menées sur le lieu de travail aident les entreprises à mieux appréhender les difficultés et permettent d’avoir un effet déclencheur au-delà du lieu de travail à travers des mécanismes de partenariats entre le public et le privé», explique Alice Ouedraogo, Directrice du Programme de l’OIT sur le VIH-sida.

«Ces partenariats permettent aux entreprises de transférer ces programmes à leurs fournisseurs, favorisant ainsi la mise en place d’activités de prévention destinées aux populations vulnérables et de s’engager dans des programmes de traitement du VIH», ajoute-t-elle.

L’OIT collabore avec plus de 3 000 entreprises à travers le monde. Elle leur fournit un soutien technique pour développer et mettre en place des programmes et des politiques sur le lieu de travail.

Ainsi, au Mozambique, plus de 600 entreprises ont établi des programmes de prévention sur le lieu de travail. Elles orientent également leur personnel vers les structures de traitement. Un système de suivi et d’évaluation a été mis en place qui permet aux entreprises participantes de fournir des informations sur leurs activités liées au VIH au programme national de lutte contre le sida.

En Inde, l’OIT collabore avec 14 grandes entreprises qui ont établi des programmes complets de lutte contre le VIH destinés à l’ensemble du personnel, y compris les intérimaires. Certaines de ces sociétés collaborent aussi avec le programme national de lutte contre le sida et ont mis en place des structures permettant l’accès à des conseils, au dépistage et au traitement.

Dans les Caraïbes, l’OIT a facilité l’intégration de la question du VIH dans les programmes de santé et de sécurité au travail, réunissant à la fois les employeurs, les travailleurs ainsi que les gouvernements.

«Il s’agit simplement de quelques exemples mais, d’une manière générale, ces actions ont été très bénéfiques à la fois pour l’image des entreprises ainsi que pour les programmes nationaux de lutte contre le sida», affirme Mme Ouedraogo.

«La création de ces partenariats peut constituer un potentiel énorme pour contribuer à la lutte contre le sida. Outre une contribution budgétaire, le secteur privé peut mettre à disposition du programme leurs grands réseaux de distribution ainsi que leur savoir-faire dans les domaines de la publicité et du marketing. Son implication est donc essentielle», conclut-elle.

Pour plus d’informations sur les activités de l’OIT à la 19e Conférence internationale sur le sida, merci de bien vouloir contacter Josée Laporte du Programme del’OIT sur le VIH-sida et le monde du travail au: +4178/882-6118.