SEMAINE VERTE DE L'OIT

Lancement de l'initiative "Action climatique pour l'emploi" en Afrique

ABIDJAN (Nouvelles de l'OIT) – Des représentants de haut niveau des gouvernements se sont joints à des organisations de travailleurs et d'employeurs ainsi qu'à des experts du travail et de l'environnement pour lancer l'initiative "Action climatique pour l’Emploi" en Afrique.

Actualité | 22 avril 2021
L'initiative fournit une feuille de route pour promouvoir l'action climatique, tout en veillant à ce que les emplois et le bien-être humain soient au centre de la transition vers une économie neutre en carbone et résiliente au changement climatique.

S'exprimant lors du lancement virtuel de l'initiative à l'occasion de la Journée de la Terre, la Sous-Directrice générale de l'OIT et Directrice régionale pour l'Afrique, Cynthia Samuel-Olonjuwon, a déclaré que - bien que l'Afrique ne génère qu'une faible part des émissions mondiales de carbone - le continent est très vulnérable au changement climatique.

Malgré la reconnaissance des défis à venir et de l'urgence d'une transition écologique, le ton de l'événement était à l'optimisme. Il a été notamment fait référence à la population jeune et dynamique de l'Afrique, à ses vastes ressources naturelles et à son engagement politique et social.

"En prenant des mesures décisives pour lutter contre le changement climatique, on peut créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité grâce à l'agriculture durable, aux industries vertes et à une transition énergétique durable", a souligné Cynthia Samuel-Olonjuwon.

Les partenaires ont mis en évidence les opportunités créées par une transition écologique, en partageant des engagements pratiques pour rendre leurs économies plus vertes et "reconstruire en mieux" après la crise du COVID-19.

Par exemple, le ministre ghanéen de l'emploi et des relations de travail, Ignatius Baffour Awuah, a présenté la stratégie nationale pour les emplois verts de son pays, qui favorisera le développement des entreprises vertes, créera des emplois verts et donnera la priorité au travail décent.

La Côte d'Ivoire a également partagé des plans audacieux. Azan Joël Kouakou, directeur des stratégies et des programmes d'emploi au ministère de l'Emploi et de la Protection sociale a annoncé que son pays allait étendre la couverture médicale aux entrepreneurs verts et aux travailleurs informels.

L'une des pierres angulaires de la nouvelle initiative "Action climatique pour l’Emploi" est un programme axé sur la dimension sociale de la transition écologique. En partenariat avec la France, l'OIT soutiendra les efforts de transition juste en Côte d'Ivoire, au Nigeria et au Sénégal, et d'autres partages de connaissances sont prévus en Algérie, au Ghana, au Maroc et au Niger.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, et Roberto Suárez Santos, secrétaire général de l'Organisation internationale des employeurs, ont réaffirmé l'engagement des organisations de travailleurs et d'employeurs en faveur d'une action climatique ambitieuse qui offre des emplois décents et une transition juste pour tous. Ce message a été réitéré par les dirigeants de syndicats, de gouvernements et d'entreprises d'Afrique du Sud, du Nigeria, du Niger, du Zimbabwe et du Sénégal.

Finalement, les intervenants ont convenu que les progrès vers un avenir durable nécessiteront que une action conjointe et coordonnées de toutes les parties. Par exemple, Diana Acconcia, l'ambassadrice de l'UE au Ghana, a souligné que les priorités de l'UE et de l'OIT s'alignent pleinement sur l’action climatique, le travail décent et la transition juste. "Personne ne peut y arriver seul", a déclaré Samuel-Olonjuwon dans ses remarques finales. "Il faut des partenariats au niveau national et mondial. Lorsque nous mettons tous la main à la pâte, nous sommes capables d'aller beaucoup plus loin."