Avec l’appui du Département Américain du Travail (USDOL) et l’OIT, la Région SAVA œuvre pour un meilleur avenir de ses enfants par la formation professionnelle

Actualité | 29 avril 2019
Avec l’appui du Département Américain du Travail (USDOL) et l’OIT, la Région SAVA œuvre pour un meilleur avenir de ses enfants par la formation professionnelle.

Du 24 au 26 avril 2019, M. Coffi Agossou, Directeur a.i du Bureau de l’Organisation internationale du Travail (OIT) pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles et Mme Violet Kakyomya, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies (SNU) à Madagascar, se sont rendus dans la région SAVA afin de voir de visu les avancées du projet de l‘OIT SAVABE.

En effet, le projet SAVABE , implanté à Sambava depuis 2018 et financé par le Département Américain du Travail (USDOL), travaille de concert avec les mandants tripartites et les acteurs de la filière vanille afin d’éliminer le travail des enfants dans la filière vanille dans la région SAVA.

La mission effectuée par l’OIT et le SNU a permis de constater l’impact des actions du projet sur la vie des jeunes et des parents producteurs.

140 jeunes de 14 à 17 ans victimes ou à hauts risques du travail des enfants sont formés pendant 6 mois dans 2 centres de formation professionnelle, dont un dans l’enceinte de la prison d’Antalaha et un à Vohémar. Ils sont divisés en trois filières : la culture maraîchère, la maçonnerie et la menuiserie bois.

« Vu le nombre important d’enfants détenus dans la prison, nous demandons une ouverture d’autres modules de formation comme l’ouvrage métallique afin de pouvoir prendre en charge plus d’enfants et assurer une meilleure insertion dans la société à leur sortie de la prison » dit Randrianasandratra Gabriel, Chef de Service régional de contrôle interne et de la sécurité des établissements pénitentiaires.

Le fait de lutter contre le travail des enfants se conjugue avec l’amélioration des moyens de subsistance des parents nécessiteux. Plus de 9000 ménages producteurs de vanille bénéficient actuellement l’appui du projet dans le cadre de formation sur les bonnes pratiques agricoles et en éducation financière. Le résultat à long terme du projet étant « les ménages bénéficiaires ne s’adonnent plus au travail des enfants pour compléter leur revenu ».

« Grâce à l’appui du projet SAVABE, nous connaissons maintenant la bonne période pour procéder à la plantation de la vanille » témoigne Narcisse, producteur à Farahalana.

« Nous sommes confiants qu’après la formation sur les différentes techniques, nous aurons une meilleure productivité qu’avant» confirme Jao Alain, producteur à Farahalana.

Mme Kakyomya n’a pas manqué de féliciter l’OIT et le projet SAVABE ainsi que USDOL et toutes les parties prenantes afin que les enfants et les parents cultivateurs de la SAVA puissent espérer un meilleur avenir.