Le projet ACCEL Africa de l'OIT soutient l'initiative Better Work sur l'intégration du travail des enfants en Égypte

La collaboration entre les deux projets a abouti à la création par le MOM d'un nouveau Comité des griefs syndicaux pour faciliter le processus d'enregistrement des syndicats. Un décret ministériel est publié par le MOM pour institutionnaliser le Comité.

Article | 8 décembre 2020
Le projet de l'Organisation internationale du travail intitulé "Accélération de l'action pour l'élimination du travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en Afrique" (ACCEL Africa) et le programme "Better Work" en Égypte collaborent à l'intégration du travail des enfants, en soutien à l'action du ministre égyptien de la main-d'œuvre (MOM) visant à garantir l'établissement de relations de travail saines dans l'ensemble du secteur manufacturier et un meilleur respect du PPRW dans les usines de vêtements confectionnés (RGM).

Le programme "Better Work" a été officiellement lancé une semaine avant que le gouvernement n'impose un verrouillage à l'échelle du pays à la mi-mars, dans un contexte de recrudescence des infections à coronavirus. Better Work est l'un des trois piliers du projet de l'OIT "Renforcement des relations de travail et de ses institutions en Égypte" (SLARIE).

Le projet ACCEL AFRICA, financé par le gouvernement néerlandais de l'OIT, a initialement ciblé 20 usines du secteur privé dans la chaîne d'approvisionnement du coton pour des sessions de consultation destinées à soutenir les contributions des usines à l'amélioration des conditions de travail par la promotion des principes et droits fondamentaux au travail (PPRW) et la prévention du risque de travail des enfants pour les apprentis.

Pour ce faire, le projet a soutenu le recrutement de conseillers d'entreprise (EA) et a financé la collecte de données et de faits sur les usines ciblées, avec des visites consultatives initiales, la mise en évidence des points de conformité et la réalisation d'une évaluation.

Sur la base des rapports d'évaluation, le projet prévoit de travailler à l'amélioration des conditions de travail et de gérer les cas existants d'enfants et d'apprentis travailleurs en les empêchant d'effectuer des travaux dangereux ou en les aidant à se soustraire au travail des enfants s'ils n'ont pas l'âge légal pour travailler.

Jusqu'à présent, le projet, en collaboration avec Better Work, a atteint 38 usines de RGM, ce qui constitue le double des 20 usines prévues précédemment, et a organisé des ateliers d'orientation tout en promouvant la liberté d'association, l'élimination du travail des enfants, du travail forcé et de la non-discrimination, en tant que respect fondamental des normes internationales du travail de l'OIT ainsi que des réglementations nationales du travail.

Les 38 usines ont été officiellement enregistrées auprès de Better Work Egypt et la première série de visites consultatives a été achevée et s'est concentrée sur la réponse et la sensibilisation à COVID-19.

La deuxième visite consultative a été lancée et s'est concentrée sur la conformité et la préparation des visites d'évaluation inopinées qui ont eu lieu en Août.

22 visites d'évaluation ont été menées par les consultants de Better Work auprès des entreprises enregistrées au cours des mois d'octobre et de novembre. Sur la base des rapports d'évaluation, des interventions correctives seront élaborées pour répondre aux conclusions sur le travail des enfants parmi d'autres conclusions de la FPRW.

La collaboration entre les deux projets a abouti à la création par le MOM d'un nouveau Comité de griefs syndicaux pour faciliter le processus d'enregistrement des syndicats. Un décret ministériel est publié par le MOM pour institutionnaliser le Comité.

26 comités syndicaux en attente ont été reçus et rencontrés par le comité susmentionné pour discuter de leurs cas, ce qui a permis l'enregistrement de 11 des 26 comités en attente pendant la période d'octobre à novembre 2020.

Officiellement lancé une semaine avant que le gouvernement n'impose un verrouillage national à la mi-mars en raison de l'augmentation des infections à coronavirus, Better Work est l'un des trois piliers du projet de l'OIT "Renforcement des relations de travail et de ses institutions en Egypte" (SLARIE).

"La coopération avec le projet de l'OIT s'est avérée très fructueuse tout au long de la pandémie COVID-19 en cours, se donnant la main pour la création d'affiches de sensibilisation COVID-19 afin de faire la lumière sur les symptômes et les mesures de prévention sur le lieu de travail", S.E. le ministre de la main-d'œuvre Mohamed Saafan.