ACCEL Africa - Côte d’Ivoire

Selon l'Enquête nationale sur la situation de l'emploi et du travail des enfants (2013), réalisée avec l'appui de l'OIT, en Côte d'Ivoire, 28,2 % (un peu moins de deux millions d'enfants) des enfants de 5 à 17 ans sont engagés dans des activités économiques.

Les secteurs les plus touchés sont l'agriculture (53,4 % des enfants) et les services (35,6 %). Environ 20 % des enfants (toujours dans la tranche d’âge 5-17 ans) travaillent, dont les trois quarts ont moins de 14 ans.

L'enquête nationale sur les pires formes de travail des enfants (2011) réalisée par l'Institut national de statistique (INS) a révélé que 73,5 % des garçons travaillent dans l'agriculture contre 35,2 % des filles.

En Côte d’Ivoire, ACCEL Africa se focalisera sur les chaînes de valeurs du Cacao et de l’Or.

Quoi de neuf

  1. Avis de vacance

    Recherche d’un consultant individuel pour estimer le potentiel du marché pour approvisionner les cantines scolaires avec une production locale dans la région de la Nawa.

    27 octobre 2022

    Dans le cadre du projet "Accélérer l'action pour l'élimination du travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en Afrique (ACCEL Africa)", le BIT a l'intention d’explorer des modèles de cantines scolaires qui sont approvisionnés par les produits locaux dans la région de la Nawa. L'objectif global de l'intervention est de contribuer à l'élimination du travail des enfants en encouragent la scolarisation et le maintien des enfants à l’école. Avant la mise en place des cantines scolaires dans les écoles bénéficiaires, le BIT envisage de mener une étude afin de comprendre le potentiel du marché local pour l’approvisionnement des cantines en tenant en compte les différents défis comme l’engagement communautaire, la saisonnalité des produits, l’accès aux services productifs et la logistique.

  2. L'action du projet Accel Africa en Côte d'Ivoire

    L’OIT lance une campagne d’enrôlement à la Couverture Maladie Universelle en Côte d'Ivoire.

    21 avril 2022

    La campagne d’enrôlement à la Couverture Maladie Universelle (CMU), menée par le Bureau internationale du Travail (BIT) en partenariat avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) a été officiellement clôturée le 29 mars à Soubré et le 31 mars à M’batto.

  3. Avis de vacance

    Recherche d’un consultant national pour l’adaptation de Brochures sur le Travail des Enfants à l’intention des organisations syndicales

    15 avril 2022

    Les outils disponibles ont été conçus il y a plusieurs années. Il est donc nécessaire de les mettre à jour au regard des évolutions actuelles en matière de lutte contre le travail des enfants. De plus, un besoin d’adaptation au contexte des syndicats en Côte d’Ivoire pourrait s’avéré nécessaire. Ainsi, l’objectif de cette consultation est d’adapter au contexte national et de mettre à jour La série de sept Brochures « Syndicats et Travail des Enfants ».

  4. Mandat de l’OIT au sein du Système des Nations Unies

    L’OIT instruit des étudiants d’Abidjan sur son mandat et ses activités en Côte d’Ivoire

    26 janvier 2022

    Le Bureau pays de l’organisation internationale du Travail (OIT) pour la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo, a échangé le 21 janvier 2022 avec les étudiants de l’Institut Universitaire d’Abidjan (IUA) autour de son mandat et de ses activités en Côte d’Ivoire.

  5. Avis de vacance

    Recruitment- Cartographie et analyse de la chaîne de valeur du cacao et identification des stratégies pour l’accélération de l’éradication et la prévention du travail des enfants en Côte d’Ivoire

    14 décembre 2021

    La présente mission permettra à un(e) consultant(e) spécialisée dans les chaînes de valeur et les problèmes liés au travail des enfants d’effectuer une analyse systémique de la chaîne de valeur du cacao dans l’optique de l’éradication du travail des enfants. L'objectif final de cette analyse systémique est d'identifier - sur la base de la littérature et des données existantes - le travail des enfants dans la chaîne, ainsi que les facteurs responsables et incitants, et d’identifier d’autres problèmes majeurs en matière de travail forcé, de discrimination, de liberté d’association et de négociation collective, ainsi que de protection sociale. Cela facilitera aussi l'identification des espaces d'action permettant d'optimiser les ressources et les processus ainsi que promouvoir un travail décent.