Unis contre le travail des enfants : Le gouvernement des Pays-Bas et l'OIT renouvellent leur partenariat à travers la seconde phase du projet ACCEL Africa

L’OIT et les Pays-Bas s’unissent contre le travail des enfants à travers la phase 2 du projet ACCEL Africa dans une approche holistique.

Article | Abidjan, Cote d'Ivoire | 28 septembre 2023
Abidjan, Côte d'Ivoire - Dans le cadre d'une avancée significative vers l'éradication du travail des enfants et la promotion du développement durable dans les chaînes d'approvisionnement ciblées en Afrique, le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas et l'Organisation internationale du Travail (OIT) renouvellent leur collaboration à travers la 2e phase du projet "Accélérer l'action pour l'élimination du travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en Afrique" (ACCEL Africa).

La deuxième phase du projet ACCEL Africa a été conçue pour apporter des réponses concrètes aux domaines prioritaires identifiés et discutés lors de la 5ème Conférence mondiale sur l'élimination du travail des enfants qui s'est tenue à Durban, en Afrique du Sud, en mai 2022."

Coffi Agossou, OIT Directeur Régional Adjoint pour l'Afrique

Cette seconde phase déjà en cours, a été officialisée le 1er juillet 2023 lors d'une réunion qui s'est tenue à Abidjan, en Côte d'Ivoire, entre Marchel Gerrmann, Directeur du Département du Développement Economique durable (DDE) du Ministère des Affaires Etrangères des Pays-Bas, Coffi Agossou, Directeur Régional adjoint du Bureau Régional de l'OIT pour l'Afrique et Frédéric Lapeyre, Directeur du Bureau pays de l'OIT en Côte d'Ivoire. Au cours de la réunion, le succès de la première phase du projet et la mise en œuvre de sa deuxième phase ont été discutés.

Soulignant l'urgence de ce projet, l'OIT rappelle que les données des estimations mondiales du travail des enfants pour 2020 montrent que le nombre d'enfants impliqués dans le travail des enfants a augmenté pour la première fois en 20 ans, passant de 152 millions en 2016 à 160 millions en 2020. Cette augmentation a été principalement observée en Afrique subsaharienne, où 92,2 millions d'enfants, soit 23,9 % de la population infantile, sont engagés dans le travail des enfants, soit plus que dans le reste du monde réuni. Ces chiffres alarmants ne tiennent pas compte des effets exacerbés de la pandémie de COVID-19.

Les Pays-Bas se sont engagés à éradiquer le travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement mondiales. L'OIT s'est avérée être un partenaire très important pour cet agenda. Elle a beaucoup de connaissances et d'expérience, en particulier lorsqu'il s'agit de travailler en partenariat avec les gouvernements et les partenaires sociaux pour créer les conditions nécessaires. Nous sommes donc heureux d'étendre notre collaboration avec l'OIT dans la deuxième phase du projet ACCEL Africa."

Marchel Gerrmann, Directeur du Département du développement économique durable (DDE) au ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas

Seule agence tripartite des Nations unies, l'OIT rassemble les gouvernements, les employeurs et les travailleurs, favorisant une approche équilibrée pour lutter contre le travail des enfants et promouvoir le travail décent dans les chaînes d'approvisionnement, en particulier en Afrique. Grâce à des initiatives clés telles que la Déclaration du centenaire de l'OIT pour l'avenir du travail (2019) et la Déclaration d'Abidjan, l'OIT a mis l'accent sur l'éradication du travail des enfants et la promotion du travail décent au-delà des frontières.

En outre, l'OIT assure le secrétariat de l'Alliance 8.7, qui s'aligne étroitement sur la cible 8.7 de l'objectif de développement durable visant à mettre fin au travail des enfants d'ici à 2025. Elle héberge également la plateforme de l'OIT sur le travail des enfants (CLP), qui s'efforce d'identifier et de surmonter les difficultés liées à la mise en œuvre des conventions de l'OIT sur le travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement. Dans ce contexte, la phase 2 du projet ACCEL Africa illustre le cadre "One ILO" en impliquant plusieurs branches et unités de l'OIT, créant ainsi une approche cohérente et intégrée pour maximiser l'impact et la durabilité.

Deuxième phase du projet ACCEL Africa: Une approche intégrée pour l'éradication du travail des enfants

Le projet ACCEL Africa adopte une approche systémique pour éliminer le travail des enfants à la racine en renforçant les mécanismes existants à plusieurs niveaux de gouvernance. S'appuyant sur les succès stratégiques et les innovations pilotées au cours de sa première phase. La deuxième phase de ACCEL est conçue pour consolider et institutionnaliser les progrès réalisés.

Le projet ACCEL Africa 2 s'appuie également sur l'Appel à l'Action 2022 de Durban, qui vise à :
  • Éradiquer le travail des enfants en s'attaquant à ses causes profondes à l'aide d'approches multipartites, de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement et d'approches sectorielles intégrées.
  • Promouvoir l'égalité des sexes, l'inclusion sociale et le travail décent sur les marchés du travail.
  • Renforcer les mécanismes institutionnels pour promouvoir les principes et les droits fondamentaux au travail.
Le projet travaille sur des chaînes d'approvisionnement clefs telles que le cacao, le café, le coton, l'or et le thé en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Kenya, au Mali, au Nigeria et en Ouganda. Le projet ACCEL Africa met l'accent sur les multiples facettes des questions liées au travail, en vue d'une amélioration globale des conditions de travail des populations vulnérables. Il s'intéresse à la sécurité et à la santé au travail (SST) en instaurant de meilleures conditions pour les travailleurs, en particulier aux niveaux inférieurs des chaînes d'approvisionnement. En termes de moyens de subsistance, il cherche à fournir aux travailleurs le soutien nécessaire pour améliorer leur niveau de vie, dans une optique de durabilité à long terme.

Il faut saluer ici le rôle de la Côte d’Ivoire au sein de l’Alliance 8.7 comme pays pionnier à l’avant-garde des efforts pour le développement de nouvelles approches visant à atteindre l’objectif de développement durable 8.7 concernant l’éradication du travail des enfants, du travail forcé, de l’esclavage moderne et de la traite d’êtres humains."

Frédéric Lapeyre, Directeur du Bureau pays de l’OIT pour la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo

La protection sociale est une autre pierre angulaire du projet, garantissant aux travailleurs un meilleur accès à des filets de sécurité sociale vitaux. Enfin, le projet se concentre sur l'emploi des jeunes, notamment en facilitant la transition entre l'école et le travail décent pour les enfants qui ont dépassé l'âge minimum d'admission à l'emploi. Chacun de ces domaines est essentiel pour atteindre l'objectif global d'éradication du travail des enfants et de promotion de conditions de travail décentes.

En résumé, la deuxième phase de ACCEL Africa est une étape clef dans la mission collective d'éradication du travail des enfants et de promotion du développement durable en Afrique. Le projet vise non seulement à consolider et à développer les leçons et les succès de sa première phase, mais aussi à tirer parti de la structure tripartite unique de l'OIT, de partenariats clés et d'une approche multi-sectorielle intégrée pour apporter des solutions globales grâce au partage des connaissances.

La deuxième phase du projet ACCEL Africa constitue un modèle de coopération multipartite efficace alors qu'il devient urgent d'inverser les tendances à la hausse du travail des enfants.