Nous allons pouvoir documenter l’indicateur de l’ODD 8.7 sur le travail des enfants et le travail forcé au Mali

Amadou Kone a participé à la formation sur l’analyse des données relatives au travail des enfants et au travail forcé, à Abidjan, où il a eu la chance de partager son expérience dans la conception et le traitement d’enquêtes d’envergure nationale notamment : la conception des outils de collecte. Il a représenté l’Institut National de la Statistique (INSTAT) du Mali où il travaille comme Chargé des Enquêtes.

Article | 19 février 2020
Amadou Kone, Chargé des Enquêtes a l’Institut National de la Statistique (INSTAT) au Mali
Je m’appelle Amadou Bella Kone et, à l’institution National de la statistique du Mali, je me charge de la conception et du traitement d’enquêtes d’envergure nationale notamment : la conception des outils de collecte (questionnaires, manuels etc.), le recrutement et la formation des enquêteurs, le suivi de la collecte sur le terrain, l’apurement et l’analyse des données, la rédaction du rapport d’enquête et la restitution des données.

J’ai contribué à la réalisation de six grandes enquêtes d’envergure nationale et sous régionales, dont, l’Enquête nationale Modulaire et Permanente Auprès des Ménages (E+MOP), l’Enquête Régionale Intégrée sur l’Emploi et le Secteur Informel (ERI-ESI), Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM), Enquête nationale sur la malnutrition de type (SMART), Enquête Démographique et de Santé (EDS) et l’enquête sur la Gouvernance Paix et la Sécurité (GPS).
J’ai participé à la formation sur l’analyse des données relatives au travail des enfants et au travail forcé à Abidjan du 27 au 31 janvier 2020. A cette formation à Abidjan, J’ai eu la chance de rencontrer parmi les participants, des acteurs, qui comme moi, viennent de différents pays francophones en Afrique et travaillent dans le domaine des statistiques ainsi que dans la rédaction des politiques.
Les domaines présentant un intérêt particulier ont été l’interprétation des statistiques descriptives et l’analyse économétrique, en tant que base de mesure des progrès et de conception des politiques; les déterminants du travail des enfants et le cadre national, y compris le cadre juridique, ainsi que les politiques de développement et les politiques sectorielles pertinentes, ont été considérés comme éléments clés pour la formulation d'une réponse politique appropriée.
La présentation portant sur le travail, emploi et sous-utilisation de la main d’œuvre de façon général m’a permis de comprendre mieux les nouveaux concepts utilisés dans le cadre des statistiques du travail et de l’emploi.
En outre, elle a aussi permis de montrer l’importance des indicateurs portants sur la qualité du travail (sous-utilisation de la main d’œuvre, les travailleurs dans le secteur informel, les salariés payés au-dessous de Salaire Minimum Interprofessions Garanti, etc.)
J’ai appris que la définition du travail des enfants est relative à tous les travaux interdits pour les personnes âgées de 5 à 17 ans et que ces travaux interdits sont définis par la législation de chaque pays ; l’âge minimum pour les travaux dangereux étant de 18 ans, et 13-14 ans (exception 12-13 ans) pour les travaux légers.
A travers des différentes sessions de groupes de travail, les participants ont pu partager leurs expériences, discuter des leçons apprises et identifier les meilleures pratiques et les prochaines étapes, j’ai pu mieux comprendre ainsi les concepts et définitions du travail des enfants et du travail forcé, issus des législations nationales et internationales et leur traduction en définitions statistiques.
De cette formation certaines pistes d’actions seront pris en compte, au département des enquêtes et dans tout le système statistique national du Mali en vue de renseigner annuellement l’indicateur ODD 8.7 portant sur les activités économiques menées par les enfants.
En effet, nous allons identifier des stratégies visant à insérer un module sur le travail des enfants dans un des passages de l’Enquête Modulaire et Permanente Auprès des Ménages (EMOP) en collaboration avec la Cellule Nationale de lutte contre le travail des enfants.

Nous allons, également, réviser le module emplois de l’EMOP qui pourra désormais collecter les données sur le travail des enfants à partir de 5 ans d’âge au lieu de 6 ans présentement.
Finalement, la formation sur l’analyse des données relatives au travail des enfants et au travail forcé a permis de démontrer la pertinence des actions liées à la prévention du travail forcé telles que la sensibilisation, le recrutement équitable, la diligence raisonnable ainsi que le renforcement de la gouvernance privée.