Migration

L'OIT et la CUA unis pour la protection des droits des travailleurs migrants

Une conférence Africaine pour une action et position communes en faveur des droits des migrants se tient à Abidjan.

Actualité | 12 octobre 2023
Abidjan (Nouvelles de l’OIT) – Les migrations de la main-d’œuvre à l’intérieur et en provenance du continent africain sont dynamiques, en augmentation et façonnées par une combinaison de facteurs notamment les évolutions démographiques, réalités économiques et du marché du travail, facteurs culturels, environnementaux et sécuritaires. La nature dynamique et croissante des flux migratoires démontre que les pays peuvent servir de pays d'origine, de transit et de destination selon les différents flux. Les migrants à la recherche de marchés de travail attractifs et d'opportunités économiques, les demandeurs d'asile et les personnes déplacées de force empruntent souvent les mêmes itinéraires de migration, créant ainsi une dynamique unique de migration mixte.

Plusieurs dizaines de migrants sur le chemin de l’inconnu © : OIM
Il est à noter que la migration de la main-d’œuvre en Afrique est essentiellement intrarégionale (80%).

La migration de la main-d’œuvre en Afrique essentiellement intrarégionale (80%).

De ce fait, motivée par la nécessité de mettre en œuvre des politiques appropriées et des actions pratiques en utilisant une approche régionale pour relever les défis communs auxquels sont confrontés les travailleurs migrants, la Conférence vise à fournir une plate-forme aux États membres africains, aux communautés régionales et aux organisations de partenaires sociaux pour y parvenir.

L'un des principaux aspects de cette Conférence sera le renforcement de la gouvernance des migrations de main-d'œuvre à tous les niveaux. En effet, les travailleurs migrants sont souvent confrontés à des difficultés excessives et à des abus dans le processus de migration et d'emploi. Ainsi, afin de maximiser les avantages de la migration de main-d'œuvre pour ces derniers et leurs familles et de minimiser les risques et les coûts sociaux associés, il est nécessaire de mettre en place une gouvernance équitable et efficace de la migration de main-d'œuvre.

La Conférence Africaine : un outil de renforcement de la gouvernance des migrations de main-d'œuvre

La conférence de haut niveau réunira des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs de certains pays africains et des Communautés Economiques Régionales (CER) qui se sont engagés de manière substantielle dans les questions relatives à la gouvernance de la migration de la main-d'œuvre au sein de la région et vers d'autres régions.

Ouf de soulagement pour cette migrante qui retrouve le sourire même si elle devra apprendre à tout recommencer © :ONU Femmes /Catianne Tijerina
Ces participants viennent notamment des communautés économiques régionales telles que la CAE, la CEDEAO, l'IGAD, la SADC, la CEEAC, le COMESA, la CENSAD et l'UMA. Prendront part également à cette Conférence les délégations tripartites des pays participants dont le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Malawi, le Maroc, le Nigeria, la Somalie, le Sud-Soudan, l'Ouganda, la Tunisie, l'Égypte, la Tanzanie et le Tchad.

Les organisations régionales de partenaires sociaux telles que l'OIE, CSI Afrique, l'OATUU seront de même de la Conférence d’Abidjan.