Travail des enfants

Elimination du travail des enfants dans l’économie informelle et le secteur agricole en Côte d’Ivoire : l’OIT et l’Unicef mutualisent leurs actions

En prélude d’un Forum de dialogue sur l’extension de la protection sociale pour accélérer l’élimination du travail des enfants dans l’économie informelle y compris le secteur agricole en Côte d’Ivoire, l’OIT et l’Unicef ont conjointement organisé le 16 juin 2022, un atelier technique préparatoire.

Actualité | 7 juillet 2022
Abidjan (Nouvelles de l’OIT) – Cet atelier qui s’est tenu dans un contexte international marqué par l’appel à l’action de Durban, et de la Journée mondiale contre le Travail des Enfants, plaçant la protection sociale comme élément clé de l’élimination du travail des Enfants, visait un double objectif.

Une vue des participants à l'artelier

Le premier était d’identifier les bonnes pratiques de la Côte d’Ivoire, en tant que pays pionnier de l’alliance 8.7 en matière d’extension de la protection sociale pour lutter contre le travail des enfants.

Le second visait à examiner et déclencher une dynamique de dialogue autour des recommandations issues des différentes études et expériences et ce, en vue de l’amélioration de l’accès aux mécanismes de protection sociale pour les travailleurs de l’économie informelle en général et particulièrement pour les producteurs agricoles.

La protection sociale : une voie du travail décent et de la lutte contre le travail des enfants

Cet atelier technique a permis aux participants de présenter les mécanismes de protection sociale en tant que voie privilégiée de réalisation du travail décent des adultes et de la lutte contre le travail des enfants. Ils ont notamment démontré le lien étroit entre protection sociale et travail des enfants.

Sophie De Coninck, spécialiste principale des principes et droits fondamentaux au travail, au bureau de l'OIT/Abidjan, lors de son allocution

Représentant le directeur du Bureau Pays de l’OIT pour la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo, Sophie De Coninck, spécialiste des principes et droits fondamentaux au travail, a indiqué que la Côte d’Ivoire est l’un des pays précurseurs ayant démontré le lien entre ces deux thématiques. « La stratégie nationale de cacao durable reconnait le potentiel de la protection et prévoit le déploiement de la Couverture Maladie Universelle (CMU) et du Régime Spécial des Travailleurs indépendants (RSTI)dans les zones productrices de cacao. Le Plan d’Action National (PAN) prévoit également la construction de cantines scolaires dans les zones à forte prévalence du travail des enfants » a souligné Mme De Coninck ajoutant qu’avec l’appui de l’OIT et en partenariat   avec le secteur privé, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) mène déjà des actions sur le terrain pour sensibiliser et enrôler les cacaoculteurs à la CMU. 

Photo de groupe des participants à l'atelier

Le chef des politiques sociales au Bureau de l’UNICEF à Abidjan a lui également mis l’accent sur l’importance de la protection sociale dans la lutte contre le travail des enfants. « L’atelier est un appel à mettre clairement la protection sociale au cœur de la lutte contre le travail des enfants » a déclaré Aristide Kielem, expliquant que le plus souvent le travail des enfants se produit lorsque les familles sont confrontées à des défis financiers ou à une incertitude (pauvreté, maladie soudaine, perte d’emploi d’un parent ou d’un tuteur), ce sont des risques couverts par la protection sociale.

« Une fois cette évidence présentée, le lien entre travail des enfants et protection sociale comme une approche fondamentale visant l’une des causes profondes pour y pallier, apparait clairement. La protection sociale permet de prévenir les causes de travail des enfants » explique M. Kielem.

Pour le directeur de la lutte contre le travail des enfants au ministère de l’Emploi et de la protection Sociale, la protection sociale apparait comme l’une des solutions inévitables à promouvoir. « C’est pourquoi je salue l’appel à l’action de la 5eme Conférence mondiale sur l’élimination du travail des enfants qui met un accent particulier sur le rôle essentiel de la protection sociale dans la lutte contre le travail des enfants » a martelé Martin N’guettia Kouakou saluant les actions du gouvernement (CMU, RSTI, programme des filets sociaux productifs…) en vue de l’extension de la protection sociale.

« Les organisations syndicales appellent à la mise en place d’un processus de dialogue social de tous les partenaires sociaux afin d’améliorer ces mécanismes de protection sociale en vue de bâtir le travail décent pour les adultes à travers une protection sociale efficace et accessible à tous et pour éliminer le travail des enfants » a relevé Bli Blé, porte-parole des travailleurs à cet atelier technique cofinancé par les Pays-Bas à travers le projet ACCEL Africa et RBSA qui appuie le travail du Comité intersyndical pour la Transition vers l’Economie Formelle(CITEF).