Travail des enfants

Un plan stratégique pilote pour la conformité de l’Inspection du Travail dans les zones cacaoyères, élaboré avec l’appui de l’OIT

Abidjan (Nouvelles de l’OIT) – Les inspecteurs et médecins-inspecteurs du travail ont élaboré un plan stratégique pilote pour le secteur du cacao couvrant la Région de la Nawa, au terme d’un atelier de travail tenu du 21 au 23 juillet 2021 à Grand-Bassam.

Actualité | 27 juillet 2021
Photo, travaux de groupe
Sophie De Coninck, spécialiste principale des principes et droits fondamentaux au travail, a souligné à la clôture de l’atelier, au nom du Directeur de pays de l’OIT pour le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Togo, l’importance de ce plan.

« Cette phase pilote de la planification stratégique est essentielle dans la mesure où la problématique du travail des enfants dans la cacao-culture est très complexe à cause des multiples acteurs qui y interviennent, des dynamiques différentes et on en apprend chaque jour ».

Selon Mme De Coninck, « il est important de commencer par cette planification pilote limitée dans le temps qui permettra de tirer des leçons qui contribueront à l’élaboration d’un plan stratégique plus large ». Elle rappelle qu’à sa connaissance, « c’est la première fois en Afrique de voir élaborer une planification stratégique ciblée sur le travail des enfants dans un secteur donné ».
« Je citerai dans différentes réunions l’exemple et les bonnes pratiques de la Côte d’Ivoire » a déclaré Sophie De Coninck.

Photo, Sophie de Coninck, spécialiste principale des principes et droits fondamentaux au travail

Représentant le Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale à la clôture de l’atelier, la Directrice Générale du Travail (DGT) a indiqué qu’il reste encore du chemin à faire dans le cadre de l’élaboration de la stratégie d’intervention de l’Inspection du Travail, notamment la conduite des activités de terrain pour lesquelles l’implication de tous est sollicitée.

« L’un des défis majeurs qui se présente est la mise à disposition de moyens pour la mise en œuvre de l’opération pilote. Sur la question, je sais qu’ensemble, la task force, les structures alliées et les partenaires au développement, nous parviendrons à y faire face », a rassuré Bintou Coulibaly.

L’atelier a été utile selon les participants. Hyacinthe Gnouhou Gakoula, directeur régionale du travail de la Nawa, témoigne : « Avec les outils que nous avons reçus, nous irons sensibiliser les populations de notre zone de juridiction afin d’éradiquer dans les chaines de valeurs du cacao, le travail des enfants ».

Grâce à l’atelier, soutient Agnès Lolo Tano, chargée d’études à la Direction Générale du Travail (DGT), « nous avons pu définir les grands axes de la planification stratégique qui permettra à la Côte d’Ivoire d’avoir un outil au niveau de la lutte contre le travail des enfants dans le secteur du cacao dont nous sommes le premier producteur mondial ».

La question du travail des enfants dans la cacao-culture est préoccupante en Côte d’Ivoire, souligne Amany Konan, consultant national chargé de la lutte contre le travail des enfants au cabinet de la première dame de Côte d’Ivoire. « Les résultats de l’étude réalisée en 2018-2019 par l’institut Norc de Chicago, financée par le ministère du Travail américain, a révélé que plus de 790.000 enfants sont impliqués dans la cacao-culture en Côte d’Ivoire » a révélé M. Konan.

Organisé conjointement par l’OIT et le Ministère de l’Emploi et de la Protection Sociale, l’atelier a été cofinancé par le gouvernement des Pays-Bas dans le cadre du projet « Accélérer l’action pour l’élimination du travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement en Afrique » (ACCEL Africa) et l’Union Européenne à travers le projet Trade For Decent Work dont l’objectif est d’améliorer l'application des conventions fondamentales de l'OIT et le respect des obligations de rapport aux organes de contrôle de l’OIT.

Photo de groupe