La Tunisie, 3ème pays pionnier du continent africain à concrétiser son engagement en faveur de l'Alliance 8.7

Sous l'impulsion du Gouvernement et du Ministère des Affaires sociales, à l'issue d'une journée de réflexion et de débats ayant réuni plus de 150 participants, la Tunisie vient d'adopter une feuille de route pour la période 2019-2025 visant à mettre en place des actions tangibles pour atteindre la cible 8.7 des Objectifs de développement durable (ODD). C'est le troisième pays au sein du continent africain à concrétiser son engagement en faveur de l'Alliance 8.7 en tant que Pays pionnier.

Actualité | 9 mai 2019
Contact: Sylvie Dupuis, Conseillère technique principale du projet, dupuis@ilo.org
La Tunisie s'implique ainsi au sein du processus déjà initié avec l'Alliance 8.7 au niveau mondial en accélérant l'action par des démarches innovantes visant à atteindre la cible 8.7 des ODD, soit : « supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, interdire et éliminer le travail des enfants sous toutes ses formes, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et d’ici à 2025 mettre un terme à toutes les formes de travail des enfants ».

Allocutions et présentations relatives à l'Alliance 8.7 et aux plans d'action nationaux de la Tunisie

Dans le cadre de l'action du Gouvernement tunisien pour combattre le travail des enfants et la traite des personnes, le Ministère des Affaires Sociales en collaboration avec les Nations Unies, ont donc organisé le 28 mars 2019 à l’hôtel Mövenpick Gammarth à Tunis l'Atelier stratégique de l'Alliance 8.7 en Tunisie qui s'est déroulé en présence des départements ministériels concernés et les parties prenantes dont : les représentants des agences des Nations unies, des associations d'employeurs et de travailleurs, de la société civile ainsi que les membres du Comité de pilotage de lutte contre le travail des enfants et de l'Instance nationale de lutte contre la traite des personnes (INLTP).

Cet événement s'est tenu en présence de M. Taoufik Zrelli, Chef de cabinet au Ministère des Affaires Sociales en Tunisie ; M. Anis Dalhoumi, Chef de cabinet au Ministère de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Seniors ; et de M. Francesco d'Ovidio, Responsable de l'Unité de solutions et innovations du Service des Principes et Droits Fondamentaux au travail de l'OIT. M. Nabil Ourari, Point Focal de l'Alliance 8.7 pour la Tunisie, a animé les débats et les présentations sur l'ensemble de la journée.

Plusieurs séances ont jalonné l'Atelier stratégique du 28 mars 2019.

M. Francesco d’Ovidio a tout d'abord rappelé l’importance de la mise en œuvre des ODD adoptés en 2015 par les Nations Unies pour mettre fin à toutes les formes de pauvreté dans le monde d'ici 2030. Il a ensuite fait écho aux actions favorables déjà engagées de manière participative par la Tunisie avec le contrat social de 2013, le Plan cadre d'aide au développement (UNDAF) des Nations Unies pour la période 2015-2019 et le Plan d'action national de lutte contre le travail des enfants (PAN-TN) créé avec l'OIT en janvier 2016. Il a enfin appelé à la contribution complète des acteurs présents pour la mise en place de l'Alliance 8.7 en Tunisie.

Son intervention a été suivie par le discours de M. Anis Dalhoumi qui a mentionné la loi n° 16-61 du 3 août 2016 sur la prévention de la traite des personnes, l'Instance nationale de lutte contre la traite des personnes et le Comité de pilotage du programme national de lutte contre le travail des enfants. Il a également indiqué que le respect des droits de l'enfant était l'un des piliers les plus importants de l'arsenal juridique de la République Tunisienne que les travaux de l'Atelier stratégique renforçaient. Appelant au partenariat entre l'ensemble des acteurs, il a souhaité la mise en place de mécanismes efficaces ainsi que la formulation d'un programme d'actions délibérées et unifiées.

M. Taoufik Zrelli a quant à lui cité le mémorandum d’accord de juillet 2017 entre la Tunisie et l'OIT en vue de la promotion du travail décent. Il a ensuite évoqué le Plan national de la lutte contre le travail des enfants (2015-2020) pour assurer l’application de la Convention No. 138 sur l’âge minimum d’admissibilité au travail et de la Convention No. 182 sur les pires formes de travail des enfants. Il a enfin fait référence au projet « Ensemble contre le travail des enfants en Tunisie » (2017-2020) qui vise à concrétiser les thèmes principaux du PAN-TN.

Après une présentation conjointe du représentant de l'OIT et M. Nabil Ourari, sur les responsabilités afférentes au Pays pionnier et avantages en découlant, la deuxième séance est revenue sur les missions du Comité de pilotage de lutte contre le travail des enfants.
La première a porté sur la présentation de l'Alliance 8.7 et des plans d'action nationaux existants en Tunisie, soit le Plan d'Action National de lutte contre le travail des enfants (2016-2020) et la Stratégie Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (2018-2023).

M. Seif Ben Sassi, membre du Comité, a rappelé que 7,9% des enfants âgés de 5 à 17 ans étaient exploités au travail en Tunisie. Après un débat entre les parties prenantes, Mme Teber Rimi membre de l'INLTP a ensuite présenté la Stratégie nationale de la lutte contre la traite des personnes et ses volets d'intervention conformes aux modalités du Protocole de Palerme ratifié par la Tunisie en 2003. L'intervention conjointe de Mme Andria Kenney, de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), et de Mme Sylvie Dupuis, en charge du projet PROTECTE de l'OIT en Tunisie, a clos cette deuxième séance. Il a été rappelé le rôle de l'OIM au sein du groupe « Migration » de l'Alliance 8.7. Les priorités définies lors des consultations et travaux préparatoires de l'Atelier stratégique concernant la lutte contre le travail des enfants et la traite des personnes en Tunisie ont été énoncées.


Trois groupes de travail ont été constitués à l'occasion de la troisième séance du jour. Deux groupes thématiques se sont penchés sur les problématiques du travail des enfants et de la traite des personnes. Ils ont travaillé à partir des priorités identifiées lors des travaux préparatoires et ont défini les actions à mettre en œuvre et les partenaires à impliquer. Le troisième groupe a travaillé sur l'ébauche des termes de référence d'un Comité d'action de l'Alliance 8.7 en Tunisie permettant de coordonner les actions et les acteurs partenaires, de trouver les points de synergie avec les plans d'action nationaux et de mobiliser les ressources nécessaires au financement des activités. Ce troisième groupe a également déterminé les modalités de suivi des activités de la Tunisie en tant que Pays pionnier, les membres et la structure du Comité d'action.

Adoption d'une feuille de route avec des actions concrètes pour la lutte contre le travail des enfants et la traite des personnes

L'Atelier stratégique s'est finalement conclu sur la restitution des travaux de groupes avec la perspective d'une prochaine réunion pour définir les ressources nécessaires et réaliser les appels de fonds pour la mise en place des actions choisies. Une feuille de route pour la période 2019-2025 a été adoptée décrivant : les priorités proposées, leur durée, les actions choisies pour leur mise en œuvre et les partenaires compétents pour chaque activité. Cette feuille de route renouvelle ainsi l'engagement de la Tunisie dans la démarche de Pays pionnier avec l'appui du Système des Nations unies.