Webinar de restitution officielle de l'étude portant sur "l'Impact de la Covid-19 sur l'emploi et les TPME au Maroc"

22 Décembre 2020, un webinaire est organisé rassemblant notamment M. Nourredine Benkhalil, Secrétaire Général du Ministère du Travail et de l’insertion professionnelle, M. le chargé des opérations de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Maroc et Mme Rania Bikhazi, Directrice du Bureau de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour l’Algérie, la Lybie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie . Cet atelier vise à donner première restitution d’une étude mesurant "l'Impact de la Covid-19 sur l'emploi et les TPME au Maroc," co-menée par l’OIT et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Article | 23 décembre 2020
Contact: Samia OUzgane, coordinatrice nationale de projet, ouzgane@ilo.org

D’une crise sanitaire vers une crise socio-économique

D’une crise sanitaire, la pandémie de la COVID-19 a évolué vers une crise économique et une crise de l’emploi. Le confinement et les mesures barrières mis en place se sont traduits essentiellement par des arrêts temporaires ou définitifs d’activité, une baisse des ventes et du chiffre d’affaires dans la quasi-totalité des secteurs. Les TPME ont été les plus impactées alors qu’elles concentrent un nombre significatifs d’emplois.
La Banque africaine de développement (BAD) et l’Organisation internationale du Travail (OIT) ont mené une étude conjointe pour faire ressortir les effets de cette crise sur l’emploi et les TPME. Les effets au niveau macroéconomique ont été estimés via le recours à un modèle d’équilibre général et les données d’enquêtes disponibles ont été exploitées. Une enquête auprès de 300 TPME a permis de compléter l’analyse.

Objectifs de l’atelier

La restitution du rapport de cette étude permettra de mettre en évidence les résultats empiriques relatifs aux questions suivantes :
• Quels sont les effets de la crise de la Covid-19 sur l’emploi et les TPME au Maroc ?
• Quelles catégories de la population et quels secteurs ont été les plus impactés ?
• Quels sont les effets des mesures d’atténuation mises en oeuvre par le gouvernement sur l’emploi et les TPME ?
L’atelier aura également pour objectif une consultation élargie des parties prenantes afin d’alimenter la partie 2 de cette étude qui porte sur des recommandations articulées autour de 2 composantes :
• Promouvoir l’emploi dans le plan de relance ;
• Renforcer l’entreprenariat et les TPME comme levier d’une relance économique inclusive et créatrice d’emplois.

Méthodologie et premiers résultats de l’Etude

Les recommandations de cette étude qui identifient des « quick wins » ainsi que des mesures à moyen terme permettant de renforcer la capacité de résistance de l’économie et du marché du travail aux chocs, viennent à un moment opportun pour le Maroc qui est en train de mettre en place son plan de relance économique. ."

Rania Bikhazi, Directrice du Bureau de l'OIT pour l'Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie
Une analyse de la situation de l’emploi et des TPME avant la pandémie permet de mettre en évidence les contraintes structurelles qui ont été exacerbées par la crise. Les mesures prises par les autorités nationales ciblant aussi bien les indemnisations des salariés, des travailleurs du secteur informel ainsi que les facilités accordés aux entreprises ont permis d’atténuer les effets de la crise bien qu’inégalement selon les groupes cibles ; mettant en évidence la difficulté d’atteindre certains segments de travailleurs, comme ceux occupant un emploi informel ou atypique.
• Une estimation du nombre de chômeurs escomptés en 2021 du fait de la crise a été réalisée.
l'2tude a également permis de mettre en exergue certains faits : 
• La crise se traduit également par une augmentation du sous-emploi et une perte de revenus, en particulier pour les travailleurs informels.
• Alors que les TPME drainent 73% de l’emploi, elles n’ont qu’inégalement bénéficié des appuis gouvernementaux.
• La crise a révélé l’importance du secteur informel dans l’économie marocaine (81% des TPME et 60% de l’emploi du secteur privé)

Tous les intervenants ont salué ce travail de terrain détaillé et documenté et ont apprécié l'implication de chacun dans cette entreprise qui se veut évlutive afin de servir de véritable base de travail permettant d'agit en faveur de l'éradication des conséquences négatives de cettre crise mondiale.