Lutte contre le travail des enfants dans la cacaoculture

Amina Mohammed salue les réalisations de l’OIT dans la région de la Nawa

La Vice-Secrétaire Générale de l’ONU en charge des questions de développement durable présente en Côte d’Ivoire dans le cadre de la COP15 sur la lutte contre la Désertification, a effectué le 8 mai 2022, une visite à Soubré, région de la Nawa, grande productrice de cacao dont la Côte d’Ivoire est premier producteur, avec 40% de la production mondiale.

Article | 12 mai 2022
L’objectif de cette visite est de toucher du doigt, l'appui holistique du système des Nations Unies au gouvernement ivoirien dans le cadre de son initiative ‘’cacao durable’’.
Amina Mohammed, Vice-Secrétaire générale de l’ONU visite une claie de séchage, une réalisation du projet ACCEL Africa

Abidjan (Nouvelle de l’OIT)
– Accompagnée des Ministres du Plan et du Développement, Nialé Kaba, de l’Emploi et de la Protection Sociale Adama Kamara et de celle de la Famille, de la Femme et de l'Enfant, Nasseneba Touré, Amina Mohamed et sa délégation ont évalué l’appui multidimensionnelle intégré de l'ONU au gouvernement concernant, notamment l'amélioration du revenu des producteurs de cacao et de leur ménage, de la lutte contre le travail des enfants, de l'agroforesterie, de l'enregistrement des naissances entre autres.

C’est dans ce cadre que Mme Mohammed a échangé avec des bénéficiaires du projet Accélérer l’action pour l’élimination du travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement en Afrique (ACCEL Africa) de l'Organisation internationale du Travail (OIT).

La CMU : un outil pour réduire la vulnérabilité des ménages et lutter contre le travail des enfants

A cette occasion, Peter van Rooij, Directeur Régional Adjoint de l'OIT pour l'Afrique, a présenté à l’émissaire onusienne, les réalisations du projet « ACCEL Africa au nombre desquels l'accès des producteurs à la couverture maladie universelle (CMU) en vue de réduire la vulnérabilité des ménages et lutter contre le Travail des Enfants, » a dit M. van Rooij insistant sur l'approche WIND (Work Improvement in Neighbourhood Development) qui permet d'améliorer les conditions de travail et de vie des producteurs et lutter contre le travail des enfants ». Il a également évoqué l'appui aux associations villageoises d'épargne et de crédit (AVEC) qui bénéficie en majorité aux femmes.

Il a par ailleurs rappelé que les interventions de ACCEL Africa tirent leurs sources de l'agenda du Travail décent au service du cacao durable et de lutte contre le travail des enfants.
Saluant ces initiatives de l'OIT, Amina Mohammed a exhorté les producteurs à épargner leurs enfants de tout travail afin de faire d'eux les responsables de demain. « La place des enfants c'est à l'école. Aidez-les à réaliser leur rêve, celui de devenir des agents de développement, » a dit Mme Mohammed.

Avant le projet ACCEL Africa de l’OIT, Amina Mohammed a successivement visité une plantation à Kouakoukro (7km de Soubré), rencontré les responsables et bénéficiaires du « champ école » pour constater la réalité dans l’amélioration de la productivité agricole et du revenu des producteurs de cacao.

Le SNUD s’attaque aux racines du travail des enfants

Centre d’Accueil pour Enfants de Soubré dédié à la prise en charge des enfants victimes de traite, exploitation et de trafic, Centre de santé urbain (Csu) de Yabayo (20 Km de Soubré) où est mis en œuvre le nouveau mécanisme d’enregistrement des naissances avec l’appui de l’Unicef, Plantation d’Agroforesterie de Gbaléguhé (21 km de Yabayo) et Association Villageoise d’Epargne et de Crédits (AVEC), autant de réalisations du gouvernement avec l’appui du Système des Nations Unies pour le Développement (SNUD) visitées par Mme Amina Mohammed aux pas de course.
Amina Mohammed avec des bénéficiaires du champ école de Kouakoukro

Bien que différents les uns des autres, tous ces projets du SNUD ont la même finalité : celle visant à appuyer les efforts du gouvernement pour améliorer la production durable de cacao en Côte d’Ivoire.
Face à la presse à la fin de la visite, Amina Mohammed s’est félicitée des grandes avancées dans la lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire. « L’agroforesterie est très importante car permettant d’améliorer le niveau de vie des paysans. Les infrastructures que j’ai vues sont bien pour construire un avenir pour les enfants qui seront les leaders de demain. Cela témoigne de l’engagement du gouvernement dans ce sens » a-telle dit plaidant pour l’amélioration des conditions de vie des paysans qui selon elle, pourrait freiner le travail des enfants.

« Notre engagement est d’encourager les investisseurs à venir en Côte d’Ivoire. La pression c’est sur nous mais, nous sommes prêts car nous sommes déjà sur le terrain. L’OIT, L’UNICEF, UNDP, OIM sont là pour agir. Au total, j’ai été impressionnée par les efforts fournis par la Première dame Dominique Ouattara pour donner de l’espoir aux enfants vulnérables, en leur facilitant l'accès à l'éducation et la santé », a conclu Mme Amina Mohammed.

« Le soutien des Nations Unies contribue significativement à l’amélioration de la productivité des paysans. Cela permet ainsi de libérer les enfants dont la place ne se trouve pas dans les champs mais plutôt à l’école. Je salue l’ensemble des organisations du SNUD, notamment l’Unicef, le BIT. La Côte d’Ivoire est un pays doté d’un niveau de développement avancé dans la sous-région »,a indiqué Nialé Kaba.
Selon le Ministère du Plan et du Développement le cacao représente 20% du Produit Intérieur Brut (PIB) de la Côte d’Ivoire, 40% des recettes d’exportation et plus de 10% des recettes de l’Etat. Plus de six millions de personnes travaillent dans ce secteur et 70 à 80 % des revenus des cultivateurs en dépendent.

Poignée de mains entre Peter Van Roij, Directeur Régional Adjoint de l'OIT pour l'Afrique, et Amina Mohammed à la fin de la visite